Archives de catégorie : Non classé

Focus sur la mere de clotilde de Vaux

Mme Marie une mère très dévouée à ses enfants, une raison de fierté et un modèle pour l’égérie d’Auguste Comte.

L’année où Clotilde Marie épouse Amédée de Vaux, l’année 1835, sera celle de la parution, à compte d’auteur, d’une brochure de 75 pages intitulée : « Proposition d’une association religieuse et perpétuelle des femmes pour travailler au soulagement des malheureux et à l’extirpation de la mendicité ».

 Cette brochure est rédigée par « Mme Marie née de Ficquelmont » et vendue au 58 place de l’Estrapade dans la librairie de Mme Veuve Pichot. Une adresse figure sous le nom de l’autrice, reportée ultérieurement à la main, sur l’exemplaire conservé dans les archives de la maison d’Auguste Comte. Elle nous indique le domicile des époux Marie après qu’ils eurent rétrocédé au jeune couple leur appartement de fonction à Méru. Cette adresse est ainsi mentionnée : « rue pavée 24 au marais », c’est l’adresse bien connue qui correspond à l’hôtel Lamoignon, lequel abrite de nos jours la  Bibliothèque Historique de la Ville de Paris.

 Nous savons la ferveur avec laquelle Auguste Comte a rendu visite, à maintes reprises depuis l’installation du jeune couple dans ce modeste entresol en 1844, à Maximilien et sa très jeune épouse Félicité ainsi qu’à Mme Marie, laquelle « épaulait » jour après jour son fils et sa bru. Auguste Comte a effectué  jusqu’à 3 visites par semaine, les après-midi avec d’abord le secret espoir, puis  la certitude, de pouvoir voir, entendre et parler à cette jeune femme dont il s’était éprit : Clotilde de Vaux. Celle-ci venait dîner au 24 rue Pavée chaque soir. Nous savons que la vocation rêvée de cette délicate « quasi-veuve » aux « yeux émeraude », belle et courageuse, fière et dévouée, passablement démunie, menacée dans sa santé et au destin tragique, fût de parvenir par l’écriture à un statut social; bref, de laisser un nom dans le domaine alors fort convoité et même passablement encombré des femmes et des hommes de lettres[1].

Clotilde avait de qui tenir, c’est que nous voudrions examiner dans ce billet  en nous attardant sur sa mère Henriette. Dans une autre contribution nous montrerons que Maximilien a lui aussi « hérité » de sa mère et développé une fibre sociale cohérente en même temps qu’une capacité intellectuelle très productive, insuffisamment reconnue.   

La mère de Clotilde de Vaux, née Henriette de Ficquelmont en 1782, fut une belle et charmante personne, dévouée et énergique ; en un mot une personnalité sensible et bien trempée qui, tout en conservant le meilleur de son éducation aristocratique avait su imposer aux siens un mariage d’amour avec un capitaine d’Empire, bel homme mais peu cultivé, modestement fortuné : Simon Marie. Henriette Marie née de Ficquelmont (comme elle tient à le rappeler) fut aussi une mère prévoyante qui se battra  pour obtenir l’argent nécessaire afin que ses enfants puissent étudier puis s’installer et vivre décemment en ménage. Elle mourra de « chagrin » deux ans après la disparition de sa chère Clotilde. Tout nous montre qu’elle avait une haute idée d’elle-même et le sens du devoir. Nous allons explorer un aspect moins connu de sa personnalité : sa sollicitude envers les miséreux au travers d’un projet ambitieux qu’elle a élaboré, puis décrit et tenté de propager par l’intermédiaire de 2 brochures dont elle assume pleinement la maternité. Un première brochure d’abord publiée en 1835 qui sera suivie d’une seconde brochure datant de 1844. L’analyse comparative des deux textes nous permettra de comprendre un peu l’évolution de ses intentions, de ses idées,  dans le cheminement de sa propre vie intellectuelle et spirituelle.

La brochure de 1835 :

         Cette brochure publiée, à compte d’auteur[2], se livre d’emblée dans son titre, à rallonge, avec des mots clés : « proposition », « association religieuse », «perpétuelle »,  « des femmes », « pour travailler », « au soulagement », « à l’extirpation »..[3]

Mme Marie commence par réfléchir, par s’informer et sans doute discuter autour d’elle, puis elle se lance dans cette « proposition » avec l’intention ferme d’agir sans tarder et d’obtenir des résultats. C’est en 1835 une chrétienne fervente  qui s’exprime et avance sous les auspices des vertus théologales avec l’accent sur la troisième (débouché ultime des deux premières) : « La charité, rien que la charité : tel est notre titre, et il comprend tout l’esprit de notre association »[4].

 L’esprit évangélique l’anime indéniablement dans une époque où les « dames » et les « messieurs » de la bourgeoisie « triomphante » entremêlaient souvent l’absence ou la tiédeur de leurs sentiments religieux avec un égoïsme de classe porté à l’indifférence voire à l’arrogance. Henriette n’est pas de celles-là : visiblement elle est dérangée par la misère qu’elle côtoie, elle a saisi ce que le Dieu chrétien qu’elle vénère profondément indique comme chemin, elle l’a saisi sans excès de bigoterie avec une grande ouverture d’esprit : c’est ce que nous allons tenter de montrer. D’abord elle veut essentiellement agir, elle veut déboucher sur du concret, du tangible, de l’efficace et elle a compris pour cela qu’il fallait ne pas se contenter de désirer et d’agir seule. Si nous examinons l’ossature doctrinale d’Henriette Marie nous découvrons vite que le Dieu qu’elle invoque est essentiellement principe d’espérance puisqu’il a définitivement opéré le rachat des fautes : « Voilà Dieu ! voilà l’antique Jourdain où il nous a rendu l’innocence ». [5]   

 Curieusement elle ne parle qu’à la première personne de ce Dieu chrétien conçu en trois personnes. Elle ne mentionne jamais «  Celui » qui est censé avoir opéré ce rachat salvateur par son propre sacrifice : Jésus Christ.[6] L’intérêt doctrinal de sa Foi sera, par voie de conséquence, que toute les misères et injustices humaines ne peuvent être dans le dessein de la Providence, ni même être vues comme des formes d’expiation des péchés, de la faute originelle. Nous retrouvons bien dans cette belle âme romantique les aspirations utopisantes des penseurs de son temps :  « Dieu ne reconnaît pas la misère comme une nécessité de sa belle création ; il ne l’a point voulue, il ne l’a pas faite : elle est le produit des fausses passions des hommes et du mouvement des sociétés[…] Dieu veut toujours conserver la prospérité et la bonne harmonie dans le monde ».[7]

A partir du moment où il incombe, précisément à celles et ceux que la misère ou la maladie épargnent, de porter secours, la grande question est celle de l’efficacité et de la continuité de cette action. Pour Henriette Marie et en cela elle est bien une femme inscrite dans la dynamique des idées de son époque, une seule solution s’impose : la libre association.[8] Cette association « perpétuelle » dont elle tente de dessiner les contours porte toutes les marques de cet héritage familial et de cette douceur personnelle qui caractérise la mère de Clotilde : « L’association se mettra sous la protection de la sainte Vierge. Les associées prendront le titre de Dames de Sainte-Marie ; elles porteront une médaille à l’effigie de la sainte Vierge : cette médaille sera suspendue à un ruban bleu, liseré d’or ».

Il ne faut pas regarder comme une puérilité ce patronage marial, ses rites et symboles : la « philanthropie féminine chrétienne » mise en avant par Mme Marie est vécue dans le cadre d’une libre association, elle fonctionne comme une forme « d’élection – initiation » ; chaque  femme qui s’agrège reçoit ainsi un véritable titre de noblesse :  « la médaille conférera aux demoiselles le titre de dame »[9].

Mais au-delà de la doctrine et du cadre à la fois laïc et religieux de l’association de secours perpétuel nous découvrons un ingénieux système de financement des actions nombreuses et donc coûteuses envisagées. Il s’agit pour les femmes chrétiennes « de tout âge et de toute condition » qui le pourront d’abandonner pendant 10 ans (renouvelables à volonté), les intérêts du capital qu’elles auront mis à la disposition de l’association. Ce capital gelé pendant une décennie, récupérable à terme, devrait représenter selon Mme Marie 2,5 % du revenu de chacune des associées. Nous voyons combien la mère de Clotilde qui gérait très étroitement les maigres ressources familiales[10] avait le sens du concret. Elle pousse son sens du détail dans la prévision d’une catégorie de femmes « agrégées » à l’association qui ne fourniraient que des dons annuels. Ces femmes « porteront la médaille comme les associées ; elles la quitteront en quittant l’agrégation ».[11] Les hommes ne sont pas en reste mais ils ne sont pas placés naturellement comme les Dames sous la très haute tutelle de la sainte Vierge : « Les hommes pourront être reçus comme agrégés…Ils porteront un simple ruban bleu sans médaille ».

Comment va être collecté et géré l’argent du secours, de la solidarité avec les pauvres ; l’argent ayant aussi pour but « l’extirpation de la mendicité » ? [12] Tout simplement pour Mme la préceptrice de Méru il sera collecté sous le contrôle des préfets et gérés avec l’aide des « receveurs généraux » des départements. Le caractère associatif permettra d’organiser des élections de personnes aptes à distribuer les aides : une « intendante » par département, laquelle sera épaulée par des « sous-intendantes » d’arrondissement, des « fonctionnaires » de canton, des « assistantes » dans les villes et des  « associées libres » en renfort.

C’est un véritable maillage du type « assistante sociale » qui est proposé : il faudra recenser au plus près les besoins et distribuer les aides en toute transparence avec une grande liberté d’initiative et d’action. Mme Marie voit loin, elle combine les deux dimensions de l’action sociale : celle « laïque » pouvant faire appel à la puissance publique car émanant de citoyennes mobilisées distribuant des secours en dehors de toute considération religieuse, celle « spirituelle » émanant de chrétiennes qui veulent ainsi mettre en pratique les exigences évangéliques.  Au-delà des secours, c’est l’éducation des pauvres, en particulier celle de leurs enfants qui est mise en avant ; c’est un long travail de persuasion visant à donner des perspectives et confiance en soi qui doit accompagner les aides ; c’est le respect des personnes déchues, des vieillards en particulier. Et au bout du rêve, de l’utopie esquissée, c’est la « grande œuvre de la régénération d’une classe si nombreuse »[13] qui est convoquée. Ce premier opuscule de 1835 qui sera cité à titre de première ébauche et de prospectus en 1844 lors de la diffusion du second opuscule que nous allons examiner maintenant, porte témoignage de la générosité, de l’ambition et de la hauteur de vue de Mme Marie, de son influence dans les cercles bourgeois et aristocratiques de Méru et des environs du département de l’Oise.

La brochure de 1844 :

Cette seconde brochure (dont dispose la Maison d’Auguste Comte) a été publiée en 1844[14] et s’annonce comme un « Récit entièrement vrai » sous le titre : « Le sculpteur en bois ». Mme Marie dédie son travail à ses enfants : « Clotilde, Maximilien et Léon, mes enfants, je vous dédie ces quelques passages, pour vous laisser un bon souvenir de votre mère : comme elle, aimez dieu et tâchez de servir vos frères. »

Examinons ce curieux opuscule qui tranche nettement avec le précédent tout en présentant une certaine forme de continuité. La préoccupation majeure concernant la pauvreté et le statut du pauvre, l’aide des plus fortunés comme double geste de  fraternité et de charité, les modes d’organisation rationnelle des secours, le souci d’efficacité, l’appel au débat, tous ces items se retrouvent une dizaine d’année plus tard. Pourtant la tonalité n’est plus la même : la dramaturgie de la misère atrocement abandonnée se fait plus âpre en 1844, l’élan chrétien plus dépouillé : il n’est plus question d’une vocation charitable savamment entretenue par des Dames inspirées par la sainte Vierge mais de l’entrelacement nécessaire de la charité chrétienne et de la philanthropie des personnes de cœur et raisonnables.

La forme de cette brochure qui a un volume proche de la précédente : 75 pages pour celle de 1835 et 60 pages pour celle-ci, est très différente : non pas une proposition déployée  du début à la fin, mais 6 courts textes dissociés et articulés.

 Le premier texte élabore (sur 18 pages) le récit éponyme du « sculpteur en bois » lequel meurt de misère à la suite d’un accident du travail et de l’impossibilité d’une prise en charge durable dans un hospice. Ce « récit vrai » est poignant et l’on y perçoit le déchirement d’Henriette Marie, son refus de s’accommoder, sa protestation contre l’interdit hypocrite de mendicité. N’oublions pas à cet égard qu’entre 1835 et 1844 il y a eu le drame de 1839 : ce moment accablant où Amédée de Vaux fuit, pour dette de jeux et malversations, celle qu’il a épousée en 1835 ainsi que son emploi de percepteur à Méru ; laissant dans le plus grand désarroi, la gêne même, voire une certaine forme de déshonneur Clotilde et sa famille toute entière. La bonne société de Méru est désormais bien loin et sans doute a t-elle été décevante. C’est un repliement sur la vie parisienne dans le Marais qui s’impose pour les Marie. C’est une vie plutôt chiche sur le plan financier et sans doute plus discrète qui se dessine. Mme Marie est restée charitable mais elle évoque la modicité de ses moyens et semble faire écho au désarroi de ce brave ouvrier rencontré « assis sur une borne, au coin d’une grande porte cochère, dans la rue du faubourg saint-Honoré »[15] ; cet homme encore jeune injustement traité par la société.

 Le second texte (de 16 pages) déploie une réflexion intitulée : « Un mot sur l’organisation du travail ». Nous ne sommes pas si éloignés que cela des préoccupations des socialistes de son époque à commencer par celles qui constitueront l’œuvre politique la plus remarquable de Louis Blanc. Henriette Marie s’avance dans la direction de ce qui deviendra le « droit au travail », bien consciente de tout ce que la Nation doit au « peuple des ateliers ». Elle mentionne explicitement la nécessité de la prise en compte des droits liés aux accidents du travail et ceux afférents à la vieillesse. Elle évoque même ce qui deviendra le thème de la grève générale : « Oui, en voilà un nombre immense de ces hommes dédaignés, qui ont si bien pour eux le droit et la puissance, qu’il leur suffirait de croiser les bras !.. »[16] Enfin c’est l’école même de Proudhon quelle défend contre ses calomniateurs.[17] Sans mentionner explicitement le retentissant ouvrage paru en 1840 : « Qu’est-ce que la propriété ? » ni son auteur, elle dit son sentiment favorable en évoquant les « esprits » qui se sont « imaginés que  puisque la société ou son pouvoir n’avait pas le droit de nous imposer le don, elle pouvait du moins, elle devait même, ressaisir la propriété pour en répartir les produits ».[18] La mère de Clotilde de Vaux enchaîne : «On a calomnié les intentions de cette école » puis elle tranche :  « Que des hommes pervers aient cru trouver là un appel à la violence ; que d’un autre côté les hommes craintifs aient  cru y voir un grand danger, faut-il s’en étonner ? Et parce qu’il y aura toujours chez toutes les nations des hommes pervers et des hommes craintifs, faudrait-il étouffer toute pensée généreuse ? »[19] 

Le troisième texte (de 10 pages) se donne comme un court « Essai sur la philanthropie ». Henriette Marie revient sur son idée de 1835 toute centrée sur la charité chrétienne et avoue son échec face à l’incrédulité : « vous ne réussirez pas »[20]. Son évolution est nette : elle distingue ce qui ressort de la charité dans un effort sans fin au jour le jour et ce qui ressort de la société civile : « l’extirpation de la mendicité », « la guérison complète de la pauvreté ».[21] le tournant social est net : « Voici l’œuvre de la philanthropie » qui est  « devenue le complément nécessaire » de la charité.[22] Les arguments en faveur de la philanthropie sont précis : « La charité se fait pour Dieu et avec Dieu, tandis que la philanthropie se fait pour l’homme et avec l’homme : à la philanthropie appartient donc la publicité et la communauté d’action, elle procède par association, elle s’empare de la question de l’avenir. »[23]

Le quatrième texte qui s’intitule « Récapitulation » est très court (3 pages). Toujours cette tension entre la nécessaire charité et l’indispensable philanthropie selon le type de secours à envisager. Trois taches essentielles sont récapitulées : connaître les pauvres, les secourir et enfin les aider à s’améliorer. La mère de Clotilde propose de sortir les pauvres de leur isolement afin de leur faire bénéficier « d’une masse à laquelle il faut les rattacher par tous les liens de la fraternité et de l’honneur ».[24]

Le cinquième texte intitulé : « Idée sommaire d’une organisation philanthropique » est  aussi très court (4 pages). Il s’agit de la présentation très succincte d’une originale « organisation philanthropique » qui rappelle les ventes du carbonarisme. A la base le regroupement de 10 personnes « heureuses » en vue d’œuvrer dans le sens d’agir pour « le bien être des classes ouvrières », afin de « répandre parmi elles les bonnes notions et de les mettre à leur portée » ainsi que « de les secourir dans leurs besoins corporels ».[25] Mme Marie comme si elle voulait enfin pouvoir répondre à l’appel poignant du « sculpteur en bois » propose une nouvelle forme d’association mixte et à caractère laïc : 10 individus regroupés pour agir = une « décurie », 10 « décuries » regroupées =  une centurie, 10 centuries = une « millénairie ». A chaque niveau de regroupement, les associés se choisissent un responsable qui resterait en même temps membre de sa « décurie » d’origine qu’il soit « décurion », « centurion » ou « millénairien ».

Enfin le tout dernier apport d’Henriette Marie (née de Ficquelmont) tient en 4 pages sous l’annonce : « Comparaison et démonstration » et revient très explicitement sur la détresse de celui qu’elle appelle : « mon  pauvre sculpteur ». Elle pense à cette « centurie »  qu’on aurait pu former, « rue Frépillon », pour lui venir durablement à l’aide, l’empêcher de désespérer, le sauver.

Les dernières phrases de l’opuscule de 1844 expriment bien, nous semble-t-il, le point d’aboutissement des propositions plus ou moins utopiques, mais toujours d’actualité en fait,  de la très aimée mère de Clotilde de Vaux, aussi nous les prendrons pour conclusion de cette présentation : « Les hôpitaux doivent ou devraient suffire au nombre de malades… Ensuite il est question de chercher les moyens d’organiser le travail, de protéger les travailleurs, d’équilibrer le prix des marchandises  avec la consommation pour en tirer un salaire suffisant à la main d’œuvre. Longue étude, qui ne se fait pas bien dans le cabinet, et qu’il est temps d’entreprendre sur le terrain même de la pratique et des souffrances. »[26]

NOTES:


[1] Voir nos sources biographiques et « l’hommage pour les 200 ans de la naissance de Clotilde de Vaux » que nous avons proposé le 2 avril 2015 à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction (in kiosque à conférences sur le site bai.asso.fr ) et les textes en libre accès sur  le carnet de recherche d’hypotheses.org intitulé : « Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte ».

[2] Très vraisemblablement en peu d’exemplaires.

[3] Rappelons ce titre haut en couleur : « Proposition d’une association religieuse et perpétuelle des femmes pour travailler au soulagement des malheureux et à l’extirpation de la mendicité ».

[4] Opus cité page 26.

[5] Opus cité page 2.

[6] Sans doute y faut-il voir dans ce relatif effacement de la figure christique l’héritage « daté » de sa propre formation chrétienne.

[7] Avec certes moins de force, de panache et de continuité nous retrouvons cependant chez la mère de Clotilde de Vaux des accents qui ne sont pas sans rappeler, ceux à la même époque, de l’inoubliable Flora Tristan.

[8] Grande pulsation « associationniste » en contrepoint de la montée en puissance de l’individualisme bourgeois en cette époque socialement très difficile dans les décennies 1830, 1840. Là encore la figure tutélaire de Flora Tristan qui laissera en lègue sa grande idée « d’association ouvrière » se rappelle à notre souvenir.

[9] Opus cité page 11.

[10] Les ressources de Mme Marie et de son époux le capitaine Marie restaient modestes en 1835 et le seront plus encore après la fuite d’Amédée de Vaux : Clotilde restant très démunie, son frère Maximilien marié en 1844 et bientôt père de famille devra vivre longtemps avec des ressources à peine suffisantes, tandis que cadet Léon  devra encore poursuivre ses études.

[11] Opus cité page 16.

[12] Ce but est donné dès la page titre : il est au cœur de la proposition d’Henriette Marie. La mendicité était omniprésente à cette époque à Paris tant le nombre de pauvres ne cessait d’augmenter. La mère de Clotilde de Vaux ne pouvait se résoudre à verser son obole de bonne chrétienne sans tenter une proposition pour espérer en finir avec la misère, tous les maux et les maladies qu’elle engendre .

[13] Opus cité page 34.

[14] Toujours en peu d’exemplaires et à compte d’auteur.

[15] Opus cité page 5.

[16] Encore une fois sa voix semble faire écho à celle de Flora Tristan qui voyait dans l’Union ouvrière l’irrésistible levier de l’émancipation prolétarienne.

[17] Ce point est d’autant plus intéressant que, comme nous le verrons dans un prochain texte dédié à Maximilien Marie, cette sympathie pour le socialisme proudhonien sera l’un des fils conducteurs de la pensée politique et sociale du son cher Max.

[18] Opus cité page 35.

[19] Opus cité page 36. Mentionnons cet éloignement idéologique manifeste d’Henriette Marie avec son frère Charles de Ficquelmont qui exerce alors de hautes fonctions à la cour de Vienne. Voir l’ouvrage  proposé par le Comte F de Sonis : « Lettres du comte et de la comtesse de Ficquelmont à la comtesse Tiesenhausen », Paris, Plon, 1911. Ainsi cette lettre de Charles du 11 décembre 1844 : « J’ai eu à dîner chez moi tout le promisat Salm-Clary. Demain je vais à un concert à la cour, dans le petit appartement de l’Impératrice… », page 82.

[20] Opus cité page 40.

[21] Opus cité page 42.

[22] Opus cité page 44.

[23] Opus cité page 44.

[24] Opus cité page 50. Notons que nous sommes tout proche des idées les plus à la pointe aujourd’hui dans le domaine de l’action sociale comme celles portées par ATD Quart Monde.

[25] Opus cité page 55.

[26] Opus cité page 58.

Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte : originalité et pré-féminisme de ses attitudes et de ses idées.

Le but de ce travail en trois parties est de tenter de saisir la pensée et les attitudes de Clotilde de Vaux en scrutant attentivement sa correspondance et ses maigres entreprises littéraires, en y intégrant une lecture critique des lettres d’Auguste Comte et de ses témoignages. L’hypothèse à tester est celle des multiples manifestations d’une originalité d’attitudes et d’idées indéniable et d’un pré-féminisme patent, non exempts de reculs, d’hésitations, voire de contradictions. 

(NB: pour  la lecture des notes allez en page 3, le retour au texte se fait par un retour à la page 2)

Eléments pour la réévaluation de la vie et des idées de Clotilde de Vaux : sa correspondance de jeunesse inédite.

 Nouveau billet de recherche proposé par  Michel Blanc, sociologue, membre de « La Maison d’Auguste Comte » et de la « Bibliothèque des Amis de l’Instruction »  avec l’aimable  collaboration de David Labreure, responsable du centre de Recherche : « La Maison d’ Auguste Comte ».

Hommage pour le 200 ième anniversaire de la naissance de Clotilde de Vaux.

Ferdinand Georg Waldmüller: bouquet de roses de Damas.

Clotilde de Vaux en déesse mère tenant son enfant sur le monument dédié à Auguste Comte place de la Sorbonne.

Les biographies célèbres et le “grand oeuvre” de l’égérie d’Auguste Comte: Willelmine.

 

IM000099.JPG
Michel Blanc, sociologue, membre de la Maison d’Auguste Comte et de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction.

Nous proposons ce carnet de recherches intitulé:

Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte

[ISSN 2558- 0639]

Nous le proposons depuis 2016 pour toutes celles et tous ceux désireux de mieux connaître la vie et les idées de Clotilde de Vaux, la touchante égérie d’Auguste Comte. Nous interrogerons aussi l’influence  de la passion amoureuse qu’elle éveilla sur la vie, les idées et l’oeuvre du philosophe. Nous inscrirons ces recherches dans le questionnement des rapports Hommes / Femmes au dix-neuvième siècle et de leurs transformations.

Le 2 avril 2015, jour du 200 ième anniversaire de la naissance de Clotilde de Vaux, nous avons donné  au 54 rue de Turenne, à la BAI, une petite conférence commémorative dont voici, ci-dessous (cliquer sur page 2) le texte intégral: