Les 27 visites de Clotilde de Vaux au 10, rue Monsieur-le-Prince

Les visites de Clotilde de Vaux au domicile d’Auguste Comte et la question de la sanctuarisation du 10, rue Monsieur- le- Prince 

 Nous nous proposons d’abord de répertorier et d’analyser les 27 visites que l’égérie d’Auguste Comte accomplit au 10, rue Monsieur-le-Prince, du mardi 13 mai 1845 au mercredi 18 février 1846. C’est en recoupant toutes les indications disponibles issues de la « correspondance sacrée », du « Testament » d’Auguste Comte, de ses onze « Confessions Annuelles »[1] ; en utilisant conjointement (grâce aux archives de la Maison d’Auguste Comte) les papiers personnels du philosophe, ses multiples manuscrits – qui ont le grand mérite d’être à la fois clairement identifiables et datés – que nous avons pu accomplir ce travail[2]. Le but poursuivi est conforme à l’objectif global du carnet de recherche entrepris dans le dessein de mieux connaître la personnalité et le cadre de vie de Clotilde de Vaux, ses attitudes, ses idées et ses sentiments ; l’influence de la passion amoureuse de Comte sur sa propre pensée, sur son système philosophique mais aussi sa vie sociale et personnelle ; de réfléchir aussi sur le contexte social et culturel et la forme symptomatique de rapports entre les sexes, qui se dessinent entre nos deux héros, examinés dans leur époque.

V1 / le mardi soir, 13 mai 1845 

Clotilde accompagne son frère Maximilien qui veut consulter Auguste Comte au sujet d’une décision importante concernant sa carrière. C’est une belle soirée de printemps, la sœur et le frère cheminent à pied depuis la rue Pavée jusqu’au 10 rue Monsieur-le-Prince. Clotilde est enjouée et curieuse, elle a arraché à son frère la permission de l’accompagner.[3] Auguste Comte s’entretient avec deux disciples : le « fidèle Lenoir » et le tout jeune Pierre Laffitte (22 ans) qui lui succédera 12 ans plus tard. Il faut imaginer la commotion du « père du positivisme » lorsque Sophie Bliaux, la très dévouée domestique qui vient d’ouvrir la porte d’entrée, annonce à son maître la visite d’un monsieur et d’une dame. Le cœur du philosophe se mit à battre plus fort dans un mélange indescriptible de contrariété, de gêne et d’une irrépressible exaltation. Cette belle jeune femme aux yeux émeraude, si fine dans ses gestes et si gracieuse dans sa conversation, dont il est secrètement amoureux et avec laquelle il a amorcé une correspondance depuis quinze jours, lui fait l’insigne honneur d’une visite inopinée dans son domicile qu’il désignera comme : « votre gracieuse visite »[4], ou plus tard : « Sa première visite »[5]. Comte empressé installe Clotilde au centre de la compagnie d’hommes, dans la plus belle pièce de son appartement, sur une chaise-fauteuil en acajou qui deviendra rapidement un objet sacré, plus précisément consacré, sur lequel nous reviendrons. Il est cependant gêné et contrarié par son impréparation et la présence de témoins. Il s’excusera dès le lendemain de la « maussaderie ou l’insignifiance » de sa « réception ».[6] L’espiègle Clotilde rayonna au milieu de cette savante compagnie qui l’impressionnait cependant. Sa lettre de remerciement du jeudi 15 mai, qui n’est jamais que la seconde lettre qu’elle adresse au docte philosophe dont elle a deviné l’attirance et le trouble, est révélatrice. Elle l’adresse à « Monsieur Comte mathématicien » et se trompe de numéro : 5 au lieu de 10 rue Monsieur-le-Prince. Sans doute étourderie de la jeune femme ayant mal enregistré le numéro exact de l’immeuble, sans doute aussi volonté de ne pas en référer à son frère qui ne connaissait vraisemblablement pas l’échange épistolaire de sa sœur avec son mentor; peut-être aussi lapsus révélateur d’un trouble qui la saisissait en retour.

Car Clotilde avait tout deviné et senti avec la force de sa féminité, à commencer par les espérances qu’elle pouvait forger en ce qui concerne l’aide, le soutien d’un mathématicien philosophe, protecteur et ami, pour cette carrière littéraire dont elle rêvait ; dont elle avait grand besoin pour vivre, en dépit de son manque de ressources pour l’accomplir. L’incipit de sa lettre de remerciement fait partie des topos clotildiens et semble prolonger celui de sa toute première missive. Le premier mai n’avait-elle pas tracé de sa belle plume cette parole très encourageante : «Vos bontés me rendent bien heureuse et bien fière, Monsieur… » ; laquelle trouve, nous semble-t-il, dans la première phrase de la seconde lettre du 15 mai son amplification naturelle : « Vous avez un cœur fait pour comprendre celui d’une femme, Monsieur, et je ne puis que reconnaître la sincérité avec laquelle vous me parlez de ce qui me concerne ». Si l’on ajoute le début de la seconde phrase : «J’accepte avec bonheur l’intérêt et l’affection que  vous voudrez bien me donner… » ; si l’on considère qu’elle ose aussitôt lui ouvrir l’accès de son propre domicile au 7 rue Payenne[7] ; et enfin si l’on relève cette incise très directe : « J’ai parfaitement compris vos bonnes intentions pour moi avant-hier soir » ; la démonstration d’une offre d’amitié de Clotilde sur la base d’un désir deviné et accepté paraît probante. Comte ne s’y trompa pas qui relu aussitôt cette lettre en pleurant de joie, agenouillé devant le fauteuil de Clotilde, et rédigea deux jours plus tard son impétueuse, fébrile et dérangeante « déclaration d’amour ».[8] Parmi les sources disponibles aux archives de la maison d’Auguste Comte nous disposons d’un recueil très précieux intitulé : « Copies de ses lettres ! » rédigé du 12 au 20 octobre 1846, donc un peu plus de 6 mois après la disparition de « l’angélique inspiratrice ». Le philosophe qui a tenu à recopier les lettres de sa tendre égérie a reporté dans ce carnet des listes de jours lui ayant laissé des « Images » (38 jours) et des « Images préférées » (24 jours). Ces deux listes complétées avec les deux autres listes de jours fournies par Comte dans son « Testament »[9] intitulées respectivement : « Images Hebdomadaires » (31 « Normales » – 20 « Exceptionnelles »)[10] permettent de saisir la force émotive des évènements vécus par Comte tout en méditant sur sa singulière puissance de souvenance. Une faculté qui nous laisse plein d’interrogations si l’on songe que 3 des images dites « normales » et 6 des images dites « exceptionnelles », qui accompagnaient la dévotion quotidienne d’Auguste Comte en direction de son « immortelle épouse », sont postérieures au décès de Clotilde de Vaux. Sans être un adepte du spiritisme Auguste Comte a vraisemblablement, agenouillé devant le fauteuil de Clotilde, vécu des formes d’hallucinations visuelles suffisamment fortes pour qu’il tente d’en conserver le souvenir pour toujours. La première visite de Clotilde de Vaux fut sinon décisive comme le pensa Maximilien, du moins suffisante pour amorcer un lien qu’Auguste Comte voulut progressivement rendre inaltérable et d’essence conjugale : le foyer du 10, rue Monsieur-le-Prince commença à partir de ce jour à être aux yeux du philosophe autant celui de son égérie bien aimée que le sien propre. Cette venue, comme les 26 autres suivantes et que nous avons pu recenser, contribua à la « sanctification » du lieu comme nous le verrons. Notons enfin que, sans surprise, le mardi 13 mai 1845, a laissé dans le carnet de Comte la trace d’une « image » et dans son « Testament » celle d’une « image exceptionnelle ».

V2 / le lundi, 2 juin 1845 

La seconde visite de Clotilde est tout aussi inopinée que la première et se passe à nouveau en compagnie de Maximilien et de Mme Marie qui se déplacera vraisemblablement ce jour, au 10, rue Monsieur-le-Prince, pour la seule et unique fois. Ce qui motive cette visite c’est la surprise provoquée par la missive d’Auguste Comte[11] assortie d’une « Lettre philosophique sur la commémoration sociale composée pour Mme Clotilde de Vaux au sujet de sa fête par l’auteur du Système de philosophie positive ».[12] Clotilde prend aussitôt connaissance de cet envoi copieux: profondément touchée, plus par la forme que par le fonds, il faut bien le supposer, elle se précipite chez les Marie au 25, rue Pavée et entraîne derechef sa mère Henriette et son cher Max dans une brève visite, tout empreinte de déférence et de remerciements. Comte est charmé il appellera d’ailleurs cette irruption de son Aimée : « le charmant cadeau » et conservera le souvenir de cette venue imprévue sous la forme d’une « image » et même d’une « image préférée ».

V3 / le mardi, 12 août 1845 

 Il faut imaginer le désir d’intimité de Comte frustré par la rétractation de son égérie le 21 mai, suite à la tonitruante déclaration d’amour de son mentor ; rétractation annulant d’un trait de plume, si l’on peut dire, l’invitation imprudente mais sincère, faite le 15 mai.[13] Aussi la troisième venue de Clotilde prend la forme d’une inauguration et signifie une confiance à nouveau accordée. Comte notera bien l’aspecte mémorable de ce jour en lui attribuant un caractère de point de départ[14], d’inauguration de l’intime, de la conjugalité tant espérée. Bien sûr, il avait, quasiment sans discontinuer, vu Clotilde et conversé avec elle, dans la compagnie des Marie, maintes fois depuis mai ; il avait même eu le bonheur insigne d’une « charmante promenade » avec elle, le mercredi soir 2 juillet [15].

Au lendemain de ce court moment de relative intimité, il avait débuté sa quatorzième missive en prenant bien soin de l’entretenir de ce qui tenait le plus à cœur à elle : sa composition littéraire Lucie, mais sans omettre de lui faire savoir que « son cœur » à lui : la voyait dans ses « rêves d’avenir » comme « une digne épouse ». Clotilde savait ce qu’il voulait, chacun s’était mis à nu devant l’autre, Clotilde n’avait pas cédé car c’est le bonheur même de son Ami qu’elle tentait de sauver, en même tant que son indépendance. Elle avait aussi cruellement besoin d’argent, à commencer pour se soigner. C’est donc 50 francs qu’elle vient emprunter, ce 12 août, après avoir clos sa lettre de la veille par : «Adieu, cher et digne ami, vous voyez que je vous apprécie, et que je crois en vous. Comptez sur le cœur de Clotide de V. »  Comte qui conservera une « image » et même une « image préférée » de cette venue, ne la laissa repartir qu’après lui avoir remis 100 francs, qu’elle promit de lui rendre. Il appela ce don généreux: « son cordial emprunt ».[16]

V4 / le jeudi, 21 août 1845

 Nous disposons de maigres indications sur cette visite qui a pourtant réellement eu lieu[17] sans avoir laissé comme « l’heureux banquet » de la veille une « image » doublée d’un « image exceptionnelle ». Ce que nous savons du contexte c’est que nos deux héros sont en pleine préparation du baptême du fils de Maximilien et de Félicie Marie, le petit Paul Auguste Charles Léon né le 25 juin[18], et dont ils ont accepté d’être la marraine et le parrain. Le baptême est prévu pour le 28 août. Ce que nous pouvons conjecturer de « l’heureux banquet » du mercredi 20 août c’est l’invitation d’Auguste Comte par la famille Marie en remerciement de son acceptation de parrainage du nouveau-né. Ainsi le mercredi 3 septembre Comte mentionnera ce qu’il appelle : « le banquet rendu » ; très vraisemblablement un dîner en ville offert par le philosophe qui lui laissera une « image » de Clotilde, doublée d’une « image exceptionnelle ». Clotilde évoquera ce « banquet rendu» dans sa missive du 5 septembre : « J’aurais été vous voir hier, si je n’avais été fort souffrante. Pendant une partie de la journée, je me suis crue empoisonnée. C’était l’effet du champagne et de ma fraîche expédition de l’autre soir.»

La très sage Clotilde se serait-elle grisée la soirée du mercredi 3 septembre ? Cette soirée était fraîche et la jeune femme enjouée et heureuse, peu prude, légèrement vêtue, son léger schall d’été ôté, soucieuse de laisser entrevoir au restaurant, à son Ami et à son entourage, ce que le tendre et amoureux philosophe avait nommé dans une lettre secrète (écrite la matinée du 22 mai, mais qu’il n’a jamais osé lui adresser) ses : « attributs enchanteurs » [19], avait-elle enduré, au-delà du raisonnable, pour la plus noble des causes, le frisquet?

 Le 28 août 1845 deviendra donc ce jour pivot[20], particulièrement mémorable du baptême à l’église Saint Paul – Saint Louis, celui qui scellera aux yeux de Comte son indéfectible « union spirituelle » avec Clotilde de Vaux. La veille, le 27 août, ils ont apporté des dragées chez les Marie et ont offert une cafetière en argent à l’heureuse mère Félicité. Clotilde a aussi reçu avec leur luxueuse boite en acajou (pieusement conservée à la maison d’Auguste Comte) une belle paire de gants blancs, qu’elle portera très vraisemblablement en tant que de marraine, le jour de la cérémonie.[21] Ecoutons Auguste Comte nous retranscrire dans son langage hautement imagé son bonheur durant cette semaine de préparation au baptême de leur filleul commun. Il accole au souvenir du mardi 26 août ce qualificatif : « Ma pleine harmonie intérieure » : c’est dire son espoir et sa joie. Le lendemain il écrit de sa belle écriture : « Nos douces fiançailles spirituelles ». Enfin pour le jour même de la cérémonie il lègue à la postérité ces deux inoubliables souvenirs : « L’auguste baiser du baptême » – le baiser d’Auguste enfin, pourrait-on ironiser, si l’on avait le droit – et « La fête conjugale imprévue » – pourquoi donc conjugale se serait écriée Clotilde si elle avait vraiment saisi ce qui s’élaborait alors dans la tête de son « cher philosophe »?[22]

V5 / le dimanche, 7 septembre 1845

 Cette cinquième visite c’est celle de tous les dangers, celle de la catastrophique méprise qui faillit les séparer à jamais. Ce qui sauva Comte c’est que Clotilde s’en voulut davantage qu’elle n’en voulu à son Ami, qu’elle saisit rétrospectivement toute l’étendue de son imprudence. Nous ne pouvons pas présenter l’ensemble des conditions préparatoires au malentendu retenons seulement ce qui nous paraît les principaux ressorts psychologiques. C’est Clotilde qui a voulu venir ce jour, vers 1 heure de l’après-midi, au terme d’un véritable conflit intérieur : elle ne veut plus que son soupirant souffre, elle est pétrie de reconnaissance à l’égard du philosophe, elle s’est prise à rêver d’un bonheur impossible avec celui qui pourrait avoir, à ses yeux, toutes les qualités nécessaires pour faire un « tendre père » pour elle et leur hypothétique enfant à venir. Bref, à rêver d’une maternité et d’une paternité, qui leur permettrait de s’extraire conjointement, d’une frustration imméritée. L’exaltation de Clotilde perturbe le soupirant qui ne sait comment lui exprimer face à face, son souhait le plus cher ; bref dans le langage de cupidon ne sait décocher aucune flèche douce et convaincante. Pire, il l’entretien de ce qu’elle déteste le plus : d’argent et de sécurité ; lui laissant entrevoir de sérieuses menaces sur cette indépendance qu’elle a durement commencé à acquérir. Elle avait rêvé de « libre association » et lui, ne l’avait imaginé que dans le rôle d’une épouse tendrement présente au foyer. Et puis Clotilde a le courage de regarder en face sa propre erreur d’appréciation et de la dire sans ambages : « Je suis incapable de me donner sans amour, je l’ai senti hier. » [23]

Auguste Comte souffrit beaucoup lorsqu’il la vit se lever et quitter précipitamment son domicile plutôt que de commencer à se laisser aller dans ses bras. Il comprit qu’il l’avait fâchée, mise en colère, déçue, mais il était lui-même, encore plus fâché, en colère, déçu à l’issue de cette visite gâchée, de ce véritable fiasco. Il en gardera tout de même une « image » et même sous la forme d’un ajout dans son carnet, un an plus tard après le décès de son égérie (le mardi 20 avril 1847 précisément) une « image préférée ». Avec le recul la colère de Clotilde n’ôtait rien semble-t-il à la puissance du souvenir érotique de cet après-midi où jamais Auguste Comte ne fût plus près, selon les codes du langage amoureux, d’obtenir les faveurs de « sa » Clotilde.

Enfin il est très intéressant de relever cette formulation : « Notre vertueuse crise » que le philosophe a mis en regard de cette mémorable cinquième visite au 10 rue Monsieur-le-Prince, dans ses « Eternels souvenirs périodiques d’un vertueux amour », rédigés après le décès de sa Muse. Cette crise bien réelle, qui faillit demeurer sérieuse, lui a effectivement imposé (malgré les tentatives érotiques qu’il essaiera de poursuivre à nouveau) d’accepter progressivement, au fur et à mesure, la pleine chasteté de sa relation avec Clotilde de Vaux. Elle a bien marqué « l’incomparable année », « l’année sans pareille » – qui court d’avril 1845 à avril 1846 – du double sceau de l’Amour le plus total, inassouvi, éternel mais chaste éprouvé par le « père du positivisme » et de l’Amitié amoureuse tendre et pleine de sollicitude de son « angélique inspiratrice ». [24]

 V6 / le mercredi, 24 septembre 1845

 D’une certaine façon c’est la visite qui scelle la réconciliation. Clotilde vient un mercredi, le jour que Comte lui a spécialement réservé (sans doute concession délibérée au philosophe pointilleux). Elle arrive le cœur content avec dans ses mains le manuscrit de sa future nouvelle : Willelmine. Comte n’est peut-être pas aussi enjoué qu’elle : il ne note rien de cette visite dans ses souvenirs et ne mentionne pas d’image de sa bien aimée. C’est que Clotilde est venue lui parler de littérature, de sa composition à elle, de ses espoirs et de ses rêves littéraires et que Comte a aussi de graves soucis financiers qu’il lui a caché soigneusement.[25]

 Clotilde, toute à sa joie d’avoir enfin trouvé son sujet d’écriture et le sentiment d’être soutenue par son mentor, lui écrit dans la matinée du jeudi 25 septembre (le lendemain donc de sa sixième visite) un court billet enjoué accompagné d’une mèche de ses cheveux qu’elle désigne comme : « le don du cœur accommodé à la simple nature ». Elle prend le temps de rédiger cette phrase hautement révélatrice de la tournure de sa relation avec son « cher philosophe » : « Mon profit, à moi, est de vous faire plaisir, et de me pénétrer de la sincérité de votre attachement, auquel j’attache tout son prix. » Notons encore une fois le tact et la sincérité de l’égérie : entre deux cajoleries non feintes centrées sur le « plaisir » de son Ami et le « prix » qu’elle attache à leur amitié il y a cette condition qui les lient maintenant et leur fait obligation : « me pénétrer de la sincérité de votre attachement ».

En ce qui concerne la sincérité de l’attachement de Mme de Vaux aucun doute n’est permis nous semble-t-il. A peine a t-elle expédié son premier billet, elle reçoit la lettre du lendemain de sa visite (postée pressée) d’Auguste Comte. Elle en prend connaissance et réalise qu’il a, lui aussi, des soucis d’argent.[26] Elle va donc écrire, le même jour, une lettre grave pleine de sollicitude. Clotilde débute cette missive par : « Vous m’inquiétez par ce que vous me dites de vos soucis. Je crains que votre générosité envers nous ne vous ait imposé des sacrifices… » Elle veut pouvoir l’aider : « Je vous en prie donc, mon cher ami : parlez-moi franchement, et avec affection. Réglez vous la-dessus sur moi. » Notons cette magnifique invitation qu’elle lui fera à plusieurs reprises : se « régler » sur elle. La frêle et encore jeune femme sait être forte quand il le faut : elle n’hésite pas à conseiller son Ami comme une sœur, voire une mère protectrice, marquant encore une fois la réalité de son pré-féminisme.[27]

V7 / le dimanche, 5 octobre 1845 

Auguste Comte recevra bien la lettre de Clotilde du jeudi matin, mais pas la petite boucle de ses cheveux annoncée. L’égérie se présente donc, ce dimanche 5 octobre, avec une nouvelle boucle que le philosophe s’empresse d’insérer dans un « petit médaillon » qui lui servira désormais chaque fois qu’il entreprendra de relire les lettres de Clotilde, puis après son décès chaque jour dans son « culte quotidien »[28]. Il demandera expressément la mise au tombeau avec lui de : « ce talisman » qui « sera seulement tenu sur mon cœur par ma main droite » [29]

Ce dimanche 5 octobre qu’il nommera « le doux retour » annule symboliquement les méfaits du fatidique dimanche du 7 septembre, un mois plus tôt. Le père du positivisme gardera, dans ses souvenirs de cette visite, une « image » de sa Muse, doublée d’une « image préférée ». Notons l’encadrement de cette chaleureuse visite par les deux lettres de Clotilde du 4 octobre et du 7 octobre. Dans la première, elle écrit : « Cheminons appuyés l’un sur l’autre, mon cher philosophe ; laissons le temps nous guider et nous faire » ; belle phrase sentencieuse légèrement sibylline à laquelle fait écho dans la seconde missive : « …je vous trouve supérieur de plus d’une manière, et vous êtes un ami tel que j’ai toujours ambitionné d’en posséder un. ». Très douce confidence clotildienne qui montre bien ce qu’elle voulait dire lorsqu’elle affirma à plusieurs reprises que « l’amitié savait aimer ». Dans ces deux lettres, comme dans d’autres, nous puisons la matière intellectuelle de la caractérisation que nous avons retenue, des sentiments de Clotilde de Vaux vis-à-vis de l’Amour éperdu d’Auguste Comte : « l’Amitié amoureuse ».

V8 / le mercredi, 15 octobre 1845 

 Depuis le baptême du 28 août, les yeux des Marie se sont dessillés : tout se passe comme si chacune et chacun avait pris conscience, ce jour là, qu’il se tramait quelque chose d’intime entre le parrain et la marraine. Certes le parrain avait déjà dû se faire remarquer par son assiduité appuyée auprès de Clotilde, mais cette dernière apparaissait sûrement jusqu’alors dans la disposition de ne pas franchir les limites de la courtoisie, de la politesse, de la bienséance. Notre conjecture, c’est qu’il y a eu ce jour quelque chose dans l’attitude de la marraine – et il peut y avoir une dimension de méprise si l’on songe à l’émotion de porter sur des fonts baptismaux un neveu de la part d’une jeune femme qui regrettait désormais beaucoup de ne pas avoir pas été mère – qui parut soudainement étrange, incongru, suspect. Il y eut, par exemple, cet « auguste baiser » à Auguste, que Comte sans aucunement le regretter incriminera : «Hélas ! ma Clotilde, le saint baiser par lequel vous avez voulu que fût dignement scellée, devant vos parents, notre heureuse noce spirituelle, aura peut-être décidé l’explosion intérieure de susceptibilités déjà éveillées ».[30] Dès lors une conflictualité couva entre Clotilde et sa famille, plus particulièrement avec sa mère, et Clotilde en souffre d’autant plus qu’elle a toujours aimée et admirée sa fine et énergique génitrice Henriette.[31] Les tracas d’argent des Marie ne sont pas à négliger pour autant puisqu’ils incitent la belle-mère Henriette à contraindre sa bru Félicie à renoncer à son repas du midi, ce qui contrarie fort Clotilde.[32]

Cette visite de Clotilde est donc placée sous le signe du réconfort qu’elle vient chercher chez son Ami tout en tentant de le réconforter à son tour en ce qui concerne ce qu’elle appelle avec tact : ses « ennuis d’affaires ». D’où ces phrases aphoristiques, moralisatrices et légèrement sentencieuses qu’elle affectionne : « Je sens combien il doit en coûter pour descendre de la pensée au machinisme. C’est là la croix des intelligences supérieures. Mais si la résignation est la plus raisonnable des vertus, c’est surtout en face de l’impossible. » [33]

V9 / le jeudi, 16 octobre 1845 

 Il s’agit de la première visite, à l’improviste, « ratée » de l’égérie d’Auguste Comte : la première effectuée à un moment où le maître de céans est absent. Ce fut néanmoins un grand jour pour le « père du positivisme ». Clotilde a été très éprouvée par la lecture de la lettre que sa mère vient de lui écrire. Madame Marie cherchait selon toute évidence à dissuader sa fille des deux choses auxquelles elle tenait désormais le plus : sa grande proximité avec Auguste Comte et son désir de publier, de se faire un petit nom dans le monde littéraire. Elle se rend aussitôt au 10, Rue Monsieur-le-Prince, frappe le cœur inquiet, Sophie Bliaux ouvre et lui fait savoir que Monsieur Comte est sorti. Clotilde est déçue : elle a besoin de réconfort, encore plus que la veille. Elle demande la permission de laisser un mot et l’aimable « bonne » l’installe aussitôt au bureau du philosophe, dans son cabinet de travail. Il est encore tôt : 9h et demi du matin et elle rédige, en s’appliquant autant qu’elle peut, à l’aide de la plume très incommode (très finement taillée) de son mentor, cette extraordinaire et courte missive du 16 octobre 1845 (sa trente deuxième lettre) qu’elle termine par : « Si vous vous sentiez assez de forces en rentrant pour venir causer avec moi, je vous attendrai. J’ai passé une nuit de folie ; mais j’ai envoyé à six heures chez mon médecin, qui m’a dit d’essayer un peu de vulnéraire, avant d’en venir à une légère saignée. A vous d’affection, Clotilde. »[34]

Ce billet est un véritable appel au secours de la Muse et une bénédiction pour Comte, il faut bien le dire. Il se précipita, dès son retour, au 7 rue Payenne, dans ce « saint domicile », qui enfin lui était devenu accessible.[35] Il en gardera une « image » doublée d’une « image préférée », en dépit du fait que les yeux de son égérie devaient être bien tristes ce jeudi là. Clotilde se remit lentement mais quelque chose semble bien s’être alors cassé de son enfance, de ses rêves, de son idéalisation de sa droite, généreuse et fière famille. Auguste Comte le comprit mais de façon très imparfaite tant il était à sa jubilation. Il mentionna dans ses « Eternels souvenirs périodiques d’un vertueux amour » pour cette date cette souvenance essentielle : « Son saint baiser conjugal ».

V10 / le lundi, 20 octobre 1845 

 C’est la seconde et dernière visite « ratée » de Clotilde de Vaux. Auguste Comte ne peut imaginer que ce jour là elle risque de se rendre chez lui à l’improviste aussi est-il absent en ce début d’après-midi. Le scénario du jeudi précédent se reproduit : Sophie installe l’égérie au bureau du philosophe (à une heure trente précisera-t-il plus tard) et y rédige sa courte missive. Elle est de bien meilleure humeur car sa mère lui a apporté, en matinée, une lettre qui lui « a fait grand bien.» La jeune femme est tellement heureuse de ce geste et à l’évidence du contenu, qu’elle a apporté avec elle cette lettre de (ré)conciliation, très importante pour elle. Elle la « laisse » à son Ami, afin qu’il en prenne connaissance. Elle indique : « Je lui ai répondu un mot plein de l’affection qu’elle m’inspire en dépit de nos petits différents et de nos différences de nature ». Sans doute Henriette Marie qui aimait ses enfants avait-elle perçue combien les reproches qu’elle avait dirigés à l’encontre de sa fille l’avaient éloignée d’elle et augmentée la souffrance de chacune. Clotilde n’entendait pas céder sur le sujet de son indépendance de femme : ni en ce qui concerne ses fréquentations avec Auguste Comte, ni en ce qui relevait de à son activité littéraire.[36] Enfin l’égérie termine sa lettre par ce ton taquin, enjoué, spontané et chaleureux, qui faisait aussi son charme : « Je ne voudrais pas être condamnée à me servir une heure de votre plume. Je vous trouve bien habile d’en tirer d’aussi belles choses »

Joie d’Auguste Comte dans la lecture et la relecture de cette trente cinquième missive de celle qu’il adorait mais aussi inquiétude d’avoir par son absence « raté » une si sublime visite. Que pensez-vous qu’il retranscrivit pour ce jour malheureusement resté sans « image »? Tout simplement : « Sa seconde station conjugale à mon bureau. »

Lorsque vous visiterez le 10, rue Monsieur-le-Prince et qu’après avoir laissé le « siège de Clotilde » vous entrerez dans le cabinet de travail du Maître, découvrant aussitôt son bureau avec le siège attenant et le grand miroir qui fait face, songez un instant que la touchante Clotilde de Vaux y a « stationné » à deux reprises ; que ses « beaux yeux émeraude » se sont attardés sur cette frêle image d’elle même, à jamais effacée comme l’est depuis longtemps, celle de son grand Ami adorateur.     

V 11 / le dimanche, 26 octobre 1845

 Décidément ce mois d’octobre de « l’année sans pareille » a été fertile en ce qui concerne les venues de Mme de Vaux : 5 en un mois, un record !  Cette fois-ci Clotilde de Vaux s’est annoncée dans sa lettre de la veille. Très importante lettre qui révèle beaucoup de choses sur les sentiments et les attitudes de Clotilde vis-à-vis des siens ainsi que ses idées sur la vie humaine et en société d’une manière plus générale.[37] Elle a encore besoin d’être réconfortée par le philosophe en ce qui concerne sa relation avec les siens ; le besoin de lui expliquer ses inquiétudes, ses tourments et ses contrariétés. Ce serait se méprendre beaucoup que de l’entrevoir comme une poseuse, une femme qui cacherait ses émotions, ses affects, ses craintes ou ses idées. Elle a confiance en son Ami, une grande confiance même, qui n’a cessé de se progresser au cours du temps. Elle attend donc de lui, en toute simplicité, du réconfort, de l’écoute, des conseils judicieux, de l’aide.

 Pourtant quelque chose d’apparence très anodine chagrine le philosophe : il attend immanquablement « sa » Clotilde les mercredis et la voici qui, après s’être rendue chez lui à l’improviste à 2 reprises, au risque de le manquer, s’annonce et survient un dimanche. Si cet homme attachant avait les capacités d’une grande et même, à plus d’un égard d’une géniale intelligence, il était dépourvu, en revanche, d’esprit de souplesse, et même peu porté aux accommodements. La très sensible femme s’en rendit compte au cours de sa visite : elle devina cette contrariété de son Ami et débuta sa missive du mardi 28 octobre par : « Mon cher Philosophe, j’espère que vous ne m’en voulez pas pour avoir changé notre mercredi en dimanche. En y réfléchissant, j’ai compris que vous deviez pourtant préférer le premier. »

 Vous aurez encore une fois noté le grand tact de Clotilde de Vaux, cette formulation « notre mercredi » qui ne pouvait que transporter de joie son amoureux tant elle abondait, avec grâce, dans le sens de ses désirs les plus profonds. Elle le connaissait bien. Il appréciait en retour, grandement, sa franchise et sa finesse. Ce n’est pas s’en l’avoir éprouvé, dans sa vie la plus intime, qu’Auguste Comte érigea le sexe féminin sur un piédestal. Quoique l’on puisse penser de cette étrange « philogynie » qu’il affirma et professa de plus en plus, il est difficile de ne pas l’attribuer, en très grande part, au contact et donc à l’influence de sa tendre égérie.

V12 / le mercredi, 5 novembre 1845 

 Sur les onze visites précédentes, 2 seulement ont eu lieu un mercredi (voir ici les V6 et V8) en dépit du fait qu’Auguste Comte tenait tout particulièrement à ce jour. Clotilde qui en est parfaitement consciente se rend, comme elle l’a écrit la veille, au 10 rue Monsieur-le-Prince pour y passer une bonne partie de l’après-midi. Elle aime les « causeries au coin du feu » (ce que son Ami appelle : « nos libres épanchements ») mais elle a de la peine à « oser être elle-même »[38] en présence de cet homme qui la porte aux nues et qui l’impressionne par son ascendant intellectuel.[39] Aussi le plus facile pour elle est d’occuper ses mains avec des travaux de couture, de ravaudage de ses propres vêtements. Des travaux utiles qui lui permettaient de surseoir à des dépenses vestimentaires, en un mot : d’économiser. C’est la raison de la présence de cette « aiguille » (et de tout ce qui va avec) qu’elle a annoncée le 30 octobre et que le savant « baise » en même temps que les mains de sa Muse dans ces termes : «J’attendrai donc, dès mercredi prochain, la prompte arrivée que vous m’annoncez, et vous me permettrez, j’espère, de baiser avec respect la gracieuse aiguille qui me promet un long entretien ». [40] Ainsi la douce et prolongée conversation alterne ce jour avec des moments de silence et le philosophe, tel un enfant émerveillé devant l’ouvrage de sa mère, pose son regard amoureux, sur ces doigts fins et habiles, ce visage concentré et apaisant, cette présence tutélaire, qu’il voudrait encore et encore, pouvoir retenir, admirer, absorber.

 Ce long et très émouvant entretien se termine par « un baiser » qui tourmentera Auguste Comte. Il débute sa missive du lendemain par une plate excuse à cause de son « souffle » altéré par un « trouble gastrique », lui demandant son pardon pour ce « baiser inconsidéré ». Elle répond le 7 novembre avec cet incipit taquin : «Mon cher philosophe, je croyais que c’était moi qui vous avait donné hier un bon baiser d’amie. S’il en est autrement, je vous offre mon absolution de bien grand cœur. »[41]

Clotilde de Vaux avait assurément de sens de l’humour et celui de la répartie, ce souci de dédramatiser, d’apaiser une relation fondée, de son point de vue, sur le meilleur dont les humains sont capables à savoir: l’Amitié.

V13 / le mercredi, 12 novembre 1845

 Une semaine s’est écoulée très riche en émotions de part et d’autre. Comte aime son égérie comme jamais et cette dernière toute pétrie « d’affection » et de reconnaissance se confie à lui, s’appuie sur lui, se tourmente aussi pour lui. Tout aurait dû contribuer à une visite merveilleuse, à un moment d’intense jubilation pour Comte qui n’hésite pas une seconde de remettre, en main propre, à « sa chère Clotilde », pour la troisième fois, 100 francs. Il n’en fut rien : le philosophe quittera « Celle Aimée » le cœur gros et inquiet. Clotilde avait fait un malaise et il la savait malade sans connaître les raisons et l’ampleur de son mal. Elle avait du quitter sa chaise fauteuil pour s’étendre et cette douloureuse « image » le poursuivit : « Hélas ! je vous verrai longtemps dans la douloureuse attitude que vous aviez sur mon petit sofa. »[42] Et puis il y avait une autre raison à son tourment et il s’en ouvrit dès sa missive du lendemain : « …je dois néanmoins vous indiquer avec franchise combien j’ai cru acquérir la presque certitude que votre cœur ne pourra jamais dépasser envers moi la simple amitié. » [43]

V14 / le mercredi, 19 novembre 1845 

 Clotilde a bien compris le chagrin authentique de Comte et la forme de chantage même, qu’il lui destinait ainsi et elle en souffrit, s’en préoccupa une fois de plus. Elle s’en préoccupa d’ailleurs jusqu’à sa dernière lettre, jusqu’à la fin, jusqu’à ce que les atroces tourments de la douleur physique et de l’inquiétude vitale ne l’envahissent. C’est donc une nouvelle visite de Clotilde avec l’aiguille très vraisemblablement. Une visite apaisée en ce qui concerne la relation entre les deux amis dans une période que le philosophe caractérisera par cette sentence dans ses « Eternels souvenirs périodiques » : « Notre doux régime définitif ». Il y a certes du regret dans ces deux adjectifs trompeurs: « doux » et « définitif » ; mais après tout Clotilde est là, elle vient maintenant régulièrement et plus encore, elle a écrit la veille : « Les soirées de famille deviennent si tristes à cause de toutes les susceptibilités féminines, que je vous offre de venir me voir le samedi (ou le vendredi, s’il vous convenait mieux), et de prévenir que vous ne viendrez plus que le lundi en rue Pavée. » [44]

V15 / Le mercredi, 3 décembre 1845 

 Clotilde n’a pas pu venir le mercredi 26 novembre : son état de santé s’est aggravé, aussi ne se rend-elle chez Comte que le mercredi suivant. La santé, sa grande préoccupation récurrente, avons nous déjà remarqué, mais aussi l’attitude des siens, leur défiance désormais à l’égard du philosophe. A contrario jamais elle ne s’est ressentie aussi proche et soucieuse du bonheur de son Ami ; ce qui le comble de bonheur. Examinons rapidement le contexte de cette visite mémorable. N’a-t-il pas reçu une dizaine de jours auparavant cette étonnante missive de son égérie qui débute par : « Vous êtes le meilleur des hommes ; vous avez été pour moi un ami incomparable, et je m’honore autant que je me tiens heureuse de votre attachement ».[45] Clotilde poursuivant : « Vous ne m’avez seulement pas comprise, ni assez ménagée dans ce qui tient à la liberté du cœur ». Volonté d’indépendance, pré-féminisme vécu, assumé, sinon revendiqué chez cette femme trentenaire, avons-nous déjà essayé de mettre en lumière[46]. Mais aussi une dimension d’abnégation, de don de soi, que Clotilde va introduire dans cette lettre: « Maintenant, j’ai fait ma part. Comme je vous aime sincèrement, si vous persistez à regarder comme malheureux pour vous le désir de repos moral dont j’ai besoin pour m’engager avec sagesse, je vous le sacrifierai. » Après le « don du cœur »  c’est quasiment le « don du corps » qu’elle lui offre en précisant : « lasse de souffrir ou de faire souffrir ».

Grandeur du philosophe et pureté de son désir si d’aucuns en doutaient : il lui offre en retour sa propre abnégation. La postérité doit se souvenir : « l’Ami » a été à la hauteur de « Celle Aimée », son douloureux sacrifice participe au plain-chant de l’Amour vertueux, au cantilène de Cupidon assagi. En effet le tendre soupirant répond à sa Muse, sans ambages, le lendemain: « Votre admirable sacrifice suffit aujourd’hui pour me garantir à jamais votre inestimable tendresse : je vous renouvelle, du fonds du cœur, la ferme assurance d’attendre sans impatience que le besoin d’une complète union se fasse aussi sentir en vous. » S’il y a un jour où Auguste Comte a, plus que tous les autres mérité, le titre de « philosophe » – c’est-à-dire comme chacun sait « d’Ami de la Sagesse » – c’est bien ce lundi 24 novembre 1845, où il trempa sa plume dans son encrier, dès cinq heures du matin (donc en pleine nuit à cette saison) pour écrire la phrase que nous venons de (re)lire. Maintenant que nous nous sommes remémoré l’état d’esprit de chacun nous comprenons ce qui se joue entre ces deux cœurs mutuellement attendris, ce mercredi 3 décembre.

Clotilde qui lui a déjà offert son poème : « les pensées d’une fleur » [47] arrive ce 3 décembre 1845, au 10 rue Monsieur-le-Prince, tenant à la main son joli bouquet de fleurs séchées qui sont, a-t-elle écrit : « le produit net de l’amitié ». Cette « amitié » qui « sait aimer » comme les fleurs savent embellir et parfumer ajouterons-nous, fidèles à l’esprit clotildien.

Dommage et presque étrange que le propagateur du «vivre pour autrui » n’ait pas conservé, pour ce jour d’offrande mémorable, une « image » de son Aimée. Mais il en a gardé en revanche un immense souvenir : « ses doubles fleurs éternelles » écrira-t-il avec son emphase touchante. Souvenir fondateur qu’il fera en sorte de transmettre à ses disciples. Ainsi « le vase » qui a contenu ces « immortelles » fleurs, symbole durable d’une grande tendresse, l’a-t-il désigné, dans son Testament, au même titre que le « siège de Mme de Vaux », comme « appartenant au trésor sacré de l’Eglise universelle »[48]. Les disciples qui ont sauvé son appartement ont aussi respecté ces irrévocables dispositions. Les bouquets de fleurs (de roses en particulier) ont scandé au même titre que les cantiques « altruistes », les cérémonies attenantes à la Religion de l’Humanité, là où elles eurent lieu[49] Tout ceci en souvenir de Clotilde de Vaux : pour commémorer ce don, si spontané, qu’elle a fait, le mercredi 3 décembre 1845, en direction de son tendre bienfaiteur.

Ajoutons que cette visite que nous aurions du compter comme l’un des plus beaux des jours de « l’année sans pareille », reste marquée du sceau d’une forme de regret. Le lendemain Clotilde semble s’en expliquer en débutant sa lettre par : « Cher ami, vous êtes si bon pour moi que je souffre souvent véritablement de ne pas oser être moi-même avec vous. »[50] Elle reviendra le surlendemain de cette visite en écrivant dès sa première phrase : « Vous me gâtez mon tendre ami ; c’est moi qui ai été fort maussade à ma dernière visite chez vous… »[51]

V16 / le samedi, 13 décembre 1845 

 Clotilde est toujours tourmentée et sa santé l’a encore empêchée de rendre visite à son Ami le mercredi suivant. Pourtant elle termine sa missive de ce mercredi 10 décembre par des phrases très tendres qui répondent aux inquiétudes de celui qui avait utilisé dans sa lettre du dimanche soir précédent[52] l’expression sans équivoque : « divine Clotilde ». Elle écrit donc : « Quel que soit notre sort, j’espère que la mort seule rompra le lien fondé sur tous ces sentiments ; et je vous offre la douceur de cette pensée en échange de celles que je vous ai ôtée ». Etrange et belle sentence prémonitoire de « Celle Aimée » que ce dernier n’hésitera pas à qualifier de : « Sa sainte déclaration conjugale » [53] .

Clotilde arrive de bonne heure ce samedi comme elle le lui avait promis et repart le cœur plus léger, heureuse, contente. Sa lettre du lendemain l’ atteste : « Je prenais ma plume pour vous remercier de votre bonne et excellente réception d’hier… ». C’est une égérie qui a repris espoir dans sa capacité à vivre un jour de sa plume qui s’exprime dans cette lettre et remercie Comte pour cette confiance à laquelle il a contribué à travers son indéfectible soutien. Elle lui demande aussi la permission de rester chez elle, pour pouvoir disposer de plus de temps pour écrire, les mercredis pendant « trois ou quatre semaines ».

V17 / le mercredi, 17 décembre 1845

 Tout à sa joie et à ses espérances Clotilde a réveillé, sans le vouloir, la jalousie de Comte, en lui narrant la visite chez elle de Mme Marrast : « vraiment excellente femme ». Aussi prend-elle la peine de venir réconforter son Ami et sans doute de tenter de le persuader du non fondé de ses craintes et de sa jalousie, ce mercredi 17 décembre. Cette visite fut relativement courte : Clotilde concédait déjà sur son temps d’écriture et ne pouvait qu’être profondément agacée par ce que son adorateur embarrassé désignera lui-même comme : «… mes explications, d’ailleurs inopportunes peut-être, ou du moins trop pressantes… »[54] Cette visite n’a guère laissée de traces sinon cet aveu comtien dans la missive du surlendemain : « j’ai aussitôt senti combien vous deviez me trouver maussade dans votre dernière visite, qui, malgré sa brièveté inusitée, a dû vous sembler bien longue. »

L’adorateur de Clotilde de Vaux qui, trop souvent, ne savait pas vraiment voir ou entendre ce que sa Muse souhaitait patiemment lui montrer ou faire comprendre, disposait néanmoins d’indéniables qualités, qui ne doivent pas être sous estimées: une faculté de clairvoyance, d’empathie, d’intuition vraie.

V18 / le mercredi, 24 décembre 1845  

 Le samedi qui précède Auguste Comte a eu l’insigne joie de pouvoir faire sa visite au domicile de son Amie pour la quatrième fois. Et Clotilde vient ce mercredi comme promis mordant sur son indépendance, son temps d’activité littéraire. Elle ménage, à l’évidence, son fragile philosophe, trop dépendant et inquisiteur mais aussi si tendre, si sincère jusque dans ses insupportables soupçons. Il a, depuis la période préparatoire au baptême fait l’acquisition de deux paires de gants pour magnifier la beauté de son égérie : une paire blanche qu’il lui a déjà remise (qu’elle a très vraisemblablement portée le 28 août) et une paire noire qu’il songe à lui remettre, au cours de la période de cadeaux de fin d’année. Clotilde sait-elle qu’il a déjà acheté la paire noire ? Permettez-nous d’en douter puisqu’elle tente de le dissuader d’une telle dépense dans sa lettre du lendemain en prolongement de la discussion de la veille : « Mon tendre ami, je vous assure en conscience que je ne mettrai pas un seul de vos gants avant le printemps. Puisque vous voulez bien dire que vous me les devez, permettez-m de conserver cette créance-là jusqu’au mois de mai. » Et pour être bien claire elle ajoute quelques phrases plus loin : « Je vous demande donc instamment de ne pas faire si petite dépense que ce soit pour mon luxe. »[55]

 Clotilde, qui décèdera le 5 avril 1846, ne verra jamais ce mois de mai qu’elle avait évoqué. Sans doute n’a-t-elle jamais reçu sa paire de gants noirs.[56] Une preuve de plus de son très respectable désintéressement nous est donnée dans cet épisode très révélateur : jamais elle ne voulut abuser de la puissance, que les sentiments qu’elle inspirait à son « tendre ami », lui procurait.

V19 / le samedi, 3 janvier 1846  

 La veille, Clotilde qui se réjouissait des « beaux rayons de soleil » de cette nouvelle année, annonça à son Ami son désir de lui rendre visite, plutôt que l’inverse. Elle arriva donc vers midi, sans doute après un agréable brin d’une marche vivifiante, dont elle ressentait beaucoup le besoin, étant restée à se reposer et travailler chez elle les jours précédents. Elle vient causer avec son mentor, sans doute l’entretenir de « Willelmine » qui lui tient tant à cœur : « c’est l’enfant de mes tristesses solitaires »[57]. Comte évoquera le lendemain le « véritable bienfait » du « noble et cordial entretien » que cette visite a procuré.

Elle répond le soir même à cette missive postée pressée[58] : « Comme à vous, la journée d’hier m’a fait du bien, j’aime à m’instruire sans me fatiguer, et j’en trouve toujours l’occasion dans nos causeries.»

Notons avec le « sans me fatiguer » la franchise juvénile de la jeune femme et puis avec le « nos » qui ne flagorne pas, le rôle essentiel qu’elle assume : la Muse mesure ce que sa présence et son écoute inspirent au philosophe.

V20 / le mercredi, 7 janvier 1846   

Bien que Clotilde ait, en ce début d’année, à nouveau des soucis de santé et d’argent, des tensions avec sa famille, Sophie Bliaux, qui lui a rendu visite la veille, rapporte à son maître qu’elle l’a « trouvée chantant ». Aussi c’est une égérie qui reprend courage et pleine de reconnaissance qu’il faut imaginer ce mercredi 7 janvier. Comte lui prête encore de l’argent, 50 francs pour payer le terme de son loyer. Elle accepte dorénavant ce « patronage » qui comble les lacunes de sa famille, en particulier de sa mère.[59] Elle conforte « son philosophe mentor » face aux « tracasseries » matérielles qu’il lui révèle et revient encore une fois sur ses projets d’écriture. Elle le remerciera chaleureusement dans sa missive du lendemain par cette phrase liminaire : « Vous avez le cœur d’un chevalier, mon excellent philosophe ; et c’est une belle chance dans la vie d’une femme malheureuse de rencontrer un ami comme vous. »

Auguste Comte a certainement relu mainte fois cette amoureuse missive, du jeudi matin 8 janvier 1845, en réponse à leur entretien de la veille. Missive qui se clôt par : « Bonjour, mon tendre ami ; portez-vous bien, et comptez sur ma profonde affection. Je vous embrasse de cœur. Clotilde ». Notons ce « Bonjour »         inhabituel chez elle et qui n’anticipe volontairement pas sur le fait qu’il ne recevra cette lettre (postée normalement) que le lendemain. Sans-doute la Muse signifiait quelque chose de très important : désormais elle aussi, commençait ses journées, en se tournant d’abord vers son Ami pour, en lui adressant son « bonjour », tenter de bien vivre à deux (même séparés) la journée qui débutait.

Un important post-scriptum vient compléter cet envoi : Clotilde réclame au philosophe « une lettre, à la fois philosophique et sentimentale, sur les avantages et l’importance de l’institution de la famille et du mariage ». Elle veut ainsi renforcer l’intérêt de sa nouvelle en citant Auguste Comte sous cette forme : « l’auteur de la philosophie positive ».

Auguste Comte exulta de joie et termina, le 11 janvier 1846, sa longue « Lettre philosophique sur le mariage, composée pour Mme Clotilde de Vaux, sur sa demande, par l’auteur du Système de Philosophie positive.»

 Il data aussi de ce jour « enchanté » ce qu’il appela : « Ma secrète collaboration ».

V21 / le mercredi, 14 janvier 1846  

 C’est une des plus heureuses visites qui a lieu ce jour là : elle laisse à « l’auguste Ami » une « image » et même une « image préférée » de Clotilde. Cette dernière a sans doute écouté[60] Comte lui commenter la «Lettre philosophique sur le mariage », qu’il lui remet en même temps, le même jour. Elle est venue un peu plus tard que d’habitude mais pour la première fois elle a accepté de rester à dîner et le philosophe exulta de bonheur. Il mentionnera ce jour comme celui de : « notre chaste table conjugale ».[61]

V22 / le mercredi, 21 janvier 1846 

 La « douce intimité  de cette heureuse semaine»[62] se prolonge le mercredi suivant et Clotilde accepte, pour la seconde fois, de rester à dîner au 10 rue Monsieur-le-Prince.[63] La difficulté qu’elle va ressentir à l’issue de ce second repas en tête-à-tête et dans l’intimité de son « tendre ami » – de celui à l’intention duquel elle terminera sa missive du surlendemain : « Je vous embrasse tendrement, Clotilde » après avoir écrit cette phrase remplie de gratitude: « Je reviens toujours dans ma solitude pénétrée de la bonté et de la noblesse de votre cœur, ainsi que du bonheur que j’ai eu de vous acquérir. » – c’est ce besoin qu’il ressent d’instituer en habitude, donc en « obligation », ce qui relève de la spontanéité de l’existence et de l’imprévisibilité des jours vécus.

V23 / le mercredi, 28 janvier 1846  

 La missive d’Auguste Comte de la veille de ce jour de visite est on ne peut plus claire à cet égard puisqu’elle se termine par cette « humble demande » : « Il s’agirait de régulariser désormais l’aimable concession que vous m’avez faite spontanément, ces deux dernières semaines, en dînant avec moi dans votre bienfaisante visite du mercredi. »[64] Comme les précédents mercredis l’égérie se rend donc au 10 rue Monsieur-le-Prince mais se retire avant l’heure du dîner. Le philosophe est déçu, meurtri même et Clotilde qui s’en rend bien compte, sans céder pour autant, apporte dans sa missive du lendemain des explications embarrassées tout en gardant un ton presque taquin et en conformité avec ce qu’elle a tout de même prit soin d’expliquer la veille de cette visite, dans sa lettre du mardi soir tout de suite après avoir lu la missive de Comte. Elle lui avait écrit son refus d’ériger « en habitude » ce dîner chez lui.

 V24 / le mercredi, 4 février 1846 

 Ce jour de visite comme les deux qui suivent s’inscrivent dans ce contexte compliqué pour Auguste Comte où s’entremêle la joie de la voir enfin venir régulièrement chez lui les mercredis après-midi – elle exauce ainsi son vœu « d’époux » très cher – avec la grande contrariété de la voir repartir avant le dîner – dans son langage : de déserter la « table conjugale ». Cela donne dans les « Eternels souvenirs périodiques » pour les 4, 7 et 11 février 1846 cette sentence typiquement comtienne : « Malgré un nuage momentané, le cours paisible d’une sainte intimité. »

C’est ainsi qu’il combattait « l’accès de spleen » que le refus de Clotilde de pousser plus loin l’intimité engendrait. Pourtant rarement son égérie ne s’était davantage confiée à lui et n’avait, avec autant de tendresse, cherché un appui, un réconfort, un conseil auprès de lui ; que ce soit pour sa santé, ses soucis d’argent, ses avancées littéraires ; sa lettre de l’avant veille en fait foi. Curieusement Auguste Comte n’a pas mentionné ultérieurement le souvenir d’une « image » de son grand Amour, lors de cette « excellente entrevue d’hier » comme il aime à le rappeler dans sa missive du lendemain. Curieusement car quelque chose encore de la beauté de Clotilde le frappa très fort ce mercredi 4 février. Ecoutons ce qu’Eros dictait au père du positivisme en parcourant cette nouvelle grande déclaration d’Amour qui colore de part en part sa missive du jeudi soir 5 février 1846. Ecoutons-le en saisissant au vol des mots puissants et sans équivoque, pesés et  révélateurs : « ma très chère amie »… « votre précieuse tendresse»… « jeune et jolie dame »… « augmenter encore votre beauté »… « votre charmante fraîcheur »…  « ma bien aîmée »… « ma noble et tendre Clotilde »… « adorable compagne du reste de ma vie »… « Amour et respects éternels ».[65]

V25 / le samedi, 7 février 1846 

 Bien qu’il ne soit pas dans notre propos d’analyser ici les visites d’Auguste Comte au domicile de sa Muse, nous devons tenir compte des 8 visites de ce type, effectuées les samedis après-midi, après la toute première effectuée le jeudi 16 octobre 1845.[66] Elles ont grandement contribué au rapprochement de Clotilde et de son Ami. L’égérie évoqua à plusieurs reprises leurs « causeries au coin du feu »,  chez elle, dans son modeste appartement.

 Le jeudi 5 février Clotilde, qui tente de se soigner, décide de venir plutôt le voir ce samedi que l’inverse, comptant sur le bienfait d’une promenade vivifiante. Elle s’est annoncée pour midi et demi. Comte l’attend avec impatience et gardera une « image » doublée d’une « image préférée » de la douce présence de « sa Clotilde » cet après-midi du 7 février ; tout en filant avec elle, selon ses propres termes : « le cours paisible d’une sainte intimité ».[67]

V26 / le mercredi, 11 février 1846

 Quatre jours plus tard Clotilde se rend à nouveau chez son Ami et lui emprunte, à nouveau 50 francs, afin de pouvoir s’acheter « un petit appareil à ventouses » lui permettant de se soigner à domicile, sans avoir besoin de faire appel à son médecin. Clotilde, repartie avec le cœur plus léger, remerciera son « protecteur » chaleureusement dans sa missive du lendemain, évoquant ce « souvenir de vos bontés d’hier, dont je suis heureuse de vous remercier mon aise » ; le traitant de «mon tendre ami » ; ajoutant cette belle phrase pleine d’emphase et de reconnaissance sincère: «Votre cœur est le sanctuaire où je dépose tout ce qui constitue ma vie ; les petits comme les grands événements, tout vous est connu, et vous savez que je n’ai encore fait de mal qu’à moi. » ; terminant sa lettre par « Je vous embrasse tendrement comme je vous aime, Clotilde de Vaux ».

 L’on imagine sans difficulté le « chaste baiser » qu’Auguste Comte a dû recevoir ce mercredi 11 février, ce geste spontané de remerciement de Clotilde dont il a gardé, pour ce jour, une « image » doublée d’une « image préférée ». Pourtant une ombre est passée et sérieuse dont témoigne la « correspondance sacrée », un nuage qui concerne leur désaccord au sujet du publiciste Armand Marrast. Mme de Vaux a réclamé, tout simplement, à son Ami la liberté et la confiance, défendu son statut de « femme indépendante », tout en lui donnant sa « parole d’honnête femme ». Elle n’a pas cédé sur ces points essentiels le mercredi 11 février, elle a pensé à la fois convaincre et rassurer Auguste Comte. La missive qu’elle recevra le surlendemain lui révélera qu’à l’évidence il n’en est rien et que la jalousie du philosophe, sa rancœur à l’égard de Marrast redoublent. L’égérie répond aussitôt la matinée du vendredi 13 février et, furieuse comme rarement, porte la contradiction à cette défiance qu’elle insupporte : « Je ne vois pas ce que je puis ajouter ou retrancher à ma conduite, et ce serait du pur charlatanisme que de vous faire hommage de quoi que ce soit dans cette affaire. »

V27 / le mercredi, 18 février 1846

 Clotilde constamment loyale envers Comte a tout simplement pensé qu’il lui suffisait de demeurer la femme qu’elle se savait être pour préserver son indépendance et bénéficier de l’aide que la sympathie du couple Marrast lui laissait entrevoir[68]. Mais c’était sans compter avec cette puissance de la jalousie morbide que Cupidon instillait chaque fois qu’elle s’ouvrait devant son Ami de ce qu’Armand Marrast lui permettait d’espérer. Touchant Auguste et touchante Clotilde dans ce qui a été le plus dangereux pour leur inoubliable Amitié Amoureuse. Touchante visite de Comte au 7 rue Payenne le samedi 14 février [69], qui précède cette ultime visite de son égérie au 10 rue Monsieur-le-Prince.[70] Pour bien s’en convaincre il suffit de relire la missive « algarade » de Clotilde de Vaux, du vendredi 13 février, que nous venons d’évoquer ; de bien mesurer avec sa franchise directe et même cruelle la dimension de pré-féminisme de l’égérie, inhérente au refus de plier ou de contrition ; et de relire la douloureuse réponse du philosophe, le dimanche 15 février. Quelques phrases choisies montreront bien la tension que la visite du mercredi 18 février finira malgré tout d’apaiser : « Ce nuage passager laissera pourtant dans mon cœur une mélancolique impression permanente.»… «Mais je n’oublierai jamais le trouble mal dissimulé de votre céleste physionomie qui semblait, à mon arrivée, me reprocher silencieusement de tromper vos plus chères espérances… » Eloquence silencieuse alliée à l’inoubliable beauté de Mme de Vaux[71] aux yeux de son adorateur, dans son esprit et ses souvenirs, allant jusqu’à vouloir témoigner devant la postérité d’une « céleste physionomie ».[72]

 La question de la sanctuarisation du 10, rue Monsieur-le-Prince 

 La particularité du domicile de Comte est certes d’avoir été préservé grâce à la volonté et l’action intelligente de disciples fidèles et d’admirateurs attentifs dans des moments décisifs[73] et d’être ainsi devenu un véritable Musée, tout empreint de beauté et d’authenticité ; il a aussi, et en tout premier lieu, cette particularité d’avoir été sanctuarisé, du vivant du philosophe, par lui-même, très explicitement. Ainsi dans sa « Sixième Sainte-Clotilde »[74] (du 27 mai 1850) Comte écrit (s’adressant à sa « Noble et tendre Épouse ») à propos du 10 rue Monsieur-le-Prince : «le précieux domicile consacré par toi ».

De même dans son « Testament » publié en 1855 (deux ans avant une disparition qu’il n’entrevoyait nullement) le « fondateur de la religion de l’Humanité » nous apporte les preuves les plus solennelles de cette sanctuarisation. Après avoir justifié l’opportunité de cette rédaction testamentaire, décrit les dispositions propres à son enterrement et à sa sépulture, décrit tous les objets qu’il léguait à Sophie Thomas (sa « fille adoptive ») ainsi qu’à Paul Thomas (l’enfant du couple Thomas); à plusieurs de ses disciples exécuteurs testamentaires ; le philosophe qui se décrit lui-même comme « Grand-Prêtre de l’Humanité » en vient à ce qu’il lègue au « pontife suivant » (non désigné encore) « comme appartenant au trésor sacré de l’Eglise universelle ». Outre le « sceau pontifical »[75] nommément désigné, ainsi que sa bibliothèque « en trois parties » apparaissent alors dans ce legs « toutes les reliques de Clotilde de Vaux » (ses lettres manuscrites en particulier) mais aussi « le fauteuil rouge » qui n’est autre que « le siège de Mme de Vaux pendant ses saintes visites du mercredi », les fleurs offertes par « ma sainte collègue » ainsi que « leur vase ».

La chaise-fauteuil de Clotilde, jamais été restaurée, trône encore, au milieu du salon, du 10, rue Monsieur-le-Prince, sous la belle peinture de Louis-Jules Etex (1810-1889), acquise par Comte en 1854, représentant Clotilde de Vaux et installée à cet endroit précis juste en face de la peinture du même, représentant le philosophe. Cette chaise pleinement sacralisée a servit « d’autel domestique » à Auguste Comte. Du vivant de Clotilde, il s’agenouillait devant, en relisant chaque jour, les lettres de son égérie. Après sa mort il l’utilisa pour invoquer sa « seule véritable épouse » dans ses prières journalières et pour en apercevoir dans des moments d’extase « la divine image »[76].

Seul Auguste Comte avait le droit, en tant que « Grand-Prêtre », de prendre séant sur ce véritable « trône pontifical », pour administrer l’un des 9 sacrements qu’il avait progressivement institués.[77] Ce trône fut reproduit à l’identique et placé dans les temples brésiliens pour rappeler, à chacune et chacun des coreligionnaires au-delà des océans, le caractère de « Sainte Métropole » de la ville de Paris, le fait que le premier Temple (au sens de premier lieu consacré) de la Religion de l’Humanité ait été (et doit rester pour toujours) à l’adresse du 10, rue Monsieur-le-Prince et enfin pour que puissent être réunis (conformément aux vœux les plus chers du philosophe pontife) dans une même vénération : les deux « Très-Saints fondateurs de la Religion de l’Humanité. » [78]

Ainsi se termine notre recension des allées et venues au 10, rue Monsieur-le-Prince, de l’égérie d’Auguste Comte. Les tendres et amicales visites, au fil des semaines scandant « l’année sans pareille », ont contribué grandement à la légende de Clotilde de Vaux sans que cette dernière ne l’ait voulu.

Aujourd’hui la création religieuse à laquelle ont aboutit la pensée et l’œuvre du « père du positivisme » se trouve quasiment réduite à l’état de curiosité et de témoignage historique ; la tendre inspiratrice, sans être totalement oubliée demeure passablement mal connue : c’est, pas à pas, que nous continuerons à cheminer ensemble, pour œuvrer à un « juste » souvenir…

  NOTES:

[1] Il convient d’ajouter au corpus utilisé la « Dédicace » consacrée «  à  la sainte mémoire » de Clotilde de Vaux, rédigée le 4 octobre 1846, et placée en tête du premier volume du « Système de Politique Positive», publié en 1851. De même, l’ «Invocation finale » adressée à la « Noble et tendre patronne », rédigée le 24 juillet 1854, et placée à la fin du quatrième et dernier tome du « Système de Politique Positive », publié en 1854.

[2] Voir la note (15) du billet, de mai 2017, intitulé : « De l’Amour entre Auguste Comte et Clotilde de Vaux:  l‘échange de présents, dons et cadeaux » dans notre carnet de recherches :  Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte , openedition.org/18062 (ISSN 2558-0639) où nous avons annoncé cette recherche, préparée dans la perspective d’une visite conférence au 10, rue Monsieur-le-Prince, le mardi 6 février 2018.

[3] Permission qu’il regrettera amèrement plus tard lorsque sa brouille avec le philosophe sera consommée au moment tragique de la disparition de Clotilde. Il s’accusera d’avoir ce soir là, en acceptant le caprice de sa sœur, provoqué son idylle avec Comte qu’il réprouva sans ambages.

[4] Voir la 3ième lettre de Comte à Clotilde de Vaux du 14 mai 1845.

[5] Voir dans les archives de la Maison d’Auguste Comte les « Eternels souvenirs périodiques d’un vertueux amour » du 27 mai et du 14 septembre 1846.

[6] Voir la 3ième lettre de Comte à Clotilde de Vaux du 14 mai 1845.

[7] Elle se rétractera très rapidement après avoir pris connaissance de la « terrible » déclaration d’amour de Comte du 15 mai 1845. D’abord elle tentera de gagner du temps puis elle mettra les points sur les ,i le 5 juin 1845 : « Je désire que vous ne veniez pas me voir chez moi : épargnons-nous les émotions l’un à l’autre ; elles ne peuvent que nous être funestes. »

[8] Voir sa quatrième lettre du samedi 17 mai 1845.

[9] Voir le « Testament » au chapitre « Prières Quotidiennes », page 92.

[10] La mise en perspective des jours laissant des images est intéressante : les recoupements sont nombreux mais il y a des différences palpables, riches d’enseignements. Au total ce sont 51 jours listés, dont 42 du vivant de Clotilde. Le premier jour est le jeudi 24 avril laissant une « image » doublée d’une « image exceptionnelle » : jour très mystérieux de rencontre, premier tête à tête attesté, 6 jours avant le début de leur correspondance. Nous avons déjà évoqué cet épisode. Voir en particulier: « Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte: hommage pour le 200 ième anniversaire de sa naissance » – texte de la conférence donnée à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, le 2 avril 2015 – dans notre carnet de recherches :  Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte , openedition.org/18062 (ISSN 2558-0639). Le dernier jour listé du vivant de Clotilde est précisément celui de son décès, le dimanche 5 avril 1846, laissant lui pour Auguste Comte une « image » doublée d’une « image exceptionnelle » ; un souvenir visuel sans doute exceptionnellement douloureux.

[11] Il s’agit de la 15ième lettre de la correspondance sacrée » et de la 10ième lettre pu philosophe rédigée à trois heures de l’après-midi et portée par Sophie Bliaux en début de soirée chez Mme de Vaux au, 7 rue Payenne.

[12] Notons le signe amoureux de Comte : exalter celle qu’il aime en pointant le jour dédié à sa patronne. Cette lettre consistante nous donne une première approche comtienne de ce qui deviendra central dans son élaboration philosophico-religieuse ultérieure « la Religion de l’Humanité », à savoir : le culte des « grands hommes » par la commémoration collective.

[13] C’est la soirée du 15 mai 1845 qu’elle rédige sa seconde missive, toute enjouée, où s’exprime, avec sa liberté de ton, ce que nous avons appelé son pré-féminisme : « Ma situation isolée m’a portée à recevoir rarement des visites d’hommes ; mais cependant j’en reçois quelquefois, et je tiendrai à l’honneur de vous compter du nombre. »

[14] Voir la note 15 ci-dessous.

[15] Sans doute sous le prétexte de la raccompagner chez elle malgré la très courte distance entre le 25, rue Pavée et le 7, rue Payenne.

[16] Le philosophe laissa ce jour sa Muse dans l’ignorance de ses propres soucis d’argent.

[17] Comte se plaint dans sa missive du 2 septembre qu’en dépit de ses promesses Clotilde ne lui a « accordé en tout » que « deux visites réelles (les 12 et 21 août) ». Notons bien ce qualificatif de « réelles » permettant de distinguer les deux visites seules des deux premières accompagnées.

[18] Son prénom usuel sera en fait Paul Léon, il intègrera lui aussi l’Ecole Polytechnique, fera une carrière militaire, épousera Lucie Marguerite Isabelle Taconet (1853 1932) qui lui donnera 4 enfants (3 garçons et une fille) et à travers eux des descendants. Il décèdera prématurément à 41 ans (1886) au Tonkin, sous le coup d’une mortelle dysenterie. Sources : Charles de Rouvre : « Histoire de mes grands-parents », Ed du Scorpion, Paris, 1959 ; Danielle Bunlet, petite-fille de Charles de Rouvre (1871-1961), lui-même petit-fils de Charles Maximilien Marie (1819-1891), par l’intermédiaire de sa mère Charlotte Marie (1849-1901), troisième enfant de Max et de Félicie (petits noms des époux Marie).

[19] Voir la « Correspondance inédite d’Auguste Comte », quatrième série, Paris, Editions du 10, rue Monsieur le Prince, 1904, page 70.

[20] Dans la « petite boîte d’or » qui « renferme les cheveux » de Clotilde de Vaux (voir testament page 19), conservée au 10, rue Monsieur-le-Prince, Auguste Comte à porté très lisiblement, de sa fine écriture, 3 dates : celle de la naissance et celle du décès de Clotilde, qui encadrent une date centrale : « 28 août 1845 ».

[21] Voir la note (36) du billet intitulé : « « De l’Amour entre Auguste Comte et Clotilde de Vaux:  l‘échange de présents, dons et cadeaux » dans notre carnet de recherches :  Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte , openedition.org/18062 (ISSN 2558-0639). Pour commodité de lecture et une mise en perspective renouvelée nous avons opté de reproduire cette note in extenso: « Auguste Comte garde en fait une image précise de Clotilde pour chacun des 5 jours qui vont du lundi 25 au vendredi 29 août. Cela semble attester qu’il se sont vus chacun de ces jours, pendant cette période intense d’activités communes, en dépit du fait que la correspondance est assez pauvre en renseignements factuels. Ce qui est fort compréhensible: ils n’avaient pas besoin de s’écrire ce qu’ils pouvaient, d’un jour sur l’autre, se dire facilement de visu. C’est un petit billet intitulé : « dépenses du baptême de mon filleul », écrit de la main de Comte lui-même qui apporte des éléments probants : « le mardi 26 août 1845 ; gants et boîte – 28 f », le mercredi 27 dragées – 48 f ; le jeudi 28 (jour de la cérémonie) dons, aumônes et voitures– 39 f ; plus une cafetière d’argent achetée le 26 juin et remise le 27 août – 100 f, total général – 215 f ». Auguste Comte n’a vraisemblablement pas choisit sans Clotilde les gants et leur boîte, les dragées et même la cafetière d’argent destinée au filleul (si l’on s’en tient à la tradition), cadeau très profane en rien connoté sur le plan religieux. Le jeudi 26 juin, le lendemain de la naissance du filleul commun, Clotilde et le philosophe se sont vus: Auguste Comte s’en est souvenu dans sa liste des « images préférées » de sa bien-aimée (Archives du 10, Rue Monsieur le Prince) ».

[22] Voir dans les archives de la Maison d’Auguste Comte les manuscrits : « Eternels souvenirs périodiques d’un vertueux amour », les copies du 27 mai et du 14 septembre 1846.

[23] Il faut lire et relire ces extraordinaires missives de la « correspondance sacrée » les lettres de Clotilde ainsi que celles de Comte du 5 et 6 septembre 1845, préparant la crise puis les lettres d’elle du 8 (2 lettres) et du 9, ainsi que celles de l’amoureux frustré du 8, 9 et 10 septembre.

[24] Voir le « Testament » d’Auguste Comte ainsi que les dernières « confessions annuelles » du philosophe.

[25]Voir sa lettre à John Stuart Mill Clotilde du 24 septembre où s’inquiète du non renouvellement du « subside » qui lui avait été accordé en 1844.

[26] Lettre écrite le 25 septembre où pour la première fois il fait clairement allusion à ses soucis d’argent.

[27] Cette vision d’un pré-féminisme de Clotilde de Vaux nous l’avons affirmée à plusieurs reprises dans nos billets de recherche. Comte ne s’y est pas trompé en ce qui concerne l’ascendant sur lui de Celle Aimée : il en a fait une « sainte collègue », la traitant en authentique sœur, en âme sœur destinée à fusionner avec la sienne aux yeux de la postérité (fin de la présentation de son « Testament » achevée le 13 décembre 1855) ; la traitant aussi, par la médiation de Dante et à travers une forme très étrange d’utopie de Vierge-Mère.

[28] Chaque fois qu’il relisait les lettres de son Aimée, Comte s’agenouillait devant le fauteuil consacré, en plaçant devant ses yeux le « don du cœur ». Après le décès de Clotilde de Vaux il accomplira ce rituel chaque jour jusqu’au dernier où il aurait été découvert au petit matin agenouillé ainsi sans connaissance.

[29] Voir le « Testament » de Comte, page 12.

[30] Voir la lettre de Comte du 5 septembre 1845. Il ajoute d’ailleurs : « Ce gage inappréciable, dont le souvenir me suivra toujours, aura suggéré un désir spécial de restreindre nos innocentes relations. »

[31]Voir : « Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte: hommage pour le 200 ième anniversaire de sa naissance » – texte de la conférence donnée à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction, le 2 avril 2015 – dans notre carnet de recherches :  Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte , openedition.org/18062 (ISSN 2558-0639) où nous retraçons l’origine sociale et culturelle de la mère de l’égérie d’Auguste Comte : Henriette-Joséphine de Ficquelmont.

[32] Voir la lettre de Clotilde du 14 octobre et, pour plus de précisions sur les difficultés monétaires des Marie, celle de Clotilde écrite une semaine pus tôt, le 7 octobre 1845.

[33] Letttre du 14 octobre où elle annonce sa visite le lendemain et au sujet de laquelle le philosophe a écrit de sa main : « Réponse verbale le lendemain. » attestant bien de la réalité de cette huitième visite qui n’a pas laissé de traces dans les «Eternels souvenirs périodiques » ni dans les dispositifs recensant les « images ».

[34] Notons le caractère obscur de ce qu’elle mentionne en ce qui concerne son recours à son médecin. Nous aurions tendance à penser qu’elle se leva très tôt, fit appel à celle qu’elle nomme « ma portière » (voir la mention de 8 francs « d’étrenne » à « ma potière » dans sa lettre du 4 janvier 1846) et qui semble bien être la concierge de son immeuble, celle qui au demeurant les remet son courrier en main propre. Cette dernière aurait alerté le docteur Chérest qui habitait l’immeuble, lequel aurait très rapidement examiné Clotilde.

[35] Nous produirons dans un autre billet de recherche le décompte et l’analyse des visites d’Auguste Comte au domicile de Clotilde de Vaux. A nos yeux cette visite imprévue, du jeudi 16 octobre 1845, semble bien être la première, même s’il avait déjà été amené à la raccompagner discrètement chez elle en soirée, mais sans franchir, très vraisemblablement, la porte de son immeuble.

[36] Elle orientera cependant Willelmine dans une direction moins autobiographique qu’elle ne l’avait souhaité au départ afin de ménager la susceptibilité de sa mère.

[37] Voir : « Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte : originalité et pré-féminisme de ses attitudes et de ses idées (seconde partie) » dans notre carnet de recherches : Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte , openedition.org/18062 (ISSN 2558-0639), en particulier le passage référencé par la note 9.

[38] Voir son ultime lettre du dimanche 8 mars 1846.

[39] Elle s’est même comparée, sur le plan intellectuel, à « un ciron » (le plus petit animalcule visible à l’œil nu) face à son mentor. Voir sa missive du 14 octobre 1845.

[40] Lettre de Comte du vendredi 31 octobre 1945.

[41] Le grand tact de Mme de Vaux, sa finesse d’esprit alliée à sa franchise, cette spontanéité littéraire qui venait compenser la bride de son naturel en présence de son Ami, apparaît à multiples reprises dans ses lettres. Nous apercevons cependant une forme de mystère littéraire qui trouve, sans doute, sa solution dans la très grande application, le très grand soin mais aussi la grande concentration qui la saisissait au moment d’écrire à son Ami. Ses lettres de jeunesse sont d’une qualité littéraire bien inférieure, sa formation intellectuelle fut erratique et incomplète, sa connaissance de la littérature toute relative, plutôt maigre : elle en avait parfaitement conscience. Et pourtant elle osait, elle voulait composer, écrire, elle y parviendra même. Nous entrevoyons une intelligence très fine et très intuitive, une sensibilité très vive qui lui donnait le don de l’empathie. Elle ne connaissait vraisemblablement pas grand chose de Dante, de Pétrarque, du sulfureux Abélard et cependant nous trouvons, ça et là, sous sa plume, des accents de véritable « domna », dignes de la fin’amor. Au fond le « père du positivisme », poète inaccompli mais bon connaisseur et admirateur de la poésie courtoise, n’a pas produit de véritables fautes de goût en assimilant son égérie à Béatrice, à Laure et même implicitement à Héloïse.

[42] Lettre de Comte du 13 novembre 1845.

[43] Idem. La phrase suivante est haute en couleur, nous la réservons pour celles et ceux qui ont le  courage d’aller voir dans les notes : « Cette triste conviction altérait beaucoup l’ineffable félicité que j’ai rêvée, mais sans toutefois l’empêcher radicalement. »

[44] Il ne s’agit plus d’un simple appel au secours, comme le 16 octobre dernier, mais d’une nouvelle invitation régulière au 7, rue Payenne qu’il espère depuis longtemps. La seconde visite de Comte ne se fera pas le samedi qui vient car Clotilde sera alitée, mais le samedi d’après, soit le 29 novembre 1845. Voir aussi la note 34 ci-dessus.

[45] Lettre de Clotilde du dimanche 23 novembre 1845.

[46] Voir l’ensemble de nos travaux et plus particulièrement ceux intitulés : « Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte : originalité et pré-féminisme de ses attitudes et de ses idées. » dans  Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte, openedition.org/18062 (ISSN 2558-0639)

[47] Voir sa lettre du 30 novembre 1845.

[48] Voir le Testament, page 19.

[49] En tout premier au Brésil, mais aussi en Angleterre et enfin le jour de l’inauguration du Temple votif, au 5, rue Payenne : dernier Temple Positiviste en Europe. Notons aussi que les Temples positivistes possédaient dans leur mobilier liturgique une réplique exacte du « fauteuil de Clotilde » et que le domicile de Comte au 10, rue Monsieur-le-Prince a été considéré, par les disciples « orthodoxes », comme le tout premier Temple positiviste.

[50] Lettre du jeudi matin 4 décembre 1845. Elle reprendra quasiment telle quelle cette idée dans son ultime lettre du 8 mars 1846. Voir notre billet de recherche intitulé « Clotilde de Vaux et Auguste Comte: la  « correspondance sacrée »  (Article publié dans le « Bulletin de la Maison d’Auguste Comte », N° 16, décembre 2016) in: Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte , openedition.org/18062 (ISSN 2558-0639).

[51] Lettre du vendredi matin 5 décembre 1845.

[52] Voir le lettre de Comte du 7 décembre 1845.

[53] Voir dans les archives de la Maison d’Auguste Comte les manuscrits intitulés : « Eternels souvenirs périodiques ».

[54] Voir la lettre de Comte du vendredi matin 19 décembre 1845.

[55] Voir sa lettre du jeudi matin 25 décembre. Cette lettre est écrite le jour de Noël et Clotilde de Vaux ne produit aucune allusion à cette fête chrétienne incontournable : preuve supplémentaire de son rapport distancié avec la croyance en général et le culte catholique en particulier. Nous examinerons, dans un autre billet, les convictions métaphysiques et religieuses de Mme de Vaux.

[56] Les archives du 10, rue Monsieur-le-Prince recèlent bien la facture attenante à la double paire de gants. Nous pouvons cependant nous étonner de la disparition de la paire de gants noirs. Seule la magnifique boîte, écrin des gants offerts à Clotilde a été conservée, après avoir été récupérée par Comte, avec les lettres qu’elle renfermait, le mercredi 1er avril 1846.

[57] Voir sa lettre du 2 janvier 1846. Notons ce rappel de désir d’être mère (ici d’une fille) à l’évocation de son héroïne « Willelmine » avec ce déplacement par rapport à « Lucie », l’héroïne de la très courte nouvelle, publiée par « le National », davantage censée la « représenter.

[58] A cette époque une lettre postée pressée, le matin, pouvait être distribuée, le soir même, y compris un dimanche.

[59] Elle a même expliqué à sa famille ce qu’elle devait à Comte : l’aide monétaire qu’il lui avait apporté, afin de bien leur faire comprendre que leur suspicion à son égard était non seulement sans fondement mais aussi foncièrement injuste.

[60] Ce qui nous permet d’avancer cette conjecture c’est la circonstance particulière de la remise d’un texte à vocation philosophique que l’égérie a expressément demandé à son mentor et le goût prononcé de ce dernier pour l’enseignement et même la pédagogie : l’art de se faire comprendre oralement dans ses buts, ses intentions, mais aussi son raisonnement. Bref il a certainement profité ce jour, de l’intérêt de Clotilde, vis à vis du sujet traité pour lui faire une « belle » et « magistrale » leçon.

[61] Ce repas semble bien avoir été prémédité par Auguste Comte qui a pour ce dîner engagé une dépense inhabituelle.

[62] Voir la lettre de Comte du dimanche 18 janvier 1846. Cette lettre contient aussi cette phrase très révélatrice : « Le temps s’écoule avec rapidité sur notre sainte intimité, qui déjà commence à s’appuyer sur un véritable passé ; et je sens, avec une profonde satisfaction, qu’elle s’enracine de plus en plus en s’épurant davantage. » Toujours cette obsession du philosophe de penser sa relation à « Celle Aimée » en terme de conjugalité.

[63] A notre connaissance ce second dîner de Clotilde de Vaux au 10, rue Monsieur-le-Prince, est aussi le dernier. Il fût aussi beaucoup plus frugal que celui de la semaine précédente, sans doute sur l’insistance de Clotilde.

[64] Voir la lettre de Comte du mardi 27 janvier 186 postée pressée à 4h de l’après-midi.

[65] Ces mots sont d’autant plus saisissants si l’on songe qu’ils préfigurent le grand programme de vie que le philosophe se donnera après le décès de Clotilde de Vaux : le « veuvage éternel », la consultation régulière de « l’angélique inspiratrice », sans oublier le « culte quotidien » à celle désignée comme la « meilleure personnification » de « l’Humanité » ou « Grand-Etre ». Voir en particulier la « Huitième confession annuelle », d’août 1853.

[66] Voir ici la note 34 relative à cette toute première visite de Comte au 7, rue Payenne.

[67] Voir ci-dessus la 24ième visite, du 4 février 1846.

[68] Qu’elle devait très probablement aux excellentes relations de son frère Maximilien avec le déjà influent publiciste, dues sans doute à leur proximité d’opinions politiques. Nous examinerons à cet égard, dans un autre billet, la vie intéressante et les idées avancées de Maximilien Marie.

[69] Voir ici les notes 34 et 64.

[70] Ainsi dans les « Eternels souvenirs périodiques d’un vertueux amour » cette douloureuse exclamation, pour le 18 février 1846 : « Sa dernière visite ! »

[71] Cette morsure charnelle, ressentie au 7, rue Payenne, le samedi 14 février – visite de Comte chez Clotilde sur laquelle nous reviendrons (voir ici les notes 34 et 64) – a laissé dans le souvenir de l’adorateur une « image » marquante de l’égérie doublée d’une « image exceptionnelle ».

[72] Beauté de la fureur silencieuse de Clotilde de Vaux : ce jour là ce ne fut pas seulement à Héloïse, à Laure ou à Béatrice qu’Auguste Comte songea à rapprocher sa « divine Clotilde » mais bien à Vénus en personne. D’autre part si nous évoquons l’écriture devant la postérité du philosophe c’est parce que plusieurs indices convergent vers le projet comtien d’ériger, du vivant même de Clotilde, les lettres échangées en « correspondance sacrée », en legs pour les générations futures.

[73] Deux personnalités ont été centrales dans ce processus de sauvegarde de l’appartement : le successeur direct de Comte Pierre Laffitte et le brésilien Paulo E. de Berrêdo Carneiro.

[74] Auguste Comte rédigea chaque année, de 1846 à 1856, une « Confession Annuelle », appelée aussi « Sainte-Clotilde ». Ces comptes rendus annuels adressés directement à la défunte, écrits sous son « angélique inspiration » constituent une mine très précieuse d’informations.

[75] Sceau qu’il précise avoir conçu le 4 Frédéric 62 (1850) et comportant le titre : « Religion de l’Humanité » qui « circoncit la formule sacrée du positivisme ». Cette formulé étant, rappelons-le : « L’amour pour principe et l’ordre pour base, le progrès pour but. »

[76] Nous disposons ainsi de l’évocation post-mortem (à 9 reprises) d’une « image » de Clotilde de Vaux : la première le mardi 14 avril 1846 et la dernière le vendredi 10 avril 1857, quelques mois seulement avant la disparition du philosophe. D’autre part nous avons déjà insisté sur cette sacralisation du siège de Clotilde de Vaux dont il fait une première allusion dans ses « Eternels souvenirs périodiques », à la date du 15 mai 1845, donc le surlendemain de la première visite de sa bien aimée. Ainsi nous pouvons reprendre tel quel ce passage de notre premier billet (du 15 novembre 2016) dans ce carnet de recherches «  Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte: hommage pour le 200 ième anniversaire de sa naissance » : « Dorénavant le philosophe aura chaque jour tout le loisir de contempler ce meuble sacralisé par lui. Il s’agenouillera fréquemment devant pour relire en pleurant les missives de sa grande Amie. Après la disparition de sa Muse, il l’invoquera tendrement dans ses prières quotidiennes, jusqu’à parvenir parfois à des visions de sa figure transfigurée. Priant et méditant devant cet « autel » il finira par désigner Clotilde de Vaux comme la « meilleure personnification » de l’Humanité, du « Grand-Etre » passé, présent et à venir. »

[77] Précisons toutefois que jamais l’intégralité de ces sacrements n’a jamais été administrée au 10, rue Monsieur-le-Prince, que ce soit par Auguste Comte ou son « successeur » Pierre Laffitte.

[78] Voir la fin du « Testament » d’Auguste Comte et les diverses éditions des épais fascicules hagiographiques publiés, dans les années 1915-1917, par « l’Eglise et Apostolat Positiviste du Brésil ».