rose de clotilde

Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte : originalité et pré-féminisme de ses attitudes et de ses idées.

NOTES:

[1] La fin de la première partie de cette étude correspond au moment le plus favorable de la dernière année de l’existence de Clotilde de Vaux : le 20 juillet 1845 elle adresse à Auguste Comte sa onzième missive en lui annonçant le tout premier début de sa reconnaissance littéraire. Elle est enjouée et se laisse pénétrer d’un sentiment d’optimisme et d’exaltation à l’égard de cette jeunesse et de cette féminité qui la pousse vers l’avant. Elle trace ces deux réflexions hautement sincères et révélatrices : « Je ne me suis jamais défié d’aucun homme. Une femme inspire toujours à peu près les sentiments qu’elle veut. » Clotilde, la trentenaire, pense avoir tout un avenir à construire, elle ignore qu’il ne lui reste plus que 8 mois et demi à vivre.

[2] Les archives de la maison d’Auguste Comte disposent de 18 lettres ou missives, de longueurs inégales, rédigées totalement ou en partie par Clotilde et étagées de janvier 1827 au mois d’août 1841, soit de ses 12 ans à ses 26 ans : correspondance de jeunesse que nous avons, David Labreure et moi-même,  entrepris de retranscrire et d’analyser. Voir in (OpenEdition : Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte) le billet du 23 mars 2017.

[3] Rappelons brièvement que ce dernier ayant dérobé de l’argent à la perception dont il avait la charge pour faire face à une dette de jeu s’est soustrait à un contrôle annoncé par une fuite inopinée, abandonnant sa femme et sa famille.

[4] Nous ne connaissons pas l’identité de l’homme jeune (le héros Maurice, de sa courte nouvelle intitulée Lucie, qui l’incarne très certainement, a 26 ans) dont elle s’est violemment éprise vers le milieu de l’année 1843. Elle lui confère de très grandes qualités de cœur et d’intelligence : il aurait été prêt  à se mettre en ménage avec elle bien qu’elle ne puisse pas divorcer. Clotilde aurait pris sur elle le refus de cet arrangement craignant des conséquences sociales et familiales néfastes pour son ami. Pour Clotilde la souffrance du renoncement fut très violente et l’a conduite régulièrement à des accès de mélancolie, que l’on qualifierait volontiers de nos jours de syndromes neurasthéniques ou dépressifs.

[5] Son ultime lettre du 8 mars 1846 ne recèle-t-elle pas cet aveu particulièrement significatif : «… je n’ai jamais osé être moi-même avec vous… ». Un aveu qui est la clé de leur relation : trop de désir (exacerbé)  d’un côté, trop de retenue (contrainte) de l’autre.

[6] Elle attendra de lui de l’aide à l’écriture sur le fond et sur la forme : une aide qui ne viendra guère sinon de façon décalée ou inapproprié et dont elle se contentera sans maugréer.

[7] Nous disposons à cet égard le témoignage certes tardif mais direct de Félicité Marie, la jeune épouse de Maximilien, le frère de Clotilde. Voir Charles de Rouvre, L’amoureuse histoire d’Auguste Comte et de Clotilde de Vaux, Paris, Calmann-Levy, 1917.

[8] Curieux ce jeudi qui ne correspondait pas aux jours de visite de Comte chez Maximilien (les lundis, mercredis et vendredis à cette époque) et fait penser à une sorte de stratagème d’amoureux désireux d’intimité. Nous verrions bien un cabinet de lecture des environs de la demeure de Clotilde, fréquentée par elle (un des ces cabinets se trouvait même tout proche rue de Turenne) pour un entretien en vis-à-vis placé sous le signe de la « passion littéraire ». Clotilde n’ayant pas alors d’autre prétention que celle d’accepter l’aide de Comte pour l’entreprise qui lui tenait le plus à cœur : écrire et par ce biais se faire une petite place dans le monde très convoité et fort encombré des lettres.

[9] Il faut relire la dédicace, offerte à Clotilde de Vaux, placée par Comte à la tête de son « Système de Politique Positive » (1851) et écrite le 4 octobre 1846 , 6 mois après le décès de « l’angélique inspiratrice ». Il s’adresse directement à elle : « Noble et Tendre Victime », dans ce qui sera sa « première confession annuelle » ou « seconde sainte Clotilde » (10 autres confessions suivront de 1847 à 1856) et il conclut par : « Adieu mon immuable compagne. Adieu ma sainte Clotilde, toi qui me tenais lieu à la fois d’épouse, de sœur, et de fille ! Adieu mon élève chérie, et ma digne collègue ! Ton angélique inspiration dominera tout le reste de ma vie, tant publique que privée, pour présider encore à mon inépuisable perfectionnement, en épurant mes sentiments, agrandissant mes pensées, et ennoblissant ma conduite… ». Ne nous y trompons pas Auguste Comte dit vrai même s’il semble passablement exagérer :  Clotilde de Vaux lui a bel et bien permis d’apprendre à épurer ses sentiments, elle lui a permis d’agrandir ses pensées (et même d’opérer un saut épistémique, qui pour déroutant qu’il soit, n’en est pas moins porteur d’une authentique originalité sinon d’une fécondité paradoxale), elle lui a  appris à ennoblir sa conduite d’homme tiraillé par le désir, à surveiller davantage l’adéquation entre les idées et les actes ; peut-être aussi à mieux chérir, le souvenir de sa mère Rosalie Boyer, à mieux apprécier celle qui l’a accompagné dans sa vie quotidienne Sophie Bliaux. Sophie cette domestique très dévouée et complice qu’il voudra voir comme une sœur de Clotilde et dont il fera sa fille adoptive. Ainsi Comte élabora sa théorie des 3 anges gardiens au cœur de ce qu’il désignera dans son système religieux : « le culte domestique ». Pour lui l’ange principal  (Clotilde) est flanquée de deux anges auxiliaires : Rosalie et Sophie. Ainsi la figure de « l’épouse éternelle » prend place entre la figure qui la précède : la mère et  celle qui la prolonge : la fille. Sophie sera instituée la gardienne du foyer, de l’appartement et des reliques sacrées, du premier Temple de la religion de l’Humanité et du premier autel.

[10] Voir la « quatrième Confession Annuelle » de Comte rédigée du 31 mai au 2 juin 1849.

[11] Sur cette mélancolie directement souchée sur une profonde crise sentimentale voir la note 3.

[12] Voir toujours cette 86ième et ultime lettre du 8 mars1846.

[13] Auguste Comte et Clotilde de Vaux avaient en commun d’aimer la forme aphoristique : souvenons-nous de cette sentence qui jaillit spontanément de la bouche d’Auguste Comte le mardi 13 mai 1845, en présence de Clotilde et de sa famille, qui deviendra complétée la « devise spéciale » du « positivisme complet » : «on ne peut pas toujours penser  mais l’on peut toujours aimer ». Voir aussi la note 10.

[14] Plusieurs passages de sa courte nouvelle Lucie ont un caractère hautement prémonitoire.

[15] Marrast et son épouse ont pris en sympathie Clotilde depuis que son frère Maximilien, qui fréquente le même milieu libéral, a fait connaître l’infortune de sa sœur et ses vœux de percée littéraire, les plus chers.

[16] Le frère cadet en question de Lucie s‘appelle Willelmine : une nouvelle plus importante aux yeux de Clotilde, qui restera inachevée, qu’elle a déjà en tête, sinon quelque peu ébauchée.  Notons que Lucie et Willelmine sont deux héroïnes éponymes qui mettent en scène deux figures masculines amoureuses : Maurice et Stéphane.

[17] Chaise fauteuil pieusement conservée à la Maison d’Auguste Comte, au 10 rue Monsieur le Prince, considérée par le philosophe comme le premier autel (du vivant de Clotilde), la relique sacrée principale au cœur de son appartement sanctifié et érigé en premier Temple de la Religion de l’Humanité, après la mort de Clotilde de Vaux. Voir aussi la note 9 et voir in (OpenEdition : Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte) le billet : « Hommage pour le 200ième anniversaire de la naissance de Clotilde de Vaux », du  15 novembre 2016.

[18] Nous nous attarderons bien sûr sur cette visite cruciale dans la seconde partie de ce travail.

[19] Voir la 26 ième   lettre de Comte du 6 septembre 1845.

[20] Clotilde garde un mauvais souvenir de son internat et de sa scolarité chez les « demoiselles de la Légion d’Honneur » dirigé alors par des religieuses. Cette phrase est l’une des sentences qui permettent de bien saisir l’éloignement de Clotilde de Vaux avec la religion en général, le catholicisme en particulier.  

[21] Visites qui ont pour but essentiel, avoué à ce stade de leur relation, de permettre au philosophe de la voir et de converser quelque peu avec elle.

[22] Comme nous le verrons dans la seconde partie qui analysera les attitudes et les idées de Clotilde de Vaux dans ce qui prendra bien la forme d’une crise à plusieurs acmés et d’un dépassement de cette crise, dans un contexte d’exaltation amoureuse intense chez Auguste Comte et de résistance argumentée de la Muse : d’une résistance pleine de tact au nom du sentiment d’amitié amoureuse éprouvé, de la reconnaissance et de l’admiration, de l’avenir à construire et de la raison à garder. Clotilde fera dans le secret de sa correspondance, en toute modestie et discrétion, la « leçon philosophique » à son « Auguste Ami ». De même elle tracera de sa belle plume en exergue de son chef d’œuvre Willelmine ces deux courtes phrases très révélatrices de sa pensée mûrie : « Les goûts charment la vie. Les passions la détruisent ».

[23] Voir le billet intitulé : « Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte : originalité et pré-féminisme de ses attitudes et de ses idées (première partie) in ce carnet de recherches : « Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte », openedition.org/18062 (ISSN 2558-0639). Rappelons qu’il s’agissait de la onzième lettre envoyée par notre héroïne, le dimanche 20 juillet 1845.

[24] Comte l’a encouragé à prendre le contre-pied des idées de la célèbre écrivain*. [*Nous avons écrit sciemment écrivain au masculin car comme nous l’a bien montré Michelle Perrot lors de sa causerie autour de George Sand à la Bibliothèques des Amis de l’Instruction, le samedi 16 décembre 2017 (voir le podcast in bai.asso.fr),  la célèbre femme auteur ne voulait pas féminiser son activité : c’était sa façon de se vouloir égale aux hommes de son temps qui comme elle vivaient de leur écriture.] 

[25] Voir la lettre à sa mère (onzième lettre, sans date, mais écrite après le 5 août 1838) dans le billet de recherche du 23 mars 2017 intitulé: « Eléments pour la réévaluation de la vie et des idées de Clotilde de Vaux : sa correspondance de jeunesse inédite », in ce carnet de recherches : « Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte », openedition.org/18062 (ISSN 2558-0639)

[26] C’est dans cette lettre que nous voyons à nouveau paraître son grand désintéressement et sa grande défiance vis à vis de l’argent ; position originale dans cette période « d’argent roi » : « Je suis pénétrée de reconnaissance pour vos généreuses vues, et pour les bontés que je vous dois ; ne parlons jamais argent : ce mot-là fait trop de mal».

[27] Nous retrouvons encore une fois l’attitude de défiance de Clotilde à l’égard de l’esprit religieux et son exaltation romantique, post-rousseauiste de la Nature.

[28] Clotilde étant selon ses multiples déclarations la « nature féminine la plus éminente » rencontrée.

[29] Voir dans le carnet de recherches : « Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte », openedition.org/18062 (ISSN 2558-0639), les 4 billets de novembre 2016, janvier 2017, mai 2017 qui précisent les modalités de sanctuarisation du fauteuil de Clotilde ainsi que de l’appartement du 10 rue Monsieur le Prince.

[30]  Première mention de son grand amour impossible le 21 mai, seconde le 5 juin et enfin cette troisième mention le 14 septembre. Notons aussi que cette façon toute simple, sans artifices, de confier à Auguste Comte sa plus brûlante souffrance montre aussi la confiance qu’elle lui accorde, renforce ce lien « d’amitié amoureuse», ce pacte de réciprocité qu’elle lui a offert.

[31] Voir la 36 ième lettre de Clotilde, du samedi 25 octobre 1845.

[32] Voir le Testament d’Auguste Comte, page 19. Ce vase est toujours visible dûment estampillé au 10 rue Monsieur le Prince.

[33] Rappelons que Clotilde, née Marie le 2 avril 1815, a épousé Amédée de Vaux, le 28 septembre 1835.

[34] Rappelons son : «  Je crois à la nature plus que personne, car personne n’est autant sous son influence que moi ; et, sans que cela paraisse, c’est elle que je ménage et que j’encense dans toute ma conduite habituelle. » dans sa lettre du 9 septembre 1845.

[35] Lettre du 8 décembre 1845.

[36] Pour être plus précis, tout indique que Maximilien Marie fréquentait déjà les cercles républicains et qu’il avait présenté sa sœur au célèbre publiciste du quotidien  « Le National » qu’il appréciait. Nous montrerons dans une étude ultérieure (à caractère biographique) quelles furent les idées politiques et sociales avancées du frère de Clotilde de Vaux, tout au long de son existence.

[37] Lettre du 26 décembre 1845.

[38] Voir  in « Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte », openedition.org/18062 (ISSN 2558-0639) notre billet de recherche du 23 mars 2017.

[39] Ce qui peut ouvrir tout un océan de réflexions.

[40] Lettre du 2 janvier 1846.

[41] Notons cependant l’ambiguïté d’Auguste Comte à l’égard de Georges Sand : ayant appris que le dimanche 25 janvier 1845 la célèbre femme écrivain n’avait pu assister à sa conférence hebdomadaire (à cause du manque de places assises) il pria le lendemain, son ami Pierre Laffitte, de se renseigner, afin qu’il puisse faire savoir à Mme Sand (par courrier) sa volonté : « de mettre à sa libre disposition, dès dimanche prochain, une place réservée, convenablement choisie derrière moi… » Le philosophe exprima ainsi ouvertement, ce jour là, son espérance que « l’illustre femme » lui ferait l’honneur de revenir l’écouter.

[42] Notons que les trois « lettres philosophiques » qu’Auguste Comte a destiné à Mme de Vaux sont des jalons qui permettent de préciser, au fur et à mesure, l’état de sa pensée philosophique: en un mot, ces lettres font partie intégrante de son œuvre.

[43] Lettre du 13 février 1846.

[44] Lettre du 22 février 1845.

[45] Lettre du 23 février1846.

[46] Il s’agit bien sûr de Sophie Bliaux, la fidèle domestique du philosophe, qui rapporte elle-même cette lettre, au 10 rue Monsieur le Prince. Comte envoie de plus en plus souvent Sophie au 7 rue Payenne pour prodiguer son assistance à la malade. Clotilde lui lèguera avant de mourir sa plus jolie robe et aux dires même du philosophe la traitera en « véritable sœur ». D’où une raison supplémentaire, ressentie par Auguste Comte, de décréter, après la mort de Clotilde (qu’il avait envisagé d’adopter in fine) Sophie sa « fille adoptive », son « troisième ange » inspirateur. Rappelons que le premier « ange » prenait pour Comte nécessairement la figure de Clotilde de Vaux et le second celui de sa propre mère Rosalie Boyer, dont il avait réévalué la dette qu’il lui devait. Il préconisa pour chacun d’entre nous d’élire, à son exemple, trois anges en s’appuyant pour les hommes sur le modèle de la mère, de l’épouse et de la fille, et pour les femmes sur celui du père, de l’époux et du fils. Son exceptionnel amour pour Clotilde de Vaux l’a amené à déroger à sa propre règle théologale, en offrant à « l’éternelle épouse » la place prépondérante échue à « l’éminente mère ».  La prière quotidienne de Comte qui puise dans la divine comédie de Dante ces vers à caractère hermétique : «Vergine Madre, figlia del’tuo figlio, quella che’mparadisa la mia mente, Ogni basso pensier dal cor m’avulse !» [traduction libre : « Vierge Mère, fille de ton fils, toi qui me place en esprit au paradis  et éloigne ainsi de moi toute pensée basse !»] nous montre bien l’interchangeabilité de la « déesse » inspiratrice Clotilde: épouse certes mais aussi mère et fille, création en retour du fils qu’elle a inspiré et au bout du chemin ce vœu explicite du philosophe formulé dans son Testament : la fusion en un seul être subjectif, devant la postérité, des deux entités masculine et féminine Auguste et Clotilde, vouées au « Grand et Eternel Amour ».

[47] Voir « Clotilde de Vaux et Auguste Comte : la correspondance sacrée » in Bulletin de la Maison d’Auguste Comte, N° 16, décembre 2016 et in « Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte », openedition.org/18062 (ISSN 2558-0639) le billet du 6 janvier 2017.

[48]  Précisons tout de même que cette occurrence n’apparaît qu’une seule fois dans le corpus disponible de la correspondance de Comte. IL s’agit d’une lettre envoyée à son jeune disciple Henri Edger, le 2 novembre 1855. Dans cette missive il précise les symboles et ornements positivistes à porter prêtres et disciples : «Tous peuvent aussi suspendre sur leur col ou sur leur cœur une petite reproduction de la statuette de l’Humanité qui surmonte l’axe du drapeau positiviste, sans s’inquiéter de sa ressemblance avec l’image de la Vierge-Mère des catholiques ; puisque le culte de celle-ci doit finalement servir de transition populaire vers celui de notre déesse ». Rappelons que la statuette en question devait avoir les traits d’une femme d’environ 30 ans tenant dans ses bras son enfant : l’Humanité future ou en devenir.

[49] Ainsi nous terminons cette seconde partie du travail consacré à l’examen des idées et des attitudes de Clotilde de Vaux au travers de sa vie de femme. La troisième partie sera plus spécifiquement consacrée à l’analyse de  ses idées et de son pré-féminisme par l’intermédiaire de sa production littéraire (en dehors du cadre spécifique de sa correspondance qui guide les parties une et deux) ainsi qu’à une mise en perspective dans l’univers de ses contemporaines et contemporains.

[50] Il faut relire la dédicace, offerte à Clotilde de Vaux, placée par Comte à la tête de son « Système de Politique Positive » (1851) et écrite le 4 octobre 1846, 6 mois après le décès de « l’angélique inspiratrice ». Il s’adresse directement à elle : « Noble et Tendre Victime », dans ce qui sera sa « première Confession Annuelle » ou « seconde Sainte Clotilde » (10 autres Confessions suivront de 1847 à 1856) et il conclut par : « Adieu mon immuable compagne. Adieu ma sainte Clotilde, toi qui me tenais lieu à la fois d’épouse, de sœur, et de fille ! Adieu mon élève chérie, et ma digne collègue ! Ton angélique inspiration dominera tout le reste de ma vie, tant publique que privée, pour présider encore à mon inépuisable perfectionnement, en épurant mes sentiments, agrandissant mes pensées, et ennoblissant ma conduite ». Ne nous y trompons pas Auguste Comte dit vrai même s’il semble passablement exagérer : Clotilde de Vaux lui a bel et bien permis d’apprendre à épurer ses sentiments, elle lui a permis d’agrandir ses pensées et même d’opérer un saut épistémique (mettant en avant la « prédominance du sentiment sur la raison ») qui pour déroutant qu’il soit, n’en est pas moins porteur d’une authentique originalité sinon d’une fécondité paradoxale ; elle lui a  appris à ennoblir sa conduite d’homme tiraillé par le désir, à surveiller davantage l’adéquation entre les idées et les actes ; sans-doute aussi à mieux chérir, le souvenir de sa mère Rosalie Boyer, à mieux apprécier celle qui l’a accompagné dans sa vie quotidienne : Sophie Bliaux. Sophie cette domestique très dévouée et complice qu’il voudra voir comme une « sœur » de Clotilde et dont il fera sa « fille adoptive ». Ainsi Comte élabore sa théorie des 3 anges gardiens au cœur de ce qu’il appelle: « le culte domestique ». Pour lui l’ange principal  (Clotilde) est flanqué de deux anges auxiliaires : Rosalie et Sophie. Ainsi la figure de « l’épouse éternelle » prend place entre la figure qui la précède : la mère et  celle qui la prolonge : la fille. Sophie sera instituée la gardienne du foyer, de l’appartement et des reliques sacrées, du premier Temple de la religion de l’Humanité et du premier autel : le fauteuil de Clotilde de Vaux. Une Clotilde éternellement évoquée qui symbolisera par la  « sainteté » de son existence la Femme Grand Etre, c’est-à-dire l’Humanité à vénérer dans son accomplissement positiviste. La figure de Clotilde, de la jeune femme de trente ans tenant l’enfant de l’avenir dans ses mains,  se substituant ainsi à celle de la Vierge Marie, la généralisant par une plus grande catholicité, si l’on peut dire, du kérygme ancien. Un enfant de l’avenir déjà advenu dans l’exacte mesure du fait que Comte n’hésite pas à s’instituer « enfant » de Clotilde. Voir son Testament à la fin des « prières quotidiennes », la formule consacrée au 10 rue Monsieur le Prince, le 10 avril 1857 : « Vergine-madre, Figlia del tuo figlio », tirée de la divine comédie de Dante et appliquée ( A ma patronne comme personnifiant l’Humanité).

[51] Charles de Rouvre donne la version familiale : « D’après le témoignage de mon grand-père, la jeune fille, sans être éperdument éprise de M de Vaux, était éprise du mariage en soi. » in : L’amoureuse histoire d’Auguste Comte et de Clotilde de Vaux », Paris, Calmann-Levy, 1917, P 57.

[52] Voir dans le carnet de recherche, le billet : « lettres inédites de Clotilde de Vaux, le projet d’une nouvelle évaluation »  où est retranscrite et présentée la lettre de Clotilde de Vaux à ses parents du 14 juillet 1838..

[53] ibid, lettre du 14 juillet 1838.

[54] ibid, lettre du 14 juillet 1838.

[55] ibid, lettre du 14 juillet 1838.

[56] ibid, lettre du 14 juillet 1838.

[57] ibid, lettre du 14 juillet 1838.

[58] Rappelons brièvement que ce dernier s’est soustrait à un contrôle annoncé par une fuite inopinée, abandonnant sa femme et gardant avec lui la recette de la perception dont il avait la charge et des sommes confiées par les habitants de Méru, afin de faire face à une dette de jeu : Amédée de Vaux subissait alors, à l’insu des siens, la dévastatrice passion du jeu d’argent. Il tentera de se faire pardonner en écrivant plus tard à son épouse une lettre pleine de contritions. Clotilde refusa de lui attenter un procès mais ils ne se revirent jamais.

[59] Voir dans les Archives de la Maison d’Auguste Comte les 2 brochures sous son nom: « Proposition pour une association religieuse et perpétuelle » (1838)  et « le sculpteur en bois » (1844).

[60]Armand Marrast (1801-1852) est alors un journaliste d’opposition très en vue, à la tête du quotidien républicain Le National depuis 1836. Marrast et son épouse ont manifestement pris en sympathie Clotilde depuis que son frère Maximilien, qui fréquente le même milieu libéral, a fait connaître l’infortune de sa sœur et ses vœux de percée littéraire, les plus chers. La vieille rancune de Comte à l’égard de Marrast aura raison de cet appui : le philosophe ne laissera pas Clotilde fréquenter durablement un homme qu’il considérait de façon morbide comme un véritable rival.

[61] Dans sa lettre du lundi 23 juin 1845 Clotilde écrit à Comte : « Le National m’a fait une jolie offrande en retour de l’infortunée Lucie. » Ce  fut un moment d’espoir, de bonheur même qu’Auguste Comte refusa peu ou prou de partager, ce qui  mortifia la jeune femme. Voir Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 41. La très courte nouvelle Lucie (dont nous proposons en Annexe une brève critique sous l’angle d’analyse retenu) avait été publiée en feuilleton les 20 et 21 juin 1845.

[62] Voir la lettre de Clotilde  du dimanche 14 septembre 1845 in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 127.

[63] Voir la lettre de Clotilde de Vaux du 5 juin 1845, in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 34.

[64] Voir la lettre de Clotilde de Vaux du 14 septembre 1845, in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 127-128.

[65] « Vivre au grand jour » est une célèbre devise positiviste promulguée dans la « seconde carrière de Comte » et constituant un triptyque avec  « ordre et progrès » et « vivre pour autrui ». Pour resituer cette « seconde carrière » dans l’ensemble du Système philosophique d’Auguste Comte, voir Annie Petit, Le système d’Auguste Comte, de la science à la religion par la philosophie, Paris, Vrin, 2016, en particulier le chapître 10 intitulé : « la seconde carrière », qui montre bien le rôle tenu par la passion amoureuse du philosophe et donc indirectement par son égérie Clotilde de Vaux.

[66] Voir la lettre d’Auguste Comte du 16 septembre 1845, in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 128-130.

[67] Ibid, P 129.

[68] Voir la lettre de Clotilde de Vaux du 8 mars 1846, in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 352.

[69] Voir la lettre de Clotilde de Vaux du 5 juin 1845, in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 34.

[70] « l’Année sans pareille » :  formulation très célèbre du philosophe qu’il a très souvent réemployée pour désigner sa courte mais très intense « liaison » avec son égérie. 

[71] Voir l’ouvrage  de Mecca M. Varney, L’influence des femmes sur Auguste Comte , Paris, PUF, 1931, p 83.

[72] C’est le domicile de la mère de Clotilde : Henriette Marie, de son frère Maximilien et de sa belle sœur Félicité Marie. Clotilde habite tout près au 7 rue Payenne ; elle s’y rend chaque soir aux alentours de 18h pour dîner avec sa famille.

[73] Voir la lettre de Clotilde de Vaux du premier mai 1845, in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 3 – 4.

[74] C’est avec cette formulation désormais célèbre qu’Auguste Comte a abondamment utilisée pour magnifier les 182 lettres échangées avec Clotilde de Vaux, du mercredi 30 avril 1845 au vendredi 20 mars 1846  : très précisément 96 sont de lui et 86 d’elle. 

[75] Voir Annie Petit,  « Le Féminisme militant d’un auguste phallocrate : à propos du Système de Politique positive d’A. Comte », en coll. avec Bernadette Bensaude-Vincent, Revue Philosophique, n° 3, p. 293-311.

[76] Voir Mary Pickering, The New Biography , Ed by Jo Burr Margadant : « Clotilde de Vaux and the Search of identity », University of California Press, 2000.

[77] Voir la lettre de Clotilde de Vaux du 21 mai 1845 in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 17- 18.

[78] Voir la lettre de Clotilde de Vaux du premier septembre 1845 in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 101.

[79] Voir l’ultime lettre de Clotilde de Vaux du 8 mars 1846, in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 352. Comte inscrira dans son cahier intime à propos de cette lettre : « la dédicace ultime ».

[80] Voir la lettre d’explication de Clotilde de Vaux du lundi soir 8 septembre 1845, in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 114- 115.

[81] Voir la lettre de Clotilde de Vaux du 13 septembre 1845, in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 124.

[82] Voir la lettre  de Clotilde de Vaux du 6 septembre 1845, in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 111-112.

[83] Voir la lettre  de Clotilde de Vaux du 8 septembre 1845, in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 114-115.

[84] Voir la grand algarade  de Clotilde de Vaux dans sa lettre du 9 septembre 1845, in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 119-120.

[85] Voir la lettre  de Clotilde de Vaux du vendredi soir 5 décembre 1845, in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 220-221.

[86] Voir Paul Arbousse –Bastide : La doctrine de l’éducation universelle dans la formule d’Auguste Comte, tome second : de l’amour à la foi, Paris, PUF, 1957.

[87] C’est ce terme singulier que Clotilde de Vaux utilise dans sa lettre du 30 septembre 1845. Voir  Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 140.

[88] Voir la lettre  de Clotilde de Vaux du 20 juillet 1845, in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 69-70.

[89] Voir la lettre  de Clotilde de Vaux du 15 mai 1845, in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 12.

[90] Voir la lettre  de Clotilde de Vaux du 13 février 1846, in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 319-320.

[91] «Je n’ai pas de beauté, j’ai seulement un peu d’expression » telle aurait été « l’effusion verbale » de Clotilde de Vaux le dimanche 22 mars 1846. dans sa toute dernière période de vie au cours d’une visite de Comte chez elle. Cette parole « sacrée » de l’égérie a été introduite dans les « prières quotidiennes » du philosophe, le 24 décembre 1855. Voir les Testament d’auguste Comte, Paris, éème ed, 1896, p 87.

[92] Voir l’ultime lettre de Clotilde de Vaux du 8 mars 1846, in Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud,  Auguste Comte, Correspondance générale et confessions, Tome III, Paris, EHESS, 1977, p 352.