rose de clotilde

Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte : originalité et pré-féminisme de ses attitudes et de ses idées.

Le but de ce travail en trois parties est de tenter de saisir la pensée et les attitudes de Clotilde de Vaux en scrutant attentivement sa correspondance et ses maigres entreprises littéraires, en y intégrant une lecture critique des lettres d’Auguste Comte et de ses témoignages. L’hypothèse à tester est celle des multiples manifestations d’une originalité d’attitudes et d’idées indéniable et d’un pré-féminisme patent, non exempts de reculs, d’hésitations, voire de contradictions. 

(NB: pour  la lecture des notes allez en page 3, le retour au texte se fait par un retour à la page 2)