Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte : originalité et pré-féminisme de ses attitudes et de ses idées.

Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte : originalité et pré-féminisme de ses attitudes et de ses idées. (première partie)[1]

Le but de ce travail en trois parties est de tenter de saisir la pensée et les attitudes de Clotilde de Vaux en scrutant attentivement sa correspondance et ses maigres entreprises littéraires, en y intégrant une lecture critique des lettres d’Auguste Comte et de ses témoignages. L’hypothèse à tester est celle des multiples manifestations d’une originalité d’attitudes et d’idées indéniable et d’un pré-féminisme patent non exempts de reculs, d’hésitations, voire de contradictions.

 Nous laisserons de côté sa correspondance de jeunesse[2] qui recèle peu d’idées personnelles et reste tout entière sous le signe d’une certaine insouciance malgré les soucis de santé précoces qu’elle éprouva. C’est à partir du 15 juin 1839, le jour de la fuite de son époux Amédée de Vaux, que la vie de Clotilde de Vaux bascule[3] : toutes les années qui suivent seront marquées du signe d’une tragédie personnelle, familiale et sociale. Une sévère peine de cœur viendra pendant deux longues années finir par briser en elle tout espoir d’une vie de femme épanouie selon sa nature profonde : sentimentale et amoureuse.[4] A partir du premier mai 1845 jusqu’au 8 mars 1846 nous disposons, grâce à Auguste Comte, d’une série de 86 lettres de Clotilde qui sont un trésor de beauté révélant l’âme d’une femme particulièrement sensible et intelligente. Il faut lire et relire ces missives écrites durant « l’année sans pareille » (selon les propres termes du père du positivisme) tout en ayant conscience que la formation intellectuelle et littéraire de Clotilde de Vaux manquait d’assise et d’ampleur, qu’elle n’avait pas pu poursuivre une longue scolarité, que la maladie récurrente, dont elle ignorait la gravité (la phtisie) l’avait contrainte, à plusieurs reprises, d’interrompre ses études. Pourtant cette femme qu’Auguste Comte admira tant savait en imposer, non pour sa science ou son érudition, mais pour son tact, son esprit et sa finesse. A l’aide de sa fierté généreuse elle affirma sa pleine et entière liberté de femme, son aptitude à faire face aux obstacles liés à la condition féminine de son époque comme aux tourments de son existence. Nous allons relire tranquillement chaque lettre ou missive de Clotilde adressée à Auguste Comte pour en extraire des formulations qui peuvent apparaître comme autant de traces de ses attitudes, de sa pensée, de ses idées, de sa philosophie de vie en un mot, sans jamais perdre de vue que c’est une jeune femme qui s’exprime dans la dernière année de sa courte existence, laquelle prendra fin au surlendemain de son trentième anniversaire.

Deux remarques encore :

– L’écriture de Mme de Vaux est manifestement très travaillée. Dès le départ elle cisèle avec une dextérité saisissante ses phrases : elle a certainement formulé dans son for intérieur l’impérieux souhait d’être bien jugée par cet austère mentor de son frère Maximilien : Auguste Comte, qui deviendra bientôt son ami sans cesser de lui en imposer toujours[5]. Clotilde avait des ambitions littéraires et prêtait au philosophe des talents de conseiller littéraire qu’il n’avait guère en vérité.[6]

– La sincérité de l’égérie d’Auguste Comte ne peut sérieusement être mise en cause : derrière la formulation travaillée, l’effet littéraire si l’on veut, nous décelons toujours, quel que soit le sujet abordé, du plus prosaïque au plus profond, une hauteur de vue, une volonté de ne pas travestir ni sa pensée, ni ses désirs , ni ses idées, ni ses sentiments.

Touchante sincérité que la belle et grande fierté de son esprit de femme courageuse n’explique pas entièrement. Si Clotilde de Vaux peut être imaginée comme une figure d’exception, si nous pouvons comprendre l’étonnante passion et par ce biais l’influence qu’elle a exercée dans la vie et l’œuvre d’Auguste Comte, c’est sans doute en la dotant d’un charme décisif : le don tout simple et très précieux de l’amitié et cette volonté farouche de demeurer toujours, de la façon la plus cohérente possible, elle-même. Auguste Comte lui aussi fut l’homme du culte de la sincérité et de la franchise : en romantique qui s’ignorait, il épousait les pulsations de son temps, il ne pouvait qu’être séduit par la belle prestance d’une femme aussi directe et aussi franche.

Bien que cela ne soit pas tout à fait l’expression d’une idée à proprement parler nous retiendrons pour commencer l’incipit de sa correspondance avec Comte. En effet la première phrase qu’elle destinera à l’adresse de son « auguste » correspondant est : « Vos bontés me rendent bien heureuse et bien fière, Monsieur ». Clotilde sait parfaitement dire la situation de chacun : Auguste Comte perçu avant tout comme un Monsieur qui l’impressionne est aussi un homme bien intentionné qui dirige vers elle de soudaines et puissantes « bontés ». Elle a déjà bien compris, nous en sommes convaincus, de quoi il s’agissait vraiment: elle ne s’est nullement trompée sur l’importance du sentiment qu’elle a fait naître et qu’elle saura canaliser et entretenir continûment. Nous pensons qu’elle a éprouvé une sorte de nouveau vertige par procuration (en écho à son ancien grand vertige amoureux encore tout récent) en saisissant l’émoi de son futur grand ami.

Quel est le commentaire qu’elle veut partager de cette invraisemblable et si inattendue situation ? Tout simplement l’idée d’un bonheur accepté, d’une nouveauté qui la rend  « bien heureuse »  et qu’elle accueille malgré son étonnement parce qu’elle montre déjà ce qu’elle ne cessera d’affirmer : son indéniable indépendance d’esprit ; de même sa volonté de ne pas percevoir ou penser à travers des préjugés tout faits et contraignants, de façon superficielle ou conventionnelle, mais librement et en profondeur. Clotilde de Vaux, nous le verrons, gardera tout au long des épreuves de son existence, une capacité à surmonter le chagrin et les douleurs, à accueillir la vie effervescente dans sa splendeur naturelle, en un mot une capacité renouvelée à aimer et à aimer être aimée, au-delà de la fragilité de sa santé et de la propension mélancolique que cette fragilité nourrissait.

C’est la marque même de son pré-féminisme : décider par elle-même où rechercher les voies de son bonheur, de sa réalisation personnelle en tant que femme. Enfin cet autre qualificatif dont elle use et qui vient s’associer au premier lui donnant tout son sens, son entière plénitude : « bien fière ». Clotilde connaît certes très bien les canons de la politesse de son époque et elle entend aussi mériter l’attention que lui prête celui qu’elle appellera bientôt  « mon cher philosophe », mais nous pensons qu’elle s’efforce alors – et elle le montrera souvent par la suite – de viser, dans la concision, au plus près du sentiment vrai : cette estime pleine d’amour et de sollicitude qu’elle voit naître sous ses yeux la rend plus fière que jamais de la féminité épanouie qui est la sienne ; c’est-à-dire, exprimé avec sa modestie habituelle, tout simplement : « bien fière ».

C’est peut-être le moment d’apporter une petite précision biographique : Mme de Vaux avait déjà rencontré Auguste Comte au cours du mois d’octobre 1844 (donc 6 mois auparavant) au domicile de son frère Maximilien. Le philosophe semble avoir été touché par son charme d’emblée mais la réciproque fut très vraisemblablement loin d’être vraie.[7] Tout laisse à penser qu’ils ne s’étaient guère revus jusqu’au jeudi 24 avril 1845, jusqu’à cette journée mémorable que le philosophe qualifiera, dans ses carnets intimes, comme étant celle de : « l’occasion littéraire ».[8] Cinq jours plus tard, le mardi 29 avril, lors du même type d’entretien (selon toute vraisemblance) nous avons bien l’impression que les yeux de Clotilde se dessillent cette-fois: nous l’imaginons regarder, droit dans les yeux, les yeux énamourés qui la dévisage, nous l’imaginons tressaillir comme les femmes sensibles savent le faire se rendant encore plus belle et encore plus touchante. D’où l’aveu révélateur, avec la fameuse notation intime que Comte inscrit dans son carnet, pour ce jour décidément inoubliable: « La vue a complété le charme de l’ouïe… Gli occhi smeraldi ! »

Le tendre philosophe n’oubliera jamais la beauté des « yeux émeraude » de Clotilde, de ces yeux tendrement interrogateurs, qui se sont quelque peu attardés dans les siens, l’avant vieille de sa première lettre destinée à celle qui deviendra son : « angélique inspiratrice ».[9]

Dans sa seconde missive, datée du 15 mai 1845, Clotilde de Vaux fait savoir à Auguste Comte dès sa première phrase qu’elle accepte franchement, sans ambages son amitié : «Vous avez un cœur fait pour comprendre celui d’une femme, Monsieur, et je ne puis que reconnaître la sincérité avec laquelle vous me parlez de ce qui me concerne ». Ce double mouvement d’élection et d’acceptation est très important aux yeux du philosophe. N’oublions pas que, l’avant veille, il avait, selon ses propres termes, spontanément déclaré à Clotilde en présence de sa famille, ce qui constituera pour lui la sentence fondatrice du « positivisme religieux » : « On ne peut pas toujours penser, mais l’on peut toujours aimer. »[10]

Clotilde l’adoube en quelque sorte sur le terrain de la sensibilité affective: elle a saisi dans l’homme énamouré un besoin d’aimer et d’être aimé qui résonne avec le sien propre. Aussi ajoute-t-elle : «J’accepte avec bonheur l’intérêt et l’affection que vous voudrez bien me donner ; et, chez moi comme chez mes parents, j’espère vous prouver le prix que j’y attache. » Pour bien lui faire comprendre qu’elle a bien saisi le sens de ses « bontés » elle lui demande directement le privilège d’être traité « un peu en vieille amie » et n’hésite pas à lui faire savoir son propre ressenti : « J’ai parfaitement compris vos bonnes intentions pour moi avant-hier au soir ». Autrement-dit, ce cri du cœur d’Auguste Comte qui deviendra la « devise spéciale » de sa doctrine régénératrice, elle l’a bien perçu pour ce qu’il était : elle a bien remarqué ce qu’il signifiait du puissant sentiment amoureux qu’elle avait inspiré.

Si, comme nous le verrons, le pré-féminisme de Clotilde va de pair avec une prudence certaine sur le terrain des idées et des mœurs, son attitude spontanée est très hardie, téméraire même : elle fait aussitôt savoir à ce nouvel ami fort empressé, qu’elle connaît encore peu, mais dont elle a très vraisemblablement percé le cœur et les hautes qualités morales, qu’elle est disposée à le recevoir directement dans l’intimité de son chez soi. A plusieurs reprises d’ailleurs Clotilde de Vaux affirmera tranquillement qu’elle n’a pas peur de ne pas pouvoir maîtriser une situation d’intimité avec un homme.

Deux jours après cette seconde missive de Clotilde, pleine d’ouverture, d’allant et de bon accueil, Comte rédige ce qu’il convient bien d’appeler une brutale et impétueuse déclaration d’amour enflammé, de désir éperdu. Clotilde est prise au dépourvu : elle pensait d’autant mieux parvenir à maîtriser une situation de tête-à-tête, d’intimité avec le philosophe qu’elle l’imaginait rompu lui-même, du haut de sa science et de sa sagesse, à un tel exercice. Elle voit bien qu’il n’en est manifestement rien, qu’elle a fait preuve de naïveté autant que de témérité. Il lui est pénible de constater que d’emblée la pulsion érotique la plus triviale a pris le pas sur la geste sentimentale : son romanticisme cultivé souffre de la crudité du désir du philosophe et elle le fait savoir directement dans sa réponse du 21 mai 1845.

L’égérie d’Auguste Comte montrera de façon indéniable et sans discontinuer une qualité centrale dans son rapport à autrui en général, à son célèbre ami en particulier : la volonté de la sincérité de l’expression comme garant du respect de son interlocuteur ou de son vis-à-vis. Elle commence donc sa troisième lettre par : « J’ai trop souffert pour ne pas être au moins sincère, Monsieur ; et, si je n’ai pas répondu à votre lettre de samedi, c’est parce qu’elle m’a causé des sentiments pénibles que je n’aurais pas su vous cacher. » Cette courte missive qui exprime très clairement un refus et qui va mettre le philosophe très mal à l’aise (c’est un euphémisme) nous apprend quelque chose d’essentiel dans la vie personnelle de Clotilde : « Il y a un an que je me demande chaque soir si j’aurai la force de vivre le lendemain ».[11]

Clotilde de Vaux ne veut pourtant ni blesser, ni faire souffrir Auguste Comte comme elle tiendra aussi beaucoup à ne pas profiter de son ascendant sentimental. C’est tout le sens du vœu exprimé dans cette phrase révélatrice qui apparaît dans sa 5ième missive du 29 mai 1845 (vœu que l’on retrouvera entre autres dans sa 86ième et ultime lettre du 8 mars1846) : « Je me reprocherais toute ma vie de porter le trouble dans un cœur sensible… ».

Clotilde connaît le pouvoir de son charme féminin, elle le connaît et elle l’assume, mais ce n’est pas une arme dirigée contre les hommes à l’encontre desquels elle exprime, à plusieurs reprises, son empathie. C’est encore moins une arme contre ce philosophe qu’elle estime grandement et dont elle accepte de plus en plus l’amitié, la tendresse même, en dépit de ses bizarreries ou de ses faiblesses évidentes. La position qu’elle défendra jusqu’au bout à partir du moment où son propre sentiment vis à vis du philosophe se sera cristallisé en amitié amoureuse, a valeur d’une position philosophique éclairante que Comte est incapable d’entendre ou de percevoir : l’amitié peut, à partir d’une certaine profondeur, avoir la même valeur, la même intensité que l’amour. D’où le sens de son fameux : « Vous vous trompez quand vous dites que l’amitié n’aime pas… » [12]  dans son ultime lettre rédigée les dernières semaines de sa courte existence.

Rare moment où Clotilde de Vaux fait la leçon philosophique au philosophe : sous le mode de l’évidence existentielle que Comte en futur promoteur de la « synthèse subjective » aurait dû entendre s’il avait pu. Mais tout de suite après avoir porté cet impérieux refus de « porter le trouble » à la connaissance de celui auquel elle envoiera « l’assurance » de ses « sentiments affectueux », elle trouve la formule apaisante : « Je reçois votre encens avec l’humilité qui me convient ». Attardons-nous un instant sur cette gracieuse affirmation. Remarquons le refus d’hypocrisie qui la caractérise bien : Clotilde sait et reconnaît savoir dans le même mouvement qu’elle est l’objet d’une vénération qu’elle accepte avec joie. L’humilité qu’elle met en avant n’est pas celle des conventions et des usages mais celle qu’elle se donne à elle-même, consciente pleinement de ses propres limites et sans doute aussi du profond mystère du sentiment amoureux. Auguste Comte est davantage « l’électeur » de son objet d’amour qu’elle n’en est à proprement parlé « l’élue » : sa propre expérience de grande amoureuse blessée lui a enseigné cette  mystérieuse et  indépassable vérité.

C’est à ce point de tangence qu’il faut soupeser l’assertion de Clotilde qui suit, l’une des toutes premières idées exprimées sous forme aphoristique[13]:

« Je n’ai encore rencontré la perfection ni chez les autres ni chez moi. Il y a de gros ulcères au fond de chaque sac humain ; le tout est de savoir les cacher ».

Isolées de leur contexte ces deux phrases peuvent sembler bien banales, sans grand intérêt même. Ce sera d’ailleurs la même chose pour la plupart des « maximes » que Comte voudra bien recevoir de sa Muse et transmettre à la postérité. Aussi nous nous efforcerons d’échapper à ce travers de décontextualisation même si cela demande plus de patience et oblige d’avancer plus lentement. Clotilde signifie alors au philosophe pour le moins maladroit parce que trop empressé, inattentif au désir de son élue, qu’il n’est, comme elle d’ailleurs, qu’un humain imparfait ; doté certes de grandes qualités mais aussi de gros défauts, qu’elle appelle dans un langage médical imagé, mais hautement significatif, sans qu’elle n’en mesure très probablement la portée symbolique : de « gros ulcères ». Elle redouble son langage imagé par l’emploi d’une forme d’oxymore : « sac humain » qui peut se lire comme une première allusion à ce qui apparaîtra nettement plus tard : un refus d’une sacralisation de l’existence de type spiritualiste. Pas davantage que l’évocation de Dieu (en dehors des formules toutes faites) Clotilde de Vaux n’est portée à celle de l’âme immortelle: elle cultive une forme de rébellion par rapport à la tradition catholique et aux enseignements religieux, sur laquelle nous reviendrons ; une mise à distance personnelle se dessine sans doute dès cette lettre du 29 mai 1845. Que préconise t-elle en tant que moraliste implicite adogmatique : non pas de dépasser ou d’effacer les défauts humains, de guérir ou de séraphiser la pauvre créature pensante mais de les cacher soigneusement, de savoir apprendre comment l’on peut les cacher, afin de ne pas incommoder autrui, de ne pas les laisser polluer la relation ni avec soi, ni avec les autres. Stoïcisme de Clotilde certes mais sans un esprit de sacrifice, sans une exaltation par la grâce ou le combat surhumain : tout simplement par l’acceptation de notre appartenance à un monde imparfait, que protège, vaille que vaille, une Nature généreuse et chérie.

C’est peut être le moment d’aborder ce qui apparaîtra de plus en plus nettement dans la pensée de l’égérie d’Auguste Comte: la confiance mise dans la Nature ou si l’on préfère une forme de naturalisation de la Providence qui traduit bien l’influence manifeste des idées de Jean Jacques Rousseau auprès de Clotilde et de sa mère Henriette Marie.

Constatant que le désir qu’elle engendre chez Comte continue de croître elle tente, dans la 6ième missive qu’elle lui adresse le 5 juin 1845, de freiner son emportement en lui révélant son propre amour fou pour «un  homme de qui je suis séparé par un double obstacle ». Elle se rétracte en même temps concernant son intention initiale de recevoir Comte chez elle. Elle se montre sans ambages sous son plus mauvais jour : « …croyez que j’apprécie votre cœur tout ce qu’il vaut. Le mien est comme flétri ; il faut qu’il se retrempe aux sources de la résignation et de la solitude. »

C’est dans cette lettre particulièrement mélancolique qu’elle pose cet aphorisme demeuré célèbre: « Un amour sans espérance tue le corps et l’âme ». Elle demande au philosophe d’user de toutes ses « armes d’homme » pour surmonter sa passion, ajoutant en ce qui la concerne : « une femme n’a que son cœur pour combattre, et elle n’en est pas moins tenue au succès ». Etrange pensée de Clotilde qui comme bien souvent, nous le verrons, balance entre une hardiesse intellectuelle et une conformité aux idées dominantes de son époque. Avant de terminer par un chaleureux : « …je vous tends bien sincèrement la main, et je vous aime affectueusement » elle a cette réflexion concernant leur relation, cette saillie sibylline et toute intuitive, pathétique et prémonitoire, dont Comte ne semblera pas avoir saisi immédiatement la portée : «…il y a des transactions consacrées qui sont à mes yeux des mystères impénétrables ; je mourrai dans mon ignorance sous ce rapport. »

C’est à cette forme de scotome avoué et médité que tout le sérieux, la vivacité d’intelligence et de cœur de cette jeune Muse trentenaire se donne à voir : Clotilde ne doute pas un instant de la sincérité de l’élan amoureux de Comte, car pour elle il n’y a pas plusieurs façons d’aimer mais une seule, toujours profondément mystérieuse et même tragique. Cette scotomisation volontaire est paradoxalement prémonitoire si l’on accepte l’idée que l’intuition de sa santé fragile conduit Clotilde à poser une évocation de sa disparition, qui n’est complètement, ni machinale ni rhétorique[14]. Elle ne se sent pas une femme à la santé robuste et son désir d’écrire, de se faire vite une petite place dans le monde des lettres (qui est très certainement, de son point de vue, la raison première de son commerce – au sens le plus noble du terme – avec l’imposant mentor de son frère) semble bien être, à ses yeux, sa seule planche de salut, son seul chemin d’espérance : « J’emploi mon peu de forces à un travail qui peut m’être de quelque utilité pour la suite ; je ne veux penser qu’à cela maintenant. » Elle a aussi crûment besoin d’argent car ses sources de revenus sont très limitées. Elle aura même de la peine à subvenir à ses besoins vitaux comme se chauffer l’hivers 1845 ou acheter les remèdes que son médecin lui a prescrits : trouver un débouché littéraire c’est espérer, sinon l’aisance matérielle, du moins une autonomie financière qui lui fait alors défaut.

Pour suivre au plus près l’expression d’idées et l’apparition d’attitudes nouvelles, nous avons pris le parti d’un maillage chronologique le plus serré possible. C’est ainsi que depuis sa 6ième lettre (du 5 juin à la 7ième du 23 juin) donc en l’espace d’un peu moins 3 semaines, Clotilde va avoir la joie d’obtenir l’insertion (les 20 et 21 juin) sous la forme d’un bref feuilleton, dans le quotidien d’opposition libérale Le National, de sa courte nouvelle : Lucie. Cette entreprise qui doit au parrainage du directeur du journal Armand Marrast[15] concrétise bien ce désir d’écrire et ce vœu d’existence future comme auteur que nous venons d’évoquer. Avant de tenter d’analyser cette nouvelle sur le plan idéologique rappelons nous ce qu’Auguste Comte lui-même en dira dans son premier tome du Système de Politique Positive paru en juillet 1851 :

« Pour compléter cette dédicace exceptionnelle, je crois devoir y joindre la seule composition publiée par ma sainte collègue. Cette touchante nouvelle, dont la principale situation caractérise essentiellement la fatalité conjugale de l’infortunée Clotilde, fut insérée au feuilleton du National les 20 et 21 juin 1845. En la reproduisant ici, j’espère fournir aux juges compétents un témoignage direct de l’éminente nature, intellectuelle et morale, de l’ange méconnu qui préside à ma seconde vie. »

Certes Auguste Comte fut, depuis la disparition de Clotilde de Vaux (5 avril 1846) jusqu’à sa propre mort (5 septembre 1857) fidèle à cette très célèbre promesse envers sa bien-aimée : « Je vous ferai connaître ». Pourtant s’il affirme bien dans cette présentation de Lucie qu’il doit à Clotilde : « les premiers germes distincts et directs d’une immense synthèse morale et sociale.. », il ne retient ostensiblement aucun enseignement décisif à partir des idées propres de sa Muse. Autrement dit, il ne fait guère, de celle qu’il adora, ce qu’il ne cessera pourtant d’affirmer : une authentique « collègue ».

Est-ce à dire qu’en dehors de son intérêt littéraire limité la nouvelle publiée par Clotilde de Vaux n’offre pas de contribution intéressante au débat des idées en cours à cette époque ? Nous ne le pensons pas, même s’il faut reconnaître que l’apport idéologique reste mince et parfois obscur, voire contradictoire. Clotilde ne disposait pas des bonnes armes intellectuelles pour pouvoir prendre pleinement sa place dans le débat d’idées : elle dénonce courageusement les lois injustes de son époque, l’égoïsme des puissants, la soumission à l’argent, le poids des convenances, l’hypocrisie des tartuffes. C’est ainsi que la belle et infortunée Lucie «allait rarement dans les églises, où la frivolité a établi ses comptoirs ; mais on la rencontrait souvent dans les mansardes, où le malheur est fréquemment réduit à se cacher comme la honte. ». Pourtant Lucie qui représente et idéalise Clotilde semble  s’arrêter en chemin : certes elle demande à Maurice d’œuvrer pour assouplir la loi interdisant le divorce, mais non pas de l’abolir. De la même manière, elle en appelle à de nouveaux droits pour les femmes, en particuliers pour celles qui sont pauvres et isolées, mais elle ne transforme pas son pré-féminisme en un véritable féminisme : le destin rêvé reste la maternité dans un cadre familial et conjugal apaisé conforme à la « destiné sublime » de la femme. D’où cette étrange question rhétorique adressée à ses consœurs, au moralisme implicite bien conforme aux idées majoritaires des femmes de son époque : « Entourer de bien être l’homme qu’on aime, être bonne et simple dans la famille, digne et affable au dehors, n’est-ce pas là notre plus doux rôle et celui qui nous va le mieux ? » Pourtant certaines phrase de Lucie peuvent être retenues pour leur valeur aphoristique. Des phrases dont Comte se souviendra, en partie, et qui expriment un désarroi, une résignation tragique, mais aussi une forme de révolte. Par exemple : « Maurice, c’est en vain que notre malheur nous pousserait à nous élever contre la société ; ses institutions sont grandes et respectables comme le labeur des temps ; il est indigne des grands cœurs de répandre le trouble qu’ils ressentent. », ou encore : « Henriette, quels plaisirs peuvent l’emporter sur ceux du dévouement ? » ; mais aussi des phrases fortes qu’Auguste Comte aura tendance à oublier ou ne pas entendre, comme: « Où trouver un reste de chaleur dans cette société lasse et démonétisée ? l’argent ! Voilà la clef de leur dictionnaire, le mot qu’il faut absolument saisir pour les comprendre… La conversation générale de ces gens-ci ressemble à une véritable opération de bourse… et s’il est vrai qu’il n’y ait plus de trace de justice et d’honneur au sein de la société actuelle, Lucie est trop grande et trop pure pour s’incliner devant elle. »

 Le petit échantillon de réflexions moralisantes que nous venons d’extraire de cette nouvelle, à l’intérêt limité, il faut bien le reconnaître, de cette œuvre courte d’une débutante encore en apprentissage, de cette première tentative littéraire d’une jeune personne douée certes mais plutôt démunie sur le plan intellectuel et passablement isolée socialement, devrait nous permettre de mieux saisir les idées personnelles de Clotilde de Vaux, ses attitudes devant les épreuves de l’existence : ce qu’elle exalte et ce qu’elle exècre ; tout en faisant la part des idées reçues, inscrites dans l’air du temps, mais aussi ajustées au conformisme implicite d’un journal d’opposition libérale dont elle avait le souci de se montrer une digne collaboratrice.

C’est ainsi que Clotilde laisse éclater sa joie le 23 juin 1845 dans sa 7ième missive : « J’allais prendre la plume pour vous faire part de tous mes petits bonheur, quand j’ai reçu votre aimable lettre, Monsieur. Le National m’a fait une jolie offrandre en retour de l’infortuné Lucie ; et j’espère que son frère cadet recevra le même accueil. »[16] et elle ajoute avec cette franchise quasiment enfantine qui la caractérise : « C’est un double plaisir pour moi de réussir, car mes parents ne sont pas riches et sont bien bons. »

Quelques remarques au sujet de cette courte lettre : la joie de Clotilde éclate dans sa simplicité; c’est aussi une joie qu’elle veut partager avec son philosophe mentor. Un début de notoriété, un peu d’argent pour mieux vivre, un espoir pour une autre création littéraire qu’elle a déjà en tête, autant de sources manifestes de bonheur. Avec toutefois une crainte exprimée : « Le National m’a beaucoup blâmée d’avoir traité si rapidement le grand sujet en question : mais j’ai voulu aller selon mes petites forces ; l’habitude me viendra en aide pour la suite. » Cette crainte, qu’elle surmonte par la confiance qu’elle garde en elle et qui sera un véritable viatique pour les épreuves à venir, nous montre cependant que Marrast avait espéré davantage d’elle notamment en terme de production littéraire et de réflexion théorique. Courte lettre qui fit souffrir le philosophe sans que Clotilde ne l’ait voulu : la jalousie de Comte à l’égard de Marrast s’ancra dans son esprit inquiet ; d’autre part une certaine froideur avec l’expression comme ce : « Monsieur », due essentiellement à la déférence de Clotilde mais aussi, sans doute, à un souci de calmer les emportements de son correspondant : une mise à distance ne pouvait que contrarier ses attentes. Il va aussitôt s’efforcer de recréer de l’intimité, jusqu’à évoquer ses « rêves d’avenir » où il voit en elle « une digne épouse ».

Tentative vaine d’amoureux transi que la 9ième lettre de Clotilde va en toute franchise contrarier mais sous une forme particulièrement subtile : «Je serai votre amie toujours, si vous le voulez ; mais je ne serai jamais plus. Considérez-moi comme une femme engagée, et soyez bien convaincu qu’à coté de mes douleurs il y a de place pour de grandes affections ». Elle lui offre donc une amitié pérenne et sans condition, sinon celle de ne pas poursuivre la chimère d’aller au-delà et lui promet en même temps ces « grandes affections » dont elle se sent capable « à côté » de ses douleurs (nous sommes bien tentés de lire en filigranes : « grâce à elles »).

Clotilde cultive le culte de l’amitié, elle ne déviera pas de cette attitude profondément ancrée dans sa personnalité, ni de cette promesse d’amitié amoureuse qu’elle accomplit, pour Auguste Comte, ce 3 juillet 1845. Lettre extraordinaire en effet que cette 9ième missive qui commence par un « Cher Monsieur » et se termine par une authentique promesse  qu’elle tiendra sans discontinuer : « Je vous tends la main bien sincèrement ; je vous suis tendrement dévouée, et j’aurai toujours du plaisir à vous procurer dans nos relations tout le bonheur dont je puis disposer. A vous de cœur, Clotilde de V. »

Auguste Comte ne s’y trompe pas et à nouveau il s’enflamme : « J’accepte, avec une respectueuse reconnaissance, la sainte amitié dont vous daignez me renouveler la constante assurance, et je sens combien elle importe au bonheur de toute ma vie, malgré votre irrévocable résolution de ne jamais dépasser une douce fraternité. »

Les principaux éléments du culte clotildien sont désormais en place à cette date : c’est pourquoi nous trouvons dans la même lettre du 4 juillet un « Espérons donc ma Clotilde » et avant sa signature cette déclaration du philosophe : « Tout à vous pour toujours. » Rappelons que la première visite de Clotilde, au 10 rue Monsieur le Prince, remontait alors à une cinquantaine de jours (visite du mardi 13 mai) et que le surlendemain de cette visite Comte reconnaissait user comme d’un objet fétiche la chaise fauteuil dans laquelle elle avait été amenée à prendre place.[17] De même souvenons-nous que la seconde visite de Clotilde datait alors d’une trentaine de jours (visite du lundi 2 juin) ; en remarquant bien qu’à chaque fois Clotilde fut invitée à s’asseoir dans la même chaise fauteuil et que ces deux premières visites menées à l’improviste n’ont pas eu de caractère véritablement intime puisque Clotilde était accompagnée de membres de sa famille. Il faudra qu’Auguste Comte patiente encore, après ce 4 juillet, une quarantaine de jours pour bénéficier enfin d’un tête-à-tête avec son grand Amour, le mardi 12 août 1845 ; une quinzaine de jours avant le célèbre baptême du neveu de Clotilde (jeudi 28 août, à l’église Saint-Paul) qui consacra aux yeux d’Auguste Comte son mariage secret et spirituel avec Clotilde de Vaux, lui permit d’échanger un baiser public avec elle (baiser du parrain à la marraine) et l’invita à la désigner ostensiblement par la suite comme sa « seule véritable épouse ».[19]

Rappelons enfin que les entretiens avec Clotilde qui ponctuent cette correspondance précieuse se font les plus souvent au 24 rue Pavée dans un modeste entresol loué par Maximilien Marie et son épouse et où demeure Mme Marie, la mère de Clotilde et de Maximilien. Notons aussi que certes Clotilde s’est ravisée dans l’idée de recevoir son ami chez elle mais qu’elle a consenti à un précieux début d’intimité en se promenant le soir du mercredi 2 juillet 1845, avec le philosophe, dans les rues de Paris, très vraisemblablement de son quartier du Marais. Comte l’aurait très logiquement et sagement accompagnée, ce soir là,  jusqu’au seuil du 7 rue Payenne.

Ne minimisons pas cette bucolique promenade inauguratrice: elle éclaire la déclaration d’amitié de Clotilde du lendemain et la réponse pleine d’espérances et de rêves de son ami du surlendemain, sur lesquelles nous nous sommes attardés.

Nous en arrivons à la 10ième lettre de Clotilde du 19 juillet. Cette lettre est celle de la quasi-promesse de rendre visite à Comte dans son domicile, une fois par semaine, en compensation des soirées du mercredi au 24 rue Pavée. Comte craint d’importuner la famille de Clotilde puisqu’il leur rend déjà visite les lundi et vendredi soir. Autrement dit Clotilde assume très franchement le tête-à-tête intime avec son ami empressé et dont elle mesure avec une tendresse malicieuse la joie : « Les choses ainsi convenues, vous voyez que vous ne perdez rien avec moi, puisque vous voulez bien tenir à ma compagnie ». Ce dernier terme qui évoque le compagnon manquant et le compagnonnage des hommes méritants lui permettra d’enchaîner avec cette phrase révélatrice de son pré-féminisme, de sa pleine acceptation de sa posture de femme désirée :

«J’ai toujours aimé celle des hommes distingués, il y a tout à gagner avec eux ».

La fin de la lettre réponse de Comte ne surprendra personne : « Adieu, ma Clotilde. Mille fois merci, à demain.  A vous pour toujours. A Comte. » Il y a dans cet homme mûr et grave, dans ce penseur passionné, une candeur toute rafraîchissante, qui devait plaire à Clotilde de Vaux. C’est avec une franchise touchante qu’il lui signifiera son désir, c’est avec une droiture sans faille qu’il se fera aimer d’elle, au-delà de l’amour charnel, dans cet idéal refuge « d’amitié amoureuse » que Clotilde avait pleinement voulu et qu’elle défendra jusqu’au bout.

Le 20 juillet Clotilde écrit sa onzième lettre et annonce à son cher ami que le « National » de Marrast a décidé de lui confier une rubrique critique concernant les ouvrages romanesques écrits par des femmes. Clotilde mesure avec gratitude la chance qui lui est ainsi offerte et après avoir écrit : « …je désire beaucoup de réussir afin de m’attacher à une souche quelconque » demande, sans ambages, avec l’ingénuité de l’amie confiante mais aussi avec une certaine naïveté, il faut bien le reconnaître, la collaboration d’Auguste Comte :

« J’ai pensé que je pourrais un peu exploiter votre bonté pour mon début, Monsieur Comte. Vous qui connaissez à merveille les niaiseries et les vices de l’éducation religieuse, vous pourriez peut-être me fournir de bonnes armes. Je ferai mon premier article de souvenir sur les abus des maisons d’éducation.»[20]

 C’est à la fin de cette lettre que Clotilde explique à son ami que c’est « naturellement » et « de bon cœur » qu’elle a décidé de se rendre chez lui pour compenser une visite hebdomadaire soustraite du lot des visites[21] de Comte chez les Marie. Le philosophe énamouré lui ayant fait part de ses inquiétudes quant aux signes de défiance qu’il percevait dans l’attitude plus réservée de son amie depuis quelque temps (tout en reconnaissant ses tords). Clotilde répond sans ambages :

« Je ne me suis jamais défiée d’aucun homme

et elle ajoute cet aphorisme demeuré célèbre :

« Une femme inspire toujours à peu près les sentiments qu’elle veut. »

Arrêtons-nous un bref instant sur cette élégante et très révélatrice sentence clotildienne qui clôt la première partie de ce travail : nous voyons bien poindre ici la véritable nature de cette jeune femme et pourquoi il y a du sens à la considérer pré-féministe. Clotilde n’a pas peur de la gente masculine, elle accorde même spontanément confiance aux hommes qu’elle est amenée à côtoyer (peu en fait très vraisemblablement) et elle n’hésite pas à attribuer aux personnes de son sexe le pouvoir d’inspirer mais aussi tacitement de « contrôler » les sentiments liés à leur attrait physique. Autrement dit Clotilde de Vaux ne nie pas le pouvoir érotique de la beauté ; elle assume pleinement la beauté de sa juvénile féminité, bien qu’avec beaucoup de modestie (souvenons-nous de son fameux : « Je ne suis pas belle, j’ai un peu d’expression »). L’égérie d’Auguste Comte a suffisamment confiance en elle, en ses forces de persuasion pour ne pas redouter l’intimité d’hommes qui pourraient, portés par le désir, devenir trop entreprenants. Sous cet angle Clotilde de Vaux se montre moderne, très moderne même : son propre comportement, où elle fût amenée à réfréner à plusieurs reprises[22] son ami, correspond bien à l’idée juste qu’elle se fait d’elle-même et de sa condition de femme dans son époque.

NOTES:

[1] La fin de la première partie de cette étude correspond au moment le plus favorable de la dernière année de l’existence de Clotilde de Vaux : le 20 juillet 1845 elle adresse à Auguste Comte sa onzième missive en lui annonçant le tout premier début de sa reconnaissance littéraire. Elle est enjouée et se laisse pénétrer d’un sentiment d’optimisme et d’exaltation à l’égard de cette jeunesse et de cette féminité qui la pousse vers l’avant. Elle trace ces deux réflexions hautement sincères et révélatrices : « Je ne me suis jamais défié d’aucun homme. Une femme inspire toujours à peu près les sentiments qu’elle veut. » Clotilde, la trentenaire, pense avoir tout un avenir à construire, elle ignore qu’il ne lui reste plus que 8 mois et demi à vivre.

[2]Les archives de la maison d’Auguste Comte disposent de 18 lettres ou missives, de longueurs inégales, rédigées totalement ou en partie par Clotilde et étagées de janvier 1827 au mois d’août 1841, soit de ses 12 ans à ses 26 ans : correspondance de jeunesse que nous avons, David Labreure et moi-même, entrepris de retranscrire et d’analyser. Voir in (OpenEdition : Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte) le billet du 23 mars 2017.

[3] Rappelons brièvement que ce dernier ayant dérobé de l’argent à la perception dont il avait la charge pour faire face à une dette de jeu s’est soustrait à un contrôle annoncé par une fuite inopinée, abandonnant sa femme et sa famille.

[4] Nous ne connaissons pas l’identité de l’homme jeune (le héros Maurice, de sa courte nouvelle intitulée Lucie, qui l’incarne très certainement, a 26 ans) dont elle s’est violemment éprise vers le milieu de l’année 1843. Elle lui confère de très grandes qualités de cœur et d’intelligence : il aurait été prêt à se mettre en ménage avec elle bien qu’elle ne puisse pas divorcer. Clotilde aurait pris sur elle le refus de cet arrangement craignant des conséquences sociales et familiales néfastes pour son ami. Pour Clotilde la souffrance du renoncement fut très violente et l’a conduite régulièrement à des accès de mélancolie, que l’on qualifierait volontiers de nos jours de syndromes neurasthéniques ou dépressifs.

[5] Son ultime lettre du 8 mars 1846 ne recèle-t-elle pas cet aveu particulièrement significatif : «… je n’ai jamais osé être moi-même avec vous… ». Un aveu qui est la clé de leur relation : trop de désir (exacerbé) d’un côté, trop de retenue (contrainte) de l’autre.

[6] Elle attendra de lui de l’aide à l’écriture sur le fond et sur la forme : une aide qui ne viendra guère sinon de façon décalée ou inapproprié et dont elle se contentera sans maugréer.

[7] Nous disposons à cet égard le témoignage certes tardif mais direct de Félicité Marie, la jeune épouse de Maximilien, le frère de Clotilde. Voir Charles de Rouvre, L’amoureuse histoire d’Auguste Comte et de Clotilde de Vaux, Paris, Calmann-Levy, 1917.

[8] Curieux ce jeudi qui ne correspondait pas aux jours de visite de Comte chez Maximilien (les lundis, mercredis et vendredis à cette époque) et fait penser à une sorte de stratagème d’amoureux désireux d’intimité. Nous verrions bien un cabinet de lecture des environs de la demeure de Clotilde, fréquentée par elle (un des ces cabinets se trouvait même tout proche rue de Turenne) pour un entretien en vis-à-vis placé sous le signe de la « passion littéraire ». Clotilde n’ayant pas alors d’autre prétention que celle d’accepter l’aide de Comte pour l’entreprise qui lui tenait le plus à cœur : écrire et par ce biais se faire une petite place dans le monde très convoité et fort encombré des lettres.

[9] Il faut relire la dédicace, offerte à Clotilde de Vaux, placée par Comte à la tête de son « Système de Politique Positive » (1851) et écrite le 4 octobre 1846 , 6 mois après le décès de « l’angélique inspiratrice ». Il s’adresse directement à elle : « Noble et Tendre Victime », dans ce qui sera sa « première confession annuelle » ou « seconde sainte Clotilde » (10 autres confessions suivront de 1847 à 1856) et il conclut par : « Adieu mon immuable compagne. Adieu ma sainte Clotilde, toi qui me tenais lieu à la fois d’épouse, de sœur, et de fille ! Adieu mon élève chérie, et ma digne collègue ! Ton angélique inspiration dominera tout le reste de ma vie, tant publique que privée, pour présider encore à mon inépuisable perfectionnement, en épurant mes sentiments, agrandissant mes pensées, et ennoblissant ma conduite… ». Ne nous y trompons pas Auguste Comte dit vrai même s’il semble passablement exagérer : Clotilde de Vaux lui a bel et bien permis d’apprendre à épurer ses sentiments, elle lui a permis d’agrandir ses pensées (et même d’opérer un saut épistémique, qui pour déroutant qu’il soit, n’en est pas moins porteur d’une authentique originalité sinon d’une fécondité paradoxale), elle lui a appris à ennoblir sa conduite d’homme tiraillé par le désir, à surveiller davantage l’adéquation entre les idées et les actes ; peut-être aussi à mieux chérir, le souvenir de sa mère Rosalie Boyer, à mieux apprécier celle qui l’a accompagné dans sa vie quotidienne Sophie Bliaux. Sophie cette domestique très dévouée et complice que Clotilde aurait traitée comme un soeur et dont il fera sa fille adoptive. Ainsi Comte élabora sa théorie des 3 anges gardiens au cœur de ce qu’il appelera : « le culte domestique ». Pour lui l’ange principal (Clotilde) est flanquée de deux anges auxiliaires : Rosalie et Sophie. Ainsi la figure de « l’épouse éternelle » prend place entre la figure qui la précède : la mère et celle qui la prolonge : la fille. Sophie sera instituée la gardienne  de l’appartement et des reliques sacrées, du premier Temple de la religion de l’Humanité.

[10] Voir la « quatrième confession annuelle » de Comte rédigée du 31 mai au 2 juin 1849. Cette sentence a été complétée par ce rajout : « et l’on peut toujours agir. » afin d’en faire « la devise spéciale » de la « Religion de l’Humanité ».

[11] Sur cette mélancolie directement souchée sur une profonde crise sentimentale voir la note 3.

[12] Voir toujours cette 86ième et ultime lettre du 8 mars1846.

[13] Auguste Comte et Clotilde de Vaux avaient en commun d’aimer la forme aphoristique : souvenons-nous de cette sentence qui jaillit spontanément de la bouche d’Auguste Comte le mardi 13 mai 1845, en présence de Clotilde et de sa famille, qui deviendra complétée la « devise spéciale » du « positivisme complet » : «on ne peut pas toujours penser mais l’on peut toujours aimer ». Voir aussi la note 10.

[14] Plusieurs passages de sa courte nouvelle Lucie ont un caractère hautement prémonitoire.

[15] Marrast et son épouse ont pris en sympathie Clotilde depuis que son frère Maximilien, qui fréquente le même milieu libéral, a fait connaître l’infortune de sa sœur et ses vœux de percée littéraire, les plus chers.

[16] Le « frère cadet » en question de Lucie s‘appelle Willelmine : une nouvelle plus importante aux yeux de Clotilde, qui restera inachevée, qu’elle a déjà en tête, sinon quelque peu ébauchée. Notons que Lucie et Willelmine sont deux héroïnes éponymes qui mettent en scène en regard deux figures masculines amoureuses : Maurice et Stéphane.

[17] Chaise fauteuil pieusement conservée à la Maison d’Auguste Comte, au 10 rue Monsieur le Prince, considérée par le philosophe comme le premier autel (du vivant de Clotilde), la relique sacrée principale au cœur de son appartement sanctifié et érigé en premier Temple de la Religion de l’Humanité, après la mort de Clotilde de Vaux. Voir aussi la note 9 et voir in « OpenEdition : Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte », le billet du 15 novembre 2016.

[19] Voir la 26 ième  lettre de Comte du 6 septembre 1845.

[20] Clotilde garde un mauvais souvenir de son internat et de sa scolarité chez les « demoiselles de la Légion d’Honneur » dirigé alors par des religieuses. Cette phrase est l’une des sentences qui permettent de bien saisir l’éloignement de Clotilde de Vaux avec la religion en général, le catholicisme en particulier.

[21] Visites qui ont pour but essentiel, avoué à ce stade de leur relation, de permettre au philosophe de la voir et de converser quelque peu avec elle.

[22] Comme nous le verrons dans la seconde partie qui analysera les attitudes et les idées de Clotilde de Vaux dans ce qui prendra bien la forme d’une crise à plusieurs acmées et d’un dépassement de cette crise, dans un contexte d’exaltation amoureuse intense chez Auguste Comte et de résistance argumentée de la Muse : d’une résistance pleine de tact au nom du sentiment d’amitié amoureuse éprouvé, de la reconnaissance et de l’admiration, de l’avenir à construire et de la raison à garder. Clotilde fera dans le secret de sa correspondance, en toute modestie et discrétion, la « leçon philosophique » à son « Auguste Ami ». De même elle tracera de sa belle plume en exergue de son chef d’œuvre Willelmine ces deux courtes phrases très révélatrices de sa pensée mûrie : « Les goûts charment la vie. Les passions la détruisent ».


Une réflexion sur « Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte : originalité et pré-féminisme de ses attitudes et de ses idées. »

Les commentaires sont fermés.