De l’Amour entre Auguste Comte et Clotilde de Vaux: l’échange de présents, dons et cadeaux.

  De l’Amour entre Auguste Comte et Clotilde de Vaux:  l‘échange de présents, dons et cadeaux.[1]

         Il n’est guère douteux que le jour où Clotilde de Vaux reçoit (le mercredi 30 avril 1845) la lettre[2] que lui a adressée Auguste Comte, le cœur du philosophe lui est déjà, en grande partie, acquis. Il n’est guère douteux non plus que, dans sa courte réponse, Clotilde de Vaux ne s’y méprend pas: «Vos bontés me rendent bien heureuse et bien fière, Monsieur…»[3]. Cette toute première phrase si limpide et si belle traduit merveilleusement la position princeps de Clotilde à l’égard de celui qui va rapidement s’éprendre d’un très grand amour, c’est à dire d’un amour fou, porté par le désir au-delà du désir. Les lettres de Clotilde de Vaux sont toujours empreintes d’une remarquable justesse et d’une indéniable sincérité. Une des grandes qualités de sa prose épistolière, bien supérieure à sa prose romanesque[4], réside dans la puissance d’oralité de ses propos : la lire on croirait tout de suite l’entendre, on devine instantanément son état d’esprit, on peut facilement l’imaginer. Nous voyons ainsi se profiler au fil des lettres ou des courts billets, une femme touchante, bien éduquée, une femme particulièrement fine et intuitive, qui ne transige jamais sur l’honnêteté et la vérité, une femme pleine de spontanéité, sensible et affectueuse, une femme fière qui se sait blessée et ne veut pas inspirer de la pitié, une femme qui se méfie d’abord d’elle-même parce qu’elle s’éprouve émotionnellement délicate et corporellement fragile. Madame de Vaux, née le 3 avril 1815 à Paris[5], Charlotte Clotilde Joséphine Marie, a déjà beaucoup subi d’épreuves personnelles avant qu’Auguste Comte ne commence à s’éprendre d’elle. Elle a souffert sentimentalement et matériellement de la conduite ignominieuse de l’homme qu’elle avait épousé en 1835. Cet homme, Amédée de Vaux, l’avait lâchement abandonnée en 1839 en s’enfuyant avec l’argent de sa caisse de percepteur de la petite ville de Méru dans l’Oise, la passion du jeu d’argent l’ayant conduit à sa perte. Il l’avait laissée seule (sans possibilité de divorcer à cette époque) avec des dettes et une inévitable forme de déshonneur. Pourtant en 1845, Clotilde qui vit désormais seule mais en symbiose avec ses parents (dans le quartier du Marais à Paris) souffre d’un mal beaucoup plus mystérieux : elle demeure sous le coup de la violente passion qu’elle a éprouvée deux ans plus tôt (selon toute vraisemblance en 1843) pour un homme remarquable à ses yeux: une belle passion réciproque, mais située dans le cadre d’un amour sans espoir, auquel elle s’efforce encore, tant bien que mal et très douloureusement de renoncer.[6] En ce printemps 1845, en ce merveilleux début de l’« Année sans pareille » (selon l’inimitable terminologie d’Auguste Comte) Clotilde commence lentement à sortir de sa position dépressive, de ce qu’elle appelle elle-même son « spleen ». Imitant en cela sa propre mère – née Henriette-Joséphine de Ficquelmont – elle se prend, peu à peu, au jeu de l’écriture : elle se met tout doucement à espérer dans un avenir possible de « femme de lettres ». Voici qu’elle découvre qu’un Monsieur qui fait autorité parmi les siens (le professeur que son frère Maximilien a choisi comme mentor) s’avance tout disposé à la rendre « heureuse et fière », comme elle le dit si bien. Clotilde pressent certainement que les choses n’en resteront pas là ; que ce Monsieur Comte qui l’impressionne beaucoup plus qu’il ne peut jamais lui plaire, exprime à travers l’attention qu’il lui porte, un grand besoin d’être aimé ; que les «yeux doux» dont il la gratifie depuis un certain temps[7] traduisent, de plus en plus clairement, avec l’accentuation de leur ferveur, une muette et anxieuse interrogation.

Le premier cadeau que Clotilde de Vaux fera à Auguste Comte sera certainement celui qui suscitera chez lui le plus puissant sentiment de gratitude: l’ineffable et imprévisible transport de son doux et précieux corps dans la demeure même du philosophe, le lieu de son travail intellectuel, là où il se sent progresser pas à pas, dans sa « grande élaboration » philosophique. Cette « gracieuse visite », cette apparition ingénue, sans doute motivée par la reconnaissance de la jeune femme, mêlée à une curiosité bien naturelle, aura, nous semble-t-il, valeur de donation: elle permettra à Comte de regarder, aussitôt et à jamais, comme un objet sacré la chaise-fauteuil où elle prit place ce mardi 13 mai 1845, ce jour mémorable où elle sut convaincre son frère de la laisser l’accompagner.[8] Cette première visite de Clotilde de Vaux au 10 rue Monsieur-le-Prince (dans le quartier de l’Odéon à Paris), jouera certainement avec toutes les autres visites[9], qui s’étageront du 13 mai 1845 au 7 mars 1846, un rôle décisif dans la volonté d’Auguste Comte de ne jamais se dessaisir de cette demeure, de la sanctuariser même.[10]

Cette venue inespérée de Clotilde à laquelle le philosophe ne s’attendait pas – il était d’ailleurs déjà en compagnie de son principal disciple et futur « successeur » Pierre Laffitte et d’un autre fidèle Lenoir – le comblera profondément, d’autant plus peut-être, qu’il ne la savourera guère sur-le-champ. Il regrettera le lendemain « la maussaderie ou l’insignifiance » de sa « réception d’hier », craignant plus (sans le dire) lui déplaire demain, qu’avoir déplu hier. Auguste Comte verra à n’en pas douter dans cette initiative de Clotilde de Vaux, toute empreinte de spontanéité, une véritable grâce, un signe décisif, un puissant encouragement[11]. Dès sa troisième lettre, écrite le lendemain de cette bouleversante apparition, il s’enhardit notablement: il décide, sans concertation préalable avec ses hôtes, de se rendre dorénavant dans la famille Marie « après le dîner » afin de s’assurer de la présence de Clotilde (elle vient souper chez son frère tous les soirs). Clotilde se retrouve ainsi cordialement invitée par la « respectueuse affection » de son « dévoué serviteur », à ne pas le priver, lors de ses visites chez Marie, de sa gratifiante personne[12]. Auguste Comte, le père austère du positivisme, ne pouvait dire mieux cette vérité criante, que le plus grand bénéficiaire des multiples entrevues familiales serait désormais lui-même, parce qu’il connaîtrait ainsi un bonheur plus grand que celui de briller par le verbe ou la science en société, celui de contempler les deux magnifiques « yeux émeraude » de Celle aimée ; celui de s’abreuver à la source de ses paroles dans la chaleur même du timbre de sa voix ; celui de caresser du regard sa « suave beauté »[13], l’ondulation des boucles de ses cheveux châtains; le bonheur de glisser du galbe enchanteur de son long et mince cou jusqu’à ses « deux jolies mains » ; celui de se prendre, conformément à ses rêves les plus fous ou les plus hardis, pour un nouveau Dante, un authentique Pétrarque, un Abélard comblé qui aurait surmonté, avec l’épreuve de la mutilation, celle du temps [14]

Il est relativement difficile de recenser avec précision les visites d’Auguste Comte au domicile de Clotilde de Vaux[15]. Clotilde tout à son enthousiasme pour l’amitié promptement et sincèrement acquise accepta très tôt le principe de le recevoir chez elle (dès sa 2ième lettre du jeudi 15 mai 1845). Son argument est qu’elle y « reçoit quelquefois» des «visites d’hommes ». Elle en profite pour lui demander d’être « traitée un peu en vieille amie »[16]. Cette lettre, merveilleuse de droiture, traduit bien le fait que Clotilde savait lire parfaitement dans les cœurs, autant qu’elle avait bon cœur ; elle est, cependant, quelque peu imprudente. La preuve: Comte s’enflamme vivement, aussitôt reçue cette acceptation sans ambages, et dans sa légendaire missive du surlendemain (lettre du 17 mai 1845) il ne peut retenir l’élan d’une formidable déclaration d’amour. Une déclaration stupéfiante qui « crache » sa belle et chaude lave comme un sublime et impétueux volcan. Il faut dire qu’un « quasi-miracle » (nous n’ironisons pas, Comte mérite toujours, avec son extraordinaire et désarmante franchise, que l’on dépasse vite les moqueries qu’il peut susciter) s’est produit la veille: le philosophe se rend comme à l’accoutumé, ce vendredi 16 mai, chez les Marie. Sont présents Maximilien et sa femme Félicité, Clotilde et Mme Marie mère (qui tient sous son aile le modeste ménage de son fils). Voici que soucieux à l’extrême de plaire à ces « dames » (en particulier à celle qui l’a si bien traité la veille dans son billet) Auguste Comte se surprend dans un brio philosophique qui prendra à ses yeux valeur d’une authentique révélation : « quand mon cœur proclama inopinément devant ta famille émerveillée la sentence caractéristique (On ne peut pas toujours penser, mais l’on peut toujours aimer) qui complétée, devint la devise spéciale de notre grande composition. »[17] Cet aphorisme (le lecteur a bien compris) est appelé à être la «devise spéciale» de sa future « grande composition » théologico-philosophique qui prendra le nom de: Religion de l’Humanité.[18]

Une « quasi-catastrophe » ne suit-elle pas souvent un « quasi-miracle »? Clotilde prend ombrage de cette explosion inopinée de désir amoureux. Elle y voit a un cruel malentendu, elle n’est pas femme à feindre ce qu’elle n’éprouve pas, encore moins à tenter de profiter d’une aubaine: elle veut tout de suite raisonner son nouvel ami, l’empêcher de souffrir, le garder seulement comme un pur ami. Elle n’y parviendra que très difficilement, et que de façon très lacunaire ou partielle. Si l’on veut bien comprendre la façon dont Clotilde de Vaux envisage sa relation avec Auguste Comte, il faut relire ses deux lettres du jeudi 5 juin 1845 et du dimanche 14 septembre de la même année. Dans la première lettre nous lisons: « Il y a deux ans que j’aime un homme de qui je suis séparée par un double obstacle…. Il n’y a que quand j’ai eu le courage de m’éloigner que j’ai pu commencer à vivre…. Conservez-moi votre amitié, et croyez que j’apprécie votre cœur tout ce qu’il vaut. Le mien est comme flétri; il faut qu’il se retrempe aux sources de la résignation et de la solitude… ». Dans la seconde lettre Clotilde surenchérit: « Mes malheurs non plus que moi n’ont eu rien de vulgaire, et il est vraiment impossible de les juger sans les connaître. J’ai aimé de toute ma puissance un être dont j’étais digne, et qui m’a également aimée. ». Clotilde de Vaux apparaît toute entière dans cette courte et décisive phrase : elle ne tergiverse pas avec la Vérité, elle ne l’édulcore pas (et en cela, elle se fait bien l’alter ego du philosophe du « vivre au grand jour »), elle use cependant à l’égard d’un homme, qui ne peut que se poser (tristement) en rival (éconduit), d’une délicatesse toute féminine: elle opte pour l’utilisation du mot le plus terne, le plus neutre, le moins blessant (« un être »), lorsqu’il s’agit d’évoquer son secret grand amour. A plusieurs reprises Clotilde invitera, sans galanterie aucune, son ineffable adorateur à se contenter de la seule chose dont elle se sent réellement et durablement capable: une affectueuse amitié. Auguste Comte ne peut pas regarder la réalité en face, dans sa réponse à cette cruelle lettre il passe soudain du vouvoiement habituel au tutoiement (dès la troisième phrase): « A chaque nouvelle appréciation, je suis ainsi toujours conduit, ma Clotilde, à t’adorer davantage. ». Au milieu de sa lettre, peu après un « Oui, ma sainte amie… », nous trouvons cette phrase hautement révélatrice: « C’est à moi, Clotilde, à me demander en tremblant si je serai toujours complètement digne de toi. »[19].

Ce qui fait la richesse et la complexité de la relation entre ces deux amis que le destin a uni, c’est incontestablement la force de leur attachement réciproque, mais aussi le décalage cruel entre leurs attentes respectives, leurs orientations personnelles et leurs philosophies de vie. Clotilde n’a pas un esprit tourné vers le mysticisme, ni même enclin aux consolations religieuses, contrairement à certaines idées ou représentations plus ou moins répandues[20]. Son espoir terrestre, en dehors de celui de recouvrer pleinement sa santé, est de se faire une petite place dans le monde de l’écriture, afin de conquérir pleinement son indépendance. Comte, qui est le « protecteur » du frère pourrait bien être aussi celui de la sœur: tel est l’implicite espérance des membres de la famille Marie ; à commencer par Clotilde lorsqu’elle découvre l’attachement du penseur.[21] Le seul « cadeau » qu’elle en espère d’emblée est une aide intellectuelle, un encouragement sincère dans le difficile chemin de l’invention et de la production littéraire.[22]

Pour la première aide substantielle de ce type, Auguste Comte aura comme un coup de génie. Clotilde lui écrit (après une sérieuse « bouderie » parfaitement motivée) le 29 mai 1845, cette extraordinaire et courte missive (parmi d’autres, il faut bien le dire, tout aussi extraordinaires) qui est sa cinquième lettre, et que nous devons reproduire quasiment in extenso, pour bien faire saisir le caractère à la fois éloquent et sobre, imagé et plein de tact, de son enchanteresse plume :« J’ai été bien heureuse d’apprendre votre rétablissement, Monsieur ; et je le serai aussi de vous revoir, si vous consentez, comme je le désire, à mettre tout à fait à l’index les causeries embarrassantes. Je me reprocherais toute ma vie de porter le trouble dans un cœur sensible ; ne parlons donc que de nos têtes, et tâchons d’y mettre le plus de gaieté que nous pourrons. Je reçois votre encens avec l’humilité qui me convient. Je n’ai encore rencontré la perfection ni chez les autres ni chez moi. Il y a de gros ulcères au fond de chaque sac humain ; le tout est de savoir les cacher… ».

Que va-t-il faire face à cette injonction? Tout simplement prendre acte (autant qu’il en est capable bien sûr) du message très clair de Clotilde de Vaux et rebondir précisément sur le terrain où il excelle et où elle l’attend. Il sait que bientôt ce sera sa fête : la Sainte Clotilde tombe les 4 juin. Il écrit l’après-midi du 2 juin 1845, sa lettre réponse assortie « d’une petite composition » écrite « à l’occasion » de cette fête. Comme chez Auguste Comte tout ce qui est « petit » ou « court », est déjà « immense » ou « démesuré », cette « Lettre philosophique sur la commémoration sociale, composée pour Mme Clotilde de Vaux au sujet de sa fête par l’auteur du Système de Philosophie Positive » mêle l’ampleur et le panache (elle équivaut à 288 lignes, soit pratiquement 7 pages de texte imprimé). Il lui précise dans le post-scriptum de sa lettre que de cet « épître philosophique » elle pourra en disposer pour toute forme de « publicité » qu’elle envisagerait (implicitement pour servir sa future carrière de « femme de lettres »). Voilà bien un cadeau surprise de choix qui ira droit au cœur de Clotilde. La grosse missive de Comte (directement portée au domicile de cette-dernière) à peine arrivée (en fin d’après- midi), à peine lue : Clotilde « courut chez ses parents, et, un peu essoufflée, confuse du plaisir même qu’elle en avait, montra le cahier tout plein de l’écriture serrée du philosophe. »[23] Clotilde fera plus encore : elle se rendra le soir même (en compagnie de sa mère et de son frère) chez le philosophe pour le remercier directement. Il faut imaginer l’effarement d’Auguste Comte devant une visite aussi impromptue, la seconde visite de Clotilde de Vaux à son domicile. Il n’est pas exagéré de dire qu’à partir de cette date le cœur de Clotilde de Vaux lui est acquis et qu’ainsi il a magistralement « retourné » la situation en sa faveur. Clotilde comprend qu’elle peut compter sur lui, mais est-elle sûre qu’il a bien saisit en retour le caractère purement affectif ou sentimental de son attachement ? Est-elle confiante dans le fait qu’il va s’en tenir là ? Rien n’est moins sûr et son « cher philosophe » aura tôt fait de l’éclairer. Clotilde tousse aussi fortement et très fréquemment dès cette époque, elle croit (comme tout le monde autour d’elle) qu’il s’agit d’une « toux nerveuse ». Rien de mieux donc pour sa santé que d’achever sa première courte « nouvelle » à caractère autobiographique, qu’elle intitulera : Lucie. Certes, elle ne soumet pas au préalable à son magistral et enamouré mentor le manuscrit de Lucie – publié sous forme de deux feuilletons dans le quotidien le «National» les 20 et 21 juin 1845 – ce qui vexe passablement Comte (lettre du 23 juin 1845): « …les douces larmes que vient de me faire verser votre charmante nouvelle dont je vous ai reproché de ne pas m’avoir gratifié avant le public. ». Mais elle se tourne vers lui dès que ce quotidien lui offre un feuilleton hebdomadaire (lettre du 20 juillet 1845). Auguste Comte va s’efforcer de jouer le jeu du conseiller littéraire, en vexant notablement Clotilde, cette fois : en la vexant par la morbide jalousie qu’il développe à l’égard du directeur de ce journal d’opposition au régime de Louis Philippe, le remuant et séduisant publiciste (futur homme politique de premier plan de la seconde République) Armand Marrast. Ce dernier, très vraisemblablement présenté à Clotilde par son frère Maximilien avait, certes fait une certaine cour à la belle « quasi-veuve », mais de façon somme toute mesurée et respectueuse des convenances. Le tact de Clotilde, allié à sa prudence naturelle, lui avait permis de s’en assurer en retour, sinon la complète amitié, du moins une très efficace et réelle sympathie.[24]

Soucieux de s’imposer autant que de l’aider notre ardent philosophe offre sur ces entrefaites à celle qu’il a déjà appelé « ma Clotilde »[25] un volume de George Sand contenant: « les lettres à Marcie ». Ce « cadeau » est destiné à permettre à Clotilde de se mesurer avec la femme écrivain la plus célèbre d’alors: George Sand, de s’en inspirer un peu puis de tenter de la dépasser en la réfutant efficacement. Clotilde a la naïveté de croire qu’un tel projet littéraire puisse être à sa portée. Comte n’aura jamais la franchise de lui dire son infériorité littéraire (notablement sur le plan de la prose romanesque à portée sociale ou morale) si tant est qu’il soit vraiment parvenu à s’en faire une idée quelque peu objective. Clotilde, la future marraine du neveu dont vient d’accoucher Félicité – Félicie pour les intimes – la très jeune femme de Maximilien (elle n’a que16 ans), Clotilde la future protectrice de ce garçon qui portera les prénoms[26] choisis par celui vers qui la famille Marie s’est tournée pour le rôle de parrain : Auguste Comte, remercie certes chaleureusement son très dévoué ami pour le précieux envoi littéraire que constitue l’ouvrage de George Sand (le jeudi 7 août 1845): « Je comptais vous porter moi-même mes remerciements pour l’aimable envoi que vous m’avez fait. »[27], mais elle ouvre encore sa missive avec un « Cher et bon Monsieur » et elle fait précéder sa signature (Clotilde de V.) d’une formule très peu familière: « Recevez l’expression de mes sentiments bien affectueux ». Clotilde de Vaux mesure déjà parfaitement, à l’évidence, le prix qu’Auguste Comte attache à leurs entrevues intimes, à ces visites à son domicile qu’elle lui a promise, mais pour l’instant elle ne s’y est encore rendu que deux fois et jamais seule. Sa première visite seule, en tête-à-tête, est en fait imminente à ce moment-là. Elle aura lieu le mardi 12 août 1845, laissant dans le cœur et le souvenir du philosophe, une éblouissante impression, une ineffaçable « image »[28]. Nous pouvons très légitimement considérer chaque visite de Clotilde, au 10 rue Monsieur le Prince, comme un présent « sans égal », une véritable bénédiction aux yeux de son incomparable ami.

Nous en arrivons à l’épisode central du baptême qui aura lieu le jeudi 28 août 1845, sur les fonts baptismaux de l’église Saint Paul / Saint Louis (paroisse des Marie). Par une interprétation toute personnelle du droit canonique qui interdit effectivement que des liens de consanguinité du type frère / sœur existent entre les futurs parrains / marraines comme il en est entre de futurs époux, Comte s’autorise (on voit bien là la marque d’un grand artiste, d’un penseur hors normes) à s’imaginer que le rituel catholique auquel il va se prêter avec Clotilde (sans trop compter à cet égard l’enfant et le reste de la famille Marie) peut prendre valeur secrète et souterraine « d’une union consacrée » entre Clotilde et lui. La première mention de cette idée nous la trouvons pratiquement dès le moment où Comte a appris la proposition des Marie concernant le parrainage et l’acceptation de Clotilde: « Le saint engagement que j’ai accepté, et où je suis si heureux de votre association, se fait déjà sentir en moi. » (Voir la lettre du 25 juin 1845).[29] Il fallait, sans doute, aux yeux de Comte pour concrétiser cette idée cruciale de lien nuptial[30] un symbole, sinon porté en commun, du moins possédé par la marraine (« épouse spirituelle »), comme peut l’être une alliance. Un symbole évident mais qui ne heurterait pas Clotilde. Auguste Comte optera pour l’achat d’un (ou d’une paire de) médaillon(s), en métal précieux (en or), en forme de petite boîte rectangulaire, avec un couvercle intérieur, finement ciselé, à charnière.[31] Ce symbole d’union sera certes appelé à rester vide[32], mais il conservera dans son magnifique fermoir d’Or, le sceau secret et invisible, d’un ineffable Amour.

L’examen attentif de la période du baptême nous permet de faire une conjecture sur le déroulement précis des faits. Le lundi 25 août, Auguste Comte voit Clotilde chez les Marie. Le baptême est pour dans 3 jours, donc forcément à « l’ordre du jour ». La lettre du lendemain montre l’exaltation de Comte: «…mon bonheur d’hier..». C’est dans cette lettre qu’il s’enhardit à lui révéler l’existence de ses invocations répétées devant son «autel». Songeons, un instant, à ce que Clotilde pouvait penser, en lisant ces confidences. L’imaginait-elle vraiment s’agenouiller, lui le magistral philosophe, devant la chaise-fauteuil, qu’il ne lui avait présenté encore que 3 fois dans son domicile? L’imaginait-elle, sans révulsion, se mettre ainsi en larmes, quasiment en transe, relisant fébrilement chacune de ses lettres, chacun de ses billets, « l’invoquant » à haute voix? Quoiqu’il en soit c’est très sensiblement ainsi que les choses se passaient et Clotilde en fût amplement informée par Comte lui-même. Cette attitude d’adoration ne lui fera pas plaisir: à plusieurs reprises elle exprimera les craintes pour la santé de son ami, qu’une telle tournure de leur amitié lui inspirait; elle exprimera un sentiment de culpabilité, de regret, sans ambages.[33]

Le mardi 26 août (le soir) et le mercredi 27 (l’après-midi), ils ont eu le bonheur de sortir ensemble pour des achats: il s’agissait de trouver des « menus cadeaux » pour le filleul et sa famille, mais aussi pour la future marraine, future « épouse spirituelle », comme nous venons de le voir. Clotilde était passablement désargentée[34]. Comte a dû la prier de choisir tandis qu’il puiserait dans sa bourse plutôt replète mais toujours généreuse (presque inconsidérément lorsqu’il s’agissait de Clotilde).[35] Le mercredi 27 août, Clotilde et Comte se sont vus, c’est quasi certain: Comte gardera même une « image préférée » d’elle ce jour[36]. Se sont-ils rendus ensemble chez le bijoutier? Nous inclinerions à le penser: le choix du (ou des) médaillon(s) en forme d’une exquise petite boite rectangulaire dorée, avec double couvercle à charnières, n’évoque-t-il pas subtilement le monde du livre et de l’écriture, et ne peut-il alors renvoyer à leurs deux situations respectives, à ce qui fonde vraiment leur alter ego? Clotilde de Vaux qui aspirait tant à devenir un vrai auteur et admirait en Auguste Comte sa nature d’écrivain prolixe, d’authentique savant, est-elle restée étrangère à ce choix? Comte lui remit-il immédiatement son médaillon ou attendit-il que la cérémonie du baptême fut achevée? S’il fallait choisir nous inclinerions à la seconde hypothèse: Auguste Comte avait l’esprit trop religieux, pour ne pas accorder une réelle importance, à la consécration rituelle par le « fonctionnaire sacerdotal », pour ne pas attendre l’apposition de «l’huile sainte» sur le front du filleul, avant de se sentir le droit d’exulter secrètement, en lui-même, le nom de sa « chère compagne spirituelle ». Ce dont nous sommes certains c’est qu’à l’issue de la cérémonie, ils se sont échangés pour la première fois (à la demande de Clotilde) un chaste baiser; lequel transporta d’allégresse notre tendre philosophe. Malheureusement, ce bref accolement eut plutôt comme effet de déplaire à la famille de Clotilde. Sans doute, cette famille comprenait-elle maintenant que la marraine se séparait du parrain (à l’issue du dîner de fête familiale) le cœur presque chaviré. Sans doute commençait-elle à prendre la vraie mesure de la passion d’Auguste Comte et celle du sérieux avec lequel Clotilde l’accueillait. Cette famille Marie-de-Ficquelmont[37] progressa peu dans la voie de l’indulgence à l’égard de cette dévorante passion.[38]

Peu de temps après, le vendredi 5 septembre 1845, nous retrouvons dans la matinée, une Clotilde presque amoureuse. L’avant-veille Comte l’avait emmenée au Théâtre des Italiens : ils avaient bu du champagne[39] et le lendemain, Clotilde qui aurait aimé aller lui rendre visite (chaque fois qu’elle est très reconnaissante elle exprime ce désir de le visiter car elle a bien compris ce qui lui fait le plus plaisir) se retrouve indisposée : elle s’est « crue empoisonnée ». Touchante Clotilde, toujours partante pour la joie partagée, mais au demeurant si fragile! Il faut dire que la soirée ou plutôt « l’expédition » était « fraîche ». Faut-il penser que c’est le petit vent frisquet d’une soirée de septembre, aux alentours de l’Opéra-Comique ou plus simplement, la toilette sobre et élégante mais légère (trop légère) de la très féminine Clotilde qui est à l’origine de ces frissons? Comment le savoir si ce n’est le deviner? En tout cas, Comte est tout à sa joie, tout près de son inespéré « triomphe ».

Une mystique et torride attente s’empare de lui, dès ce vendredi 5 septembre, au moment même, où il prend connaissance, de la « divine lettre ». Clotilde a comme un vertige dans cette lettre (qui est sa 17ième lettre ou billet). Trois paroles en témoignent magistralement: « Je ne veux pas que vous redeveniez malade ou malheureux à cause de moi », suivi immédiatement du célèbre: « Je ferai ce que vous voudrez » et enfin cette dernière phrase: « Je vous confie le reste de ma vie ». Clotilde est imprudente, pire que cela, elle est trop généreuse. Elle accepte de ne pas tenir compte de ses propres inclinations, des attractions physiques, des répulsions naturelles, qui font le socle du désir: elle est aveuglée par la reconnaissance. Auguste Comte lit et relit, cette quasi déclaration d’amour, en tremblant: « J’ai dû, ma Clotilde, exercer hier sur moi-même un véritable effort pour ne pas répondre à votre divine lettre aussitôt après l’avoir relue à genoux devant votre autel » lui écrit-il le lendemain, à 10h du matin, après sa « prière du matin » (prière qui n’est pas placée sous l’invocation du Christ ou de la Vierge Marie mais sous celle de sa « seule véritable épouse, non seulement future, mais actuelle et éternelle »). Cette fébrile lettre, qui se termine par: « Votre époux dévoué », est portée directement au domicile de Clotilde par la très vaillante et très précieuse domestique : Sophie Bliaux. Clotilde de Vaux en prend connaissance aussitôt et tente de se ressaisir dans sa réponse: « je ne vous regarde pas comme un homme ordinaire; et en me plaçant sous votre protection, je sens que je n’aurai jamais à souffrir dans ma fierté: j’accepte ce que vous pourrez me faire de bien dans notre association, et je me vouerai alors exclusivement à l’étude et à la culture de mon talent en herbe. Voilà mon plan de vie: l’affection et la pensée. » Elle termine sa missive par ces deux phrases très révélatrices de sa personnalité et de son état d’esprit: « Comptez sur ma loyauté à tous égards; c’est une vertu de famille. Adieu, mon tendre père; je vous embrasse, Clotilde ».

Cela nous emmènerait trop loin d’analyser ici l’inévitable crise qui suivit l’acmé de leur puissant malentendu amoureux et la beauté de sa progressive résorption. Mais, puisque nous traquons les présents, les dons, ou les cadeaux, rappelons que dans sa lettre du dimanche 28 septembre 1845, Comte qui est très anxieux « Au moment d’être pour la première fois, privé six jours » de son « adorable présence », ajoute dans un post-scriptum, cette inquiète question: « Pendant votre séjour à Garges, consacrerez-vous un instant à mon petit médaillon vide ? ». Clotilde ne répondra pas à cette délicate question (du moins de façon épistolaire) et son ami ne cherchera pas à la relancer sur ce sujet. Ce qu’il faut remarquer c’est la façon insistante qu’il a de lui mentionner le nouvel état dans lequel chemine dorénavant, à ses yeux, leur sublime relation. Comme « épouse spirituelle » désormais, elle va s’éloigner pour la première fois pendant quelques jours, et il en souffre aussitôt. Le geste naturel qu’il espère follement (mais aussi dont il désespère du fond de sa profonde lucidité, d’où la raison de son injonction paradoxale) serait de penser un peu à son pauvre « époux » délaissé; de penser à lui, ne serait-ce qu’un instant (pathétique Auguste Comte!) d’y penser par le médium du médaillon en or offert. Ce précieux médaillon est donc, très certainement, à ses yeux, le symbole indubitable de leur éternelle alliance.

Le prochain cadeau viendra spontanément de Clotilde, le jeudi 25 septembre 1845, au lendemain, de ce qui paraît bien une visite « éclair » à son domicile. Une visite où elle a dû lui remettre, sans s’attarder, le manuscrit provisoire de sa seconde (et plus importante) nouvelle: Willelmine.[40] Qu’imagine-t-elle pour lui faire plaisir en retour? Tout simplement, dans un geste très romantique, l’envoi d’une mèche de ses cheveux qu’elle appellera le « don du cœur accommodé à la simple nature ». Rien ne laisse à penser qu’elle répondait ainsi à une demande de son « cher philosophe »; tout porte à croire plutôt qu’éperdue de reconnaissance elle veut lui signifier l’apaisement de leur relation sous la forme d’une haute amitié choisie (nettement amoureuse de la part de Comte, elle ne le sait que trop, beaucoup plus platonique selon ses vues): « Mon profit, à moi est de vous faire plaisir et de me pénétrer de la sincérité de votre attachement, auquel j’attache tout son prix. » La lettre qui accompagne cet envoi est en fait un court billet (adressé par voie postale) qui enveloppe cette boucle de cheveux. Ce billet parvient au 10 rue Monsieur le Prince, dépourvu de sa boucle. Il faut imaginer la stupeur d’Auguste Comte: il ne sait pas ce que peut bien être le « don du cœur » annoncé. C’est lors de sa visite hebdomadaire, chez les Marie, celle du vendredi 3 octobre (une semaine plus tard), que Clotilde lui fournit l’explication.[41] Clotilde qui a séjourné, entre temps (6 jours) chez des amis à Garges, décide d’apporter elle-même, au 10 rue Monsieur le Prince, le « don du cœur ». Elle annonce cette délicate intention le samedi 4 octobre et se rend très certainement chez lui le lendemain. Ce dimanche 5 octobre elle remet donc à son ami, son attendrissant cadeau.[42] Plus que cela, elle introduit elle-même, sa boucle de cheveux, dans un petit médaillon (Testament, page 12). Elle a dû s’attarder sans doute un peu plus chez lui ce « merveilleux » dimanche ; elle a dû s’asseoir sur «son» fauteuil, pour écouter la « réponse verbale » que lui a fait son « cher philosophe » au sujet de la demande, qu’elle lui avait faite la veille, en direction de son frère Maximilien: « je serais bien heureuse si vous lui témoigniez de nouveau votre sympathie et votre intérêt ».

Auguste Comte fera du « don du cœur » un objet « sacré », un véritable « fétiche », un authentique « talisman », et ce bien avant la disparition de son incomparable Amie. Ainsi, 20 jours plus tard, dans sa lettre du 25 octobre, il lui explique ce qu’il fait au lendemain de ses « divines» visites »: «…la matinée suivante, dans l’amoureuse prière, par laquelle depuis la Sainte Clotilde, je commence chaque journée. A genoux devant votre autel, sur lequel maintenant je place le don du cœur, elle consiste simplement à répéter une suite chronologique de courts passages de vos lettres, les plus propres à caractériser la marche et la tendance de notre sainte affection ». La « Sainte Clotilde » en question avait été fêtée par Auguste Comte le 2 juin 1845 : nous avons vu qu’en soirée et de façon totalement imprévue Clotilde de Vaux s’était rendue, en compagnie de sa mère et de son frère Maximilien, chez lui, pour le remercier de cette «épître philosophique» (qu’il appellera plus tard sa « première  Sainte-Clotilde »), nous avons vu qu’au surlendemain de la première visite de Clotilde (visite du 13 mai 1845) le philosophe sacralisait le siège où elle avait été invitée à reposer son séant, le traitait comme un véritable « fétiche » (en l’appelant : « mon précieux confident »), nous saisissons cette logique d’exaltation du désir qui pousse le père du positivisme à sacraliser chaque don ou cadeau de Celle Aimée, chacune de ses lettres et même l’ensemble de leur correspondance,  à adorer positivement tout ce qui peut émaner de cette « angélique » personne.[43]

Le mercredi 3 décembre 1845, la tendre Clotilde, qui lui a écrit le 23 novembre dernier: « Comme je vous aime sincèrement, si vous persistez à regarder comme malheureux pour vous le désir de repos moral dont j’ai besoin pour m’engager avec sagesse, je vous le sacrifierai », se rend au domicile de son « ami incomparable ». Elle lui apporte le bouquet de fleurs qu’elle lui a annoncé le dimanche précédent, dans sa 51ième lettre à laquelle, elle y adjoint son poème: « Les pensées d’une fleur ». Après la romantique boucle de cheveux voici donc l’offre délicieuse d’un bouquet composé qu’elle décrit très sobrement comme: « le produit net de l’amitié ». Elle termine sa très chaleureuse missive par un touchant: « A vous de tout cœur ». Clotilde, déjà passablement minée par la cruelle maladie qui l’emportera bientôt (maladie dont elle « ignore tout » hormis les douloureux symptômes) signifie donc, de plus en plus clairement, son « attachement inaltérable », à celui dont elle n’hésite plus se dire: « votre protégée ». Auguste Comte regrettera, dans sa lettre du jeudi 4 décembre 1845, de ne pas avoir su assez « témoigner » la veille, de son « admiration » et de sa « reconnaissance » pour ce « chef-d’œuvre de goût et d’adresse » que constituait ce bouquet de « jolies fleurs ».[44]

Clotilde heureuse, écrit dès le lendemain: « Vous me gâtez, mon tendre ami » – elle fait référence à l’insistance de Comte la veille, concernant son invitation au Théâtre des Italiens pour la « Sémiramide » de Rossini – avec, au milieu de sa lettre, cette intention délicate concernant ce qu’elle appelle son « maigre bouquet »: « j’espère le remplacer plus tard par un autre plus digne.».

Auguste Comte accuse aussitôt réception du poème: il écrit, le mardi 2 décembre, à sa « très chère amie » à propos de sa « charmante composition » : « Elle est déjà rangée, auprès de vos précieuses lettres, parmi mes chères reliques, entre les deux parties de l’admirable Lucie. ». Il semble toutefois qu’Auguste Comte ait été traversé par un doute concernant le génie poétique de sa « bien-aimée ». Il n’hésite pas à lui proposer avec insistance une modification à la sixième stance de son poème: « C’est avec cette légère restitution que je me décide à retenir cette délicieuse stance, à moins que vous ne me le défendiez expressément. »[45]

Venons-en à l’illustre cadeau d’une paire de gants, assortie de sa précieuse boîte laquelle sera destinée à servir de magistral écrin aux lettres d’Auguste Comte[46]. La missive de Comte, envoyée à Madame Marie, le 15 avril 1846, dans le but de lui soumettre une liste d’objet tenus par la défunte Clotilde, qu’il souhaite lui voir restituer, comporte bien en effet cette mention explicite (dans le post-scriptum): « Le mercredi 1eravril, Mme de Vaux remit à M. Comte l’ensemble des lettres de celui-ci, renfermées, sans aucun autre objet, dans une boîte à gants que M. Comte lui avait offerte lors du baptême...».[47] C’est l’après midi du mardi 26 août 1845 (« Quoique je doive retrouver ce soir [cet après-midi] mon bonheur d’hier » / 22 ième lettre de Comte du 26 août au matin) qu’Auguste Comte s’est rendu chez le gantier, sans doute en compagnie de Clotilde. Cette dépense est attestée dans un document : « Dépenses de baptême de mon filleul » (Archives de la Maison d’Auguste Comte) : « le mardi 26 août 1845 gants et boîte » – 28f ». L’usage voulait que le parrain offre à la marraine une paire de gants. Nous devons donc imaginer Clotilde avec sa délicate robe blanche à petites fleurs bleues, arborant à la cérémonie du baptême une magnifique paire de gants blancs. Cependant l’affaire reste quelque peu mystérieuse et embrouillée. Le document cité ci-dessus comporte entre parenthèses deux mentions sibyllines en dessous, qu’il s’agit de bien interpréter : (G203 / les noirs H204). Ce sont très vraisemblablement deux cotes écrites de la main de Comte pour son propre archivage d’objets : la seconde réfère implicitement à une paire de gants noirs et par exclusion logique permet d’envisager pour la première cote une paire de gants blancs. Deux paires de gants semblent donc mentionnées. Ce qui complique le problème mais le rend très révélateur de l’attitude et de la psychologie de Clotilde c’est la lettre qu’elle lui adresse le 25 décembre 1845 [48]: « Mon tendre ami, je vous assure en conscience que je ne mettrai pas un seul de vos gants avant le printemps. Puisque vous voulez bien dire que vous me les devez, permettez-moi de conserver cette créance-là jusqu’au mois de mai…(…)….Je vous demande donc instamment de ne pas faire si petite dépense que ce soit pour mon luxe. L’argent peut être trop utile pour qu’on ne le considère pas un peu en nature. ». Auguste Comte acceptera, sans regimber ces « scrupules » et s’engagera à s’y « conformer » : « Nous remettrons donc au printemps, comme vous le souhaitez, cet acquittement de ma petite dette, malgré mon désir de profiter d’un heureux usage annuel pour remplir aujourd’hui cette amicale obligation. »[49]. Clotilde ne recevra donc jamais cette deuxième paire de gants (sans doute la paire de gants noirs destinée à la parer pour ses sorties en ville comme les soirées au Théâtre des Italiens offertes par son incomparable ami) : elle décédera avant.

Mentionnons enfin à ce « véritable cadeau » littéraire explicitement demandé par Clotilde[50] dans le post-scriptum, de sa chaleureuse lettre du jeudi 8 janvier 1846: « Voudriez-vous, vous qui pensez si éloquemment et si bien, me faire la substance d’une lettre, à la fois philosophique et sentimentale, sur les avantages et l’importance de l’institution de la famille et du mariage? ». Son idée est d’insérer dans son ouvrage en composition: Willelmine, une « note accessoire » dérivée du texte de Comte, de manière « à faire saillir » son héros masculin : « Stéphane ». Auguste Comte s’exécute quasiment sur le champ: il adjoindra à sa missive du 11 janvier son « cadeau » littéraire intitulé: « Lettre philosophique sur le mariage, composée pour Mme Clotilde de Vaux, sur sa demande, par l’auteur du Système de Philosophie positive. ». La rédaction très rapide de ce texte qui dépasse la dizaine de pages, véritable « excès de travail » du propre aveu de son auteur, mérite d’être considérée dans son cadre émotionnel propre. Écoutons la confidence de Comte dans la même lettre: « Tout est ici dû à votre inspiration, ma céleste Clotilde, le sujet, le zèle, et même la verve. J’ai travaillé sans vous perdre de vue, et les yeux fixés sur le don du cœur. » C’est encore une fois constater l’importance cruciale, dans son cœur très épris, de cette précieuse mèche de cheveux, si spontanément offerte.[51]

Les dons de Clotilde que nous allons maintenant évoquer sont frappés de la tragique lumière que laisse transparaître sa dernière et très douloureuse semaine de vie. Le dimanche 29 mars 1846, Clotilde qui sent très certainement sa fin venir, lui fait don d’un « souvenir précieux », de ses tendres années : un petit recueil de prières intitulé « La Journée du Chrétien ». Dans ce recueil elle aurait écrit (selon Comte, en 1837, donc jeune mariée depuis 2 ans): « souvenir précieux de ma jeunesse; compagnon et guide des heures saintes qui ont sonné pour moi, rappelle toujours à mon cœur les cérémonies grandes et suaves de la chapelle du Couvent ».[52] Cette célèbre phrase toute empreinte de nostalgie est, sans doute, à l’origine du mythe de la dévotion catholique de Clotilde de Vaux et de sa famille; mythe que nous déjà évoqué, mais qui résiste mal à un examen poussé des faits et de la chronologie.[53]

Quand Clotilde lui remit-elle son petit médaillon en or? Nous ne le savons pas. Ce qui, par contre, est attesté par Auguste Comte lui-même, c’est la remise de la boite à gants contenant ses lettres envoyées à Clotilde (les 7 dernières lui manquant) le mercredi 1er avril (voir la lettre du 15 avril 1846 à Madame Marie). A moins que ce soit le jeudi 2 avril ? Comte paraît hésiter dans son souvenir : « trois jours avant sa mort » (Testament ). Il faut dire qu’il vivait alors des moments si dramatiques que le risque de la confusion était très élevé. En effet il avait passé son unique nuit chez elle à la veiller[54] le jeudi 2 avril, il aurait pu emporter (à son retour, dans son domicile) le vendredi 3 avril, cette boîte à gants. Nous savons qu’il n’emporta pas le manuscrit de Willelmine, à son grand regret, en dépit du fait que Clotilde le lui avait légué. Cette volonté tenace de Clotilde de conserver auprès d’elle jusqu’au bout, le manuscrit de son grand rêve littéraire inachevé, laisse peut-être transparaître une dernière lueur d’espoir, une dernière raison de se raccrocher, encore un peu, à la vie.

Terminons enfin par l’évocation d’un présent que Clotilde ne lui a pas fait, car elle n’en disposait pas, mais dont il a si fort rêvé : le petit portrait (en miniature) de Clotilde réalisé par sa mère.[55] Portrait qui le fascinait et dont il finira par obtenir, grâce à l’entremise du père de Clotilde, une intéressante « copie », exécutée en 1854, par le peintre Louis-Jules Etex[56]. Une « copie » de sa « suave image » qu’il souhaitera ériger comme : « le meilleur emblème du Grand-Etre[57] ».

L’amitié amoureuse de Clotilde de Vaux, dans les heures les plus gaies comme les plus sombres de sa dernière année d’existence, ne peut-elle pas être considérée comme son « ultime présent », comme le signe le plus manifeste d’un don désintéressé, d’un cadeau sans arrières-pensées? Une lecture incomplète ou hâtive de ses lettres, pourrait nous inciter à penser que Clotilde de Vaux se tenait essentiellement sur la défensive ou en retrait, face aux avances de son étrange et impressionnant amoureux. En fait, à y bien regarder, ses sentiments à l’égard d’Auguste Comte évoluent beaucoup plus qu’ils ne fluctuent au gré des malentendus. Clotilde prend, peu à peu, de plus en plus, conscience de la chance inouïe qu’elle a d’être aimée ainsi, même si cette passion asymétrique la fait parfois terriblement souffrir. Elle se révèle, petit à petit, éperdument reconnaissante à l’égard de son « protecteur ». Elle mesure, au fil des semaines, combien il lui est désormais précieux, combien elle a besoin de cet homme, en un mot: la force de son attachement. Pourtant Clotilde bride en sa présence sa spontanéité et chacun des deux «légendaires chastes Amants»[58] en souffre cruellement, sans remède. L’ultime lettre de Clotilde de Vaux nous révèle la vraie raison de sa distance amoureuse et de sa réserve sentimentale: Auguste Comte, pour lequel elle se sait désormais éprise d’une grande tendresse, l’intimide considérablement: « Vous vous trompez quand vous dites que l’amitié n’aime pas: je n’ai jamais osé être moi-même avec vous […]. Quand je me sers du mot oser, c’est qu’il convient parfaitement. ».[59]

Avant de conclure ce survol du pathétique et inoubliable lien amoureux qui unit deux êtres aussi dissemblables qu’Auguste Comte et Clotilde de Vaux, au cœur des « années romantiques», nous devons dire deux mots de la santé de Clotilde. Il semble bien qu’assez tôt (dès ses 15 ans) elle traverse des périodes de soucis notoires de santé. Sa complexion fragile ne fera que se renforcer avec le temps. Comme la « Dame aux camélias » elle souffrira de phtisie, la terrible maladie de son époque, mais ne le saura pas, ni son entourage d’ailleurs qui aura tendance à imputer les signes et   nombreux symptômes à une fragilité de nerfs[60]. Nous voyons la première manifestation de sa maladie apparaître dans sa vingt septième lettre, datée du 30 septembre 1845. Clotilde est heureuse et choyée à Garges chez ses amis qui l’hébergent (6 jours) et pourtant : «Mes palpitations m’ont reprise ici pendant une nuit pour avoir  couché la fenêtre fermée ; le grand air m’a rétablie vite ; mais il m’en faut énormément encore ». A cette maladie qui l’emportera dans une douloureuse agonie se superpose une autre « maladie du siècle » avec sa dénomination caractéristique : « le spleen ». Ainsi dans sa trentième lettre, du 9 octobre 1845 : « J’ai commencé aujourd’hui à remanier la plume. Ma pauvre tête est si peu forte qu’elle s’ébranle aux moindres choses et se retrouve aux prises avec le spleen ».

Ce serait, pour conclure, faire fausse route que de croire que Clotilde de Vaux puisse avoir supporté, simplement pour sauver une belle amitié, les fièvres inquiétantes, les rêveries étranges de son inimitable ami. Clotilde pouvait en souffrir, s’en agacer et réagir vivement[61], elle pouvait aussi s’efforcer de n’en voir, de n’en entendre ou penser qu’une partie, d’en oublier tant bien que mal les bizarreries ou les scories, il n’en restait pas moins dans son cœur quelque chose d’essentiel et de mystérieux: l’infinie tendresse maternelle qu’il lui venait devant cet homme désarmé, qui souffrait parfois terriblement.[62] A y bien réfléchir: n’était-elle pas conduite à la plus sublime mansuétude vis à vis de celui qui, sans lui inspirer un désir d’amour réciproque, souffrait du même mal implacable que celui qu’elle avait éprouvé, face à l’homme, qu’elle avait secrètement aimé (celui dont elle « était digne »)? Ne s’est-elle pas demandée, le temps passant et l’amour de Comte triomphant de toutes ses frustrations, surmontant même les cruels et inévitables renoncements érotiques, si cet énigmatique folie d’amour, ne brillerait pas d’une magnitude supérieure? Il y a, à la fin d’une lettre que Clotilde lui envoie (lettre du 5 juin 1845) avant qu’elle ne termine par un gentil : « Adieu, Monsieur, je vous tends bien sincèrement la main, et je vous aime affectueusement. », cette phrase particulièrement sibylline (ce qui est rare dans ses propos): «...il y a des transactions consacrées qui sont à mes yeux des mystères impénétrables; je mourrai dans mon ignorance sous ce rapport. ».

Cette réflexion de Clotilde qui ne visait certes sans doute pas son illustre ami Auguste Comte, mais son mystérieux amour impossible[63], peut apparaître aujourd’hui passablement prémonitoire. Le grand amour infini mais blessé qu’Auguste Comte lui voua sans défaillir, cette adoration hors normes a bien toutes les caractéristiques d’une « transaction consacrée »: seule Clotilde de Vaux pouvait l’inspirer, et leur rencontre s’est effectuée à l’exact moment qu’il fallait. Cette «folie sentimentale» recèle bien un « mystère impénétrable » tout en demeurant, de part en part, humaine, trop humaine. Clotilde de Vaux s’est bien endormie dans « l’ignorance » qu’elle prévoyait. Ce que cette admirable et fragile jeune femme[64], au cœur tendre et à l’esprit vif, ne pouvait pas savoir, mais que nous savons maintenant transfigure pour toujours son enviable figure d’inspiratrice ou de Muse, en la « réelle présence »[65] d’une immortelle « déesse »[66].

La plus pathétique parole prononcée par cette inoubliable femme a été reproduite par Auguste Comte (chez lui, une heure trente après son décès, en présence de Sophie Bliaux) dans le petit ouvrage religieux qu’elle lui avait légué comme souvenir personnel (« Journée du chrétien »): « Comte souviens-toi que je souffre sans l’avoir mérité !!!». Cette poignante interjection, Clotilde l’aurait prononcée « cinq fois », dans ses derniers soupirs. D’une certaine façon, tout est exprimé avec cette ultime parole ; presque tout, dans un extrême condensé: un ami incomparable que l’on tutoie enfin au seuil de la mort, mais que l’on nomme avec déférence Comte et non pas d’un petit nom intime; l’appel à un souvenir à cultiver (vœux qui sera amplement exaucé) ; un cri de douleur extrême ; un épuisement dans d’atroces souffrances, sans l’aide de médicaments efficaces pour les soulager ; le redoublement de ce cri dans une ultime forme de révolte spirituelle ou morale : l’idée d’une profonde et irrémédiable injustice quelle qu’en soit l’origine (naturelle ou divine), l’idée terrifiante d’un malheur non mérité, d’une innocence bafouée, d’une implacable et irrémédiable dévastation.

Michel BLANC, Sociologue, membre de l’Association Internationale: «La Maison d’Auguste Comte » [67] (augustecomte.org) située au 10 rue Monsieur-le-Prince (75006) et membre de la « Bibliothèque des Amis de l’Instruction » (bai.asso.fr) située au 54 rue de Turenne (75003).

[1]) Ce texte a été initialement conçu en 2014 dans le cadre du projet de rénovation du « Musée d’Auguste Comte » et en vue de la préparation de la célébration du bicentenaire de la naissance de Clotilde de Vaux. Nous l’avons remanié périodiquement jusqu’à ce jour. Nos principales sources sont : Charles de Rouvre (« L’amoureuse histoire d’Auguste Comte et de Clotilde de Vaux », Paris, Calmann-Levy, 1917 + « Méditation sur Clotilde de Vaux », Paris, 10 rue Monsieur-le-Prince, 1947) ; Maurice Wolff (« Le roman de Clotilde de Vaux et d’Auguste Comte », Paris, lib acad Perrin, 1929) ; Mecca M. Varney (« L’influence des femmes sur Auguste Comte », Paris, PUF, 1931) ; Henri Gouhier (« La vie d’Auguste Comte », 1931 / réed 1997 + « La Jeunesse d’Auguste Comte et la formation du positivisme », Paris, Ed Vrin, 3 vol, 1933 – 1941) ; André Thérive (« Clotilde de Vaux ou la déesse morte », Paris, Albin Michel, 1957) ; Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud (« Auguste Comte, Correspondance générale et confessions », Tome III, Paris, EHESS, 1977) ; Annie Petit (« Auguste Comte et Clotilde de Vaux : les confidences de l’année sans pareille », Montpellier III, Université Paul-Valéry, 1995) ; Mary Pickering (« Auguste Comte, an Intellectual Biography », Cambridge University Press, 3 vol, 1993- 2009 + in « The New Biography », Ed by Jo Burr Margadant : « Clotilde de Vaux and the Search of identity », University of California Press, 2000) ; Bruno Gentil (« Auguste Comte, l’enfant terrible de l’Ecole Polytechnique », Ed Cyrano, 2012). Voir aussi les diverses brochures positivistes rédigées par R. Teixeira Mendes ainsi que les 5 volumes anonymes émanant de l’« Eglise et Apostolat Positiviste du Brésil » (1916, 1917, 1918,1924), 10 rue Monsieur le Prince, Paris.

[2]) Cette première lettre de la « Correspondance sacrée » (selon la propre terminologie d’Auguste Comte) n’est en fait qu’un court billet porté qui accompagne le premier ouvrage prêté par le philosophe (le célèbre Tom-Jones). Cette correspondance qui débute le mercredi 30 avril 1845 et s’achève le vendredi 20 mars 1846 recèle bien 182 lettres, billets ou missives : 96 lettres ont été rédigées par Auguste Comte et 86 par Clotilde de Vaux. Notons toutefois que la dernière missive envoyée par le philosophe a d’abord été rédigée le 18 mars 1846 (95ième lettre) puis que deux ajouts seront rédigés le vendredi matin et le vendredi soir 20 mars (ajouts comptant comme 96ième lettre). Clotilde recevra cette triple et longue missive, de la main même de Sophie Bliaux, dans la soirée du 20 mars. Elle ne la lira pas étant trop souffrante. Comte la récupérera après le décès de Clotilde non décachetée. La dernière lettre que Clotilde de Vaux a fait parvenir au 10 rue Monsieur le Prince est datée du dimanche 8 mars 1846. C’est sa 86 ième missive et Clotilde est déjà fort affaiblie ; c’est sans doute la dernière fois qu’elle sera à même de prendre et tenir une (sa) plume : « Mon cher ami, voici le reste des forces dont je comptais vous donner la meilleure part ».

[3]) Les termes et expressions mis entre guillemets avec des caractères imprimés en italique sont tous extraits, soit de la Correspondance sacrée, soit de la Correspondance générale, du Testament ou d’autres textes imprimés ou manuscrits d’Auguste Comte. Les soulignements sont de nous. Nous avons opté pour des références précises mais simplifiées. Toutes les sources utilisées sont facilement accessibles au Centre de documentation de « La Maison d’Auguste Comte » (10 rue Monsieur-le-Prince / 75006 / Paris) ou sur son site internet.

[4]) Il y aurait toute une étude à faire sur le style épistolier de Clotilde de Vaux. L’époque (romantique) était à la poésie et à la belle lettre. Elle n’avait certes pas l’étoffe d’un authentique poète mais elle avait l’âme éminemment poétique. Son style épistolier est très souvent d’un raffinement surprenant, tout en gardant une grande fraîcheur, une vraie spontanéité. Elle atteint parfois au sublime dans l’art de dire : ce n’est pas sans raison qu’elle a été comparée aux plus grands maîtres dans ce genre, à Madame de Sévigné. De même il y aurait toute une étude à mener sur le style inimitable d’Auguste Comte où se côtoient le meilleur et le pire, le plus direct et le plus contourné, l’ampoulé et le génial.

[5]) La date du 3 avril semble avoir été retenue par Comte lui-même. Cependant l’acte de naissance, daté du 4 avril, stipule : « un enfant du sexe féminin né d’avant-hier, à onze heures du soir… ». La maison natale de Clotilde située alors au 30 rue du Cadran est toujours visible au 22/24 rue Léopold Bellan (nouvelle dénomination de cette portion de la rue Saint-Sauveur dans le quartier du Sentier à Paris).

[6]) Le « calvaire sentimental » de Comte, Clotilde ne le comprendra que trop bien pour l’avoir à sa façon vécu: elle le réprouvera aussi et s’en inquiétera, sans discontinuer, puisque la dernière lettre qu’elle lui envoi, sa 86ième missive, datée du dimanche 8 mars 1846, 28 jours avant son décès (le dimanche 5 avril 1846) a pour objet principal de lui faire précisément part de cette inquiétude: « Je voulais depuis longtemps, vous parler de vous, et hier j’espérais en avoir la force: mais c’est une chose arrêtée, malgré toute la tendresse qui me pousse vers vous, votre exaltation me contraint à revenir à la plume ». Auguste Comte qui lui a rendu visite la veille était passablement « agité » (ce qu’il reconnaîtra dans sa lettre du lundi 9 mars). Écoutons cette admirable femme qui n’aura plus la force dans quelques jours d’envoyer un quelconque billet, à qui que ce soit: « Cher ami, votre attachement me rend bien heureuse, et souvent bien penseuse: je me demande si quelque jour vous ne me demanderez pas compte de ces distractions violentes jetées au milieu de votre vie publique; d’un lien qui devait être tout de douceur, vous faites une sorte d’astringent pimenté qui dissipe votre temps, votre pensée, et qui ne réagit que sur moi. ».

[7]) Nous tenterons aussi, dans un autre texte, de faire le point sur le difficile problème du premier contact entre Clotilde de Vaux et Auguste Comte. Deux « thèses » s’affrontent chez les biographes. Il y a d’un côté, les tenants de la période mentionnée par Auguste Comte lui-même : octobre 1844 (lettre à Mme Comte du 10 janvier 1847) et de l’autre, les tenants d’une première entrevue plus précoce : printemps ou avril 1844. Nous disposons aussi entre ces deux périodes de lettres adressées par Comte à Maximilien Marie où il est fait une allusion plutôt appuyée à « ses » « dames » en particulier celle du dimanche 2 juin 1844 : « Quoique j’aie encore eu aujourd’hui le malheur de ne pas trouver mesdames Marie... ». Le terme « malheur » pourrait concerner l’absence de Clotilde. La plus ancienne de ces lettres remonte au mardi 28 mai 1844 avec ce post-scriptum au ton plus neutre : « Mes hommages sincères à vos dames ». Dans cette missive un doute subsiste : Madame Marie mère, plus Madame Marie épouse (Félicité), peuvent suffire pour caractériser l’expression « vos dames ». Enfin il y a cette lettre qu’il n’envoya jamais à Clotilde (lettre du 22 mai 1845) où il évoque sa période de simple contemplation du portrait de Clotilde : « avant de vous avoir vue ». Il laisse nettement entendre que cette période où il souhaitait rencontrer Clotilde, sans y parvenir vraiment, lui a semblé; d’autant plus qu’il avait déjà éprouvé une vive curiosité pour ses « attributs enchanteurs ». Dans un ouvrage récent (voir la note 1 ci-dessus) Bruno Gentil donne (page 388) des arguments très convaincants à partir des témoignages de Charles de Rouvre contre les affirmations de ce dernier : Comte qui « pleurait d’un œil » suite à son érésipèle se serait attiré les moqueries de Clotilde et de sa belle-sœur Félicité, nous atteste le petit fils de cette dernière. Ces faits ne peuvent avoir eu lieu qu’en octobre et non en avril 1844. Quoi qu’il en soit Auguste Comte attendit bien plusieurs mois avant d’entrer en correspondance avec Clotilde de Vaux. Il le fait le mercredi 30 avril au lendemain, semble-t-il, d’une étonnante entrevue dont il gardera une image spécifique consignée dans son carnet : « copies de ses lettres ». Le mardi 29 avril 1845, figure en effet, dans la liste restreinte des « images préférées » bien que ce jour ne corresponde pas à ceux de ses visites hebdomadaires chez les Marie (les lundis, mercredis et vendredis à cette époque). Ce jour enchanteur est aussi mentionné dans les « prières quotidiennes » du Testament. Nous y trouvons: « Image du 29 avril 1845 – La vue a complété le charme de l’ouïe… Gli occhi smeraldi! » (Les fameux yeux émeraude de Clotilde : Comte aimait s’exprimer en italien). Enfin ce jour est retenu dans sa liste « Eternels souvenirs périodiques d’un vertueux amour » (voir le « onzième exemplaire » de cette liste, daté du 14 septembre 1846, archives de la Maison Auguste Comte). Il dénomme cette mémorable journée : « Le libre entretien initial ». Pour corser la difficulté, nous disposons également de l’attestation rétrospective d’un contact antérieur le jeudi 24 avril 1845. Cette fois il s’agit d’une « image » classée dans la liste des « images exceptionnelles » (Testament, p 92). Ce jeudi est également un jour curieux pour un souvenir puissant de celle qui fera battre si fort le cœur de notre philosophe. Il donne à ce jour la mention : « L’occasion littéraire » (voir « Eternels souvenirs périodiques d’un vertueux amour », Archives de la Maison d’Auguste Comte). Est-il, dans ces conditions, indécent d’envisager cet innocent stratagème d’amoureux: n’ayant peut-être pas eu la possibilité de la voir chez les Marie, les soirs du mercredi 23 avril et du lundi 29 avril, il aurait fait en sorte de la rencontrer les lendemains? Pourquoi pas dans un cabinet de lecture? Clotilde devait logiquement en fréquenter un. Comte ne les prisait guère. Mais pour avoir le plaisir de la voir, de lui parler, que n’aurait-il fait? Il est clair que le prétexte de leur conversation était la lecture d’ouvrages littéraires intéressants ou utiles et que Clotilde de Vaux s’en tenait aux précieux conseils de «Monsieur Comte ». Notons enfin qu’il évoque dans sa liste, en troisième position « Tom-Jones », après le jeudi 24 et le mardi 29 avril, mais avant d’inscrire à la date du 30 : «L’humble début d’une inappréciable correspondance ». Cela donne à penser que le prêt de cet ouvrage (qui permet d’amorcer l’échange de billets ou lettres) résulte d’une discussion littéraire préalable, en tête à tête, soit le jeudi 24, soit le mardi 29 avril.

[8]) Cette chaise-fauteuil qui a été conservée, telle quelle, au 10 rue Monsieur-le-Prince, a été érigée par Auguste Comte en « autel » très rapidement. Ainsi dans sa lettre du 26 août 1845 (Clotilde ne s’est rendue encore que 3 fois au domicile de Comte à cette date) il écrit: « C’est en vous invoquant, à votre autel, que j’ai plus d’une fois senti surgir mes meilleures inspirations.». Dans son Testament il indique à son successeur, le futur « pontife » de la « Religion de l’Humanité », ce qui devra être considéré comme « appartenant au trésor sacré de l’Église universelle », à savoir : «toutes les reliques de Clotilde de Vaux ». Il ajoute : «la même vénération convient au fauteuil rouge, enveloppé d’une housse verte, et marqué, sous son bord antérieur, de mes initiales en cire rouge. Ayant toujours été le siège de Mme de Vaux dans ses saintes visites du mercredi, je l’érigeai, même pendant sa vie, et surtout après sa mort, en autel domestique; je ne m’y suis jamais assis que pour nos cérémonies religieuses ». Une copie plus ou moins fidèle de cet « autel » a fait partie intégrante du mobilier liturgique dans les principaux temples positivistes. Notons aussi cette très probable allusion au fauteuil : « Mon précieux confident ». Cette allusion est rapportée dans la liste déjà citée à la journée du 15 mai 1845, celle du 13 mai portant la mention : « Sa première visite » et celle du 14 mai : « Le doux début d’une longue insomnie ». Cela se passe de commentaires et confirme une vieille intuition : Clotilde avait à peine quitté son siège la première fois quelle s’est rendue au 10 rue Monsieur le Prince, en compagnie de son frère, que Comte érigeait cette chaise-fauteuil en objet mémoriel, en objet fétiche consacré. Notons enfin le début de ses prières du matin devant cet « autel » : le 9 juin 1845 (« Ma première prière du matin »). Nous comprenons mieux ainsi la confidence du 26 août : ce jour, il a jugé simplement opportun d’informer Clotilde de Vaux d’un culte, déjà en place depuis plus de deux mois.

[9]) Nous présenterons, dans un autre texte, une recension des visites de Clotilde, au 10 rue Monsieur-le-Prince, à partir d’une lecture croisée de la Correspondance sacrée et d’autres sources d’information. Comte attachait le plus grand prix aux visites de Clotilde à son domicile : c’est ainsi que son grand rêve « d’union mystique », avec celle qu’il n’hésitait pas à appeler : « ma seule véritable épouse, non seulement future, mais actuelle et éternelle » (lettre du 6 septembre 1845) prenait à ses yeux sa forme la plus concrète.

[10]) Dans sa « Sixième Sainte-Clotilde » (du 27 mai 1850) il écrit (s’adressant à sa « Noble et tendre Épouse »), à propos du 10 rue Monsieur-le-Prince : « le précieux domicile consacré par toi ».Voir aussi son Testament, pages 17 et 19.

[11]) Comte qui avait la plus grande peine à être spontané était littéralement sous le charme de la spontanéité de Clotilde. S’il est évident qu’il a longtemps espéré l’abandon de sa bien-aimée dans ses bras, il est encore plus évident que cet abandon ne pouvait se concevoir pour lui, que dans le cadre d’un geste d’amour, qui allierait, à la ferveur, les vertus de la spontanéité: lorsque Clotilde, inquiète pour la santé mentale de son enamouré, finira (voir sa lettre du dimanche 23 novembre 1845) par lui proposer, comme remède à ses tourments, de « sacrifier » sa « liberté du cœur », son « cher philosophe » refuse ce sacrifice (lettre du lendemain). Il précise même que le « gage incomparable » qu’il a appelé de ses vœux (gage qu’il convoite ouvertement depuis le 6 septembre 1845 : « cet ineffable sceau qui rend complet et irrévocable le mutuel engagement des cœurs honnêtes. » ne trouve sa « principale valeur » que dans la « pleine spontanéité » (de sa bien-aimée).

[12]) Clotilde s’efforcera le plus possible de « jouer le jeu » : elle devine que sinon, Auguste Comte, serait terriblement déçu par son absence. Même dans ses moments de grand agacement, pour ne pas dire de colère, elle le ménage très sensiblement sur ce point. Ainsi, elle lui écrit, dans sa lettre du 21 mai 1845, très vexée par son intrépide et maladroite effusion amoureuse du 17 mai: « Nous vous ferons de la musique rue Pavée quand vous y viendrez » (quelques lignes après le fameux « j’aurai toujours grand plaisir à vous voir, et j’espère que nous éviterons les causeries embarrassantes »).

[13]) « suave beauté »: ce sont les deux derniers mots (appliqués à Clotilde de Vaux) sur lesquels s’achève la correspondance sacrée (183ième lettre qui est aussi la 97ième d’Auguste Comte).

[14]) Il est intéressant de mettre en perspective la position privilégiée d’Héloïse dans le Panthéon du Positivisme Religieux. Une souterraine correspondance établit un lien entre elle, Auguste Comte et Clotilde de Vaux. Parmi les grands Amants inoubliables, Héloïse représente l’amante totale ou idéale. Sa passion amoureuse d’élève brillante et choyée, dépasse celle de son Maître et initiateur, elle s’inscrira même en rivalité avec ses futurs devoirs religieux. La « sainteté » (dixit Auguste Comte qui la revendiquait pour Héloïse dans les temps futurs) d’Héloïse est pour le moins paradoxale : cette femme d’exception n’est pas morte en « martyr » de sa foi chrétienne mais bien dans le regret et l’exaltation de son terrestre et impérieux Amour. Le père du positivisme religieux consacrera cependant son exemple dans les Temples de la Religion de l’Humanité. Il lui attribuera la dernière chapelle : la 14ième, consacrée à la commémoration des « saintes femmes », lors des années bissextiles. C’est aussi la seule chapelle où figure une femme. La « chaste » Clotilde occupe donc en regard de la « sublime » Héloïse une position encore plus éminente donc supérieure : celle d’« Amante Ultime », celle d’Épouse (restée Vierge), mais aussi conjointement de Mère et de Fille.

[15]) Nous tenterons dans un autre texte de faire le point sur les visites d’Auguste Comte au domicile de Clotilde de Vaux.

[16]) Comte devra en fait patienter jusqu’au jeudi 16 octobre 1845 pour être admis en visite dans le domicile de son amie. Ce jour-là, il se précipitera sur son invitation (pour « causer » en soirée) ; cette dernière étant passé chez lui (absent) en matinée et lui ayant laissé sa 32ième missive. Notons aussi cette touchante mention, pour ce jour, dans sa liste mémorielle : « Son saint baiser conjugal ». Le domicile de Clotilde semble bien avoir été situé au 7 rue Payenne et non au 5 où a été installé le seul Temple Positiviste qui subsiste (avec son mobilier) en Europe. Clotilde habitait, selon toute vraisemblance, un modeste appartement qu’elle occupait au 4ième et avant dernier étage mansardé, d’un immeuble récemment reconstruit (en remplacement d’un plus ancien, acquis le 14 mai 1842, par le docteur Etienne Augouard et son beau-frère Alexandre de la Vaissière de Lavergne). Clotilde, essoufflée par la maladie (la phtisie qui l’emportera) a plus d’une fois, passablement souffert, en montant les escaliers qui menaient à ce qu’elle a nommé : son « donjon » (lettre du 15 janvier 1846). La dernière visite de Comte chez Clotilde s’accomplit à son chevet, le jour de son décès, le dimanche 5 avril 1846, deux jours après son 31ième anniversaire.

[17]) Auguste Comte insistera toujours sur le caractère décisif à ses yeux, de ce moment initiateur qu’il appelle: « notre précieuse entrevue initiale »; sur cette forme d’illumination, à l’instar des expériences intimes ou mystiques fondatrices, révélées par un Pascal ou un Descartes. C’est ainsi que, lisant en grand « pontife » de la Religion de l’Humanité, sa « cinquième Sainte-Clotilde », devant la tombe de sa « sainte » amie (le 6 juin 1849), il parviendra à cette envolée lyrique : « le positivisme religieux commença réellement, dans notre précieuse entrevue initiale du vendredi 16 mai 1845, quand mon cœur proclama inopinément… ».

[18]) La Religion de l’Humanité à proprement parler est une invention (ou une révélation) de Comte. Cependant l’idée d’exalter l’Humanité comme forme suprême de spiritualité, nous la retrouvons nettement formulée (avant Auguste Comte) chez Pierre Leroux (Voir son article « Bonheur » à « l’Encyclopédie Nouvelle » (1834) et son ouvrage : « De l’Humanité... » (1840). Il y aurait toute une comparaison fort instructive à faire, entre la vie, les écrits et les idées de ces deux grands esprits largement autodidactes et très originaux, ces deux véritables «faux jumeaux » antagonistes.

[19]) Ces trois phrases (datées du mardi 16 septembre 1845) résument, quasiment, à elles seules, toute l’orientation théophanique qu’Auguste Comte donne à sa liaison amoureuse avec Clotilde de Vaux, dès cette époque. Les lettres qu’il reçoit de Clotilde ont quasiment valeur de « révélations », elles prennent toutes un caractère « sacré »: chacune donne lieu à une « nouvelle appréciation », une raison supplémentaire de l’«adorer». Le philosophe prophète hiérophante en est arrivé à se « demander en tremblant » s’il sera « toujours complètement digne » de sa « sainte amie ». Clotilde a été « sanctifiée » dès son vivant. Si les prières du matin devant « l’autel », datent bien du 9 juin, c’est le dimanche 14 septembre – une semaine jour pour jour après la terrible crise sentimentale qui s’est jouée lors de l’imprudente visite de Clotilde au 10 rue Monsieur le Prince (le « fatidique  dimanche 7 septembre 184) que Comte nommera pudiquement : « Notre vertueuse crise  – qu’il utilise pour la première fois le vocable  : « ma divine Clotilde », assorti de cette chute à la phrase suivante : « mais je suis toujours conduit à vous adorer de plus en plus». Deux jours plus tard il accentue le trait, se fait plus fervent et plus pressant encore (dans sa 31ième lettre). Il faut dire qu’il avait reçu (le lundi 15 septembre) cette 23ième lettre de Clotilde qui lui avait fait très mal puisqu’elle y précisait sans ambages les raisons de son indisponibilité amoureuse.

[20]) Nous ferons le point, dans un autre texte, sur les convictions religieuses et philosophiques de Clotilde et de sa famille : celles de sa mère dont elle était proche, celles de son frère Maximilien et de son épouse. Si l’on veut tout de suite en percevoir la tonalité, ce serait plutôt une philosophie rousseauiste teintée d’esprit voltairien, un reste critique ou distancié de catholicisme, une forme de vague déisme, voire de panthéisme, qui n’hésiterait pas à vouloir ridiculiser les « niaiseries» et les «vices de l’éducation religieuse » (lettre de Clotilde du dimanche 20 juillet 1845). Il faudrait aussi méditer ce transport coléreux de Clotilde: « Qui vous parle d’édifier la nature humaine en nature séraphique? Est-ce que je suis jamais tombée dans le ridicule des spiritualistes? Je crois à la nature plus que personne, car personne n’est autant sous son influence que moi; et sans que cela paraisse, c’est elle que je ménage et que j’encense dans toute ma conduite habituelle. » (Lettre à Comte du mardi 9 septembre 1845).

[21]) Ne lui a-t-elle pas écrit, le 2 novembre 1845: « Je sens que auprès de vous je puis penser haut. » ?

[22]) En fait, Comte n’est pas favorable à l’idée qu’une femme puisse prétendre faire une réelle carrière littéraire et avoir des vues originales. Il écrit le 22 juillet 1845 à Clotilde : «  Puisque vous allez ainsi vous trouver bientôt pourvue d’un véritable métier littéraire, c’est à mon active sollicitude, éclairée par une saine philosophie, qu’il appartient désormais d’empêcher, autant que possible, un tel mode d’existence d’altérer radicalement votre valeur intrinsèque, soit intellectuelle, soit même morale… ». Craignant peut-être ne pas assez avoir prévenue Clotilde il la met en garde, dans la même lettre, contre les « cajoleries » et les « animosités » de la « race bleue » (des femmes « bas-bleus »). Comte s’est déjà beaucoup heurté sur le sujet des libertés féminines avec la remarquable femme qu’il a épousé : Caroline Massin, mais dont il s’est séparé en 1842. Voir l’éclairage nouveau apporté par la publication de leur correspondance, en 2006, aux Éditions l’Harmattan, par Pascaline Gentil, avec des notes de Bruno Gentil et une introduction de Mary Pickering.

[23]) Voir Charles de Rouvre, opus cité, P157.

[24]) Madame Marrast, elle-même, se montre à plusieurs reprises soucieuse d’amitié avec Clotilde (voir les lettres de cette dernière des 14 décembre 1845 et 9 février 1846 où elle relate leurs invitations réciproques).

       25) Il profitera de cette magistrale lettre du mardi 5 août 1845 (sa trentième lettre) qu’il appellera : ma « secrète dédicace » pour accoler, au doux prénom de Celle Aimée, ce possessif sans équivoque : « ma ».

[26]) Paul Auguste Charles Maximilien Léon seront ses prénoms officiels, Léon son prénom usuel.

[27]) Comte a « prêté/donné » à Clotilde de Vaux, une quinzaine d’ouvrages dont il réclamera à Mme Marie, la restitution après le décès de Clotilde (lettre du 15 avril 1846). Dans la liste qu’il a dressée figure en 4ième position: « Un volume in-12, broché, de George Sand, contenant les lettres à Marcie ».

[28]) Son carnet « copies de ses lettres » porte l’éclatant témoignage d’une « image préférée ». (Archives du 10 rue Monsieur le Prince).

[29]) Le Testament d’Auguste Comte, daté du 24 décembre 1855, est explicite à cet égard. Évoquant ses visites hebdomadaires à l’église Saint-Paul, il en vient à: « l’incomparable cérémonie accomplie en ce lieu le jeudi 28 août 1845, d’où j’ai toujours daté mon mariage spirituel avec mon angélique collègue… » (Page 10).

[30]) Idée à laquelle Clotilde restera toujours étrangère, sauf peut-être aux ultimes moments de son agonie? Ainsi à l’issue de la seule nuit (nuit du 2 au 3 avril 1846) où Auguste Comte fut autorisé à rester au chevet de la grande malade qu’était alors Clotilde, elle lui aurait fait cette touchante déclaration: « Vous n’aurez pas eu une compagne longtemps! » (Voir le Testament, au chapitre « prières quotidiennes ». Nous examinerons (dans un texte) la terrible maladie et la douloureuse fin de Clotilde de Vaux. Notons aussi que la principale source de réserve de Clotilde paraît bien s’alimenter à la crainte que lui inspire le désir (parfois cru) de son ami. Ainsi lorsqu’elle aura le sentiment que Comte a enfin renoncé à la « posséder », elle donnera libre cours à sa tendresse : « Quel que soit notre sort, j’espère que la mort seule rompra le lien fondé sur tous ces sentiments ; et je vous offre la douceur de cette pensée en échange de celles que je vous ai ôtées. Adieu, mon tendre ami… » (Lettre du 10 décembre 1845)

[31]) Deux médaillons ont été pieusement conservés et sont exposés à la Maison – Musée Auguste Comte. Celui de Clotilde contient une minuscule mèche de cheveux, avec au revers du premier couvercle, ces 3 dates, écrites de la main de Comte, sur un petit bout de papier: « lundi 3 avril 1815 / jeudi 28 août 1845 / dimanche 5 avril 1846 » (respectivement: le jour de sa naissance / celui du baptême / celui de son décès). Le second médaillon contient aussi une minuscule mèche de cheveux, avec finement gravé au revers du premier couvercle: « cheveux d’Auguste Comte / 5 septembre 1857 ». Le lecteur aura remarqué notre hésitation concernant l’achat d’un ou de deux médaillons identiques par Auguste Comte. La raison est dans le «Testament»: Comte qui est toujours très précis ne mentionne que: « la petite boîte d’or annexée qui renferme des cheveux de notre compagne… ». Nous pouvons donc conjecturer que la seconde boîte, en tout point identique, mais comportant dans son couvercle intérieur, la date de décès du philosophe, peut très bien être un achat posthume de disciples soucieux de lier ces deux symboles. Voir, aujourd’hui encore, et demain sans doute, dans ces deux très beaux médaillons en or fin, le symbole d’une « éternelle amitié » (consacrée le 28 août 1845) n’est-ce pas combler l’un des plus vœux posthumes les plus chers, de celui qui a choisi le mot « Sociologie », pour transmettre, dans son Grand Œuvre (son « Traité … » ou « Système de politique Positive ») avec le chant de son invincible Amour, celui de ses plus belles et plus hardies espérances? Notons cependant que la dépense correspondant à cet achat n’a pas été mentionnée par Comte pourtant très précis dans ses comptes : ce beau médaillon offert conserve donc encore tout le mystère de ses origines.

[32]) Du moins du vivant de Clotilde. Ce n’est qu’après sa disparition que Comte y introduisit les cheveux de Clotilde, sans doute prélevés sur la « touffe de ses cheveux, coupée sur elle après sa mort ». (Testament). Nous disposons de cette date : 16 avril 1846 qui porte la mention : « la boucle posthume » dans la liste des «Souvenirs de l’incomparable année ». Nous disposons aussi du billet manuscrit intitulé « Dépenses exceptionnelles pour la maladie de Clotilde » qui stipule : « Le samedi 4 avril 1846 à son portier : 10 f, Le 5 à la garde (Mme Hecquet) pour dix jours à partir du samedi 28 mars 1846 : 40 f, Le 8 étrenne finale à la même, quand elle m’a remis des cheveux spontanément coupés après la mort : 10 f » (Archives du 10 rue Monsieur le Prince).

[33]) Voir, la lettre du 30 octobre 1845, celle du 5 décembre 1845, et surtout son ultime lettre du 8 mars 1846.

[34]) Clotilde vivait dans la gêne matérielle depuis son « quasi-veuvage » (1839). Elle a même été (principalement à cause du coût de ses soins) proche de l’abîme financier.

[35]) A plusieurs reprises Auguste Comte lui a prêté (c’est à dire donné, dans son esprit) de l’argent : le 12 août 1845 il lui prête 100 f, le 3 octobre : 100 f à nouveau, le 12 novembre 100 f, enfin le 15 mars 1846 : 50 f ; soit un total de 350 f. Il aurait même souhaité lui apporter davantage d’aide matérielle, mais elle tenait farouchement à son indépendance. Nous ferons le point, dans un autre texte, sur ces dons et l’état des finances des deux amis.

[36]) Auguste Comte garde en fait une image précise de Clotilde pour chacun des 5 jours qui vont du lundi 25 au vendredi 29 août. Cela semble attester qu’il se sont vus chacun de ces jours, pendant cette période intense d’activités communes, en dépit du fait que la correspondance est assez pauvre en renseignements factuels. Ce qui est fort compréhensible: ils n’avaient pas besoin de s’écrire ce qu’ils pouvaient, d’un jour sur l’autre, se dire facilement de visu. C’est un petit billet intitulé : « dépenses du baptême de mon filleul », écrit de la main de Comte lui-même qui apporte des éléments probants : « le mardi 26 août 1845 ; gants et boîte – 28 f », le mercredi 27 dragées – 48 f ; le jeudi 28 (jour de la cérémonie) dons, aumônes et voitures– 39 f ; plus une cafetière d’argent achetée le 26 juin et remise le 27 août – 100 f, total général – 215 f ». Auguste Comte n’a pas choisit sans Clotilde les gants et leur boîte, les dragées et même la cafetière d’argent destinée au filleul (si l’on s’en tient à la tradition), cadeau très profane en rien connoté sur le plan religieux. Le jeudi 26 juin, le lendemain de la naissance du filleul commun, Clotilde et le philosophe se sont vus: Auguste Comte s’en est souvenu dans sa liste des « images préférées » de sa bien-aimée (Archives du 10 Rue Monsieur le Prince).

[37]) C’est par un décret, daté du 8 avril 1830, que la famille Marie obtint le changement patronymique : Marie-de-Ficquelmont.

[38]) Elle prit, après le décès de Clotilde, congé d’Auguste Comte, dans une bouderie sans issue, qui revêtit (chez Mme Marie et Maximilien) la triste figure de la haine. Un autre texte serait nécessaire pour rendre compte de l’évolution de la famille de Clotilde à l’égard du philosophe ardent « trop empressé ». Mme Marie ne se remettra jamais de la mort de sa fille (elle décédera un an et demi après). Incapable de saisir les contours de la maladie de Clotilde, comme d’en prévoir l’issue, Madame Marie s’est persuadée qu’Auguste Comte portait une lourde part de responsabilité dans cette tragique fin. Son aîné Maximilien s’aligna sur ce point de vue et ne pardonna jamais à son ancien « protecteur ». Seul le père de Clotilde eu une attitude plus compréhensive et plus conciliante. Le grand geste de réconciliation et d’hommage a été néanmoins accompli par le petit-neveu de Clotilde (petit-fils de Maximilien et de Félicité) : Charles de Rouvre, lorsqu’il remit, le 3 octobre 1928, au 10 rue Monsieur-le-Prince, avec le précieux manuscrit de Willelmine, les lettres et documents familiaux en sa possession.

[39]) Il faut imaginer le très sobre Auguste Comte, dans sa belle redingote (restaurée récemment et exposée au Musée du 10 rue Monsieur le Prince), doté de son magnifique « haut de forme », portant à ses lèvres, au foyer des Italiens (salle Ventadour), ce merveilleux mercredi soir 3 septembre 1845, enchanté par la douce présence de Clotilde, non pas une délicieuse coupe de champagne, mais bien l’authentique ambroisie.

[40]) Cette nouvelle est conçue pour être insérée en feuilletons dans le «National». Clotilde place de grandes espérances dans ce petit « roman » qu’elle n’hésitera pas à appeler: « mon enfant » (lettre du 24 février 1846). Comte fait état, dès le lendemain matin, de sa première lecture de Willelmine. Jamais il n’attend pour lire Clotilde et il commente toujours aussitôt ou presque. Tous les mercredis, il espère sa venue, il l’attend fiévreusement et Clotilde est très reconnaissante pour l’aide qu’il va apporter donc très soucieuse de lui faire plaisir, cependant elle craint encore de s’attarder dans son domicile. Comte n’a vraisemblablement pas eu le temps de savourer vraiment sa « divine présence »: pas d’écho épistolier ni d’image conservée de cette visite « éclair » où il y a fort peu de chances qu’elle ait accepté de dépasser la première antichambre donc de s’asseoir dans le « fauteuil autel ». Il ne faut pas oublier le caractère catastrophique de sa précédente visite qui ne remonte qu’à 17 jours  (celle qui a eu lieu le « fatidique dimanche 7 septembre 1845 »).

[41]) Auguste Comte reportera à la main, sur la copie de la lettre de Clotilde du 25 septembre, ces deux phrases: « Suivant une explication spéciale du 3 octobre 1845, ce billet enveloppait une boucle de cheveux que je n’ai pas trouvée. Cette perte m’a été réparée le 5 octobre 1845 ». Il précise par ailleurs dans son Testament que : ce « talisman » qui, depuis le dimanche 5 octobre, « sert » à son « culte quotidien », est un « petit médaillon qu’elle-même garnit chez moi de ses cheveux ».

[42]) Ce geste romantique est, si l’on peut dire, tout à fait à la mode à cette époque. Il suffit de visiter le Musée de la vie Romantique pour voir les dons ou échanges de boucles de cheveux : George Sand, elle-même, y a amplement sacrifié.

[43]) Le « fauteuil de Clotilde » qui a été pieusement conservé, le « don du cœur » (cette mèche de cheveux qui suivra le philosophe dans son cercueil conformément à ses dispositions testamentaires), les lettres de Clotilde qu’il recopiera religieusement, ses propres lettres qu’il fera en sorte de récupérer, tous les dons ou cadeaux de Clotilde, ses écrits même (son poème : « les pensées d’une fleur », Lucie, Willelmine) : autant de « reliques  sacrées » aux yeux du fondateur de la Religion de l’Humanité. Le besoin de sacraliser leur correspondance lui est venu très tôt : n’écrit-il pas, dans sa lettre du samedi 6 septembre 1845, « Afin d’éviter les délais de la poste, je remets à notre bonne Sophie cette lettre sacrée ». Se pose alors pour nous, aujourd’hui, la délicate question de la pluralité des destinataires : à partir de quand, Auguste Comte décida-t-il de constituer leur correspondance en « Monument » pour la postérité? Sans doute très rapidement, si ce n’est depuis le début : il n’attendit pas la disparition de Clotilde, à l’évidence. Ce « Monument » a cependant une caractéristique propre aux yeux de son instigateur : ce n’est pas un « monument à proprement parler littéraire » mais un «corpus à caractère sacré ou religieux », une forme d’authentique et sublime « reliquaire ».

[44]) Ce bouquet de fleurs (fraîches à l’origine semble-t-il) sera pieusement conservé par Auguste Comte et introduit par lui dans le mobilier liturgique avec « la même vénération » que le « fauteuil rouge », de même le « vase sacré » dans lequel ce bouquet a séjourné (Testament, 1855). Un bouquet de fleurs séchées est toujours présent à l’Appartement – Musée du 10 rue Monsieur le Prince, sans doute offert par de fervents ou pieux positiviste, il commémore le bouquet de Clotilde. Les Temples de la Religion de l’Humanité ont fait un large usage liturgique de tels bouquets. Le « vase sacré » qui a recueilli les fleurs offertes par Clotilde a été lui aussi conservé au 10 rue Monsieur le Prince, avec son cachet de cire verte « positiviste » l’authentifiant : il témoigne discrètement, pour les générations futures, de la délicate attention de l’inoubliable Muse, lors de sa visite du mercredi 3 décembre 1845.

[45]) Clotilde vouait une profonde admiration à la poétesse Elisa Mercoeur. Comte s’en est souvenu : il a demandé à ses exécuteurs testamentaires de lui trouver un lieu de sépulture proche de la tombe d’Elisa Mercoeur. Ce qui fut réalisé.

[46]) Il s’agit d’une belle boîte en bois précieux orné d’incrustations, toujours visible au 10 rue Monsieur le Prince. Cette boîte contient aujourd’hui un grand nombre des enveloppes des lettres composant la « correspondance sacrée ».

[47]) L’ensemble des lettres échangées entre Auguste Comte et Clotilde de Vaux a été déposé à la Bibliothèque Nationale, suite à de leur publication intégrale dans : « Auguste Comte, correspondance générale et confessions », (tome3, en 1981) sous la direction conjointe de Pierre Arnaud et de l’illustre conservateur de la Maison Auguste Comte, Paulo E. de Berrêdo Carneiro (décédé en 1982).

       48) Le lecteur aura tout de suite remarqué que cette lettre est écrite précisément le jour de Noël. Elle lui parle des gants qu’il lui a promis comme cadeau de fin d’année, elle lui demande d’en différer l’achat soucieuse de lui épargner des dépenses inutiles, elle termine par : « A samedi donc, au coin du feu, une bonne causerie. Je vous embrasse tendrement. ». Nulle mention en ce grand jour de fête chrétienne, de Jésus ou de religion tout court. Ce silence est éloquent en ce qui concerne les éventuelles convictions religieuses de Clotilde de Vaux.

[49]) Lettre d’Auguste Comte du vendredi 26 décembre, qui est aussi sa 68ième lettre.

[50]) Auguste Comte lui écrit dans sa lettre du vendredi 9 janvier: « Je serais heureux de vous faire, en cette occasion, dans le secret de nos cœurs, un cadeau vraiment complet. ». Phrase qu’il faut relier avec celle-ci, quelques lignes plus haut: « Vous sentez, ma bien-aimée, qu’il me serait impossible de vous refuser la première assistance vraiment importante que vous ayez réclamée de moi jusqu’ici. ». Ce cadeau littéraire est en fait le second, bien que le premier réclamé. Auguste Comte lui a déjà offert, à l’occasion de sa fête (le 2 juin 1845) sa « lettre philosophique sur la commémoration sociale » (qu’il regardera comme sa « première Sainte-Clotilde» ou encore sa «grande dédicace secrète»). D’autre part il n’est pas abusif de regarder sa « lettre philosophique sur l’appréciation sociale du baptême chrétien » comme un cadeau littéraire déguisé: cette lettre, est certes adressée (le 28 août 1845) à Félicité, la belle-sœur de Clotilde, mais n’est-elle pas en fait explicitement vouée à l’exaltation de sa «chère compagne spirituelle»?

[51]) Auguste Comte prévoit dans son Testament (page 12) d’être enterré, tenant sur son cœur, dans sa main droite: « le petit médaillon qu’elle-même garnit chez moi de ses cheveux, le dimanche 5 octobre 1845, en l’appelant le don du cœur. »

52) Une confusion s’est introduite dans les biographies de Clotilde concernant l’évocation de « la chapelle du Couvent » : la Maison de la Légion d’honneur (où elle a été interne durant les 3 années : 1829/1830, 1830/1831, 1831/1832) a servit malencontreusement de référent. L’acmé de la foi catholique de Clotilde s’est en fait produite durant sa période de retraite au couvent de Flavigny (en Lorraine) dirigé par sa tante abbesse Alexandrine Eulalie de Ficquelmont peu de jours avant sa première communion en juin (pour la pentecôte) 1829. Cela faisait alors environ 6 mois que Clotilde avait séjourné chez son autre tante Marie Jeanne Clotilde de la Lance (vraisemblablement sa marraine) au château de Manonville, à une soixante de kilomètres de Flavigny, et qu’elle y avait reçu ses rudiments d’instruction religieuse (Voir les lettres de Clotilde enfant en cours de transcription). Clotilde ne sera pas très heureuse ni en très bonne santé durant ses trois années de pensionnat, rue Barbette à Paris. Sa scolarité en souffrira notablement : ce qui explique que sa trop courte formation intellectuelle ne sera jamais vraiment à la hauteur ni de son intelligence ni de ses ambitions.

[53]) Voir ici les notes 20, 48 et la précédente et prendre en considération cette phrase révélatrice écrite de la main de Clotilde de Vaux dans le fameux recueil: « La Journée du Chrétien » : « Telle doit être la mienne et pourtant!!!!!....»

[54]) Le lendemain de cette unique nuit au « donjon » de la rue Payenne, Clotilde aurait fait cette énigmatique saillie : « vous n’aurez pas eu une compagne longtemps ! » (Voir in Testament, « prières quotidiennes »).

[55]) Cette jolie miniature est aujourd’hui visible au Musée « Maison d’Auguste Comte ». Rappelons cette lettre qu’Auguste Comte n’osa jamais envoyer à Clotilde dans laquelle il exprime l’effet émotionnel produit par ce petit portrait : « Vous savez que je vous connaissais même physiquement avant de vous avoir vue, grâce à ce précieux ouvrage maternel, qui depuis, quand j’ai pu constater qu’un tel pinceau ne vous avait nullement flattée, m’a servi à contempler, sans inconvenance, ce regard si modeste et pourtant si expressif, cette physionomie à la fois ouverte et distinguée, ainsi que d’autres attributs enchanteurs, que ma myopie ne m’a pas fait perdre. » (« Correspondance inédite d’Auguste Comte »). Rappelons aussi cette exclamation rapportée à la date du lundi 30 juin 1845 dans sa liste : « Souvenirs de l’incomparable année » : « Son précieux portrait ». Ce jour là il était en visite chez les Marie et il en a gardé un souvenir suffisamment éblouissant pour le consigner dans sa liste « d’images » et même celle « d’images préférées » (Voir son carnet intitulé : « Copies de ses lettres », Archives du 10 rue Monsieur le Prince).

[56]) C’était le frère cadet (né en 1810) du célèbre sculpteur Antoine Etex (né en 1808). Ce dernier fut pendant une certaine période un disciple très apprécié d’Auguste Comte : il réalisa pour lui rendre hommage son magistral et célèbre buste.

[57]) Voir « L’invocation finale » (page554) au quatrième et dernier tome du « Système de Politique Positive » (1854) : «Grâce à la noble confiance de ton vieux père, un habile pinceau put dignement instituer ta suave image d’après l’esquisse maternelle. Elle est peut-être destinée à fournir bientôt, aux âmes régénérées, le meilleur emblème du Grand-Etre dont le culte fut systématisé sous ta sainte impulsion. »

[58]) Comte a beaucoup pensé son Amour pour Clotilde de Vaux dans la grande tradition des « Amants légendaires ». Il s’est beaucoup identifié à son génial modèle littéraire Dante, il a pensé sans ambages Clotilde comme une Béatrice nouvelle mais aussi supérieure ; nous avons vu la grandeur qu’il voyait dans Héloïse et son dépassement par Clotilde ; il a également fait souvent référence à Pétrarque et à son immense Amour pour Laure ; il a sans doute rêvé à Tristan et Iseult ; il s’est voulu Chevalier courtois au service de sa Dame ; il a regretté explicitement de ne pas avoir l’étoffe d’un authentique poète, celle du Tasse ou de l’Arioste. Ce auquel il ne pouvait songer, c’est à cette curieuse parenté, toute empreinte de romantisme philosophique, qui appert entre ses idées ou ses rêves de « chaste mariage spirituel » et celles que décidera (unilatéralement lui aussi) d’adopter le philosophe Sören Kierkegaard, à la même époque  – aux alentours des mêmes années 1840/1843 – mais dans un tout autre contexte psychologique et philosophique, à l’encontre de sa très jeune fiancée Régine Olsen.

[59]) Cette ultime révélation de Clotilde reprend ce qu’elle avait déjà énoncé le 4 décembre 1845: « Cher ami, vous êtes si bon pour moi que je souffre souvent véritablement de ne pas oser être moi-même avec vous ».

60) Nous ferons le point dans un autre texte sur les maladies de Clotilde, sa tuberculose, les soins qu’elle a reçu, les souffrances qu’elle a endurée, ses sentiments personnels, ceux de Comte, des docteurs et de sa famille.

[61]) Sur les 86 lettres de Clotilde, 9 ont une tonalité générale qui exprime sinon de la colère, du moins un réel agacement (8 sont de 1845 et une seule de 1846) Ces lettres représentent donc moins de 11% de sa correspondance (ce sont les lettres n°: 3, 4, 6, 9, 20, 21, 54, 55, 77). Remarquons aussi que le « Monument littéraire » ou « sacré » que constitue cette correspondance, n’est pas suspect d’une quelconque forme d’accommodement, de censure ou d’édulcoration.

[62]) Cette attitude maternelle Clotilde l’exprime à 4 reprises dans sa correspondance: elle a évoqué l’enfant qu’elle aurait aimé avoir (elle a même envisagé un court moment Comte comme père possible – lettre du 9 septembre 1845); elle a songé combattre son grand amour réciproque, mais sans espoir, avec l’homme dont elle « était digne » (amour qui remonterait à 1843) par une conversion de « ce sentiment funeste en maternité..» (Lettre du 5 juin 1845); elle a traité son « petit roman » (Willelmine): « mon enfant »; elle a enfin montré dans son ultime lettre (du 8 mars 1846) une sollicitude toute maternelle à l’égard de son « tendre ami » Auguste Comte. (Lettre du 28 février 1846).

[63]) Charles de Rouvre a (nous semble-t-il) accordé trop de crédit (dans sa précieuse biographie de 1917) à la déclaration de sa grand-mère Félicité Marie de Ficquelmont, lorsqu’il admit, sans sourciller, sa « révélation » : l’homme de ce grand amour caché serait Marrast lui-même (opus cité page 161). Armand Marrast n’est pas sûrement pas le bon candidat. Clotilde l’a connu marié ; en 1843 il avait déjà 42 ans. L’homme qu’elle a follement aimé « vivait seul » au moment de leur rencontre (un jeune militaire lettré, une connaissance esseulée faite par l’intermédiaire de Maximilien ou dans un cabinet de lecture ferait un bien meilleur candidat). Cet homme tant regretté et si séduisant (« je n’ai pas rencontré un homme plus pur et plus élevé de sentiments que lui ») a fini par lui révéler, malgré la grande passion qu’il éprouvait pour elle, son état d’homme marié et sans doute aussi de père de famille. Voir en particulier la 23ième lettre de Clotilde (du 14 septembre 1845).

[64]) D’autant plus magnifique que la modestie reste un de ses traits marquants de caractère: « je n’ai pas de beauté, j’ai seulement un peu d’expression » (« effusion verbale », du dimanche 22 mars 1846, notée par Auguste Comte et inscrite dans le chapitre « prières quotidiennes » de son Testament, 24 décembre 1855).

[65]) Voir pour cette formulation l’ouvrage Georges Steiner : «Le sens du sens, présences réelles », Paris, Ed Vrin, 1988.

[66]) Nous avons conservé cette belle image de « déesse » pour traduire l’idée comtienne d’incarnation du Grand-Etre, ou si l’on préfère, de l’Humanité toute entière dans son devenir, en dépit du fait qu’Auguste Comte évoquera plutôt Clotilde de Vaux comme : sa « Sainte collègue » et que les pratiquants du positivisme religieux utiliseront de préférence l’expression : « l’immaculée Inspiratrice de notre Religion » (c’est le cas, par exemple, de R. Teixeira Mendès dans ses nombreuses brochures). Auguste Comte nous autorise cependant cette puissante image puisqu’il n’hésita pas d’employer l’expression « notre déesse » en parlant de Clotilde dans une hardie comparaison avec « le culte »  de  « la Vierge-Mère des catholiques » (voir sa lettre du 2 novembre 1855, adressée à son « cher Disciple » Henry Edger).

[67]) Nous tenons à remercier toutes celles et tous ceux qui nous ont apporté leur aide dans cette recherche et tout particulièrement David Labreure, le responsable du Musée et du Centre de documentation de « La Maison d’Auguste Comte », pour son dévouement et ses précieuses indications, le Président actuel de cette Association internationale : Jean François Braunstein et son Vice-Président : Bruno Gentil, pour leur très appréciable soutien et la confiance accordée.


Laisser un commentaire