Eléments pour la réévaluation de la vie et des idées de Clotilde de Vaux : sa correspondance de jeunesse inédite.

 Nouveau billet de recherche proposé par  Michel Blanc, sociologue, membre de « La Maison d’Auguste Comte » et de la « Bibliothèque des Amis de l’Instruction »  avec l’aimable  collaboration de David Labreure, responsable du centre de Recherche : « La Maison d’ Auguste Comte ».

 Nous avions proposé d’œuvrer, à partir de 2015 (année du bicentenaire de la naissance de Clotilde de Vaux) à une réévaluation patiente de la vie de l’incontournable égérie d’Auguste Comte, de ses idées comme de ses écrits, de son influence sur le père du positivisme.[1] Après la présentation dans ce carnet de recherche (en novembre 2016) des premiers éléments biographiques retravaillés; après la prise en considération (en janvier 2017) de l’importance de la « correspondance sacrée » échangée entre Comte et son égérie, nous examinerons aujourd’hui la correspondance de jeunesse de cette « angélique inspiratrice » (selon les propres termes de son auguste ami).

Le 3 octobre 1928 Charles de Rouvre (petit-fils de Maximilien Marie de Ficquelmont) remit à Auguste Paul Edger et Paulo de Berrêdo Carneiro quarante-sept documents restés dans sa famille et qui ont été archivés depuis à la « Maison d’Auguste Comte ».[2] Parmi ces précieux documents figurent douze lettres inédites[3] de Clotilde à ses parents, qui s’étalent de janvier 1827 à la fin de l’année 1838, auxquelles s’ajoutent cinq lettres qu’elle adressa à son frère Maximilien de juin 1832 au mois d’août 1841, plus une lettre collective envoyée par Maximilien, Clotilde et leur mère au cadet Léon, datée du 5 septembre 1835 ; soit un total de 18 lettres ou missives. Nous remercions «La maison d’Auguste Comte » de nous avoir permis l’accès à ces documents et tout particulièrement David Labreure, le responsable du Musée et du centre de documentation et de recherche émanant de « La Maison d’Auguste Comte », qui s’est chargé de la délicate opération de transcription des documents autographes. L’écriture de Clotilde de Vaux n’étant pas aisée à lire et parfois très difficile à déchiffrer nous avons dû, d’un commun accord, concéder quelques blancs sous forme de points de suspension. Nous avons aussi proposé une ponctuation permettant une meilleure lisibilité car ces lettres en sont dénuées. La mise en perspective de ces documents familiaux, leur analyse après un effort de contextualisation, nous a permis de lever avec une très forte probabilité certaines incompréhensions. Nous proposons donc au lecteur de prendre connaissance de ces lettres, après un court texte introductif, au fur et à mesure de leur chronologie.

Lettres de Clotilde de vaux à ses parents (janvier 1827 – fin de l’année 1838) :

– La première lettre de Clotilde à ses parents nous apprend qu’au début de l’année 1827 la famille Marie habitait Neuilly en Thelle.[4] Le capitaine Marie en est donc à sa seconde perception dans l’Oise après celle de Sainte-Geneviève et en attendant celle de Méru. Clotilde qui n’a pas encore atteint ses 12 ans écrit à sa « Chère petite Maman » qui effectue un séjour chez l’une de ses sœurs Mme de la Lance résidant alors à Verdun.[5] C’est une enfant tendre et sensible qui se donne à voir. Elle nous révèle aussi son « petit ménage à mener » : ces deux chats qu’elle griffonnera sur l’enveloppe de sa lettre ; ces « deux moutas » qu’elle affectionne particulièrement. Nous ne savons pas combien de jours Mme Marie a séjourné chez sa sœur sinon que cela fait déjà 8 jours que Clotilde est seule avec son père et ses deux frères à Neuilly en Thelle. Le cadet Léon (né en 1820) avait été mis en nourrice chez un paysan du département : « Le Papa nourricier de Léon ».

Neuilly en Thelle, 18 janvier 1827   Chère petite Maman,

Je suis bien contente que vous soyez arrivée en bon port à Paris mais je croyais que Mr Chanvin se trouverait là à votre descente de voiture. Papa et moi nous nous portons bien Madame Thérèse aussi et elle vous présente bien son respect ainsi que toute la société de Neuilly en Thelle qui n’est pas nombreuse comme vous le savez bien. Vous avez raison de dire que votre feu ne valait pas le coin de notre Poil et moi j’aurais bien voulu que vous y fussiez car quand on est privé du doux plaisir de posséder ses parens c’est une chose bien terrible. En attendant votre retour je prie le bon dieu tous les matins et soirs pour votre heureux voyage et pour la conservation de cette bonne tante que vous aimez tant. Présentez lui bien mes respects à cette Bonne Tante ainsi qu’à tous mes Parens que je n’ai pas l’honneur de connaître mais que je ne respecte pas moins. Le Papa nourricier de Léon est venu il y a aujourd’hui huit jours qui était lundy ; il a été tout triste de ne trouver que papa et moi car il croyait trouver une famille ordinaire. Il a bu à votre santé et à celle de Léon. Il nous a fait des présens comme à son ordinaire : 1 demi-aune de boudin, 4 saucisses et 3 livres de cochon. Il a déjeuné avec nous et est resté un peu de temps.

Il nous a dit de la part de Mr et Mme De Beauvoir qu’ils vous présentaient leurs respects. Agréez les miens, chère petite Maman, et daignez me conserver le doux nom de votre fille.

Clotilde Marie

PS : Vous me demanderez peut être pourquoi j’ai tant tardé à vous écrire mais il faut penser que j’ai un petit ménage à mener : deux moutas à gouverner pour qu’ils ne fassent pas leurs petits besoins dans les appartements de Mr. et de Melle. Enfin me voilà Mère et Epouse, la petite metteuse de cuvette par terre pour laver les mains de Mr, aller chercher la petite serviette pour aller les essuyer, mettre le petit fauteuil de Mr. Par exemple, il y a deux choses dont Mr s’acquitte très bien lui tout seul comme de prendre la 1ére version du lait et celle du pain. Madame Varée Jean Baptiste désirerait bien que vous lui donniez directement de vos nouvelles à Arcuis. Les moutas vous embrassent bien et vous présentent leurs respects.

 – La seconde lettre de Clotilde est adressée à ses parents qui résident alors à Méru sur Oise. Nous sommes à la fin de l’année 1828 et Clotilde a entamé son long et enchanteur séjour en Lorraine destiné à lui permettre de préparer sa « première communion » qu’elle effectuera dans six mois. Nous savons que les parents de Clotilde professaient un catholicisme bien tiède (le capitaine Marie surtout) mais c’était sans compter avec la nécessité pour une future pensionnaire des « demoiselles de la Légion d’honneur »[6] d’être en règle avec la religion. Les sœurs de Mme Marie étaient dévotes (de même son frère, le fameux « oncle autrichien » Charles). Leur confier l’éducation religieuse de Clotilde permettait de resserrer des liens familiaux malgré tout distendus. Le long séjour à Manonville chez Mme de la Lance[7] atteste de cette prise en main religieuse de la jeune nièce : « au moment de me préparer à une action qui doit faire le Bonheur de Ma vie si je sais en profiter ». Clotilde, encore enfant et passablement espiègle parfois, se fait ici repentante dans cette lettre pleine d’effusion amoureuse, de déférence inculquée à l’égard de ses parents, de ses frères, de son oncle et de sa tante. Le post-scriptum évoque la jeune Eulalie de la Lance qui s’ennuie à Flavigny, au couvent de sa tante abbesse[8], où elle effectue sa retraite préparatoire à sa « communion solennelle ». Nous verrons que Clotilde sera par contre enchantée par sa courte retraite de « communiante »[9] quelques mois plus tard.

Manonville, 22 décembre 1828

 Mon cher Papa et Ma chère Maman

Que ce jour est beau pour moi puisque je puis vous exprimer mes sentimens. Recevez les ces sentimens puissent ils vous être agréables et vous faire connoitre toute la reconnaissance de votre Clotilde pour vos Bontés. Si les vœux que je forme pour vous sont exaucés mon bonheur sera parfait entre les bras de mon bon Oncle et de Ma bonne Tante au moment de me préparer à une action qui doit faire le Bonheur de Ma vie si je sais en profiter. Mais je l’espère, ayant sous les yeux des exemples de piété, de Bontés si marqués. Qui pourrait mépriser des conseils si sages et si modérés. Je sais que je vous ai donné des sujets d’impatience à cause de mon indocilité mais si j’ai su les commettre je saurai les réparer afin de mériter par mon application au travail et par ma docilité envers mes supérieurs le Bonheur de m’attacher vos Bontés ainsi que celles de mon oncle et de ma Tante qui sont si bons pour moi et d’être bien plus contente de moi-même par ces moyens. D’abord rien que l’idée de vous donner de la satisfaction m’impose des devoirs que je saurai apprécier. C’est dans ces sentimens cher papa et chère Maman qu’un cœur plein de tendresse et d’Amour pour vous brule du désir de vous satisfaire et de préparer par ces moyens l’estime et la tendresse des personnes qu’elle aime de tout son cœur. Adieu cher papa et chère maman je vous souhaite une bonne et heureuse Année ainsi qu’à mes bons petits frères à qui j’écrirai bientôt une petite lettre pour leur prouver toute l’amitié de leur sœur

Clotilde Marie

Ma Tante vient de me dire qu’elle vous écrirait parce qu’il y a longtemps qu’elle ne l’a fait. Eulalie a écrit à son papa qu’elle s’ennuyait à Flavigny ce qui fait peine à ma tante. Mais j’espère que cela se passera parce qu’elle s’habituera avec ses compagnons qui sont gentils.

Ce 22 décembre 1828, Manonville.

 – La troisième lettre de Clotilde datée du 25 janvier 1829 pourrait nous donner une idée approximative de la fréquence (mensuelle) d’une correspondance supervisée par une tante attentive, mais c’est sans compter avec l’allusion dès la première phrase à une lettre précédente évoquant la « fête de mon oncle ». Cette lettre intermédiaire nous manque donc. La « fête d’Eulalie qui est le 12 février » va se dérouler au couvent des bénédictines de Flavigny sur Moselle, situé à une soixantaine de kilomètres de Manonville. Clotilde se réjouit de la perspective de s’y rendre et de voir enfin cette « bonne tante l’abbesse »…« dont on dit tant de bien ». Clotilde se soucie aussi beaucoup de ses deux petits chats qui pourraient mourir de la « rage » comme cette pauvre Mme de Wartronville.

Manonville, 25 janvier 1829

Mes chers parens

Vous savez bien que dans la dernière lettre que je vous écrivais je vous parlais de la fête de mon oncle et de tout ce qui devait arriver. Je vous disais que Sophie devait venir mais elle n’est pas venue ce qui m’a fait de la peine parce que je vous ai dit que je l’aimais beaucoup. Elle est bien gentille. Elle est très raisonnable on ne lui donnerait pas que 7 ans et cependant elle n’a que cela. Ma Tante doit aller à Flavigny pour la fête d’Eulalie qui est le 12 février. J’irai aussi, j’espère que mon Oncle y viendra, il a été un peu souffrant. Voilà 18 jours qu’il n’est pas encore sorti dehors il va cependant un peu mieux

Je me réjouis de voir ma bonne Tante l’abbesse que je ne connais pas encore et dont on dit tant de bien. On est très contente d’Eulalie : elle s’habitue très bien et elle a été confirmée dernièrement. Elle se réjouit bien de revoir un peu Manonville qu’elle trouve si agréable elle a bien raison elle y a de si bons parents. Ma Tante attend impatiemment des nouvelles de mon Oncle Mr de la Lance. Elle est un peu inquiète parce que la pauvre Madame de Watronville est morte de la rage. On disait que c’était du thétanos et il est prouvé que c’était la rage puisqu’on lui a mis le corset de force et que toutes les personnes qui ont été la voir ont été à St Hubert et c’est pour cela que ma tante est inquiète de ne pas recevoir des nouvelles, et mon Oncle il doit être bien triste de cette mort, cela fait deux veufs dans la même maison. Eulalie ne le sait pas encore cela lui fera bien de la peine quand elle le saura.

Je vous en prie mes bons parens ne laissez pas de chats renfermés pour éviter le sort de la malheureuse Mme de Watronville. Adieu mes bons parens je vous embrasse un million de fois ainsi que mes bons petits frères.

Clotilde Marie

 – Dans la quatrième lettre datée du 22 février 1829, Clotilde s’adresse à son père seul : « Mon bon petit papa ». Cette lettre montre bien l’état d’esprit exalté et tout empreint de religiosité dans lequel la conduit son séjour chez sa tante et son oncle. On y devine une application un peu laborieuse et de temps à autre plus de spontanéité, un goût du bonheur tout simple et enfantin dans une Nature riante : « Il faisait beau hier au fossé et j’en ai profité »[10]. On y voit aussi poindre cette Clotilde qui construira sa philosophie de vie sur des aphorismes comme celui-ci qui reviendra sous sa plume plus tard : « On a toujours quelque peine dans ce monde ». Parvenue à l’âge adulte, Clotilde de Vaux ne mettra plus en balance cette idée d’« épreuve continuelle » avec celle de la « récompense dans l’autre vie » ; elle n’évoquera plus l’idée de se résigner à « la volonté du bon Dieu ». Mais elle restera ce qu’elle a été enfant : une personne soucieuse des malheurs et des souffrances des autres, qui s’inquiète ou s’alarme facilement ; bref, une femme particulièrement délicate et sensible. Cette lettre nous apprend aussi que ses deux doigts gelés lors de la bataille de la Bérézina ont fait durablement souffrir le capitaine Marie. La mère de Clotilde et ses deux frères ne sont pas à Méru mais « en vacance » depuis plusieurs jours.

 Manonville, 22 février 1829

Mon bon petit papa

J’ai reçu votre bien bonne lettre qui m’a fait bien plaisir mais j’ai vu avec peine que vous souffriez toujours de votre gelure. On a toujours quelque peine dans ce monde, c’est une épreuve continuelle mais aussi l’on est bien récompensé dans l’autre vie si on se résigne à la volonté du bon Dieu. Je voudrais bien vous ôter vos maux et me les donner et vous faire cadeau d’un peu de mon bonheur qui est vraiment au comble. Je n’ai pas le moindre mal, pas même mes engelures qui me faisaient tant souffrir et qu’ais je fais pour m’attirer tant de miséricorde de la part du bon Dieu et tant de bontés de la part de mon bon Oncle et de ma bonne Tante. Je n’en étais pas digne. Je vois le temps qu’il fait à Manonville ; il est un peu venteux du reste il fait du soleil et c’est aujourd’hui dimanche voilà ce que je vous dirai du temps aujourd’hui. Il faisait bien beau hier au fossé et j’en ai profité. Quel dommage qu’Eulalie ne soit plus ici elle aurait bien vu le temps qu’il faisait au fossé car elle aimait bien Manonville, elle disait qu’il n’y avait pas de lieu plus charmant que Manonville mais ce qui l’embellit, c’est la bonté toutes les vertus rassemblées qui en font un lieu charmant, et pourtant ce ne sont pas les épreuves qui y manquent on a bien raison de dire que le Bon Dieu éprouve souvent les bons c’est bien la vérité car mon Oncle a été très souffrant, ma Tante l’a été aussi pendant deux jours elle s’en ressent encore mais cependant cela se passe petit à petit. Mr le curé est bien malade, il a une fluxion de poitrine mais mon Oncle et Mr George répondent de lui et assurent que ce n’est pas mortel. Cependant il faut qu’il prenne beaucoup de précaution. Il n’a pas dit la messe aujourd’hui c’est le curé de Domèvre qui est venu, cela fait un grand vide. Il n’y a plus de messe que le Dimanche et il n’y aura pas de catéchisme aujourd’hui. Je suis bien aise que Maman et Max aillent bien et que Léon soit tout à fait rétabli. Ces pauvres petits ils doivent se trouver bien heureux d’être si longtemps en vacance.

Adieu mon bien bon papa. Recevez tous les vœux et les sentiments que j’ai pour vous et pour Maman sans oublier mes deux bons petits frères que j’embrasse bien tendrement. Je leur écrirai bientôt. J’embrasse bien ma bonne Maman de qui ma Tante a rêvé la nuit.

Clotilde Marie

– Dans sa cinquième missive datée du 23 mars 1829 Clotilde évoque la venue « pour le tirage » de Mr de Rosière. C’est un ami d’enfance des demoiselles de Ficquelmont : de la mère de Clotilde, Henriette Joséphine, plus jeune que lui, et de sa sœur aînée Alexandrine Eulalie. Il est venu la veille effectuer dans le village, le dimanche après la messe, la redoutée opération de tirage au sort des conscrits. Il fait donc partie des notables du canton. Clotilde s’amuse beaucoup lorsqu’il lui apprend qu’il s’est fait punir un jour par le fouet à la place de la future abbesse Eulalie par la fière grand-mère de Clotilde : Marie Françoise, Comtesse de la Marche. Cela devait se passer aux alentours de 1780 au château de Parroy (Lorraine) où vivait alors le Comte Maximilien Chrétien de Ficquelmont, son épouse Marie Françoise et leurs enfants. Clotilde exalte « l’esprit » et « la bonté » de cet « ancien » et « bon ami » de sa mère. Deux qualités qu’elle prisera toujours très fort, suivant en cela l’exemple de sa « chère maman ».[11] Mme de la Lance a vu son cinquantième anniversaire arriver et Clotilde a constaté la tristesse de son époux (à cette époque le sentiment d’entrer dans la dernière période de son existence s’éprouvait très tôt) .

Manonville, lundi 23 mars 1829

Mes chers parens

Je vais enfin vous écrire et répondre à vos lettres. Je commencerai par vous demander de vos nouvelles et de celles de mes deux bons petits frères. J’espère que la première lettre que je recevrai de vous me parlera en détail de toutes vos santés.

Un des anciens et bons amis de Maman, enfin Mr de Rosière, est venu ici pour le tirage et il est arrivé bien après la messe et est parti aujourd’hui mais il revient dîner ici. C’est un homme rempli d’esprit en même tems de bonté. Il m’a répété bien des fois n’oubliez pas de dire à votre maman quand vous lui écrirez qu’un de ses anciens amis est ici et qu’il l’aime toujours beaucoup ainsi que Thérèse. Il m’a dit aussi que quand vous viendriez me chercher que vous ne l’oubliez pas et que vous alliez lui faire une petite visite. A quoi ma Tante a répondu qu’elle nous y mènerait et que nous irions tous ensemble. Il nous a racontés qu’il avait eu l’honneur d’être fouetté pour ma Tante Eulalie étant tous petits. Ils jouaient ensemble et que le manchon de ma grand grand-mère de la Marche avait été jeté au feu par un d’eux. Il ajoute : c’était Melle Eulalie, cependant j’eus l’honneur d’être fouetté pour elle. Je ris ma chère Maman et je pense que je ne trouverais pas d’honneur à être fouetté pour qui que ce soit. Le bon oncle M. de la Lance est ici. Il revient de Flavigny et a vu Eulalie qui a été bien contente et bien triste. Elle a été contente de voir son père mais le départ a été bien triste. J’ai reçu samedi votre lettre dans laquelle vous me disiez que Mr de la Lance ne vous avait pas répondu. Il me charge de vous faire bien des amitiés et de vous témoigner ses regrets de n’avoir pu vous écrire plus tôt. Il a souffert tout l’hiver de son rhumatisme et de son doigt et puis il a été bouleversé de la mort de Mme de Watronville. L’anniversaire de ma Tante Clotilde est arrivé cela l’a bien attristé.

Adieu mes bons parens je vous embrasse de tout mon cœur et suis pour la vie avec les sentimens de l’amour que je vous dois.

Votre fille Clotilde

Ma Tante, mon Oncle vont bien moi aussi. Mon Oncle et ma tante ainsi que moi vous faisons bien des amitiés. J’embrasse mes petits frères.

– La sixième lettre, datée du 15 avril 1829, nous montre combien Clotilde a été impressionnée par la mise en scène de la « première communion » de sa cousine. Mais au-delà de la solennité du lieu il y a la liberté déliée d’une nièce d’abbesse qui rêve d’un espace de jeux dans un lieu dédié à la prière : « J’ai trouvé le couvent bien beau et bien grand, il y a de quoi se promener et bien s’amuser ». Elle annonce sa « première communion » pour avril ou juin 1829 et tient à informer ses parents qu’elle se rend bien chez Mr le Curé deux fois par jour pour en suivre les « instructions » préparatoires. Elle plaisante sur sa position d’aînée et termine par une sentence qui montre à la fois son imprégnation religieuse suite à ce long séjour en lorraine mais préfigure aussi son grand doute à venir : « Priez le bon Dieu pour que je me prépare bien à ma première communion et que je la fasse non pas dignement mais avec les dispositions que le bon dieu exige de moi et qu’il faut au moins avoir quand c’est un Dieu qu’on va recevoir ».[12]

Manonville, 15 avril 1829

Mes chers parens

Ma Tante et moi nous revenons d’une cérémonie bien touchante et toute à la fois bien imposante c’est de la première communion de Flavigny dont je veux parler. Eulalie en était et elle répétait à chaque instant que j’étais bien heureuse d’avoir encore à la faire et qu’il faisait bien bon ce jour-là. Toutes les petites filles de Flavigny sont bien gentilles. Eulalie a une famille très nombreuse. […Phrase incompréhensible …] J’ai trouvé le couvent bien beau et bien grand, il y a de quoi se promener et bien s’amuser. Ma tante l’abbesse a eu bien des bontés pour moi elle est bien bonne et bien respectable. Eulalie s’amuse bien à ce couvent et elle trouve notre tante bien bonne et elle a bien raison. Mr le curé de Manonville est tout à fait rétabli et il est en état de dire la messe maintenant. Mon oncle et ma tante vont bien et ma tante va vous écrire. Je ferai partir cette lettre en même temps que la sienne.

Adieu mes chers parens j’embrasse mes deux petits frères de tout mon cœur. Je suis avec le respect et l’attachement que je vous dois, Votre fille Clotilde Marie

Je vous prie de me rappeler au souvenir de Mmes de Meaux de leur présenter mon respect et de les assurer de toute ma reconnaissance pour leurs bontés.

Vous voilà donc dans une autre pension mes bons petits frères vous savez le temps qu’il fait. Je vous prie pendant que j’y pense de dire à papa et maman que je vais aux instructions qui précédent la première communion : elles se font deux fois par jour chez Mr le Curé et c’est lui-même qui les fait. La première communion sera, à ce que je crois, à la pentecôte ou à peu près vers la fête Dieu, qui est dans le mois de juin.

Et vous mes bons petits frères quand se fera la vôtre, pas encore de sitôt. Je vous dirai comme le petit du maître d’école d’ici : je suis la plus vieille.

Adieu mes bons petits amis. Priez le bon Dieu pour que je me prépare bien à ma première communion et que je la fasse non pas dignement mais avec les dispositions que le Bon dieu exige de moi et qu’il faut au moins avoir quand c’est un Dieu qu’on va recevoir.

Clotilde

– Septième missive : Clotilde a fait sa « communion » en juin 1829 et la voici en pension à la « Maison Royale » de la rue Barbette, à Paris . Ses frères Maximilien et Léon sont désormais en pension à Orléans où ils feront de brillantes études qui les amèneront tous les deux à l’Ecole polytechnique. Elle a déjà effectué environ 3 années de scolarité, la dernière étant interrompue par le risque de contagion lié à l’épidémie du choléra (comme nous le verrons dans la lettre qu’elle adresse avec sa mère à Maximilien le 23 juin 1832). Nous sommes le 6 octobre 1832. Clotilde est inquiète et cache difficilement sa tristesse, son sentiment d’abandon. Elle évoque ses amis perdus et en profite pour laisser poindre, en direction de ses parents, une forme de reproche poli : « N’oubliez pas non plus l’aimable Cécile, à laquelle je pense bien souvent, et non seulement parce que je l’aime, mais aussi parce que je pense à son bonheur d’être avec ses parents pour toujours ». Clotilde envie le sort de son amie : les études qu’elle accomplit à l’école des « demoiselles de la Légion d’honneur » ne sont pas suffisamment passionnantes pour lui permettre de surmonter son spleen, son sentiment de solitude, la nostalgie d’un cadre verdoyant.

 Maison Royale, samedi 6 octobre 1832

Ma chère Maman,

Vous m’avez promis de m’écrire aussitôt votre arrivée. Mais nous sommes aujourd’hui samedi et je n’ai aucunement de vos nouvelles. Je crains que vous n’ayez été bien fatiguée, ainsi que papa, qui était déjà très souffrant à Paris. Je vous en prie, chère maman, écrivez-moi un mot, – un seul mot me tranquillisera. Je pense que vous avez déjà reçu des nouvelles des bons petits frères qu’il m’a été bien dur de quitter malgré nos petites mésintelligences. Quand vous m’écrirez, répondez moi bien à toutes ces choses, et, surtout donnez-moi d’amples détails sur vos santés. Je vais m’occuper de vous faire deux jolies petites (…) pour mettre sur votre cheminée, et puis je vous ferai une ménagère et une bourse pour papa. Nous avons récréation aujourd’hui toute la journée. Nous reprendrons les leçons, lundi seulement, parce qu’il y a beaucoup d’élèves qui ne sont pas encore rentrées. Chère maman, je vais encore attendre quelques jours patiemment de vos nouvelles ; mais je m’inquiéterai sérieusement si je n’en ai point d’ici là. Je vous prie chère maman, de dire bien des choses à ma petite Sophie. N’oubliez pas non plus l’aimable Cécile, à laquelle je pense bien souvent, et non seulement parce que je l’aime, mais aussi parce que je pense à son bonheur d’être avec ses parents pour toujours.

J’espère être bientôt rassurée ; recevez les sentiments respectueux de votre fille.

Clotilde

– La huitième lettre est celle d’une jeune adulte : elle est écrite le 7 juillet 1838. Clotilde, qui a dépassé son 23e anniversaire, est mariée depuis le 28 septembre 1835 avec l’ancien aide à la perception de Méru de son père : le jeune indolent et débonnaire Amédée de Vaux. Clotilde n’avait guère de dot à lui offrir et son futur époux guère plus de biens sinon la bonne renommée de sa famille, un joli nom à particule mais aussi une certaine tendresse à l’égard de la jeune femme. Clotilde a passé outre les avertissements de sa mère : elle a aimé son Amédée qui ne la privait pas de cette indépendance qui lui était si chère. Le ménage semble donc harmonieux. Certes Amédée est indécis mais il est aussi attentionné à l’égard de son épouse et il lui laisse mener leur maisonnée. Il avait malheureusement cette passion du jeu dévorante qui le conduira à accomplir des folies, à perdre son ménage, son honneur et sa situation. Mais c’était un terrible secret que Clotilde, qui ne devait pas avoir l’esprit inquisiteur[13], ne découvrit à ses dépens que trop tard. Cette lettre nous révèle d’abord que ses parents, qui avaient déménagé de Méru pour laisser la perception et leur logement de fonction au jeune couple de Vaux, se sont d’abord installés à Paris, au 4 rue du Foin dans le Marais, avant de rejoindre Maximilien et son épouse Félicité, au 24 rue Payenne.[14] Cette lettre nous montre aussi que le style épistolier de Clotilde est relâché et incertain, ce qui donne à penser que même si elle a progressé, elle a dû particulièrement s’appliquer, sept ans plus tard, dans sa grande correspondance avec Auguste Comte[15]. Le contexte de la lettre est le suivant : Clotilde a des soucis de santé et son médecin lui a vivement conseillé une cure de bains marins. Amédée l’encourage dans ce sens, il se montrera d’ailleurs dévoué et attentif mais il lui aura fallu surmonter son « indécision ». La mère de Clotilde agace sa fille avec ses « mais-si-car et cependant ». Nous retrouvons ce souci d’indépendance d’une fille mais aussi son ambivalence. La mer lui fait peur (comme nous le verrons) aussi plaisante-t-elle avec l’idée de pêcher « un beau diamant » tout en ajoutant aussitôt : « oh ! que je suis enfant pourvu que je rapporte des nerfs solidement raccommodés, je serai bien heureuse.»  Clotilde présente déjà fréquemment les symptômes de sa tuberculose : quintes de toux, palpitations ; mais ignorant jusqu’à l’existence de cette maladie encore très mal diagnostiquée, elle s’est rendue à l’opinion de son entourage, de ses médecins et parents : se sont ses nerfs qu’elle pense devoir soigner.

 Méru, 7 juillet 1838

 Je n’ai pas voulu vous répondre chère maman avant de pouvoir vous dire une chose positive et arrêtée. Il n’était pas besoin de vous faire part de tous ces mais-si-car et cependant dont nous nous sommes étourdis pendant deux ou trois jours car ce n’est que jeudi dernier qu’Amédée a enfin fait sa demande à Mr Gisert. Il a répondu poste pour poste et nous avons aujourd’hui son autorisation conçue en termes très obligans. Amédée m’a étonnée dans cette circonstance par son indécision et son regret d’abandonner sa place pendant 21 ou 22 jours et il a fallu qu’il soit bien convaincu du bien que j’éprouverai de ce voyage pour se décider à l’entreprendre. Nous partirons donc mardi à minuit et nous éviterons la fête. Je regrette bien vivement de vous priver d’y venir mais aussi j’espère bien que 10 ou 12 jours après notre retour tout pourra être disposé pour vous recevoir et que vous ne nous remettrez pas à plus longtemps. Nous voilà donc décidés et je crois comme partis, cependant il pourrait encore survenir empêchement mais en tout cas ils sont encore imprévus. Je vous avouerai que moi aussi j’ai eu mes réflexions et mes petits tourments. La famille d’Amédée d’abord me taquinait un peu : l’on avait l’air de dire que je n’étais pas souffrante que je me dorlotais. Mais j’ai aussi eu de bons conseils et l’on m’a décidée à n’écouter que ma santé ce qui est le plus sage. Je vais lentement écrire à Mme de Vaux. La bonne Mme de May est venue me voir et s’informer de ma santé avec le plus grand intérêt. C’est une exaltante femme que l’on retrouve toujours comme un vieil ami. J’aurai le cœur serré chers parens de me sentir à 50 ou 60 lieues plus loin de vous mais je vous écrirai longuement et j’espère que vous ferez de même. Je n’emporte ni mon beau chapeau ni ma belle robe. Amédée dit que je les regretterai là-bas mais je dis, moi, que je serai bien contente de les retrouver frais et propres à mon retour et je suis bien décidée à aller là en personne raisonnable. C’est si commode de ne rencontrer aucun visage de connaissance auquel l’on doive compte de sa mise et de son air, que j’en profiterai. J’ai passé un après-midi à Boulaines[16]. Ces dames ont été fort aimables pour moi. Je leur ai raconté mon histoire et elles m’ont vivement engagée à ne pas différer le voyage des eaux. Elles m’ont seulement dit que Dieppe est cher à habiter mais que le Tréport, charmant par le site, la position et la simplicité des demeures comme des visiteurs, offre toutes les ressources de Dieppe à moitié prix et que l’on n’est qu’à 6 heures de Dieppe ce qui ne nous éloignera pas beaucoup. Vous pensez, chers parens, que je n’ai que juste et bien juste le temps de faire mes préparatifs. J’ai aujourd’hui samedi, une lessive qui sèche et dont il faut que j’emporte une grande partie repassée. J’ai donné dimanche dernier congé à Sophie lui disant de chercher une place ce qu’elle n’a nullement fait. Elle est redevenue gentille pendant cette semaine mais elle n’a pas demandé à rester, seulement elle fait comme s’il n’avait été question de rien entre nous et c’est pourtant demain le dernier jour. Amédée m’en veut de la renvoyer, d’un autre côté il est impossible de lui confier la maison pendant 3 semaines. Je ne me soucie certes non plus de lui payer seulement ses gages pendant ce tems et je suis embarrassée. Demain décidera de tout. Je m’en veux de n’avoir point encore répondu à ce pauvre Léon qui est là-bas tout seul mais aussi je lui donnerai des nouvelles de la mer. Il me semble, grâce à trois araignées que j’ai vues très près de mon lit le soir, – espoir- que je vais rapporter un beau diamant que je pêcherai moi-même. Oh ! que je suis enfant pourvu que je rapporte des nerfs solidement raccommodés, je serai bien heureuse ! et bien heureuse ! car la santé avant tout.

 Adieu au revoir mes chers parens, je vous embrasse ainsi que Max avec toute ma tendresse de fille et de sœur bien affectueuse.

 Amédée toujours avec son contrôleur m’a chargé de ne pas l’oublier près de vous. Il a été l’autre jour à 5 heures du matin chercher votre lettre. Si je puis en avoir une mardi matin et une un peu longue cela me fera bien plaisir avant de m’embarquer. Avez-vous lu un article intitulé Variétés dans le numéro de lundi du Siècle, couronnement de la Reine d’Angleterre. Je vous le recommande.

 – La neuvième lettre du corpus est la plus longue, la plus élaborée : Clotilde est heureuse dans sa cure, au Tréport, ce 14 juillet 1838.

(voir ci-dessus la vue du Tréport à l’époque de la cure de Clotilde: l’unique fois où elle a vu la mer)

Clotilde prend le temps de donner des détails à ses parents sur son installation. Tout une époque se donne à voir autour de cette « grande affaire des bains ». La jeune femme découvre pour la première fois le paysage maritime, la beauté de la mer et des marées : « ce grandiose spectacle ». Elle se moque tendrement de son mari en évoquant « la figure du pauvre Amédée » qui se laisse prendre au piège d’un repas équivoque et qui se débrouille comme il peu pour manger ce qu’il a sous la main faute d’oser faire un scandale. Clotilde par ses observations fines nous livre un peu d’elle-même : « Les habitants, tous pêcheurs, sont simples et bons. Ils aiment et cherchent toutes les occasions d’obliger ». Pour un peu elle se croirait à l’étranger : « Ce sont déjà des mœurs tout à fait différentes de notre peuple. Ils sont religieux, ils font le signe de la croix avant de baigner une femme, et l’on trouve des croix sur toutes les routes ». Touchante Clotilde dans son récit des bains, face à une frayeur démesurée : « Je fis encore bien des giries, mais enfin, prenant mon cœur de lion, je me précipitai dans l’eau jusqu’au cou. » Elle avait donc un « cœur de lion » Clotilde, un cœur plein de courage dont elle aura grand besoin dans les derniers mois de sa difficultueuse et trop courte existence.[17] Quant à Amédée c’est un gentil mari qui « raisonne » et « frictionne » patiemment son épouse, qui « épluche une salade » pendant qu’elle se repose.

       Tréport, 14 juillet 1838

 Nous voilà enfin installés chers parens et je ne voulais pas vous écrire avant de pouvoir vous parler de la grande affaire des bains il faut cependant commencer par le commencement. Je vous dirai donc que partis de Méru à minuit nous ne sommes arrivés ici que vers 6 heures du soir le lendemain. La grande affaire était de trouver un logement peu cher, propre et commode. Il nous fallut donc, en descendant de voiture, avant de penser à nous reposer, ni à manger, – deux choses dont nous avions un égal besoin- que nous nous missions en course avec un brave homme qui était venu me demander à être mon baigneur. L’on nous en montra 5 ou 6, dont le prix excessif nous donnait presque envie de pleurer. Enfin, nous arrivâmes chez le propriétaire de celui-ci : une petite femme gentille à croquer avec son bonnet haut et piqué, sa cotte courte et ses reins bien rembourrés (costume du pays), nous montra la chambre qu’elle loue et nous la fit 60 francs pour nos 3 semaines. C’était beaucoup moins cher et plus beau tout près du port et malgré la différence que nous y trouvâmes, nous lui offrîmes 45 francs et elle nous laissa aller tout en tremblant que d’autres vinssent derrière nous car voilà seulement qu’on arrive nous fîmes semblant de chercher ailleurs mais nous retournâmes bien vite et obtînmes notre logement au prix de 50 francs, ce qui est très bon marché quand on a vu les autres si vilaines, nous avons une belle chambre grande comme celle de Mme Mauss (son salon, 2 belles et grandes armoires l’une à porte-habits, l’autre pour le linge, une table à manger, une petite cheminée commode si l’on voulait faire cuire quelque chose soi-même, un lit à la paysanne, mais où, Mme la duchesse de Massa a néanmoins couché l’année dernière, du linge éblouissant de blancheur, un air exquis qui vient d’un côté de la mer et de l’autre côté par deux fenêtres donnant sur le pays. Ils nous laissent aussi la jouissance, pour poser et jeter tout ce que nous voudrons, d’une chambre qui, donnant dans la nôtre, ne peut être louée à d’autres. Ajoutez que nous sommes chez la crème des honnêtes gens du pays, que la femme est toujours à m’offrir ses services soit pour des commissions ou pour autre chose et vous verrez que nous sommes à merveille. Comme j’avais fait tout ce que je vous dit là avant de voir la mer ce dont j’enrageais de vous en parler avant ; j’ai bien joui de ce grandiose spectacle et quoiqu’il n’y ait qu’un très petit nombre de vaisseaux, plutôt bateaux, cela est très curieux mais maintenant que j’ai vu la mer, il me semble que l’on peut se l’imaginer telle qu’elle est. C’est toujours, à quelque hauteur que vous soyez, un vaste horizon blanc et bleu absolument de la couleur du ciel et finissant par paraître se joindre aux nuages. Elle est dans ce moment-ci d’un calme extraordinaire disent ceux qui savent ce que c’est et pourtant les vagues me paraissent toujours fortes sur le port ce qui m’amuse et m’étonne beaucoup c’est de me promener le soir à pied extrêmement sec dans ce qui le matin contenait quinze pieds d’eau. Cela arrive deux fois par jour.

            Il faut encore avant tout que je vous raconte notre premier dîner. C’était encore le cuisinier de madame de Massa que l’on nous indiqua. « Je me flatte, nous dit-il, que vous serez contents ; car pour trois francs vous déjeunerez et vous dînerez (sans pain ni vin, par exemple, il faut le prendre ailleurs). Vous aurez pour déjeuner un plat de poisson et un plat de viande ; à dîner, je vous servirai un potage et une entrée, deux plats de légumes, un rôti, une salade et du dessert ». Cela nous parut trop beau pour être bon, et nous voulûmes en essayer une fois seulement pour notre dîner de ce jour après lequel aspirions tant car nous avions la fringale. Il nous servit des huîtres chaudes comme le soleil, un potage qu’il avait probablement destiné d’abord à son chien, un bon bœuf, deux ailerons, déjà sucés, de canard au petit pois, dans un plat que des enfants trouveraient trop petits pour faire la dinette, des fèves à je ne sais quelle horrible sauce. Enfin, presque tout lui resta car la fille qu’il envoya pour nous servir avait une figure si sale et si suante que les mets devaient s’en ressentir. Ajoutez à cela notre petit couvert qui me plaisait énormément à cause de sa rusticité, des assiettes à fleurs rouges et deux couverts en fer battu à la (…) et le couteau du pêcheur son mari. Si vous aviez vu la figure du pauvre Amédée, qui ne disait rien mais qui se vengeait sur un saucisson qui avait été du voyage, de la méchanceté du dîner oh c’était le plus curieux ! (…) de la moutarde après dîner mais il faut que je vous le dise, je donne un sou à la fille luisante pour aller chercher de la moutarde. Je crois qu’elle allait tout bonnement chez un vidangeur, car ce qu’elle nous rapporta nous fit quitter la table. C’est un bien drôle de petit pays que ce Tréport. L’on n’y trouve presque rien. Les habitants, tous pêcheurs, sont simples et bons. Ils aiment et cherchent toutes les occasions d’obliger. Ce sont déjà des mœurs tout à fait différentes de notre peuple. Ils sont religieux, ils font le signe de la croix avant de baigner une femme, et l’on trouve des croix sur toutes les routes. L’on voit que ce sont des gens qui s’exposent souvent aux dangers de la mer : il leur faut une croyance plus forte et un recours plus puissant. Nos hôtes font un charmant ménage. Il y a deux petites filles qui viennent me voir continuellement. Nous déjeunons avec le reste du saucisson et des groseilles. Je vous réponds que notre nourriture ne nous ruinera pas. Nous sommes allés hier soir à la ville d’Eu qui n’est qu’à une toute petite lieue. Nous y avons diné et acheté de l’huile et du vin aigre pour faire des salades le matin et nous y avons commandé un petit pâté également pour nos déjeuners. Le poisson, malgré la pêche qui est bonne, est fort rare ici et aussi cher presque qu’à Meru. Il est de suite importé. C’est demain la fête du Tréport qui est dit en folie. Ce qui m’enchante ici, c’est la simplicité : avec mes petites robes d’indienne, je suis aussi bien mise que les autres dames. Ce que je vous gardais enfin pour la bonne bouche, c’est le récit de mes bains. J’ai donc commencé hier malgré la fatigue du voyage, j’en ai pris deux ce que je ferai tous les jours car ils ne me coûtent que 16 sous tout compris et je veux qu’il ne soit pas dit que j’en ai pris moins que l’ordonnance le dit. Les deux d’hier m’ont fait un effet prodigieux mais si vous saviez les cris, la peur et le mal que m’a fait le premier !… L’on m’entendait du pays qui ne touche pas l’endroit où l’on se baigne ; et j’étais désolée, parce que je craignais de n’avoir pas le courage d’en prendre souvent. Je suis revenue me coucher, et mes nerfs étaient si crispés que j’ai pleuré toute la journée. Enfin Amédée, à force de me raisonner, me fit promettre que, pour m’habituer, j’en prendrais un à cinq heures, ce dont j’étais déjà bien triste. Enfin, il le fallait. Je fis encore bien des giries, mais enfin, prenant mon cœur de lion, je me précipitai dans l’eau jusqu’au cou. Je ne l’eus pas fait quatre fois que je me trouvai à merveille. L’on a même chaud dans l’eau. Ce qu’il y’a de bien, c’est que je me laissai faire faire 4 plongeons. Le baigneur vous prend sur ses bras et vous plonge la tête la première et ensuite tout le corps dans l’eau. Je ne sais pas encore fermer la bouche et j’avale une grande quantité d’eau qui est d’un salé extraordinaire. Les cheveux sont pleins de sel bien longtemps après la sortie du bain. Ce matin il est 6/2, l’on doit me venir chercher à 7 heures pour prendre le bain du matin et j’en prendrai un autre à onze heures. Je vais tâcher d’être courageuse. Voilà que l’on vient me chercher je vous dirai le résultat.

 Me voilà revenue, je me suis couchée un quart d’heure et Amédée m’a frictionnée avec la drogue fortifiante. J’ai bien pris mon bain aujourd’hui et nous avons plongé plusieurs fois. Je crois que d’épouvantable que cela me paraissait, cela va m’amuser. Rien n’est plus drôle que ces vagues qui viennent se précipiter sur les baigneurs et l’on dit que c’est là le grand bienfait des bains de mer. J’ai par exemple le corps aussi brisé que si j’avais été malade pendant huit jours. Je ne m’économise pas surtout. Amédée dit autrement mais je crois que c’est exprès dans ce moment et pour le quart d’heure il épluche une salade et il dit que la première fois il vous écrira pour vous donner des détails. Nous serons bien contents chers parents d’avoir de vos nouvelles, aussi je me dépêche de faire partir ma lettre afin que vous m’y répondiez aussitôt. (…) recevez les embrassements et les vœux de vos enfants et en particulier de Clotilde. Bien des choses à Max, j’écrirai à Léon ils verront un jour de plus belles choses que celles que je vois maintenant mais je voudrais bien ma chère maman que vous vissiez la mer et les bains. Cela est amusant, venez nous joindre.

– La dixième lettre est datée du 5 août 1838 : le couple de Vaux a réintégré Méru et Clotilde qui n’a pas reçu des nouvelles de ses parents est particulièrement inquiète. Elle demande à ses parents, dans cette lettre, de la « tranquilliser ». Elle a pu prendre « 20 bains » qui lui ont fait « un bien infini », elle aurait même aimer prolonger ce séjour bénéfique une « douzaine de jours de plus ». Les ressources du ménage paraissent néanmoins modestes et Clotilde qui se retrouve momentanément sans « bonne» a vu sa « fatigue » et ses ennuis de santé rapidement revenir. Elle s’efforce néanmoins de rassurer ses parents tout en les suppliant d’écrire au plus vite. Notons aussi qu’elle évoque l’examen d’entrée à l’Ecole polytechnique de son frère Maximilien dont la famille attend le résultat : cette précieuse indication corrobore la date d’entrée, de Maximilien dans cette prestigieuse école, proposée par Bruno Gentil, en opposition au « récit familial » porté par Charles de Rouvre.[18]

Méru, 5 août 1838

            Il paraît chers parents que cela va être à chacun son tour d’être inquiets l’un de l’autre car je vous avoue que je le suis maintenant de vous ; vous avez sans doute reçu de moi deux lettres depuis votre dernière. J’espérais tellement recevoir de vos nouvelles à Tréport que craignant de m’être mal expliquée pour le jour de mon départ, j’ai laissé mon adresse au facteur ? Mais il ne m’arriva rien ni de là ni de Paris et tant pis si nos lettres se croisent mais il faut que je vous prie de me tranquilliser. Il n’a tenu à presque rien, Amédée ne pouvant absolument me donner là-bas un seul jour de plus, que je n’y reste seule. Mais Amédée craignant pour moi l’emportait et la (…) a fait tout ce qu’il a pu pour me rassurer. Si j’avais eu une bonne avec moi, il est certain que je serais allée une 12aine de jours de plus mais je ne pouvais y (…) faire autrement. Je n’ai pas souffert là-bas, les bains me faisaient un bien infini. Aussi, ai-je bien employé mon temps car j’ai pris le 20é bain le jour de mon départ à 5 heures du matin. Le genre de vie que je menais à Tréport contribuait beaucoup à améliorer ma santé : un grand repos de toute chose, un peu de sommeil dans le jour. Aussi me suis-je crue guérie en revenant. Mais la fatigue, les tracas du ménage m’ont rendu mon mal, et, pour l’éviter, je vais me remettre aux bains froids et salés et me reposer le plus possible. Je ne puis encore m’occuper à lire ou à coudre. Ecrire me fatigue un peu moins mais encore ! Je voulais pourtant ne prendre une bonne qu’au moment de notre emménagement, cela m’eut fait une économie véritable. Oh ! Que la santé est donc un bienfait. J’ai déjà, depuis trois jours, perdu les belles couleurs que j’avais rapportées des eaux. Mais n’allez pas vous inquiéter de moi, chers parents, cet état n’est nullement dangereux, il n’est qu’ennuyeux, mais il l’est dans toute la force du terme. Enfin, je vais me soigner sous tous les rapports. Je voudrais bien vous voir. Je vais m’occuper à vous disposer, ce qui est (…) et puis j’espère que vous viendrez. Charpenay m’a parlé hier pour de la pâtée et j’en ai arrêté 25 livres que j’aurai mardi m’a-t-il dit. Si j’étais en veine de gaité, je vous conterais le passage du maréchal Soult ici, mais je vous dirais seulement ce que l’on m’en a dit (car nous n’y étions pas) de plus curieux. Le maréchal, en apercevant le discours sur papier que Mr Meusnier tirait de sa poche, s’est précipité en bas de sa voiture, en remerciant du compliment, disait qu’il savait tout ce que pensait de bon et d’aimable la ville de Méru et, priant qu’on ne lui en dît rien. Il a un peu causé avec M. Meusnier dont toutes les sœurs s’étaient mises en blanc. Quand le maréchal est remonté en voiture, Monsieur Meusnier, à ce que dit l’histoire, a relevé le marchepied, perdant la tête du bon accueil fait à lui. Boucher avait tambouriné le matin : les habitants de la ville de Méru sont prévenus de se tenir sur leur propre. Je serais bien curieuse de savoir où en est l’examen de Max. Peut-être est-ce cela qui vous empêche de m’écrire. Mais quand ce ne serait qu’un mort, il me ferait bien plaisir. Nous avons trouvé de moins ici Mrs Doey et Meusnier morts tous les deux. Le pauvre Mr Poulin est très mal dit-on. J’ai écrit à Léon une longue lettre. J’espère qu’il ne fera pas comme Max et qu’il me répondra. Mme de Colloyes, toujours gentille, est venue me voir tout à l’heure. Elle me propose une bonne qui va sortir de chez Cécile, la sœur de celle dont vous avait parlé Mme Le Vaillant. Je lui ai dit mon prix qui n’est pas celui de cette fille. Quant à moi, je ne changerai pas. Elle verra ce qu’elle aura à faire. Cécile est grosse de deux mois ; elle vient la semaine prochaine. Je ne vous en dirai pas beaucoup plus long aujourd’hui chers parents. J’espère avoir demain de vos nouvelles, alors nos lettres se croiseront.

           Adieu chers parents, Amédée et moi nous vous embrassons de tout cœur ainsi que Max dont nous sommes impatients d’avoir des nouvelles.

 Clotilde

– Avec les onzième et douzième lettres (fragment) non datées se clôt la partie de la correspondance inédite de Clotilde de Vaux adressée à ses parents. La onzième lettre vient peu après la précédente car les inquiétudes de Clotilde sur la santé de ses parents se sont tues malgré un échange de lettres rendu chaotique par les retards de livraison. Clotilde est de nouveau fatiguée : « Aussi j’ai dans ce moment ci une mine de morte et je le suis presque ». Enfin il y a quelque chose qui la « tourmente » : elle n’est « pas sûre » de sa « position ». Autrement dit, elle a peur d’être enceinte.[19] Elle s’ennuie maintenant « dans ce vilain pays de Méru ». Les rêves et les camaraderies de l’enfance sont bien finies désormais pour elle, la compagnie des dames de la bonne société locale lui pèse, sa « chère maman » lui manque. Il y est question d’un mariage qui doit avoir lieu au château de Boulaines, dans les environs de Méru, mais Clotilde ne sait pas encore si elle est vraiment invitée à la noce. Elle se confectionne elle-même une robe sans doute dans cette perspective : elle a bien apprit les travaux de couture chez les « demoiselles de la Légion d’honneur ». Nous la retrouverons plus tard amenant parfois son « aiguille », dans ses rares visites durant « l’année sans pareille », au 10 rue Monsieur le Prince. Elle termine sa missive avec beaucoup de ferveur : « c’est avec regret que je vous envoie ainsi qu’à papa mille et un baisers de clôture. Votre fille qui vous aime tendrement, Clotilde ».[20]

         Méru, sans date, après son séjour au Tréport

Il faut avouer ma chère Maman que nous aurons eu bien du malheur pour notre correspondance car nos lettres se croisent, se perdent. Aussi aurons-nous tout à nous raconter quand nous nous reverrons car les nouvelles de nos lettres ont été bien décousues ; vous aurez sans doute vu M. Desauzes. Peut-être va-t-il venir aujourd’hui et me donner de plus longs détails de tout ce que vous faites et de vos projets d’arrivée. N’importe, je ferai toujours partir cette lettre avant de l’avoir vu car c’est en attendant toujours que l’on finit par ne rien savoir.

            Je suis dans un grand embarras de lessive. Que la princesse Hélène est heureuse de n’avoir point à penser à ces choses ! Cela m’irait (…) ainsi que quelques bonnes mille livres de rentes de plus. Nous avons eu toute la nuit tonnerre, éclairs et pluie battante ce qui m’a empêchée de fermer l’œil. Ainsi, par conséquente qu’à Amédée, il a fallu que je me levasse ce matin à 5 heures pour (…) plus que (…) et la mère que j’ai été obligé de tancer d’importance à cause d’un tour pendable qu’elle m’eut fait. Aussi j’ai dans ce moment ci une mine de morte et je le suis presque. Autre chose qui me tourmente bien fort c’est qu’avec toute cette fatigue là je ne suis pas sûre de ma position (je grossis énormément) ce qui m’effraie. Mme Eugène[21] est bien chagrine de la même aventure qui lui arrive. Quant à elle cela est certain, puisque cela est déjà ancien de trois mois. Pour moi j’aurai pour preuve certaine ces jours ci ainsi il ne faut pas encore se désespérer. Je m’ennuie beaucoup de ne pas vous voir. Il me semble que je suis bien seule exilée dans ce vilain pays de Méru. Dépêchez-vous chère maman d’y revenir afin que nous y ayons quelqu’un à aimer et que nous ne soyons pas indifférentes à tous.

Je vous raconterai la colère de Mr le curé contre vous qui sous-louez le journal et qui soutirez ainsi quelques liards à la communiante. Je vous dirai aussi si je suis engagée à aller danser à Boulaines où à m’y rafraîchir devant la grille. Ce que je ne sais point encore quoi que j’aie eu la visite du père, de la mère et de la future. Je m’apprête toujours en conséquence quitte après à resserrer mes (…). Le pauvre monsieur Chériez est dans ce moment où je vous écris dans le même état que le petit graux deux jours avant sa mort, il y’a grande consultation. Mr Colson a été appelé mais je crois que tous désespèrent de le sauver. Amédée est bien occupé avec son contrôleur qui est ici pour la semaine entière. Cela l’oblige à faire de longues courses. Je vous dirait pour nouvelle que la célèbre Thiercelin est arrivée ici depuis deux jours et qu’elle a si bien enjôlé son père qu’il arrive aujourd’hui à Méru pour acheter ou la maison Pallerat ou celle de Drozy et qu’ils habiteront décidément Méru dont l’air est très favorable à la santé de Mme T. Qui pourriez-vous voir chère maman, qui dût vous indiquer un bon livre de cuisine simple, économique et cependant bonne. Je serais bien contente que vous puissiez me rapporter ce poétique et essentiel ouvrage. Engagez donc papa à consulter pour sa surdité pendant que vous voilà à Paris ; Il me semble que quand cette infirmité est accidentelle et non causée par l’âge, il y’a toujours remède. L’on annonce toujours l’huile de lis comme très bonne. Il serait très peu gênant d’employer ce moyen si simple. J’espère au long séjour que vous faites que, du reste, vous n’êtes ni l’un ni l’autre souffrant. Depuis que je suis revenue de mon voyage, je n’ai vu âme qui vive de Méru si ce n’est Mme Moufflette qui se prodigue quelques fois un peu trop. Je voudrais bien, chère maman, pouvoir prendre ma manche dont j’ai si grand besoin pour finir ma robe. Cependant, si elle est enfermée j’attends. Vous voyez qu’il est temps que je vous quitte, c’est avec regret que je vous envoie ainsi qu’à papa mille et un baisers de clôture.

Votre fille qui vous aime tendrement.

Clotilde.

 Le court fragment qui suit garde beaucoup d’obscurité. Sans doute, toujours dans la perspective de l’équipement à peu des frais de Clotilde pour la noce à Boulaines, est-il question de « souliers chalopin » neufs mais trop justes achetés à Paris que Clotilde aimerait rendre contre remboursement. La jeune femme espère la venue très proche de sa mère à Méru : « je me réjouis de vous voir samedi pour déjeuner ». Ce fragment est plutôt un billet qui précise des achats à faire dans le domaine de l’habillement de Clotilde où la « chère maman » Henriette prend une part active.

                  Méru, sans date.

 Ai-je joliment fait chère maman de n’avoir pas fait partir ma lettre puisque voilà une si bonne occasion je suis enchantée de vous savoir fatigués. Cela vous ramènera bientôt peut être avant votre samedi. Je suis désolé de vous causer peut être une course mais les souliers chalopin sont un peu trop juste s’il voulait les reprendre sans en vendre d’autres, cela m’arrangerait beaucoup. J’en achèterais à Méru. Dites-lui chère Maman que je vais aller à Paris (…) et qu’il me prendra la mesure. Je vais vous envoyer mon petit échantillon mais il faut que cela soit absolument pareil. Dans ce cas-là, voulez-vous chère maman en prendre une aune parce que cela est étroit. Vous m’apprenez réellement une nouvelle. Quant à Cécile, il paraît que l’on n’est réellement pas tout à fait simplifiée. Je m’en suis aperçue. Je vais vous joindre ma vraie lettre, au revoir, je me réjouis de vous voir samedi pour déjeuner.

 Lettres de Clotilde de Vaux à son frère Maximilien Marie de Ficquelmont (juin 1832 à août 1841) :

– La treizième lettre est adressée à Maximilien qui est (avec son jeune frère cadet Léon) pensionnaire au Collège royal d’Orléans. Elle est en fait destinée aux deux garçons et datée du 23 juin 1832. Henriette, la maman prend d’abord la parole suivie de sa fille Clotilde. Notons que le papa ne se manifeste pas dans cette lettre comme dans le reste du corpus à notre disposition : le capitaine Marie n’avait, sans doute, pas le goût de l’échange épistolier, ni celui de la littérature. La partie écrite par Mme Marie est très difficile à déchiffrer aussi avons nous concédé de nombreuses lacunes de retranscription. Néanmoins l’essentiel ressort : nous sommes durant cette période d’épidémie de choléra qui frappa si durement en France, Clotilde a été renvoyée chez ses parents mais ses deux frères ont pu rester en pension à Orléans car l’épidémie ne menace plus cette ville. Clotilde a un souci : elle aimerait bien que son père accepte de la garder à Méru durant la période des vacances, ce qui lui permettrait de voir ses frères et d’échapper à l’ennui estival dans son pensionnat parisien. Le capitaine Marie, très économe, préfèrera que sa fille retourne au plus vite, se faire loger et nourrir chez les « demoiselles de la Légion d’honneur », sans trop d’égard avec les profondes aspirations de sa fille.

HENRIETTE d’abord:

Méru, le 23 juin 1832

Je commencerai par vous dire mes chers enfants que vos deux dernières lettres m’ont tout à fait guérie. Je me porte fort bien maintenant et je suis si contente que le choléra soit disparu d’Orléans que je ne puis plus maintenant retombée malade. Méru est toujours (…) et n’a eu jusqu’à lors que des (…) mais à droite et à gauche nous avons des villages où le véritable choléra a fait encore de grands ravages. En Lorraine il gagne aussi beaucoup de terrain mais tous nos parents n’ont encore rien eu. Clotilde est encore avec nous parce qu’on ne veut pas à la chancellerie, que les élèves qui sont sorties rentrent avant l’expiration des 3 mois, ou bien il faut qu’elles fassent quarantaine à l’infirmerie ; et elle trouve beaucoup plus commode de passer la quarantaine avec nous. Cela ira jusqu’au 15 de juillet. Mais après cela, voudra t on lui donner des vacances? C’est ce qui l’inquiète un peu d’autant plus qu’elle se fait une grande fête de vous voir et espère que quand vous serez arrivés ici nous obtiendrons la (…) pour elle. Je n’attends pas ce moment-là avec moins d’impatience que vous mes chers enfants. Les maladies sont probablement tout à fait terminées et nous pourrons nous amurer de tout cœur sans inquiétude. Faites mille amitiés de ma part à toute la famille et particulièrement à ton cousin et ta (….) en embrassant aussi toutes les petites filles pour nous (…) de ta santé mon cher Max et de la (…) et fais très attention de ne plus la (…). Adieu cher ange nous (…) dans la joie de nos cœurs de ta bonne conduite et nous désirons bien que Léon suive ton exemple. Je vous embrasse tous les deux avec toute la tendresse d’une bonne mère. Je […] à Clotilde qui veut vous dire un petit mot.

Puis CLOTILDE:

Vous voyez chers frères qu’il ne me reste pas une grande place. Aussi vais-je vous dire en peu de mots que je vous aime bien et que je serai bien contente de vous voir aux vacances si toutefois j’en ai. Mais j’espère que Papa voudra m’indemniser du vilain temps de maladies qu’il y a eu, et que j’ai passé ici, et dont j’ai eu ma bonne petite part comme dit Léon. Je voudrais bien voir Orléans et puis j’aime beaucoup les alises (??) que vous m’avez envoyées et dont je vous remercie bien mal. Je vous assure que j’aime bien autant Méru qu’Orléans.

Adieu mes bons petits, je vous embrasse de tout cœur et avec l’espoir que j’ai de vous voir bientôt. Maman se porte fort bien maintenant ainsi que Papa.

Votre affectionnée sœur Clotilde M.

– La quatorzième lettre (non datée) est encore adressée à Maximilien (destinée en fait aux deux frères séjournant toujours tous les deux au Collège royal d’Orléans). Nous sommes à la fin de l’année 1836 et Clotilde, qui est mariée depuis plus d’un an, réside alors à Méru, dans son ancienne maison familiale. Il y fait froid : « Il a gelé cette nuit » et Amédée est très occupé : « Voilà trois jours et trois nuits qu’il travaille beaucoup ».[22] Clotilde est de retour d’un séjour très plaisant, d’un peu plus d’une semaine, dans sa belle-famille à Chaumont: « Ma belle-mère m’a fait un accueil fort aimable et Mme Eugène a été charmante pour moi ».[23] Cette lettre nous montre que les rapports de Clotilde avec Mme de Vaux mère et ses enfants sont alors excellents. Clotilde et Amédée forment un couple plutôt heureux en dépit du fait qu’Amédée affronte déjà seul et dans le plus grand secret la manie du jeu.

Méru, sans date (fin de l’année 1836)

Comme vous l’avez fort bien jugé mes chers amis, j’étais à Chaumont pendant que vous vous divertissiez à Paris. J’ai fait une petite absence de 10 jours et voilà que j’arrive seulement. J’ai été bien content d’apprendre vos plaisirs de Paris. Je craignais que vous ne vous amusassiez moins que vous ne l’espériez. Cela vous aura donné du courage pour rentrer au collège. Quant à moi, je suis aussi très contente du petit voyage que j’ai fait. Ma belle-mère m’a fait un accueil fort aimable et Mme Eugène a été charmante pour moi ? Nous nous sommes beaucoup promenées ensemble. Nous avons fait des excursions très belles. Nous avons été à Gisors où nous avons vu une tour très curieuse dans laquelle fut enfermé un prisonnier d’état sous une reine blanche mais qui n’est pas la mère de St Louis, c’est plus moderne. Il y’a dans cette tour des petites sculptures charmantes faites par ce misérable, un trou énorme de fait encore par lui et par lequel il s’évada. Tout ce travail est très curieux surtout quand on pense qu’il fut fait avec un clou arraché de la porte de son cachot.

Henri a beaucoup regretté que vous ne soyez pas allés à Chaumont. Vous eussiez fait ensemble de superbes parties de chasse. Il faut maintenant penser à se caserner pour l’hiver car je crois que nous y voilà. Il fait très froid ici aujourd’hui. Il a gelé cette nuit et Amédée ne sait déjà où séjourner. Aussi a-t-il fait monter son poêle qu’il fait rougir d’importance. Voilà trois jours et trois nuits qu’il travaille beaucoup. Il va lundi à Beauvais et je crois qu’il ne pourra pas vous écrire cette fois car il me charge pour vous de mille et une amitiés. J’en ajoute autant de ma part. Tout le monde me prêche pour apprendre le baston. Il va falloir absolument s’y mettre ce qui ne m’amusera pas infiniment. Tous les […] vont je crois s’en aller car on fait de bien grands préparatifs en haut. Bon voyage (…) ami. Je vous embrasse de tout cœur. C.

– Pour la quinzième missive nous sommes le 17 mars 1837 donc quelques mois plus tard par rapport à la précédente. Elle est, comme les autres lettres, envoyée à Maximilien et destinée également à Léon. Clotilde s’inquiète du silence des deux frères et se fait le relais de la même inquiétude de la part de leurs parents. Maximilien va pouvoir redoubler sa classe préparatoire à l’Ecole polytechnique et passer à nouveau (comme nous l’avons déjà vu) l’année suivante l’examen d’entrée, qu’il réussira cette fois. L’hiver a été long, la grippe a frappé beaucoup de gens. Clotilde s’est « amusée » durant un court séjour à Beauvais mais elle cherche aussi à cultiver sa tranquillité, son indépendance : «Quant à moi, il me semble que je préfère déjà le coin de mon feu à ces espèces de bals et de spectacles… ». Peut être a-t-elle un peu de spleen car la perspective d’un petit voyage à Chaumont dans sa belle-famille ne lui fait plus cette fois « aucune joie ». Elle termine en se faisant le « porte baiser » de ses parents et d’Amédée : « nous vous embrassons de tout cœur ». Le « chers amis » qu’elle utilise signifie à ses yeux un attachement plus fort que le simple vocable « frères » : elle usera de ce procédé dans d’autres lettres.[24]

Méru, le 17 mars 1837

Je vous écris bien vite un petit mot, mes chers frères, comme vous voyez, sur la première feuille venue. Nous sommes tous inquiets de vous et étonnés de votre long silence. Qu’avez-vous ? Est-ce la grippe ? N’êtes-vous pas plus malades que cela encore ? Il faut qu’au reçu de ce brouillon vous écriviez à Papa et à Maman que vous affligez, par votre négligence à donner de vos nouvelles et que vous leur expliquiez la cause de ce retard. Papa vient de recevoir mon cher Max ta permission de prolongation. Il en est fort content et en effet c’était une chose essentielle à obtenir. Je viens de faire un petit voyage à Beauvais. J’y suis resté trois jours pendant lesquels je me suis assez amusée. Tout ou presque tout le monde a eu la grippe. Papa en est encore un peu souffrant mais ses forces commencent à revenir. Maman ainsi que nous l’avons échappé jusqu’à présent. Voilà enfin le printemps qui s’annonce beau, Dieu soit loué ! Il me semble que l’hiver a été fort long et assez ennuyeux ici du moins pour ceux qui aiment beaucoup le plaisir. Quant à moi, il me semble que je préfère déjà le coin de mon feu à ces espèces de bals et de spectacles, que nous avons rarement à la vérité mais encore assez pour trouver l’occasion de sortir. Il y’ a bien longtemps que l’on nous demande à Chaumont. Nous remettons toujours mais enfin, il va falloir y’ aller et cela ne me fait aucune joie. Je vous écrirai encore une fois avant ce petit voyage. Je vous promets lettre plus intéressante que celle-ci, mais je n’avais qu’un moment pour vous dire le plus pressant : Papa, Maman, Amédée et moi nous vous embrassons de tous cœur.

Adieu, chers amis, votre affectionnée sœur, Clotilde.

 – La seizième lettre (non datée) qui est adressée à Maximilien seul, élève à l’Ecole polytechnique, est très probablement envoyée au second semestre 1839. Elle est très brève. C’est plutôt un court billet mais très instructif puisqu’il concerne la situation dans laquelle se retrouve Clotilde après la fuite délictueuse d’Amédée. Clotilde est seule, désemparée : il lui faut assumer les dettes (trouver le moyen de rembourser l’argent de la caisse avec lequel son mari s’est enfui, de restituer les sommes confiées par quelques habitants de Méru) ou bien se résoudre à porter plainte contre Amédée. Maximilien est partisan de la manière forte, Clotilde après réflexion l’en dissuade : « C’est une affaire trop grave ; il n’y a que moi qui doit agir et mon avis est bien toujours d’employer les petits moyens d’abord. ». Ayant appris qu’Amédée s’était réfugié à Bruxelles elle veut faire pression sur lui par l’intermédiaire du maire de cette ville, pour l’amener à réparer autant que possible sa faute.[25] Dans sa détresse, elle traite symboliquement son cadet en mère : « Au revoir cher enfant » mais aussi en sœur et « amie ». Son post-scriptum : « A dimanche sans doute avec l’ami, n’est-ce pas » nous confirme dans le sens qu’elle attribue à ce terme : c’est plus qu’un frère dévoué qui pourrait la défendre qu’elle attend désormais, c’est quelqu’un qui la comprenne vraiment, qui lui apporte avant tout la précieuse consolation de l’amitié ; dans cette acception puissante et très romantique du lien entre amis à laquelle elle adhérait pleinement comme le montre aussi la précédente lettre.[26]

Méru, sans date (second semestre 1839)

La nuit porte conseil, bon ami et celle-ci m’a fait beaucoup réfléchir sur ce que nous avions presque décidé ensemble trop précipitamment. Il faut l’avouer, combien je suis heureuse que tu n’aies encore rien fait de tout cela. Ne t’en mêle nullement. C’est une affaire trop grave ; il n’y a que moi qui doit agir et mon avis est bien toujours d’employer les petits moyens d’abord ; car, si l’on obtient par eux le moindre résultat, cela sera heureux et n’apportera nul regret. Je pense donc qu’il va n’y avoir point d’obstacle à ce que j’écrive au maire de Bruxelles. Au reste, je n’en parlerai que la chose une fois faite.

Au revoir cher enfant. Reçois mille baisers de sœur et d’amie. Clotilde. A dimanche sans doute avec l’ami, n’est-ce pas ?              

– La dix-septième lettre de Clotilde est reçue le 22 août 1841 par Maximilien qui est alors élève à l’Ecole d’application de Metz. Clotilde remercie vivement son frère qui s’est privé de quinze francs (destinés à payer son tailleur) pour lui en faire don. Nous apprenons que les parents, Clotilde et Léon ont chacun leur appartement, sans doute à proximité les uns des autres.[27] Des tensions entre Maximilien, qui veut quitter l’armée, et son père se montrent en filigrane. Clotilde exhorte son cadet à venir leur rendre visite : « Et n’abolis pas la famille mon enfant ». Elle se montre à nouveau quasiment maternelle à l’égard de ce frère dévoué et abordé à nouveau en véritable « ami » tout en développant déjà des idées très favorables à la famille qui sont consubstantielles à son pré-féminisme : « Elle a ses vices d’organisation, c’est vrai, mais elle a ce que n’a nulle autre société : l’intérêt véritable pour chacun de ses membres et les inépuisables consolations que donne l’amour d’une mère. » Notons que le rôle du père se trouve de facto diminué dans l’argumentaire de Clotilde de Vaux. Nous apprenons aussi que Clotilde est triste depuis son emménagement (sans doute au 24 rue Pavée) consécutif à son « quasi veuvage » de 1839 et qu’elle souffre de ce qu’elle désigne comme un « manque d’harmonie » entre son « cœur » et son « caractère ». Elle se confie d’autant plus volontiers à son frère qu’il opère de même, en toute confiance, à son égard.

Paris, 23 août 1841

Tu comprends si bien mon bon Max combien la grâce ajoute à un service qu’il y’aurait vraiment, pour l’amitié, friandise à devenir ton débiteur mais en cette circonstance mon bon cher ami la vue de tes quinze francs si vite, si généreusement envoyés m’a serré le cœur – bien doucement, il est vrai, mais enfin bien réellement-, car te voilà toi-même débiteur mon pauvre petit fils ; pourquoi donc ne pas payer ton tailleur. Maman ne voudrait pas cela si elle le savait et pourquoi ne lui dis-tu pas ? Veux-tu, – quoique maintenant les lettres soient remises à chacun chez lui-, si tu as besoin de plus de sûretés, écrire à Maman sous mon adresse ? Ne te gêne pas avec elle mon Max, tu sais comme elle est bonne, combien d’ailleurs elle te sait rangé, raisonnable et bon fils, combien nous t’admirons d’être resté dans l’ordre au milieu de tous tes déraisonnables camarades. Ainsi suis le conseil de ta petite caille, paie tes dettes et laisse dire ce vilain Figaro dont le caractère est si fort serviteur du tien et du mien et du notre à tous je m’en flatte. Tu sais déjà les affaires de Léon n’est-ce pas ? Quel dommage que son second examen n’ait pas répondu au premier. Enfin, il sera toujours reçu, pense chacun, dans les cinquante premiers et après avoir eu le frisson des craintes, il me semble que ce résultat-là doit suffire et satisfaire. Bon, mon ami ; papa est très bien disposé pour toi du reste il est maintenant calme et heureux. Tu verras comme il n’y a rien de plus drôle que notre ménage ou plutôt nos trois ménages car Léon aussi est installé chez lui. Quel bonheur de te voir bientôt ! Nous en avons tous besoin et tous nous y pensons, va ! Et n’abolis pas la famille mon enfant. Elle a ses vices d’organisation, c’est vrai, mais elle a ce que n’a nulle autre société : l’intérêt véritable pour chacun de ses membres et les inépuisables consolations que donne l’amour d’une mère. J’étais bien triste depuis notre emménagement et j’en étais bien malheureuse car j’attristais aussi maman. Mais voilà il y a souvent manque d’harmonie entre mon cœur et mon caractère. L’un va à droite, l’autre à gauche. Ces obstinés finiront par me causer la torture de la dislocation si je n’y mets enfin bon ordre. Il est vrai que cela demande du talent et, quoique j’ai déjà mis sur un bon canevas la besogne, il me reste encore fort à faire je le sais. Toutefois, j’aime maman avec toute la religion qu’inspirent ses immenses vertus de cœur et, je puis le dire, il ne m’est pas arrivé une fois de lui répondre avec vivacité ou humeur que je ne l’ai aussitôt expié intérieurement. J’ai l’enfantillage, la pusillanimité de ne pas le lui avouer, de ne pas même vouloir me laisser deviner enfin ! Mauvaise nature pourquoi donc êtes-vous au […] si fière ? Pourquoi vous petite fraction de notre être qui contenez, dites-vous ce qui vous mit si, si au-dessus du cheval et même du chien, nous laissez-vous si souvent au-dessous. Adieu, mon bien aimé frère. Il y a plus pour toi dans mon cœur que dans ma lettre. La petite circonstance que je saurai encore dans trente ans, je t’en réponds. Je t’embrasse avec effusion et t’attends avec bonheur.

Tout à toi, amie, sœur et mère

Clotilde

Voilà une chose qui me revint à l’esprit mon ami après toutefois avoir chargé Léon, maman plusieurs fois de te la dire, c’est que le jeune voisin n’étant pas à Paris lors de ton envoi de mathématiques, le cahier n’a pu lui être remis ainsi ne lui en veuilles pas s’il ne t’en a rien dit.

Lettre de Clotilde de vaux à son frère Léon Marie de Ficquelmont:

– Pour cette dix-huitième lettre nous avons affaire à une missive collective envoyée depuis Méru au jeune Léon, élève interne au collège royal d’Orléans. Le capitaine Marie dont Clotilde annonce la participation à la lettre ne s’exprime pas. Il a exigé de Léon qu’il reste à l’internat durant les vacances de manière à rattraper ce qui semble bien être un certain retard dans ses études. Léon s’est plié à l’exigence paternelle et dans 12 jours pourra rejoindre sa famille à Méru : « Tu apprendras bien des nouvelles en arrivant ici » lui écrit malicieusement sa sœur. Et pour cause : elle sait que son mariage avec Amédée de Vaux est fixé au 28 septembre ; Léon l’ignore encore. Maximilien et Léon sont de bons amis des deux frères d’Amédée : Eugène qui malade « a été purgé hier » et Henry qui viendra bientôt à Méru. Dans sa lettre Léon a « émues » Clotilde (« sans blague ») et sa maman en annonçant les soins qu’il prit pour un petit chat et l’usage qu’il fit du Louis d’or (20F) attribué par son « inflexible » père à titre d’argent de poche durant ce long séjour estival en internat à Orléans : l’achat pour le plus grand plaisir de la famille d’un petit écureuil. Nous voyons aussi, encore une fois, l’accord de sensibilité entre les deux femmes Henriette la mère aimante et Clotilde la grande sœur affectueuse. Toutes les deux traitent Léon en « ami » et l’embrassent « de tout cœur ».

Méru, 5 sept 1835

MAXIMILIEN à LEON d’abord:

Mon cher Léon,

Nous venons à l’instant même de recevoir ta lettre. Elle nous a fait à tous un grand plaisir. On y voit que tu es bien résigné et que tu travailles et te conduis en conséquence. Papa est si content de toi qu’il l’autorise à dire à Mr Dubois ou à celui qui reste comme chef de nous écrire le 12 au lieu du 15. Si tu as mérité tes vacances, nous recevrons ta lettre le 14. Papa réécrira le jour même à Orléans et à Paris à Mr Chanvin. Vous recevrez à Orléans la lettre le 16 au matin. Tu partiras le soir et le 17 tu seras à Méru.

Il m’a dit de t’annoncer cela mais il va probablement t’écrire aussi. Continue bien à travailler mon cher Léon, tu sais combien nous y avons tous d’intérêt.

Eugène a été purgé hier, il va être tout à fait guéri. Tu n’as donc plus que 11 jours à partir de maintenant à rester au collège. Si tu as bien travaillé jusqu’ici, rien ne te sera plus facile que de continuer.

Adieu mon cher Léon, tu apprendras bien des choses ici. Dépêche-toi donc d’y arriver. Ton frère et bon ami.

CLOTILDE à LEON ensuite:

Oui, mon cher Léon ta lettre nous a fait grand plaisir et nous nous réjouissons d’autant plus de ta bonne conduite qu’elle nous a fait espérer de te voir sous peu. Nous avons été fort émus en lisant le passage du chat et de l’écureuil (sans blague) et nous avons vu que tu pensais à nous. Tu apprendras bien des nouvelles en arrivant ici. Nous les gardons pour te les dire de vive voix. Tout ce que je puis t’annoncer c’est que les vacances seront fort gaies. Max t’attend avec impatience car une fois son travail fini, il ne sait que faire, Eugène étant malade et Henry n’étant pas encore venu le distraire. Je crois que Papa et Maman vont te dire eux-mêmes tout le plaisir que tu leur fais. Nous avons rencontré hier deux hommes ivres qui se battaient et se disputaient à mort. Nous nous promènerons très tranquillement quand nous avons entendu leurs cris. Papa est allé de suite rétablir la paix et nous en avons été quittes pour la peur.

Adieu mon cher ami. Je t’embrasse de tout cœur. Clotilde.

Enfin HENRIETTE à LEON:

Si tu nous as fait bien du chagrin, mon cher enfant, ta bonne petite lettre nous en console, une partie par la résignation et le bon cœur qu’on y voit d’un bout à l’autre, et surtout par l’espérance qu’elle nous fait concevoir, que tu auras courageusement mérité le reste de tes vacances. Fasse le ciel que tes bonnes dispositions ne se démentent plus et qu’à la rentrée tu puisses réparer le temps perdu. Enfin, mon enfant, nous t’attendons pour mettre le complément aux plaisirs qui les préparent, car malgré nos prières, ton papa serait inflexible si tu ne remplissais pas les conditions qu’il t’a imposées. Je trouverais très joli d’avoir un petit écureuil qui me prouverait que tu as sacrifié tes 20f pour le plaisir de la famille. J’aimerais beaucoup un petit hôte de plus. Au revoir mon bon ami, j’espère bientôt t’embrasser comme je t’aime. Ta mère.

 

       NOTES:  

[1] Voir Michel Blanc : « Clotilde de Vaux, sa famille et Auguste Comte : le projet d’une nouvelle évaluation. » in Bulletin de la Maison d’Auguste Comte, N°14, décembre 2014.

[2] Voir le procès verbal de ce dépôt, daté du 5 avril 1929, in «archives » du 10 rue Monsieur-le-Prince, 7006 Paris.

[3] Quelques-unes de ces lettres avaient été proposées de manière lacunaire et partielle par Charles de Rouvre, lui-même, premier biographe de Clotilde de Vaux. Voir son incontournable biographie : L’Amoureuse histoire d’Auguste Comte et de Clotilde de Vaux,   Paris, Calmann-Levy, 1917.

[4] Rappelons que Clotilde est née le 2 avril 1815 vers onze heures du soir au 30 rue du Cadran (aujourd’hui 24 rue Léopold Bellan) dans un modeste appartement parisien, qu’elle a été baptisée le 7 octobre 1824 à Sainte-Geneviève (petite paroisse du diocèse de Beauvais) où son père faisait office de percepteur.

[5] Marie Jeanne Clotilde de Ficquelmont , épouse de Mr de la Lance, 3e sœur de la mère de Clotilde (de un an son aînée, née en 1779) était sa sœur préférée, celle dont elle se sentait le plus proche.

[6] C’est au 8 rue Barbette (actuel 3e arrondissement de Paris) que fut installée de 1810 à 1850 la maison mère des « demoiselles de la Légion d’honneur ». Le capitaine Marie obtint pour sa fille une place de pensionnaire à partir de la rentrée 1829 jusqu’en 1834. Clotilde y fera une scolarité « enfermée », peu heureuse et peu fructueuse, entrecoupée d’interruptions pour cause de santé ou épidémie de choléra (en 1832).

[7] Nous n’avons pas copie du registre de baptême de Clotilde mais il y a fort à parier que Mme de la Lance était sa marraine. De même la question est posée du parrain : l’oncle Charles pourrait être le bon candidat puisque Clotilde avait pour second prénom Charlotte. Cependant la présence du parrain dans un baptême devait s’imposer et la venue en France du puissant « oncle Autrichien » aurait alors pris place dans le « récit familial ». Une seule visite est attestée par Charles de Rouvre : il la situe en 1820 or Clotilde n’est baptisée qu’en 1824. Ajoutons que la pension versée par cet oncle Charles à Clotilde après son « quasi-veuvage » (la fuite de son époux Amédée de Vaux) à partir de 1840 plaide tout de même en faveur d’un parrainage.

[8] La tante en question, puissante abbesse du couvent des bénédictines de Flavigny sur Moselle, était née en 1773 : Alexandrine Eulalie de Ficquelmont. La question se pose aussi de son éventuelle position de marraine (sourcilleuse) de la charmante enfant gâtée : Eulalie de la Lance ?

[9] La « communion solennelle » qui faisait aussi office, en ce temps, de « première communion » était précédée normalement du sacrement de « confirmation ». Elle se préparait par une retraite collective dans un lieu propice (ici le couvent de Flavigny) d’une semaine environ.

[10] Ce lieu qu’elle décrit comme « charmant » correspond vraisemblablement au fossé du château médiéval de Manonville auquel Clotilde devait avoir accès avec d’autres enfants pour jouer, s’ébattre librement, à l’abri aussi des regards inquisiteurs. Ce goût de l’indépendance, de la liberté, dans une Nature sauvage amie et protectrice, Clotilde semble l’avoir manifesté très tôt.

[11] Maximilien Marie de Ficquelmont, ce frère que Clotilde a admiré et aimé resta lui aussi toute sa vie dans le même état d’esprit. Une authentique noblesse de cœur, un désintéressement au service des seules valeurs de l’esprit, de la connaissance et de l’enseignement  l’habita toujours ; de même un courage et une bonté tournée vers les humbles et les plus démunis, qui ne le quitta guère ; avec ce sens élevé du devoir et du dévouement. Voir Charles de Rouvre : «  Histoire de mes grands-parents », Paris, Jean d’Halluin, 1959.

[12] Ce « au moins avoir » (souligné par nous) ne préfigure-t-il pas sa célèbre apposition manuscrite (datée de 1837) « telle doit être la mienne, et pourtant ! » placée en regard de la page de titre du recueil pieux : « la journée du chrétien » qui lui a vraisemblablement été offert à l’occasion de son séjour lorrain.

[13] Clotilde n’avait pas du tout gardé un bon souvenir de sa période quasiment « monacale » aux « demoiselles de la Légion d’honneur » : la liberté de mouvement, sans avoir des comptes tatillons à rendre, lui avait manqué, elle ne voulut sans doute pas imposer à son mari quelque chose qu’elle détestait pour elle même.

[14] Maximilien épousa le 25 janvier 1844 une charmante et douce personne dont il avait du attendre les 15 ans (majorité légale) pour pouvoir l’épouser. Née Philiberte Aniel le 15 janvier 1829, originaire du mâconnais, jeune pianiste en herbe, celle qui fut la grand-mère très aimée de Charles de Rouvre a vécu longtemps : elle s’éteignit tout doucement, en février 1901, après une courageuse vie au cours de laquelle elle mit au monde quatre enfants.

Voir Charles de Rouvre : «  Histoire de mes grands-parents », Paris, Jean d’Halluin, 1959.

[15] Il s’agit de la célèbre « correspondance sacrée » (dixit Auguste Comte) qui s’est étalée du mercredi 30 avril 1845 au vendredi 20 mars 1846, soit un peu moins d’une année, mais quelle année ! « l’année sans pareille » écrira Auguste Comte pour la postérité : 183 lettres échangées (86 de la main de Clotilde de Vaux et 97 de celle du philosophe).

[16] Petit château près de Méru.

[17] Le dimanche 5 avril 1846, après une longue et douloureuse agonie, elle s’éteint, ayant à peine dépassé son 31ième anniversaire.

[18] Voir l’importante et dernière biographie d’Auguste Comte rédigée par Bruno Gentil : « Auguste Comte, l’enfant terrible de l’Ecole polytechnique », Paris, Ed Cyrano, 2012, P 380.

[19] Clotilde n’aura jamais d’enfant (hormis une fausse couche tardive : une fille morte née) et si à ce moment elle ne souhaite manifestement pas en avoir, plus tard elle avouera à Auguste Comte son grand regret allant jusqu’à se laisser aller une courte période à une rêverie d’enfanter un enfant dont son illustre ami aurait pu être le père. Sa belle sœur qui est la femme d’Eugène, le frère d’Amédée de Vaux, est tout aussi « chagrine » que Clotilde mais vraiment enceinte.

[20]Clotilde petite a idéalisé son « cher papa » mais en grandissant c’est sa « chère maman » qui est devenue son modèle de vie ; c’est elle qu’elle a voulu imiter en cherchant à écrire, au prix d’une rivalité progressive et douloureuse, d’un malentendu pénible lié essentiellement au besoin très fort d’indépendance d’une fille fragile face à une mère forte, habituée à tout régenter.

[22] Nous savons que le père de Clotilde a pu disposer d’Amédée comme « gérant » pour l’aider à accomplir son travail de percepteur. Amédée semble débordé : est-ce parce qu’il se retrouve seul à accomplir son travail ou bien parce qu’il prend du retard ayant trop souvent la tête ailleurs ? Nous savons que les dettes de jeu qu’il a contracté l’ont été à Paris. Amédée a caché à son épouse cette passion dévastatrice qu’il avait bien avant de l’épouser. Il a masqué en déplacements professionnels des visites dans des maisons de jeu. Clotilde laissait son mari conduire son activité professionnelle à sa guise et ne se doutait donc de rien.

[23] Nous avons déjà rencontré cette Mme Eugène qui est la femme du frère d’Amédée. Il est aussi question d’un autre frère d’Amédée, Henri, plus jeune, et qui aurait bien aimé voir à Chaumont les deux frères de Clotilde : Maximilien et Léon.

[24] Clotilde inscrite dans la sensibilité romantique portait, elle aussi, très haut l’idée d’amitié : il s’agissait d’un lien personnel au-delà des obligations ou convenances sociales fondé sur un attachement réel, une confiance réciproque durable. Longtemps elle fut dans cette disposition à l’égard de ses deux cadets.

[25] Amédée se réfugiera ensuite à Liège où il tentera de renouer par lettres avec Clotilde. Cette dernière renoncera à porter plainte mais fera prononcer une séparation de corps et de biens. A la lettre qui lui annonce cette décision Amédée répond par une longue et pathétique lettre justificative. Voir Charles de Rouvre : « L’Amoureuse histoire d’Auguste Comte et de Clotilde de Vaux », Paris, Calmann-Levy, 1917. De cette missive quelques extraits qui évoquent les qualités de son épouse : «Je connais mieux que toi-même ce que valent et ton âme et ton cœur […]  ta vue me charmait, tu me semblais belle, je te savais pure, si bien élevée, je voyais un ange en toi […] combien je souffrais en présence de ton amitié crédule, de ton amour confiant ! Ces caresses que tu me prodiguais, comme je te les rendais sèchement ! […] si je ne t’ai rendu parfois, qu’un baiser froid et acre en retour d’un baiser brûlant, va, c’est que je me sentais avili, c’est que mon cœur saignait. », opus cité, PP77-78.

[26] Si l’on peut qualifier la passion amoureuse, qu’éprouvera en 1845-1846 Auguste Comte, « d’amour fou », il ne faut pas imaginer que la chasteté qui fut imposée au philosophe par son égérie et les circonstances, mais aussi par la haute idée qu’il se faisait, à bon escient, de Clotilde de Vaux, renvoyait à une simple et cruelle dissymétrie des sentiments. Il ne faut surtout pas sous estimer l’importance du lien d’amitié qu’éprouve Clotilde en retour. Rappelons ainsi cette inoubliable déclaration de Clotilde (qui a valeur testamentaire ) dans sa 86ième et ultime missive du dimanche 8 mars 1846, en réponse aux inquiétudes infondées de son ami : « Vous vous trompez quand vous dites que l’amitié n’aime pas : je n’ai jamais osé être moi-même avec vous (et ne revenez pas aux causes vulgaires ou grossières que vous avez supposées jadis). Quand je me sers du mot oser, c’est qu’il convient parfaitement. Si nous étions tous les deux calmes, je vous prouverais que l’amitié sait être tendre et brave ; voilà pourquoi je patronne notre attachement de tous les noms les plus doux et les plus saints : c’est pour l’amener à me faire place à vos côtés au coin du feu. ». Voir : « Auguste Comte, correspondance générale… », T3, textes établis par P. E. de Berrêdo Carneiro et P. Arnaud, Paris, EHESS, 1977, P352.

[27] A cette époque les Marie de Ficquelmont ont sans doute déjà emménagé au 24 rue Pavée (mais ce n’est pas une certitude). Il semble que Clotilde a rejoint très rapidement ses parents à Paris, qu’elle habita à proximité, de même son frère Léon; puis qu’elle emménagea avec Maximilien, au 71 Porte Saint-Antoine, dès la fin de l’année 1841, peu après la démission de son frère (au grand dam de son père) de l’Ecole d’application de Metz. Quand emménagea t-elle au 7 rue Payenne ? Y a-t-il eut la concernant un logement intermédiaire ? Il semble plutôt qu’elle habita à nouveau chez son frère, au 9 rue du Pont Louis-Philippe, tant qu’il est demeuré célibataire (Maximilien s’est marié le 25 janvier 1844) puis qu’elle s’installa au 7 rue Payenne. Son frère et sa belle sœur ne s’installèrent au 24 rue Pavée (chez leurs parents) que courant septembre (voire début octobre 1844) : nous disposons d’une lettre d’Auguste Comte à Maximilien, datée du 26 septembre 1844, et adressée encore au 9 rue du pont Louis-Philippe. Or c’est précisément en octobre 1844 qu’Auguste Comte est invité à dîner au 24 rue Pavée et voit pour la première fois Clotilde de Vaux. Cette invitation semble avoir eu pour prétexte le nouvel aménagement du jeune couple.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *