Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte

IM000099.JPG
Michel Blanc, sociologue, membre de la Maison d’Auguste Comte et de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction.

Nous proposons ce carnet de recherches pour toutes celles et tous ceux désireux de mieux connaître la vie et les idées de Clotilde de Vaux, la touchante égérie d’Auguste Comte. Nous interrogerons aussi l’influence  de la passion amoureuse qu’elle éveilla sur la vie, les idées et l’oeuvre du philosophe. Nous inscrirons ces recherches dans le questionnement des rapports Hommes / Femmes au dix-neuvième siècle et de leurs transformations.

Le 2 avril 2015, jour du 200 ième anniversaire de la naissance de Clotilde de Vaux, nous avons donné  une petite conférence commémorative dont voici, ci-dessous, le texte intégral:

[Texte de la conférence (soirée de lecture) donnée à la Bibliothèque des Amis de l’Instruction du troisième arrondissement de Paris, le 2 avril 2015]

Le jour retenu pour la naissance de Clotilde de Vaux est le 3 avril 1815 mais la vérité nous oblige à dire qu’elle est née le dimanche 2 avril vers onze heures du soir. Cela fait donc très précisément 200 ans qu’est venue au monde celle qui deviendra la muse, l’égérie, l’inspiratrice d’Auguste Comte, son démesurément grand et malheureux Amour. Qui était véritablement cette femme, comment a-t-elle vécu, en quoi son existence reflète un milieu, un cadre de vie, une époque même, qu’elles étaient ses idées, ses manières de penser et de sentir, quelle fût son originalité, sa postérité… ? Autant de questions que nous continuons à nous poser puisque l’enquête n’est pas close et que le débat reste, par principe, ouvert. A travers elle c’est la condition féminine qui affleure, ce sont les rapports Hommes / Femmes qu’il faut interroger ; c’est aussi, nous le verrons, une philosophie de vie qu’elle incarne, une sagesse face à de multiples épreuves qui force l’admiration et ne mérite certainement pas l’oubli. Précédant d’une année dans la tombe Marie Duplessis (celle qui fournit à Alexandre Dumas la célèbre figure de la Dame aux Camélias), mourant comme elle dans la fleur de l’âge de la même cruelle et implacable maladie, la phtisie, très mal connue en ce temps et de ce fait quasiment incurable, la douce et tendre Clotilde, conservant jusqu’au seuil de sa vie la fraîcheur de son teint, les marques indéniables de sa beauté, fût tout le contraire d’une courtisane, d’une tête légère, désordonnée et influençable. Elle plaisait parce qu’elle avait l’esprit ouvert mêlé à une certaine forme d’ingénuité, d’innocence même, une grande fierté sans amour propre excessif, une attitude généralement empreinte de sollicitude à l’égard d’autrui, un attachement à la vie à travers la nature, les fleurs en particulier, un esprit poétique et inventif en dépit du fait que ses poèmes comme ses inventions littéraires ont souffert de ses deux plus grandes lacunes : une formation intellectuelle insuffisante et un trop grand isolement. Ce que nous trouvons le plus remarquable chez elle c’est sa défense et illustration de la féminité, son « pré-féminisme » patent qui n’est pas aussi éloigné de celui de George Sand comme elle pouvait elle-même le croire ; c’est la vigueur de certaines de ses idées à travers des aphorismes puissants ; c’est la beauté de sa plume épistolaire lorsqu’elle s’adresse à son auguste ami (une plume sans doute très travaillée mais qui sait redonner le mouvement du naturel et de la spontanéité) ; c’est le tact avec lequel elle a su affronter les transports maladroits et parfois odieux de son énamouré ; c’est cette volonté de ne pas blesser, de préserver toujours le plus précieux : la douceur du sentiment et la force de l’amitié.

Charlotte – Clotilde – Joséphine Marie (Marie étant le patronyme de son père et non pas un prénom) est née au 30 rue du Cadran (aujourd’hui 24 rue Léopold Bellan) dans un modeste appartement parisien. Ses parents ne sont pas fortunés, simples locataires, ils sont mariés depuis deux ans mais plus très jeunes déjà. Sa mère qui est dans sa trente-troisième année (elle est née en 1782) descend en droite ligne d’une illustre famille lorraine de l’Ancien Régime. Elle s’appelait avant son mariage Henriette-Joséphine de Ficquelmont. Relisons ce que dit de cette famille Charles de Rouvre, le petit-neveu de Clotilde, premier et principal biographe:

« Les Ficquelmont étaient une de ces quatre familles de Lorraine que l’on appelait les grands chevaux et qui constituaient, en quelque sorte, les quatre piliers du trône ducal. Alliés aux premières maisons d’Europe, ils cousinaient, et ils s’en glorifiaient, avec les Borromée, d’où sortit l’illustre archevêque de Milan, saint Charles Borromée, et ils se flattaient, aussi, d’être du même sang que ce comte de la Marck, qui ne fut point un saint, que l’histoire a surnommé le Sanglier des Ardennes, et dont Walter Scott a chanté la mort, dans Liège…« [1]

Celle qui allait s’appeler à partir de 1813 et jusqu’au décret du 8 avril 1830 Henriette-Joséphine Marie (le décret sollicité par la famille substitua le patronyme Marie de Ficquelmont à l’initial) avait fait un mariage d’amour selon toute vraisemblance. Elle avait rencontré (peut être en Allemagne) son futur époux lequel appartenait à un tout autre milieu, mais ce dernier doté d’un physique avantageux aimait plaire aux belles personnes pas trop inabordables et sensibles à ses charmes. Ce futur père de Clotilde : Joseph-Simon Marie était né en 1775 (il avait donc 7 ans plus que sa femme) dans une modeste famille de paysans du Loiret. Le roman familial fait de lui un engagé dans les armées de la République à 17 ans tandis que sa future dont le père avait émigré se faisait dorloter chez sa grand-mère. Joseph Marie aurait accompli quelques 23 années de guerre de 1792 à 1815 ; il aurait été blessé à la jambe au siège de Gênes et serait revenu avec deux doigts gelés de la bataille de la Bérézina. Cependant, nous précise Charles de Rouvre: « il ne retire de la bagarre que le maigre grade de capitaine, et que ce ruban rouge qui, alors, signifiait: croix de guerre.« [2] Cette légion d’honneur aura tout de même de l’importance dans la vie des Marie et dans celle de Clotilde comme nous le verrons.

Quelles sont les ressources du ménage lorsque Clotilde naît ? Jusqu’alors le capitaine Marie disposait de sa seule demi-solde d’officier à la retraite soit 1200 francs annuels et son épouse, qui venait d’une famille dispersée par la tourmente révolutionnaire et appauvrie de ce fait (elle avait 2 frères et 7 sœurs) ne disposait de son côté que d’une rente de 600 francs annuels ; rente que Charles de Rouvre attribue à la « générosité du premier consul ». Avec 1800 francs annuels nous sommes amenés à un petit peu moins de 5 francs par jour, ce qui permettait de vivre légèrement au-dessus de la pauvreté mais très loin de l’aisance.

Il faut insister sur ce point : Madame Marie qui avait beaucoup d’esprit, qui avait reçu une bonne éducation (elle savait bien écrire et le montrera, elle savait aussi dessiner et jouer du piano) n’en était pas moins, en épousant un homme issu d’un milieu très opposé au sien (un bonapartiste, un ancien jacobin, pour une fille de royalistes émigrés) dans un certain état de déclassement. En effet que de dissimilitudes entre les deux amoureux! Joseph n’a certainement guère eu le temps d’approfondir des études scolaires ou livresques ; la vie de la soldatesque en campagne, triviale et bouffonne, particulièrement cruelle en ces temps, aura sans doute été sa seule et grande Ecole de Vie. Ni ses goûts, ni ses moyens matériels, ni même ses ambitions ne pouvaient le pousser spontanément à l’audace insigne de prétendre attacher à son existence une demoiselle de Ficquelmont, certes peu fortunée désormais, mais issue d’une famille brillante et puissante quelques années auparavant et encore très illustre. Seul l’aiguillon de l’Amour (la redoutable flèche de Cupidon) pouvait, des deux côtés, fendre sans coup férir les solides cuirasses du préjugé et de la bienséance. Il semble bien que l’attitude de la future mariée ait été, à cet égard, passablement décisive. En acquiesçant à la déclaration d’amour d’un capitaine entreprenant, bel homme certes mais obscur, elle aura en toute connaissance de cause acceptée le prix fort: celui d’une certaine forme de déclassement, de relégation de la part de sa famille, auquel elle fera courageusement face avec son fier et solide tempérament. Clotilde petite a idéalisé son « cher papa » mais en grandissant c’est sa maman qui deviendra véritablement son modèle de vie, c’est elle qu’elle voudra imiter en cherchant à écrire, au prix d’une rivalité progressive et douloureuse, d’un malentendu pénible lié essentiellement au besoin très fort d’indépendance d’une fille fragile face à une mère forte, habituée à tout régenter.

Madame Marie fut à n’en pas douter une femme énergique, qui se démena pour arranger la situation matérielle de sa famille. De démarches en démarches elle obtient deux choses importantes : d’une part de se rendre éligible à l’indemnisation prévue par la Loi du 23 mars 1815 dite du « milliard aux émigrés » promulguée par Charles X dès le début de son règne (loi qui, au passage, le rendra impopulaire). Le château de Parroy (son héritage) ayant été acquis comme bien national, elle avait droit à bénéficier de cette Loi qui prévoyait de répartir pendant 5 ans entre 50000 familles nobles un peu moins d’un milliard de francs. L’époque était propice à un retour en faveur des illustres familles, Henriette Joséphine se débrouilla pour saisir cette aubaine. Elle parvint ainsi à disposer peu à peu d’un petit capital de 20.000 francs dont elle fit en sorte de n’utiliser que les intérêts, gardant le principal pour les « coups durs ». Elle obtient d’autre part, après moult démarches, une sinécure pour son époux. Il faut dire que la famille s’agrandissait assez vite : un petit Maximilien vit le jour en 1819 et un an plus tard un petit Eleonor (dit Léon). Charles de Rouvre nous la montre sollicitant les appuis des vieilles familles aristocratiques redevenues influentes et nous explique comment elle fit en sorte d’obtenir pour son mari une charge de percepteur. C’est au début de l’année 1823 que le capitaine Marie s’installera dans une charge de percepteur dans l’Oise. D’abord à  Noailles puis à Sainte Geneviève où Clotilde sera baptisée le 7 octobre 1824, puis à Neuilly en Thelle et enfin à Méru à partir de juin 1828. Le capitaine Marie finit par disposer, en 1828, avec le logement, de 1800 francs annuels d’indemnités de percepteur. Ce n’était pas « le Pérou » pour cette famille mais tout de même une forme de semi-embourgeoisement.

La nouvelle position de la famille supposait que l’on songe un peu mieux au statut social des enfants à commencer par celui de l’aînée. Clotilde marche sur ses 10 ans lorsqu’elle est baptisée le 7 octobre 1824 à Sainte-Geneviève, petite paroisse du diocèse de Beauvais. Il faut tordre le cou tout de suite à une légende fausse concernant les idées religieuses de Clotilde de Vaux et de la famille Marie. Clotilde de Vaux n’a nullement cherché à ramener Auguste Comte au catholicisme comme nous pouvons encore le lire ou l’entendre ça et là. Elle a été baptisée très tard pour des raisons de convenance sociale : sa mère avait une sœur abbesse et un puissant frère aîné : Charles-Louis de Ficquelmont, fervent catholique, qui était resté fidèle à l’Empereur d’Autriche François 1er. Ce légendaire « oncle d’Autriche » fera une brillante carrière de diplomate d’abord jusqu’à succéder en 1838 au prince de Metternich comme ministre des Affaires étrangères avant de devenir son successeur comme chancelier, le 19 mai 1849. Henriette qui avait du caractère nous l’avons vu, partageait plutôt les idées des Lumières, elle a sans doute transmit à sa fille son rousseauisme, son amour de la nature, son souci des humbles et des malheureux, des laissés pour compte. Elle a laissé des essais sociaux qui témoignent en ce sens. Quant à Joseph c’était plutôt un voltairien bon teint mais qui n’aurait guère lu Voltaire.

C’est en juin 1829, après une retraite d’une semaine au couvent de Flavigny auprès de sa tante abbesse (née Alexandrine Eulalie de Ficquelmont) que Clotilde fît sa première communion. Elle a 14 ans et se sont ses seuls vrais moments attestés de ferveur religieuse. C’est à ce séjour enchanteur qu’elle fit en Lorraine à partir du début de l’année 1829 pour préparer sa première communion[3] (à Manonville essentiellement auprès de son autre tante et marraine, Madame de la Lance) qu’elle repensera avec nostalgie plus tard. C’est en effet à la chapelle du couvent de Flavigny qu’elle attachera ses souvenirs de confiante foi; d’où la célèbre phrase (mal interprétée) inscrite par Clotilde en 1837 dans le livre « la journée du chrétien » conservé à la Maison d’Auguste Comte :

« Souvenir précieux de ma jeunesse ; compagnon et guide des heures saintes qui ont sonné pour moi, rappelle toujours à mon cœur les cérémonies grandes et suaves de la chapelle du Couvent ».[4] L’on y devine dans un moment de déprime le souvenir ému, la sensibilité vive de la jeune fille qu’elle fut, son désir d’innocence et de communion. L’on comprend mieux cette phrase, si l’on s’arrête sur la mention soulignée dès la première page en réponse au titre « la journée du chrétien » : « Telle doit être la mienne et pourtant !!! ». Clotilde ne parvenait à 22 ans, ni à croire, ni à pratiquer; d’autres indices le montreront à d’autres moments de son existence. Elle ne s’en réjouissait pas pour autant, mais elle avait de bonnes raisons pour cultiver avec son scepticisme son incrédulité, des raisons qu’elle laisse parfois deviner dans ses aphorismes ou ses réalisations littéraires.

La mise au diapason catholique de Clotilde de Vaux avait aussi une autre raison toute simple : la jeune fille fut admise le 18 mai 1825 (grâce à la médaille obtenue par son père) comme pensionnaire à l’Ecole des Demoiselles de la Légion d’Honneur, rue Barbette, à Paris. Il lui fallait être en règle avec la religion. Quitter ses parents, ses camarades d’enfance et une riante nature pour se retrouver enfermée dans la capitale, cela ne l’enchanta guère. Clotilde y fera une scolarité peu heureuse interrompue fréquemment par des problèmes de santé (en 1827,1828,1829) et pendant l’épidémie de choléra en 1832[5]. Une scolarité chaotique dont elle ne gardera pas un beau ou joyeux souvenir. Un bulletin de scolarité, daté de la fin août 1829, montre une appréciation plutôt sévère puisque sur 12 élèves elle obtient dans la plupart des matières les 7e ou 10e places avec l’observation globale peu élogieuse : « Assez appliquée. Pas assez soumise. Conduite pas assez bonne »[6]. Notons toutefois une 3e place pour la Mémoire ce qui montre bien les potentialités de Clotilde face à une 7e place pour la Religion et surtout une 10e place pour les matières les plus décisives : Lecture – écriture, Calcul, Histoire, Géographie. Clotilde qui n’a pas de bonnes bases scolaires devra donc rester en 6e section l’année qui vient ; elle cheminera ainsi, sans doute en progressant, mais selon plusieurs indices malheureuse de se sentir loin de ses parents, de ses amis d’enfance, quasiment enfermée, jusqu’au 10 avril 1833. Elle n’y atteindra pas un niveau élevé de connaissances, un bagage intellectuel suffisamment élevé lui permettant de satisfaire ses légitimes ambitions intellectuelles plus tard.

C’est à ce point qu’il faut nous souvenir de l’inégalité de traitement entre les filles et les garçons concernant les études. Ses deux frères cadets Maximilien et Léon furent, tour à tour, envoyés en internat au Lycée d’Orléans (pour eux la famille avait des ambitions et acceptait des frais notoires) : ils y firent de brillantes études leur permettant d’intégrer par la suite la prestigieuse « Ecole polytechnique ».

Clotilde dut, comme beaucoup de jeunes femmes de ce temps, se contenter d’un mariage honorable. Le prétendant fut rapidement trouvé, c’était un jeune homme né le 11 mai 1804, placé à la perception de Méru comme fondé de pouvoir (« gérant » dira-t-il) en remplacement du père de Clotilde qui avait obtenu d’être déchargé de ses fonctions pour raisons de santé à partir du 21 août 1834. Ce jeune soupirant de 30 ans s’appelait Amédée de Vaux : il obtint la main de la belle enfant de 20 ans, le 28 septembre 1835. Henriette fut réticente à cette union car en dehors de son nom à particule peu d’éléments plaidaient en la faveur de son futur gendre. Clotilde a pourtant aimé ce jeune homme peu sûr de lui et d’un naturel plutôt doux, elle avait aussi souhaité trouver rapidement son indépendance de femme mariée. C’était sans compter avec le destin imprévisible et sa cruauté. La famille Marie de Ficquelmont quitta Méru pour Paris, le capitaine abandonnant sa charge au profit d’Amédée[7] de manière à assurer au jeune ménage de Vaux des moyens corrects de subsistance. Les jours coulèrent sans accrocs, semble-t-il, hormis une fausse couche de Clotilde dont elle se désolera plus tard et des soucis de santé récurrents qui les conduisirent malgré tout à une agréable cure – villégiature au Tréport en juillet 1838.

Clotilde, son mari, ses parents, ses docteurs tout le monde ignorait les causes de ses symptômes, de ses toux : tantôt c’était les nerfs qui étaient évoqués, tantôt une faiblesse cardiaque. Comte qui lui offrit plus tard les services de son propre médecin, qui entrepris aussi de la conseiller, ne lui fera pas davantage du bien qu’il ne s’en fit à lui-même dans les dernières semaines de son existence, comme nous l’a rappelé, à notre dernière soirée de lecture, Jean François Braunstein.

Un an plus tard, le 15 juin 1839, l’inenvisagé se produisit: Amédée qui avait secrètement contracté des dettes de jeu à Paris s’enfuit, avec l’argent de la caisse de la perception de Méru, afin d’éviter l’inspecteur des finances annoncé. C’est un terrible choc pour Clotilde : la faillite, la honte et le déshonneur. Elle ne reverra jamais son mari, elle échangera quelques lettres avec lui, refusera de l’accabler complètement, de lui attenter un procès et n’obtiendra ainsi qu’une séparation de corps de fait (la loi rétablissant le droit de divorce n’étant nullement à cette époque à l’ordre du jour). C’est une catastrophe pour elle, à commencer par une bérézina économique : elle vendit tout ce qui pouvait avoir de la valeur pour indemniser les habitants de la commune lésés ; elle fut contrainte à l’âge de 24 ans de vivre désormais seule, sans métier, sans emploi, sans possibilité de se remarier, sans autre soutien que ceux de sa famille. Ses parents avaient entre temps emménagé à Paris, au 24 rue Pavée dans un modeste entresol mal éclairé et peu commode d’un vieil hôtel aristocratique[8]. Clotilde opta rapidement de s’installer à Paris et de vivre « à l’ombre » des siens avant de pouvoir trouver un modeste appartement : un petit 3 pièces, au quatrième étage, mansardé, dans un bel immeuble situé au 7 rue Payenne.[9]

Clotilde n’avait alors pas de ressources propres hormis une bien maigre pension qu’Henriette avait obtenue de son puissant frère Charles (le fameux « oncle autrichien » qui passa dès lors pour un bienfaiteur dans le « roman familial » mais c’est tout de même oublier qu’il se dépensa tout autrement pour sa célèbre fille chérie Elisex, la future princesse Elisabeth Alexandrine von Clary und Aldringen). La pension ne s’élevait qu’à 600 francs annuels soit 50 francs par mois. Depuis son « quasi-veuvage » jusqu’à la fin de sa vie, Clotilde va manquer d’argent, au point d’être contrainte à plusieurs reprises d’en emprunter à Auguste Comte, avec beaucoup de gêne d’ailleurs, en lui promettant des remboursements ce qu’il refusera. Il lui fallait de l’argent pour acheter du bois pour son chauffage l’hiver 1845, pour pouvoir régler les factures de ses remèdes et celles du médecin.

Une seule espérance se dessinait à l’horizon de sa vie : percer comme écrivain, se faire un petit nom dans le monde exubérant de la littérature et en tirer des subsides honorables. Sa mère lui servait d’exemple. Henriette avait déjà publié (à compte d’auteur) quelques essais à caractère social, elle laissera plusieurs nouvelles (publiées de façon posthume). L’aîné des garçons Maximilien (« Max » pour les intimes) qui après des études à l’Ecole polytechnique et un court séjour à l’Ecole d’Application de Metz d’où il démissionna au grand dam de son père, fréquentait dès 1841 Auguste Comte, son ancien examinateur, et surtout les milieux républicains, lui apporta de l’aide et du soutien. Max sera amené à jouer un grand rôle dans le destin de sa sœur.[10]

Max la mit rapidement en rapport avec le brillant et bouillonnant publiciste Armand Marrast, qui touché par l’infortune de la sœur, soucieux de rendre service au frère, mais aussi sensible aux charmes de la jeune femme se trouva tout disposé à l’aider. La bienveillance de Marrast, mais aussi celle de son épouse, était d’autant plus précieuse à Clotilde que cette dernière avait beaucoup de peine à sortir de son isolement. Elle s’enthousiasma quand elle apprit que sa petite nouvelle « Lucie » aurait les faveurs du National.[11]

Il faut tordre le cou à une autre légende qui fait de Clotilde de Vaux une amoureuse d’Armand Marrast. Certes notre héroïne a aimé secrètement pendant 2 ans (de 1843 à 1845) un homme jeune et marié dont nous ne connaîtrons sans doute jamais l’identité. Ce fut un impossible amour qui lui fit écrire un jour : « Mon cœur est comme mutilé. […] Un amour sans espérance tue le corps et l’âme »[12] .

Mais c’était sans compter sur celui qui allait tomber éperdument amoureux d’elle et qui a légué son nom à la postérité. Auguste Comte séparé de sa femme Caroline (figure puissante que nous avons déjà évoqué ici dans d’autres « soirées de lecture » cette année), venait de terminer le 6e volume de son magistral Cours de Philosophie Positive (1830-1842). Notre philosophe se sentait désormais bien seul dans son vaste domicile du 10 rue Monsieur le Prince malgré la présence réconfortante d’une robuste et vaillante domestique, engagée en 1841 par Caroline et qu’il avait gardé à son service: Sophie Bliaux.

Trois fois par semaine il se rendait[13], en fin d’après midi, au domicile de Maximilien Marie de Ficquelmont, ancien polytechnicien, qui sollicitait ses conseils car il entendait se lancer dans un chemin périlleux : la recherche mathématique désintéressée avec comme seule espérance immédiate de gagner sa vie en donnant des cours particuliers. Comte en connaissait tout le prix et tentait de calmer les ardeurs de ce jeune homme qu’il tenait en bonne estime. Maximilien épousa le 25 janvier 1844 une charmante et douce personne dont il avait du attendre les 15 ans (majorité légale pour pouvoir l’épouser). Née Philiberte Aniel le 15 janvier 1829, originaire du mâconnais, jeune pianiste en herbe, celle qui fut la grand-mère très aimée de Charles de Rouvre a vécu longtemps : elle s’éteignit tout doucement en février 1901 après une courageuse vie au cours de laquelle elle mit au monde quatre enfants. La très jeune Félicité (c’était son petit nom, parfois Félicie) débuta sa vie de couple avec Maximilien au 9 rue du pont Louis-Philippe. Ils s’installèrent ensuite au 24 rue Pavée qui servait alors de domicile aux parents de Maximilien. Le capitaine Marie ne tarda pas à déguerpir : il préférait désormais vivre comme bon lui semblait, sur ses propres fonds. Madame Marie pris en main le jeune couple passablement désargenté : elle régenta désormais la maisonnée. La jeune épouse accepta de bon cœur cette tutelle. L’installation de ce ménage fut l’occasion pour Clotilde d’emménager à une très courte encablure du 24 rue Pavée, au 7 rue Payenne, comme nous l’avons vu[14]. Ainsi elle pouvait s’isoler et travailler à ses projets littéraires. Elle se contentait d’un petit déjeuner frugal, sautait le repas de midi et se rendait vers 6 heures du soir souper chez son frère, sa mère et Félicité. Henriette Marie de Ficquelmont supervisait elle-même les repas et les dépenses : elle gérait une bourse commune plutôt chiche. Néanmoins, hormis le prosaïsme de l’arrangement domestique, il y avait des occupations nobles à prévoir et recevoir quelqu’un de déjà remarqué comme Auguste Comte, qui venait en conseilleur et ami, en faisait partie. Le philosophe qui partait avant l’heure du dîner était chaleureusement accueilli, applaudi, flatté. Henriette aimait lui montrer ses essais littéraires et lui demander son avis, Félicité jouait parfois du piano pour lui faire plaisir, Maximilien entretenait une précieuse et déférente amitié, et… il y avait cette intrigante Madame Clotilde qu’il n’avait pas encore eu le bonheur de voir jusqu’à ce dîner d’octobre 1844 où il fut convié et pu enfin entrevoir, dans une demi-pénombre, sa délicate splendeur.

Mecca Marie Varney qui a rédigé en 1931, à Paris, une thèse intitulée : «L’influence des femmes sur Auguste Comte » nous décrit ainsi Clotilde de Vaux : « Elle était jolie – belle même – jeune et pleine de charme. Elle possédait le don de gaieté, bien qu’elle eût profondément souffert. »[15]

Ce fut pour Comte un « coup de foudre », le début des mouvements gauches, de la gorge serrée, des migraines et des insomnies. Il avait très probablement déjà connu ces troubles pour Caroline, mais cela faisait longtemps et il savait que son austère apparence de philosophe dissimulait mal parfois son vif attrait pour le charme féminin. Si l’on en croit les souvenirs de Félicité, les deux jeunes femmes très complices, se moquèrent amplement de lui ce jour là. Clotilde considérera plus tard cet étrange homme sur un tout autre jour ; Comte ne le savait pas encore mais il se mit à penser à elle et à oeuvrer dans le sens du rapprochement.

C’est au printemps de l’année suivante qu’il fit les premiers gestes. Repenser à Clotilde et ne plus la revoir, sinon épisodiquement, c’était trop difficile : elle venait dîner tous les soirs au 24 rue Pavée et la bienséance voulait qu’il prenne congé de ses hôtes avant. Comment s’est-il arrangé pour se mettre à nouveau en contact avec elle, nous ne le savons pas. Les jours de visite du philosophe étaient, à cette époque, les lundis, mercredis et vendredis or, il reporte dans ses carnets intimes une entrevue le jeudi 24 avril 1845 qu’il appelle : « L’occasion littéraire » et une autre le mardi 29 avril qu’il appelle : « Le libre entretien initial » avec cette mention haute en couleur : « La vue a complété le charme de l’ouïe … Gli occhi smeraldi ! » (Elle avait donc les yeux émeraude Clotilde, et elle ne paraissait pas tout à fait passive dans le rapprochement inopiné, elle jouait le jeu). Dans quel lieu ont-ils échangés ? Clotilde qui n’avait pas d’argent pour s’acheter des livres mais beaucoup de temps pour lire, qui avait besoin de lire énormément pour espérer devenir un jour une femme de lettres et donc vivre de sa plume, devait logiquement fréquenter les « cabinets de lecture » ; ce que Comte détestait, sauf à y deviser avec une personne aussi émouvante, ne serait-ce qu’un bref moment. Mme de Vaux avait fort bien compris que le philosophe se montrait très bien disposé à son égard et précisément dans un moment où elle avait grandement besoin de conseils, d’aide et d’encouragements. Elle obtiendra tout cela dans peu de temps, mais le plus souvent pas comme elle aurait aimé et parfois au prix d’un profond agacement, d’une blessure même. Pour Comte il fallait se l’attacher, lui parler, la voir et la meilleure façon lui parût d’user de l’échange épistolier; il fallait aussi ne pas trop attirer l’attention de la famille Marie de Ficquelmont. Il lui écrivit donc pour la première fois sous un prétexte littéraire, pour accompagner le prêt d’une traduction de Tom Jones. La lettre et l’ouvrage furent portés par Comte lui-même, au 24 rue Pavée, à l’occasion de sa visite du jour, le mercredi 30 avril 1845. Il savait que Clotilde en prendrait connaissance quelques instants après son départ, au moment du dîner.

Clotilde répondit dès le lendemain de façon quelque peu cérémonieuse mais qui ne décourageait nullement son admirateur :

« Vos bontés me rendent bien heureuse et bien fière, Monsieur ; et je ne me sens pas la patience d’attendre une meilleure occasion pour vous dire tout le plaisir que m’a fait Tom Jones. Puisque votre supériorité ne vous empêche pas de vous faire tout à tous, je me réjouis de l’espérance de causer avec vous de ce petit chef-d’œuvre, et de pouvoir recueillir quelques fois dans mon cœur et dans mon esprit vos beaux et nobles enseignements. Veuillez agréer, Monsieur, avec l’expression de toute ma reconnaissance, celle de ma très grande considération.  de Vaux, née Marie. »

Il faut deviner la joie d’Auguste Comte recevant cette précieuse missive. Clotilde usant d’une tournure fort usitée à l’époque : « se faire tout à tous » n’en fait pas moins du philosophe une sorte de pendant de l’apôtre Paul (c’est à lui qu’est attribuée cette fameuse sentence tirée de la première épître aux Corinthiens). Elle n’aura, sans doute, pas songé un seul instant à un rapprochement aussi incongru, pourtant Comte y songera explicitement plus tard. Ainsi commence la « correspondance sacrée » dixit Auguste Comte qui s’étalera jusqu’au vendredi 20 mars 1846 : un peu moins d’une année, mais quelle année ! « l’année sans pareille » écrira-t-il pour la postérité : 182 lettres échangées, 86 de la main de Clotilde de Vaux et 96 de celle d’Auguste Comte, mais quelles lettres ![16]

Des lettres qui nous donnent, avec force détails, beaucoup à voir et à sentir, qui reflètent profondément la personnalité de chacun des protagonistes ; qui nous montrent bien, dans une époque révolue, la complicité mais aussi l’affrontement entre deux êtres d’exception : un homme mûr passionnément amoureux qu’Annie Petit et Bernadette Bensaude ont qualifié d’« auguste phallocrate »[17] et une femme tendre et sensible, portée vers l’amitié la plus sûre que Mary Pickering désigne comme une femme en « quête d’identité » qui aurait décidé de « tenter conquérir son indépendance en écrivant »[18]. Il faut lire et relire ces lettres, cette mine d’informations, pour le pur plaisir littéraire et la somptueuse joute qui s’y révèle.

Nous avons entrepris avec David Labreure une transcription des lettres de Clotilde de Vaux écrites aux divers membres de sa famille dans sa jeunesse. Le travail est en cours mais ce qui ressort déjà avec netteté c’est que Clotilde est très inégale sur le plan littéraire et souvent maladroite. Or il n’en est jamais ainsi dans les lettres adressées à Auguste Comte ce qui montre le prix attaché à cette correspondance : Clotilde veut certainement prouver au penseur reconnu qu’incarne à ses yeux le philosophe qu’elle est digne de s’intégrer à la corporation des femmes de lettres, elle veut briller à ses yeux pas seulement pour ses seules qualités physiques. Elle s’attachera souvent à faire mouche, à lui tenir adroitement tête de telle façon qu’il plie lorsqu’il exagère ou lorsqu’il commence à devenir odieux. Elle usa aussi de tout son tact pour éviter de le vexer.

Nous ne pouvons pas tout raconter des épisodes de cette étonnante relation et de cette belle correspondance. Nous choisirons donc seulement quelques faits saillants. Auguste Comte ne lui avait encore fait parvenir que 2 lettres (elle avait répondu très gentiment à la première comme nous l’avons vu), nous sommes dans la fin de l’après-midi du mardi 13 mai 1845, au 25 rue Pavée, Maximilien annonce son intention de se rendre chez Auguste Comte pour obtenir des renseignements urgents ; Clotilde, imprévisible, espiègle, curieuse, lui demande s’il ne voit pas d’inconvénients pour l’accompagner dans une petite marche printanière. Il faut imaginer la surprise du philosophe devant une telle irruption à son domicile : l’apparition d’une Clotilde de Vaux qui ne s’était nullement annoncée ! Il fut très maladroit ce soir là, très gêné même (il s’en excusera dans une lettre le lendemain) mais terriblement touché et flatté. La preuve : dans ses notes intimes pour le 13 mai 1845 il portera fièrement la mention : « Sa première visite », pour le 14 mai : « Le doux début d’une longue insomnie » et pour le 15 mai : « Mon précieux confident » en désignant la chaise-fauteuil où la gracieuse Clotilde avait reposé son séant.[19]

Dorénavant le philosophe aura chaque jour tout le loisir de contempler ce meuble sacralisé par lui. Il s’agenouillera fréquemment devant pour relire en pleurant les missives de sa grande Amie. Après la disparition de sa Muse il l’invoquera tendrement dans ses prières quotidiennes, jusqu’à parvenir parfois à des visions de sa figure transfigurée. Priant et méditant devant cet « autel » il finira par désigner Clotilde de Vaux comme la « meilleure personnification »[20] de l’Humanité, du « Grand-Etre » passé, présent et à venir.

Un micro événement a eu lieu tout début de leur relation mais il a retenu toute l’attention du philosophe et même au-delà. Cela se passe au 24 rue Pavée, le vendredi 16 mai 1845. Auguste Comte ramène chez elles Mesdames Henriette et Félicité Marie auxquelles il avait très probablement offert d’assister, avec lui, à une représentation au Théâtre-Italien, salle Ventadour.[21] Il y retrouve inopinément, « accidentellement » dira-t-il, Clotilde et le reste de la famille. La conversation s’engage. Auguste s’exalte en présence de Clotilde et trouve subitement son « eurêka ! ». Ecoutons-le nous raconter cette immémoriale et si simple découverte : « Le positivisme religieux commença réellement, dans notre précieuse entrevue initiale du vendredi 16 mai 1845, quand mon cœur proclama inopinément, devant ta famille émerveillée, la sentence caractéristique (on ne peut pas toujours penser, mais on peut toujours aimer) qui complétée, devint la devise spéciale de notre grande composition. » [22]

Le lendemain Clotilde avait droit à une somptueuse déclaration d’amour qui lui déplu passablement. Elle attendit 2 autres lettres et 4 jours pour lui envoyer sa réponse, une étonnante et subtile mercuriale :

« J’ai trop souffert pour ne pas être moins sincère, Monsieur ; et, si je n’ai pas répondu à votre lettre de samedi, c’est parce qu’elle m’a causé des sentiments pénibles, que je n’aurais pas su vous cacher. En acceptant votre amitié et votre intérêt, je croyais, je vous l’avoue, contribuer à votre bonheur et au mien : il m’a été douloureux d’avoir à craindre le contraire. Si je ne m’étais pas fait depuis longtemps une habitude de cacher mon cœur, je vous aurais inspiré encore plus de pitié que de tendresse, j’en suis sûr. Il y a un an que je me demande chaque soir si j’aurai la force de vivre le lendemain… Ce n’est pas avec de telles pensées qu’on peut faire des coups de tête. Vous ne me connaissez pas, et la bonté de votre cœur vous a porté, je le sens, à exalter en vous l’intérêt qu’inspire mon malheur. Mais je vous demande de faire un moment usage de vos belles facultés, relativement à ce qui me concerne, et vous ne serez pas tenté de m’adresser un seul reproche. Epargnez-moi les émotions, comme je désire vous les éviter : je ne sens pas moins vivement que vous. Adieu, M. Comte ; croyez à ma sincère affection comme à mon estime, et recevez-en l’offre pour toujours. de Vaux, née Marie. »

Tout Clotilde est dans cette mercuriale : un « Adieu » quelle dira vraiment à la vie et à son grand Ami dans moins d’un an, une offre « pour toujours » qu’elle lui fait sincèrement, malgré sa colère ; l’offre de son « affection » comme de son « estime ». Cette frêle femme, qui avouera parfois sans ambages son « spleen » a hautement conscience de sa propre valeur humaine et morale. En examinant sa vie autant que possible nous n’avons jamais trouvé une quelconque attitude ou un quelconque propos qui permettrait, comme elle le dit si bien à celui qu’elle appellera bientôt « mon cher philosophe », de lui « adresser un seul reproche ».

S’il fallait maintenant nous attarder encore sur seul grand moment qui scande la relation des deux amis, puisque le temps court tandis que les pages défilent, ce serait sur cette date reportée par Auguste Comte lui-même, qui entoure les deux dates de naissance et de mort de Clotilde de Vaux, dans le petit médaillon en or que le philosophe lui avait offert et qu’il récupéra à son décès y glissant dedans une précieuse petite mèche de ses cheveux.[23] Que signifie donc cette mystérieuse date : jeudi 28 août 1845 ? Tout simplement le jour de « l’Union Spirituelle et Eternelle » entre Clotilde de Vaux et Auguste Comte. C’est une blague me direz-vous ! Eh bien, oui et non ! C’est essentiellement une question de  « synthèse subjective » pourrait répondre, par anticipation, celui qui amorce déjà son virage « subjectiviste ». Pour Clotilde et sa famille il n’y a ce jour qu’une belle raison de faire la fête et de se réjouir puisqu’il s’agit de porter sur les fonts baptismaux le petit Léon, le fils de Félicité et de Maximilien, qui est né le mercredi 25 juin entre 11 et 12 heures. Il y a aussi ce baiser échangé à la fin de la cérémonie entre le parrain (Auguste) et la marraine (Clotilde) qui sera tout de même le début de la suspicion pour les Marie de Ficquelmont comme s’ils prenaient conscience tout d’un coup que l’empressement du philosophe avait quelque chose à voir avec une incongrue prétention amoureuse. Clotilde sera peinée de cet ombrage, de cette suspicion : elle a reçu le baiser de Comte dans sa lumineuse bonté. Après tout n’avait-il pas été si gentil avec elle tous ces derniers jours, ne lui avait-il pas acheté une belle paire de gants blancs pour la cérémonie : elle savait de cet homme son indéfectible dévouement et lui portait en retour une vraie amitié reconnaissante. Elle lui écrivit 4 jours après le baptême, le 1er septembre 1845, cette admirable lettre :

« Mon très cher philosophe, nous allons passer la journée d’aujourd’hui à Garges. Nous ne serons peut-être pas revenus pour sept heures ; ne risquez donc pas de faire une course inutile ce soir. Je voudrais avoir un cœur aussi sain que le vôtre à mettre dans notre association de sentiments ; soyez sûr toutefois que je sens bien vivement vos bontés, et que je vous en tiens tout le compte possible. J’aurai à causer avec vous : mais je veux toujours vous dire une chose essentielle pour nous deux ; c’est que ma famille s’afflige de tous témoignages trop vifs d’intérêt qui me sont donnés. Chaque sentiment a son égoïsme ; les plus purs n’en sont pas à l’abri : il faut les ménager, et prendre l’humanité telle qu’elle est. Ne cherchez pas à modifier cette disposition chez les miens ; ne faites ni ouvertures, ni insinuations à ce sujet; et permettez-moi seulement de vous guider, cela m’importe pour mon repos. Nous nous verrons mercredi, et puis, je vous verrai ou je vous écrirai après ; n’ayez aucune inquiétude sur ce que je vous dis. On ne m’a fait ni reproches, ni remontrances ; mais je connais le faible, et j’y ai égard, plus pour les autres que pour moi. Adieu, mon très digne ami ; comptez sur moi, et ne vous faites ni chagrins ni souffrances à mon sujet. Vous pouvez croire en ma sincérité, c’est déjà une grande douceur dans la vie. Je vous tends la main tendrement. Clotilde de Vaux »

Auguste Comte s’empressa de faire porter le lendemain une lettre inquiète qu’il termine ainsi :

« … En général, ma Clotilde, comptant désormais sur votre sincère affection, je suis décidé à me laisser docilement guider par vous dans des relations que vous seule pouvez bien gouverner. Quoi que vous fassiez ainsi de moi, vous n’y pourrez jamais trouver qu’un homme destiné maintenant à adorer toujours, sous une forme quelconque, sa digne épouse spirituelle. Adieu, chère amie, à demain, A. Comte »

Nous ne pensons pas qu’il convienne de remettre en cause la sincérité du philosophe, de faire de lui un manipulateur ou un calculateur. Il accuse le coup et résiste certes devant chaque obstacle tout en disant sa vérité, en la disant crûment parfois. Il « adore » et ne cessera d’« adorer » cette femme qui lui tend la main et se dérobe pourtant. Il la considérera, à partir du baptême de son filleul, comme sa seule « véritable épouse ». Clotilde n’avait pas d’autres solutions pour conserver cette précieuse amitié que de le laisser divaguer tout en tentant de le ramener, si nécessaire, à une réalité partagée. Parfois elle fût contrainte d’user de l’algarade, parfois elle saisit l’opportunité du calme pour lui dire son affection. Ainsi cette 26e lettre de Clotilde du samedi 27 septembre 1845 qui commence par : «J’ai à vous remercier de bien des choses, mon digne ami ; et en particulier toujours de votre affectueux attachement. » et qui se termine par : « Adieu, mon très cher ami ; portez-vous bien, et comptez sur mes sympathies comme sur mon affection. Clotilde de V. »

60 lettres plus tard, nous en sommes à sa 86e et ultime missive du dimanche 8 mars 1846. Clotilde est déjà bien malade, elle vit au milieu de souffrances lancinantes les dernières semaines de sa courte et difficultueuse existence, elle débute d’ailleurs cette missive par : « Mon cher ami, voici le reste des forces dont je comptais vous donner la meilleure part. »       Très rapidement elle cesse de parler de sa santé. Après avoir à peine évoqué ses tourments, elle consacre (comme elle le dit si bien) « le reste de ses forces » à s’inquiéter pour son ami, comme une mère protectrice à l’égard de son enfant turbulent, lui léguant une sorte de testament :

« Je voulais, depuis longtemps, vous parler de vous, et hier j’espérais en avoir la force : mais, c’est une chose arrêtée, malgré toute la tendresse qui me pousse vers vous, votre exaltation me contraint à revenir à la plume. Cher ami, votre attachement me rend bien heureuse, et souvent bien penseuse : je me demande si quelque jour vous ne me demanderez pas compte de ces distractions violentes jetées au milieu de votre vie publique; d’un lien qui devait être tout de douceur, vous faites une sorte d’astringent pimenté qui dissipe votre temps, votre pensée, et qui ne réagit que sur moi… Vous vous trompez quand vous dites que l’amitié n’aime pas : je n’ai jamais osé être moi-même avec vous (et ne revenez pas aux causes vulgaires ou grossières que vous avez supposées jadis). Quand je me sers du mot oser, c’est qu’il convient parfaitement. Si nous étions tous les deux calmes, je vous prouverais que l’amitié sait être tendre et brave; voilà pourquoi je patronne notre attachement de tous les noms les plus doux et les plus saints : c’est pour l’amener à me faire place à vos côtés au coin du feu. »

Elle termine sa belle et touchante correspondance par : « J’ai beaucoup de choses amicales à vous dire. Il faut que je cesse pour aujourd’hui. Recevez l’éternelle assurance de ma tendresse. »[24]

Le dimanche 5 avril 1846, après une longue et douloureuse agonie, elle s’éteint, ayant à peine dépassé son 31e anniversaire.

Pour nous il est désormais grand temps de conclure:

Le « pré-féminisme » indéniable de Clotilde de Vaux s’apprécie dans ses attitudes vis à vis d’une passion amoureuse masculine qu’elle parvint à maîtriser sans trahir sa propre liberté de femme : celle d’aimer chastement à travers le prisme d’une tendre et fidèle amitié; ce « pré-féminisme » se donne à penser dans les idées qu’elle développe au cours de sa correspondance et dans ses modestes tentatives littéraires. Il est le reflet d’une époque où les choses commencent sérieusement à bouger pour ce qu’il en est de l’amélioration de la condition féminine. Clotilde en partage les avancées et les atermoiements. Avec cette femme au destin exceptionnel nous avons aussi accès à une philosophie de vie toute simple, qui prend appui sur la considération d’autrui et la bonté pour surmonter les inévitables épreuves de l’existence. Clotilde de Vaux peut donc être regardée et lue comme une moraliste ; une moraliste sans système, arc-boutée sur l’expérience réelle et usant très souvent d’un style aphoristique. C’est enfin une figure authentique d’une certaine forme de romantisme : en elle point un romanticisme[25] élevé qui combat le pathos, se coltine courageusement à la dureté de l’existence et rêve non pas tant de gloire que de servir.

Michel Blanc, membre de la Maison d’Auguste Comte et de la Bibliothèque des Amis de l’Instruction.

[1] Charles de Rouvre, L’amoureuse histoire d’Auguste Comte et de Clotilde de Vaux, Paris, Calmann-Levy, 1917, p. 18.

[2] Ibid. p. 21.

[3] Il s’agissait en fait de sa « Communion solennelle » qui a eu lieu à Flavigny (Lorraine) en juin 1829.

[4] Ce petit livre «souvenir » est en vitrine à la Maison d’Auguste Comte. Sur la première page le philosophe y a apposé, quelques heures après le décès de Clotilde, son ultime parole qu’elle aurait répété 5 fois distinctement : « Comte, souviens-toi que je souffre sans l’avoir mérité ! »

[5] En recoupant nos sources il semble que Clotilde ait dû interrompre sa scolarité pour se faire soigner dans sa famille 5 mois en 1827, 9 mois en 1828 et à nouveau 5 mois en 1829 où elle se reposera chez sans tante et marraine : Mme de la Lance à Manonville en Lorraine. Il faut encore y ajouter l’interruption de 1832.

[6] Charles de Rouvre, L’amoureuse histoire d’Auguste Comte et de Clotilde de Vaux, op.cit., p. 46.

[7] Amédée de Vaux fut nommé titulaire à la perception de Méru le 16 septembre 1836.

[8] Il s’agit de l’Hôtel d’Angoulême Lamoignon où est installé de nos jours la Bibliothèque historique de la ville de Paris.

[9] Cet immeuble jouxte celui qui abrite la Chapelle de l’Humanité (dernier temple positiviste conservé en Europe). Les étages supérieurs du 7 rue Payenne, ayant été reconstruits,  il ne reste donc rien de l’appartement de Clotilde de Vaux. Cependant dans les parties communes il est possible de se mettre dans ses pas en se souvenant de ce « donjon » (la cage d’escalier est toujours appelée ainsi) qu’elle évoquera dans ses lettres, de ces marches qui seront de plus en plus difficiles à gravir pour elle, au fur et à mesure que sa maladie progressera, que son essoufflement augmentera, que ses forces l’abandonneront.

[10] Ce fut un esprit brillant et méconnu, un cœur fier et désintéressé, un passionné de recherches mathématiques, un peu buté et distant parfois, mais aussi un très bon époux, un père attentif et un ardent républicain de plus en plus socialisant. Voir Charles de Rouvre, Histoire de mes grands-parents, Paris, Ed. du scorpion, 1959.

[11] Journal républicain dont Armand Marrast était devenu le directeur. Marrast sera brièvement maire de Paris en 1848, puis député du peuple et enfin Président de l’Assemblée Nationale.

[12] Lettre à Auguste Comte du 5 juin 1845. Toutes les lettres citées ici sont extraites de : Auguste Comte, Correspondance générale et confessions , Tome 3, textes établis et présentés par Paulo E. de Berrêdo Carneiro et Pierre Arnaud, Paris, EHESS, 1977.

[13] La reconstitution des domiciles de Maximilien fait remonter au plus tôt à octobre 1844 l’instauration de ces visites régulières.

[14] Il est en fait très difficile de suivre les emménagements successifs des parents Marie de Ficquelmont, de Clotilde, de Maximilien et de Léon. Ainsi, quand les parents quittèrent le 4 rue du foin pour le 24 rue Pavée ? Y a-t-il eut un logement intermédiaire ? Quant à Clotilde il semble bien qu’elle ait rejoint très rapidement Paris (dès la fin de l’année 1839), qu’elle habita d’abord à proximité de ses parents ainsi que Léon, puis qu’elle emménagea avec Maximilien, au 71 Porte Saint-Antoine (dès la fin de l’année 1841). Quand emménagea t-elle au 7 rue Payenne ? Y a-t-il eut la concernant un logement intermédiaire ? Il semble plutôt qu’elle habita à nouveau chez son frère, au 9 rue du Pont Louis-Philippe, tant qu’il est demeuré célibataire (mariage le 25 janvier 1844), puis qu’elle s’installa au 7 rue Payenne. L’installation de Maximilien et de Félicité au 24 rue Pavée ne peut remonter qu’à septembre (voire début octobre 1844) : nous disposons d’une lettre d’Auguste Comte à Maximilien datée du 26 septembre 1844 et adressée encore au 9 rue du pont Louis-Philippe. Or c’est précisément en octobre 1844 qu’Auguste Comte est invité à dîner au 24 rue Pavée et voit pour la première fois Clotilde de Vaux. Cette invitation semble donc bien correspondre au tout début de l’installation du jeune couple au domicile de Mme Marie (le capitaine Marie ayant préféré louer son propre appartement ailleurs). Elle a sans doute eu comme prétexte leur nouvel aménagement.

[15] Voir Mecca M. Varney, L’influence des femmes sur Auguste Comte, Paris, PUF, 1931, p. 83.

[16] Ces lettres ont été pieusement conservées par le philosophe y compris les siennes restituées par Clotilde peu de temps avant son décès. Elles sont déposées à la BNF, nous pouvons admirer, à la Maison d’Auguste Comte, les enveloppes de ces lettres dans leur écrin offert par Auguste Comte à son grand Amour : une belle boîte à gants.

[17] Voir Annie Petit et Bernadette Bensade, « Le féminisme militant d’un auguste phallocrate » in  Revue Philosophique, N° 3, 1976.

[18] Voir Mary Pickering « Clotilde de Vaux and the Search of Identity » in Jo Burr Margadant, The New Biography, University of California Press, 2000; voir aussi: Pascale Molinier « Auguste Comte et le génie féminin ou le roman d’une fatale concurrence » in Danielle Chabaud-Rychter et al, Sous les sciences sociales, le genre, Paris, La Découverte, 2010.

[19] Cette chaise-fauteuil a été pieusement conservée telle quelle (jamais restaurée) à la Maison d’Auguste Comte. Elle fut considérée par le philosophe comme le premier autel de la nouvelle religion universelle dénommée « religion de l’Humanité ». La présence de Clotilde de Vaux au 10 rue Monsieur le Prince qui a été renouvelée en de rares occasions est attestée devant les générations futures par cette relique (les temples de l’Humanité brésiliens possédaient tous une réplique de cette chaise-fauteuil). Ces visites de Clotilde furent la raison primordiale aux yeux d’Auguste Comte de la sacralisation de son propre domicile. Nous devons certes la conservation de la Maison d’Auguste Comte à de fidèles disciples positivistes, à des personnalités qui ont œuvré dans ce sens comme le Brésilien Paulo Carneiro, nous la devons aussi indirectement, mais en tout premier lieu, à l’égérie du philosophe elle-même.

[20] Voir sa 8e Confession annuelle qui est aussi sa 9ième Sainte Clotilde, rédigée les 14, 15 et 16 août 1853. Voir aussi la réplique (en céramique) de la peinture de l’artiste brésilien Edouardo de Sa qui trône, au 5 rue Payenne, à la Chapelle de l’Humanité, juste au-dessus de l’autel : nous pouvons y contempler une représentation quasiment « canonique » de Clotilde de Vaux (l’Humanité) tenant un Enfant (l’Avenir) dans ses bras. Sur la façade de la Chapelle, dans la niche alvéolée, au-dessus du buste d’Auguste Comte, il y avait autrefois une fresque fidèle à cette représentation.

[21] Il faut imaginer Auguste Comte dans sa belle redingote (très délicatement restaurée et exposée au 10 rue monsieur le Prince) lors de ses sorties à l’Opéra Comique (Théâtre-Italien) qu’il prisait particulièrement.

[22] Voir sa 4e Confession annuelle qui est aussi sa 5e Sainte Clotilde, rédigée les 31 mai, premier et deux juin 1849.

[23] Nous pouvons contempler à la maison d’Auguste Comte, dans leur bel écrin où apparaît la célèbre miniature (exécutée par Henriette Marie de Ficquelmont) représentant Clotilde, les 2 médaillons en or entrelacés : celui de Clotilde de Vaux avec les trois dates écrites de la main d’Auguste Comte contenant une petite mèche de ses cheveux, celui du philosophe avec la date de son décès gravée et une mèche de ses cheveux dedans. Ne faut-il pas y voir un symbole puissant et légué à la postérité de leur indéfectible lien?

[24] Voir: Auguste Comte, op.cit., Tome 3, textes établis par P. E. de Berrêdo Carneiro et P. Arnaud, Paris, EHESS, 1977, p. 352.

[25] Nous n’utilisons pas ce terme dans le sens initial, introduit par Stendhal, mais en référence à la distinction introduite par Charles Sander Peirce entre le pragmatisme de William James et le pragmaticisme qu’il promut.

 

 

 

 

 


Une réflexion au sujet de « Clotilde de Vaux, l’égérie d’Auguste Comte »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *